KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L012

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 112

MessagePosté le: Lun 8 Mai - 14:16 (2017)    Sujet du message: L012 Répondre en citant

La Terre en 2133 était dans un triste état, les
gouvernements du début du siècle précédent
n’avaient pas su évaluer le danger du réchauffement
climatique, et ne s’étaient donc pas solidarisés
pour évaluer et prendre les dispositions qui
s’imposaient, guidés par d’autres intérêts, ils
l’avaient tout simplement sous-estimé.

Il y a encore 30 ans, les températures aux pôles
étaient devenues analogues à celles de villes
comme Le Cap ou Buenos-Aires, mais ces deux
dernières n’existaient plus en surface, ce qui
pouvait donner une idée de celles qui avaient
régnées dans les régions situées entre les
tropiques, les continents avaient diminués de
moitié, l’Afrique n’était plus reliée à l’Asie et sa
première distance avec l’Europe était de 2000
kilomètres, même cas pour les deux
Amériques, l’Australie était devenue de la taille
de Madagascar qui elle, avait celle de la Corse.

Les humains, qui étaient maintenant 500
millions, n’avaient pas pour autant cessé leurs
activités, et notamment dans les recherches
scientifiques, en 2121 ils avaient inventé un
produit appelé flash121 qui abondamment
répandu dans l’atmosphère sur toute la
planète, avait arrêté l’évolution du
réchauffement climatique, permettant aux
températures de reprendre une valeur
normale, les océans redescendaient de niveau
tout doucement, ce qui augmentait les surfaces
terrestres, les glaces se reformaient, mais les
dégâts avaient été d’une ampleur telle que des
dizaines d’années, voire des siècles seraient
nécessaires à tout rétablir.

La planète était désormais américaine, les USA
recouvraient tous les continents et toutes les
îles, la capitale planétaire ?

Washington, bien sûr, toujours aussi
conservateurs, ces américains.

L’humanité utilisait l’anglais, mais les habitants
de chaque ancienne nation du siècle précédent
avaient conservé leur langue d’origine, et
certaines traditions, du moins jusqu’en
2132, date à laquelle une certaine décision
gouvernementale fût prise, celle de faire
implanter une puce électronique dans le cou de
chaque individu quel qu’en soit l’âge et le
sexe, les membres du gouvernement et un
certain nombre d’autre privilégiés faisant
exception à la règle, cette décision avait pour
version officielle un contrôle de la santé des
individus impliquant une capacité d’intervention
rapide en cas de problème, mais les véritables
raisons se rapprochaient bien plus d’un
contrôle et d’une capacité d’agir sur chaque
humain que de s’inquiéter de sa santé, l’objectif
principal étant de le rendre efficace dans son
activité professionnelle et de lui inculquer
quelques réactions spécifiques prouvant
l’implantation, les implantés pouvaient se
reconnaître de par ces réactions.

Le chômage n’existait plus, et les enfants
recevaient une éducation les préparant à
l’exercice d’une activité conforme à leurs
aptitudes, les recherches spatiales n’avaient
aucun intérêt, les scientifiques tentaient
d’approfondir des recherches médicales, des
énergies alternatives telles que l’énergie
solaire, et celle des combustibles à base
d’hydrogène, et surtout dans le domaine
agricole, car pouvoir nourrir tout le monde
imposait un développement des terres
cultivables, et un accroissement de leur surface. 

En 2133, tout le monde avait été implanté, sauf
les privilégiés, et un certain Tobias Gündthardt
spéléologue qui lui, passait le clair de son temps
dans des grottes et autres zones souterraines
susceptibles d’exploration de l‘ancienne
Suisse, et de ce qui restait de la France, de
l‘Italie, de l‘Autriche, et d‘autres environnants.

Il n’avait que 20 ans à l’époque, et vivait encore
chez ses parents qui lui conjuraient de se faire
implanter, qu’autrement, ils se verraient obligés
d’en référer aux autorités locales, mais Tobias
ne l’entendait pas de cette oreille, il ne voulait
aucun mal à ses semblables, mais il ne les aimait
pas, c’était un indépendant, un solitaire, un grand
gaillard solide qui n’avait confiance qu’en lui.

