KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L019

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 130

MessagePosté le: Sam 24 Juin - 00:47 (2017)    Sujet du message: L019 Répondre en citant

2037, on peut penser que la planète va mal, mais
non, ce n’est pas elle qui se porte mal, mais une
bonne partie des gens qui vivent à sa surface, celle
que l’on appelle pompeusement l’humanité.

La planète, de par des lois applicables dans tout
l’univers, et dont pratiquement personne ne veut
tenir compte, saura présenter la note en temps
opportun, et elle sera plutôt salée.

De quoi s’agit-il ?
Quelle est la situation du moment ?

Depuis l’avènement de l’ère industrielle, la
plus part des personnes pensaient pouvoir
bénéficier d’un mode de vie plus agréable, et
moins contraignant que ceux antérieurs à la
dite période, et repris dans les livres d’histoire.

Ils ont simplement oublié de tenir compte de
certains faits:

- L’humanité n’est pas composée que d’altruistes.

- Si les industries et les commerces peuvent
faciliter un certain nombre de choses au
niveau de l’individu, les productions, généralement
liées à l’appât du gain et à certains intérêts dits
supérieurs peuvent aussi, de par l’augmentation
des cadences, et des exigences accrues au niveau
des compétences, occasionner des stress pour
les salariés.

C’est actuellement le cas avec un burnout de
l’ordre des deux tiers des employé(e)s, même
dans les secteurs publics, on en demande
toujours plus.

Quant aux chômeurs et à celles et ceux qui se
suicident…

- L’expansion démographique n’étant toujours
pas maîtrisée, pas plus que le réchauffement
climatique, toujours pour les mêmes raisons, il
en résulte une élévation des températures de
l’ordre de deux degrés, et la Terre comporte dix
milliards d’habitants.

- La tentative d’une constitution de l’Europe, la
mondialisation, certaines décisions politiques
et des migrations de populations suite à des
conflits internes, conduisent à des résultats
inverses de ceux que l‘on pourrait souhaiter.

- Certaines recherches par lesquelles