Sa réaction fût sans appel, il quitta ses parents
sans leur dire où il allait, il savait se débrouiller
en toutes circonstances, c’était un
aventurier, mais il devait manger, et les lieux
souterrains qui lui servaient de décor, et
éventuellement de dortoir, ne pouvaient lui
apporter la variété d’aliments nécessaires, à
commencer par la viande rouge qu’il
affectionnait, quittant sa région de Zurich, il se
déplaça vers Interlaken, puis vers Chamoson et
Sion, zone qui recelait un certain nombre de grottes.

Pour pouvoir se nourrir correctement, il devait
gagner de l’argent, et pour ce faire, travailler, il
savait que cela le mettait en danger pour une
éventuelle implantation, qu’il n’avait pas les mêmes
réactions que les autres, que cela paraîtrait suspect
tôt ou tard, mais il n’avait pas le choix, il débuta
comme serveur dans un bar à Sion, s’efforçant
d’observer les réactions des gens pour pouvoir les
imiter, cela se passa bien pendant plusieurs
jours, les clients de passage ne restant pas
suffisamment longtemps pour déceler un défaut
dans ses tentatives, mais son patron qui était à la
caisse, avait tout le temps de l’observer, il
remarqua très vite qu’il n’avait pas des réactions
normales, il faisait bien son travail, certes, mais il
n’était pas implanté, il ne faisait pas partie d’un
gouvernement, et n’était privilégié à aucun
titre, il passa discrètement un coup de fil à
l’autorité locale.

Tobias fût arrêté, passa un certain temps dans un
poste de police avant d’être conduit vers un
laboratoire, quelques minutes d’attente dans une
salle d’une neutralité déconcertante, puis une
porte s’ouvrit.

« Venez, je suis le Docteur Castaglio, peu importe
qui vous êtes, je vais vous implanter une puce, ne
vous en faites pas une montagne, vous ne sentirez
rien, asseyez-vous ici ! »

A ce moment là, une jolie jeune femme entra dans
la pièce, probablement une assistante ou une
secrétaire, qui lui dit:

« Docteur ! Un appel de votre belle fille, elle a dit
que c’était urgent ! »

«  J’arrive, Silvia, vous, restez ici ! »

Tobias vit la puce, puis regarda autour de lui, il
pensa:

« Foutu, pour foutu, je vais essayer de parasiter
cette puce, mais comment ? 

Tiens ! Un flacon-spray là bas, marqué Flash
121, aucune idée de ce que c’est, mais je vais en
asperger la puce, si ça me tue, tant pis, on
verra bien. »

Le Docteur revint 5 minutes plus tard, le produit
du spray avait eu le temps de sécher, le médecin
ne découvrant rien d’anormal procéda, puis:

« C’est fait, vous voyez, c’est sans douleur, vous
pouvez partir, vous êtes libre, mais évitez de
vous gratter le cou dans l’heure qui vient. »

Tobias se retrouva dehors, mais deux minutes
plus tard:

« J’ai la tête qui tourne, une impasse là, je vais
m’y réfugier, mon cerveau va exploser … »

Il eut juste le temps de se coucher près d’un
mur, derrière un ballot, avant de sombrer
dans l’inconscience.  

Il se réveilla quelques heures plus tard dans un
hôpital, une infirmière ouvrit la porte de sa
chambre et:

« Docteur ! Je crois qu’il est réveillé. »

Le Docteur en question entra et s’assit près du
lit de Tobias:

« Je suis le Docteur Sanz, et vous qui êtes-vous ? »

« Attendez Docteur, je me sens comme un peu
anesthésié, mais ça s’améliore, laissez-moi me
remettre dans le coup. »

« Mais bien sûr, prenez votre temps. »

Deux minutes plus tard, Tobias expliqua au
Docteur qu’il avait vu un de ses confrères dans
un labo, pour un contrôle de santé, parla du café
où il travaillait, puis indiqua que ça allait de
mieux en mieux.

« Voilà qui me rassure, le Docteur Castaglio ?

Oui, je le connais, il a parfois des méthodes un peu
brusques, un contrôle de santé ?

Il a dû vous faire prendre du Kallium, tout le
monde ne le supporte pas, cela expliquerait votre
évanouissement, bon, je vous garde deux jours
ici, afin de procéder à quelques examens plus
approfondis, après, c’est selon, reposez vous, dans
une heure, on vous apportera le déjeuner. »

Le Docteur quitta la chambre, Tobias était nu dans
son lit, mais il voyait ses vêtements sur un fauteuil
près de la fenêtre.

« Bon réfléchissons, il se passe de drôles de trucs
dans mon cerveau, je n’ai plus mal, me sens plutôt
bien, mais je vois défiler des rayons cosmiques, puis
des équations mathématiques, bizarre, j’en
comprends le sens, et je sais à quoi elles
servent, elles ont un lien avec les rayons, fantastique…

Serait-ce la réaction du spray sur la puce que l’autre
salaud m’a implanté?

Bon, il n’a fait que faire son boulot, si elle me
rend anonyme, pour le moment, c’est gagnant, je
pourrai peut-être retourner au bar, c’est sûrement
le patron qui m’a fait ce coup, pas question de le
faire payer pour le moment, j’ai besoin de lui, durant
mes temps libres, j’irai explorer les grottes et
autres souterrains de la zone pour me trouver un
lieu, tiens !

Je vois encore d’autres images, on dirait que mon
cerveau passe la surmultipliée, je dois rester deux
jours ici, alors laissons faire, surtout si j’ai des
repas, une zone souterraine, difficile d’accès, il y a
des appareils dedans !!

Et c’est plutôt confortable, mémorisons bien
tout cela… »

Il fût interrompu par l’entrée d’une infirmière, une
femme dans la quarantaine, ni belle ni
laide.

« Comment vous sentez-vous ?

Avez-vous besoin de quelque chose ? »

« Je vais bien, mais j’ai soif. »

« Je vous apporte un verre d’eau. »

Le déjeuner était correct, encore de l’eau avec du
poulet, des légumes, un fromage, et un
dessert, pas folichon, mais rien à dire, ça pourra
le caler jusqu’au dîner.

« Est-ce que je peux me lever et marcher ? »

L’infirmière: « Oui, vous avez vu où sont vos habits?

Vous pourrez même circuler dans le couloir. »

« Très bien, merci. »

Les deux jours passèrent, il s’était promené dans le
couloir, avait rencontré d’autres pensionnaires
avec lesquels il avait eu de courtes
conversations, des images avaient défilé dans sa
tête, il sentait que quelque chose en lui s’était
modifié, il avait, à certains moments et dans des
circonstances particulières des réactions jusque là
inconnues.

« Il va falloir que je codifie ces
réactions, visiblement, la puce fonctionne, je ne
parais plus suspect, dirigeons-nous vers le bar. »

Il avait mémorisé le parcours avec les
policiers, puis celui vers le labo, il repartit de là
pour le refaire à pieds, en sens inverse, quelques
minutes plus tard:

« Bonjour patron, c’est moi, je peux reprendre
mon travail ? »

L’homme bedonnant, derrière la caisse, l’avait
regardé d’un air suspicieux durant un instant, puis:

« Voyons voir, chip ! »

« Chac ! » Répondit Tobias.

« Bon, d’abord racontez-moi ce que vous avez fait
pendant ces deux jours. »

Tobias lui expliqua tout, sauf bien sûr, l’histoire du
Flash121 en spray, pour terminer par:

« Le Docteur Sanz m’a fait tous les examens, et m’a
dit que tout allait bien, et effectivement, je me
sens normal. »

Il aurait dû dire plutôt bien, mais normal était le
mot choisi par la puce.

« Bon, alors dans ce cas, c’est d’accord, reprenez
votre tenue, je vais avoir du monde dans une
demie heure, au fait !

Je n’ai toujours pas votre adresse. »

« Ben, c’est mon problème, patron, je ne suis à
Sion que depuis quelques jours, et je n’ai pas
d’argent, j’attends d’en avoir pour pouvoir louer
un appartement. »

L’homme l’observa durant quelques secondes, puis:

« Bon, vous travaillez plutôt bien, j’ai une chambre
près d’ici, dans la première rue à gauche, à la fin
de votre journée, je vous donnerai l’adresse, vous
ne devrez pas faire de cuisine dedans, je vous la
loue pour 1000 Dollars, allez vous mettre en tenue ! »

Tobias s’exécuta tout en réfléchissant, et son
cerveau tournait vite.

« Dans ce bar, en travaillant 6 jours sur sept, je
dois pouvoir faire 7000 à 8000 Dollars, il est bien
placé, a de bons clients, ceci, d’après les
quelques jours que j’y ai déjà fait, l’habillement
est assez cher, mais je n’en ai pas tellement
besoin, la nourriture ?

6 jours sur 7 nourri dans le bar, c’est bon, ma
moto ?

Faudra aller voir si elle est toujours là, ne me
coûte pas trop cher, je dois pouvoir économiser
au moins 3000 Dollars par mois, c’est une
somme qui peut m’aider pour la suite, bien
sûr, il va falloir me trouver une Banque, du
moins pour un premier temps, mais en gros, la
situation se présente plutôt bien. »

Tobias trouva qu’un seul jour de libre pour
visiter ses lieux souterrains dans les
environs, c’était un peu court, mais il devait
faire avec, sa moto ?

Il pouvait la garer dans la cour de l’immeuble
de sa chambre, c’était un point positif, plusieurs
mois passèrent, il disposait de plus de 20.000
Dollars et aurait trois semaines de congés dans
quelques jours, le bar fermant tous les ans
durant cette période.

« Voilà qui est excellent, j’ai plein d’idées en
tête, tout en sachant exactement ce que je
veux, mais je n’ai pas encore assez d’argent, il
m’en faudra beaucoup plus.

Je vais mettre ces trois semaines à profit pour
trouver un lieu sûr, peut-être que celui que j’ai
vu en image plusieurs fois existe-t-il réellement ?

Ce serait super, mais ne rêvons pas, ma
chambre n’a pas été visitée par mon
patron, mais on ne sait jamais, j’ai constitué un
tas de documents, auxquels il ne comprendrait
probablement rien, mais je les ai bien cachés
en attente de transfert, car ce qui dépasse
les gens, leur paraît immédiatement suspect. »

Quelques jours plus tard:

« Trois zones souterraines visitées, deux sont
carrément pour les touristes, la troisième n’est
pas propice à mes projets, continuons, j’en ai
d’autres à quelques kilomètres d’ici, mais
peut-être qu’il faudra aller ailleurs, dans
l’ancienne Autriche ou la Hongrie, j’ai appris
pas mal de choses par les livres, moi qui ne
lisais jamais avant…

Ma puce doit me situer pour les contrôles, qui
savent parfaitement où je travaille, et où
j’habite, mais il y a des centaines de millions
de puces à contrôler, après tout, un barman
peut très bien aimer la spéléo, cela n’est
pas interdit.

Ah ! J’ai un flash qui revient… 

Toujours cet endroit difficile d’accès, les
appareils, un sert de chauffage, un autre est
un circuit de diffusion d’eau, un
thermomètre, température 22 degrés !!!

Alors il y a un chauffage, puis un diffuseur
d’air, extraordinaire !

Cela veut dire que l’on peut fermer le
lieu, c’est assez grand, une table, des
chaises, une salle de bains, une chambre !

Fantastique !

Un appareil ?

Qui ressemblerait aux anciens ordinateurs, mais
plus moderne, plus grand, et probablement
plus puissant !!!

Du matériel, du stock, on dirait un labo !


Reste à voir si cet endroit existe, et où, parce
que je n’y vois jamais personne, des
congelos, des frigos, des aliments, des
boissons, ça alors !

C’est grand, plusieurs dizaines de mètres, ah !

Voilà quelqu’un, alors ça existe, un vieil
homme, lunettes, blouse, le parfait type du
savant ou du chercheur, a-t-il une
puce, celui là ?

Si ce n’est pas le cas, le fait de le trouver le
trahirait…

Et ce n’est pas ce que je veux, si c’est bien un
savant, avec ma nouvelle tête, on pourra
peut-être se comprendre, coopérer dans
quelque chose, mais à ce moment là, il faudra
qu’il sache me retirer la puce, je me balade
avec pour la faire situer ailleurs, de préférence
assez loin, puis le tour sera joué, bon, j’approche
du but, mais trois questions restent en suspens:

- Ce lieu est-il réel ?

- L’homme est-il réel, et pourra-t-il m’enlever
la puce ?

- Quelle est son autonomie en alimentation?

Car là sera certainement le point faible.  

Bon, continuons à visiter la zone, je risque de
chercher longtemps, mais tant pis, il faut
persévérer, si c’est ailleurs et loin, je risque
d’y passer des années, mais j’en ai devant
moi, à 21 ans, je suis jeune, mais si je pouvais
retrouver l’homme vivant, ce serait mieux. »

Durant les jours suivants, il visita d’autres
grottes, et d’autres souterrains, qui ne lui
présentèrent rien d’intéressant, la plus part
des grottes étaient parfaitement connues et
visitées, les autres lieux souterrains ne
pouvaient guère être habités, mais
surtout, Tobias était polarisé par la recherche
du labo-miracle.

Plusieurs mois, puis des années passèrent, il
travaillait toujours à Sion, continuait à louer
la chambre de son patron, ce qui lui
permettait d’économiser pas mal d’argent, il
continuait à constituer des documents
illustrant ses recherches, il avait trouvé un
lieu dans l’ancienne Autriche, difficile
d’accès, pour les cacher.

Ils traitaient un grand nombre de
sujets, constitution d’un vaisseau
spatial, matières premières nécessaires, circuits
électroniques, formules
diverses, réacteurs, études sur l’espace/temps, des
dimensions, appareils de transfert, fabrication
d’androïdes, d’appareils de
détection, d’armes, autres formules
mathématiques d’applications encore
inconnues , études médicales sur la durée de
vie, sur les cellules, sur les synapses, cela, parmi
bien d’autres, ses documents, faits main avec
croquis, diagrammes, et autres, représenteraient
une petite bibliothèque, il continuait à visiter des
grottes et autres lieux, selon ses temps libres, en
Autriche, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, il
voyait toujours son lieu-miracle, et souvent
l’homme qui s’y trouvait, mais il ne pouvait
les situer.



Un soir, dans son lit et prêt à s‘endormir, il
avait alors 28 ans, ses trois semaines de
vacances approchaient, il vit un symbole, en
forme de verre à vin incliné vers la gauche, ou
encore une sorte de Y, mais avec des branches
arrondies, puis une chaîne de montagne, qu’il
avait déjà vue quelques fois auparavant, mais
sans pouvoir la situer, et sans le symbole, puis
à nouveau l’image du labo et du vieil
homme, durant quelques secondes, il sentit
qu’il y avait un lien entre tout cela, il se leva
d’un bon et prit un livre de géographie
duquel il tourna les pages durant plusieurs
minutes.

« Si le labo, le symbole, et les montagnes sont
liés, je ne trouverai pas de suite le labo, mais
peut-être une chaîne de montagnes
symbolisée par ce verre de vin incliné vers
la gauche, mais sur quel continent est-ce ?

Commençons par l’Europe, ah !

Il y a les Carpates, est-ce l’homme du labo qui
m’envoie ces images ?

Si oui, alors le labo serait quelque part dans les
Carpates, là, je crois que j’avance, mais c’est
grand, les Carpates, des milliers de kilomètres
sur plusieurs anciens pays, voyons voir, je les ai
vus ailleurs, mais sur ce livre, les anciens noms
ne figurent plus, de mémoire, je dirais que cette
chaîne suit celle des Alpes, elle commencerait en
Autriche, puis descendrait sur la
Yougoslavie, jusqu’en Bulgarie, pour remonter
vers la Roumanie, puis la Pologne et la
Slovaquie, il faut déjà que je sache dans lequel
de ces pays se trouve le labo, une chance sur
six, c’est mince, surtout que la Yougoslavie s’est
encore subdivisée en plusieurs provinces ou
pays, la Serbie, je crois, le Monténégro, puis
d’autres qui ne me viennent pas à l’esprit, ah, la
Bosnie, mais il doit y en avoir encore un
autre, oui, la Croatie, Ffff, sacré parcours à
faire, mais repensons les choses autrement.

Partons du principe que ce vieux savant cherche
à communiquer avec moi, il est certainement
encore puissant, mais il se pourrait que ses
images mentales aient une limite, et que si
je suis au-delà de cette limite, il ne peut pas
m’en montrer plus, être plus précis, cette
hypothèse mérite d’être vérifiée,  cela me
donne une directive pour dans quelques
jours, il me faut aller au milieu des
Carpates, qui, si ma mémoire est bonne, doit
se trouver du côté de la Serbie, je dispose de
plus de 300.000 Dollars, c’est largement
suffisant pour acheter un camion, pour
pouvoir y mettre ma moto et mes
documents, que j’irai d’abord récupérer en
Autriche, avant de me rendre en
Serbie, heureusement que la Terre n’a
maintenant qu’un seul pays, et qu’il n’y a
plus de frontières, mais il faudra tout de
même rester prudent, dans ces coins là, il
peut y avoir des dangers, il va falloir avancer
profil bas, et même dormir dans mon futur
camion, bien sûr, j’ai le droit d’aller où je
veux en vacances, les contrôles ne feront
probablement pas particulièrement attention
à moi, là, en un sens, je prends un gros
risque de voir mon hypothèse inexacte, mais
dans ce cas, je reviendrai à Sion, revendrai le
camion, et basta.

Là, je commence à avoir sommeil. »     

La veille de son départ, Tobias acheta un
camion, et y plaça sa moto, en
2141, probablement grâce aux puces, il n’y
avait plus de voleurs ni d’agresseurs, il laissa
son camion près de l’entrée de son
immeuble, et passa sa dernière nuit
tranquille, il avait eu le camion pour 40.000
Dollars, et en avait retiré 100.000 autres de
sa Banque, tôt le matin, il quitta Sion pour
direction l’ex Autriche, il arriva près de sa
cache documentaire en début
d’après-midi, et passa le reste de la journée
à ranger ses documents dans le camion, la
ville la plus proche étant Innsbruck, il se
trouva un hôtel restaurant pour dîner et faire
sa nuit, probablement trop fatigué, aucune
image ne le perturba, tôt le matin, après un
petit-déjeuner, il prit la route pour atteindre
Belgrade tard dans la soirée, encore fatigué, mais
ayant faim, il dîna dans un restaurant, avant
de sortir de la ville, et de dormir dans son
camion, dans un coin discret, personne ne le
dérangea, le lendemain matin, à une centaine
de kilomètres de chaque côté de la chaîne des
Carpates et ne sachant trop où aller, il prit un
bon petit déjeuner à Pancevo, puis opta pour
un coin discret pour faire une pose et
réfléchir, il avait bien dormi et était en
forme, mais quelle direction prendre ?
 
En se basant sur son hypothèse, il ne devrait
pas tarder à recevoir une image.

Laissant son esprit dans le vague, le flash lui
parvint d’un seul coup, l’image du labo était
plus nette, presque comme s’il y était, puis le
vieux savant, qui avait un papier à la main, il
prit la feuille dans ses deux mains, leva les
bras, et la présenta de face, deux séries de
chiffres apparurent:

44.50  **  22.00

« Deux indications, si elles sont
géographiques, il s’agit de la latitude et de
la longitude, j’aurais dû prendre mon livre de
géographie, mais peu importe, à Pancevo, ou
éventuellement à Belgrade, je vais bien
trouver une librairie et pouvoir acheter un
livre de géo, commençons par Pancevo. »

Dans la petite ville, une librairie était bien
ouverte, et il put acquérir le livre qu’il
voulait, avec une représentation précise de
l’ex Europe, il réintégra son camion et l’ouvrit.

« Ca y est, Pancevo, j’y suis, des
commentaires, puis d’autre indications, ah !

Nous y sommes, Latitude: 44.52 Nord
Longitude: 20.38 Est, mais je suis très proche ! 

Voyons d’autre cartes, bon, ça se trouverait en
ex Roumanie  qui est juste en face, faisons un
calcul, 44.52 pour 44.50, n’en tenons pas
compte, mais 20.38 pour 22.00, écart 1.62, à
peu près 120 kilomètres en ligne droite, par la
route, Il faudra compter peut-être la moitié en
plus, 180 kilomètres ?

Oui, c’est dans les Carpates roumaines, si je
n’avais pas eu le symbole, je n’aurai
probablement jamais eu l’idée d’aller chercher
aussi loin, mon savant, c’est un sacré bonhomme. »

Et il se mit en route, jusqu’en Roumanie, ça
roulait assez bien, mais son camion commença
à devenir une gêne lorsqu’il atteignit la zone de
Dalbo, puis de Garbova , il s ’aperçut qu’il n’était
pas sur le bon versant de la chaîne, il lui fallait
revenir sur Opotu Vechi, et trouver un
passage, arrivé sur place, et disposant d’un
appareil analogue à un ancien GPS, il releva:  

44.50.01  **  21.59.59

« C’est dans la direction sud-est, à deux ou trois
kilomètres d’ici, mais sur l’autre versant, il
reste à trouver un passage. »pensa-t-il.

Au bout de 300 mètres, il fût obligé de laisser le
camion sur place, il lui fallait continuer à
moto, il trouva un passage à 50 mètres à
l’ouest pour changer de versant, et de
poursuivre vers l’est, sur environ 500 mètres.

« Oui, je vois bien la zone, pas évident, le passage
permet même au camion de passer, mais après…

J’espère qu’il est vraiment solide. »

Il mit encore deux bonnes heures pour, à force
manœuvres, arriver dans la zone recherchée, à
quelques mètres près, l’endroit était plat sur
plusieurs dizaines de mètres tous azimuts, cela
se présentait plutôt bien, puis il vit une grande
trappe s’ouvrir, à cinq mètres devant lui, il y
était, non seulement elle permettait d’y amener
le camion, mais elle était recouverte d’un sol
de même nature que l’environnement, mais le
grand rectangle était noir, était-ce un sol ou
du vide ?

Il mit pied à terre pour aller voir, c’était un
sol, il pût y placer le camion.

Il sentit qu’il descendait, et entendit que la trappe
se refermait.

« Une sorte d’ascenseur ou de monte-charge !

Fantastique ! »

La trappe descendait tout doucement, il se passa
une bonne minute avant qu’elle ne
s’immobilise, une immense double porte
métallique s’ouvrit, il y voyait un couloir d’une
quinzaine de mètres, bien éclairé, il le suivit
pour accéder à une partie de salle qu’il
connaissait bien, il l’avait tellement vue dans
ses images mentales, le vieil homme se tenait
là, devant un ensemble complexe de
machines, à quelques mètres, et le regardait, il
s’approcha lentement, pour s’apprêter à lui
serrer la main, et à le saluer.

« Vous voici enfin, jeune homme, mais vous
êtes là, c’est le principal, je m’appelle
Youghister, et suis ici depuis longtemps, très
longtemps, mais nous parlerons de cela plus
tard, pour le moment, la première des choses à
faire est de vous retirer votre puce, que je
grefferai sur le cou d’un de mes trois
loups, avant de l’emmener vers la trappe qui
le libérera dans la nature et supprimera tout
risque de repérage. »

Il mit son plan à exécution, Tobias n’avait rien
senti, après avoir libéré le loup, Youghister.

« Vous êtes fatigué, je vais vous servir un
repas, puis vous allez pouvoir dormir dans votre
camion, ici, comme vous l’avez vu, je n’ai qu’une
seule chambre, il faudra vous y faire, comment
vous appelez vous ? »

« Je suis Tobias Gündthardt, j’ai 28 ans, et je
vous salue, pas de problème pour le camion, j’ai
pris l’habitude, et c’est assez confortable. »

« 28 ans ! J’ai plus de 1.000 fois votre âge, et il
n’est que temps que je quitte ces lieux, mais ce
n’est pas à un ou deux ans près, je vous
expliquerai tout cela demain, lorsque vous aurez
récupéré, maintenant, je vous conduis au
salon, après, avant de vous coucher, vous
pourrez utiliser la salle de bains. »

Tobias se régala d’un excellent repas, passa par
la salle de bains avant de regagner sont
camion, il dormit du sommeil du juste, pendant
une douzaine d’heures, le lendemain, il
retourna vers la grande salle.

« Ah, Tobias ! Vous allez prendre un bon petit
déjeuner, puis nous passerons aux premières
explications. »

« Merci, là, je me sens beaucoup mieux. »

Plus tard:

« Alors Tobias, voilà la situation, depuis
longtemps déjà, j’attendais quelqu’un qui sorte
de l’ordinaire, et qui soit capable de me
succéder, cela semble être votre cas, vous avez
acquis un brillant cerveau à la suite d’une
tentative heureuse, peu importe, seul le résultat
compte, l’humanité actuelle est réduite à l’état de
zombis, ceci, comme vous le savez, grâce aux
côtés sombres de certains dirigeants, ce n’est
qu’un stade, cette planète va subir d’autres
catastrophes salutaires, une autre humanité se
reconstituera dans peu.

Vous allez devenir à la fois mon assistant, mon
élève, et mon successeur, ce qui veut dire
qu’ indépendamment du fait que vous allez
m’être utile, je vais vous enseigner et vous faire
acquérir d’autres possibilités, notamment des
paranormales, qui vous permettront de me
succéder, vous bénéficierez d’un certain nombre
d’éléments de départ, mais il vous faudra en
parfaire certains, et en acquérir d’autres, vous
donner tout dès le départ ne serait ni
possible, ni souhaitable, vous serez nanti d’une
mission dans laquelle vous devrez faire vos
preuves, celle de surveiller l’évolution de
l’humanité, du moins pendant un certain
temps, et lorsqu’à votre tour, vous aurez fait
votre cycle, vous serez alors capable de connaître
la suite de votre destin. »

« Bon, cela me paraît assez clair, mais cela
soulève plusieurs questions:

- Comment dois-je vous appeler, Maître, un
autre titre ?

- Quel âge avez-vous ?

Etes-vous immortel ?

- Quel a été votre passé ?

- Il ne me reste que quelques dizaines
d’années à vivre, où trouverais-je le temps
de surveiller l’humanité ?

- Vous attendiez quelqu’un pour finir votre cycle
et lui laisser la place, qu’allez-vous devenir ?

- Ici, tout semble fonctionner parfaitement, mais
pour l’alimentation, quelle en est la durée
d’autonomie ? »

« Que d’excellentes questions, Tobias, m’appeler
Youghister, car tel est mon nom, est amplement
suffisant, je n’ai que faire de titres, immortel ?

Non, je ne le suis pas, mais dans quelques
années, j’aurai 30.000 ans, mon passé du
tout début ?

J’ai régné durant une courte période sur ce que
vous appelleriez les Indes, la suite immédiate a
peu d’importance, mais je vous parlerai de
certaines choses plus tard, lorsque vous serez
plus avancé, votre durée de vie va être
augmentée, de cinq siècles, acquérir un plus long
délai sera de votre ressort, ce que je vais devenir
est encore un autre chapitre, il existe un
Royaume souterrain dans lequel j’ai déjà vécu
par périodes, la durée d’autonomie des aliments
et des boissons ici ?

Elle est permanente, un jour, vous saurez
pourquoi, lorsque vous parviendrez à une
compréhension totale de votre situation. »

« Hier, vous avez parlé d’un ou deux ans
près, c’est le temps que vous allez consacrer à
ma mise à jour, avant de regagner votre
Royaume souterrain ?
 
Cela va faire court à mon avis. »

« Ne sous-estimez pas vos possibilités, Tobias, elles
sont énormes, j’étais loin d’avoir les mêmes au
départ, parlons de quelques années, mais
j’entends bien faire en sorte qu’à mon départ, vous
soyez au point, la tradition est incontournable. »


-----***-----


_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Mai - 14:16 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com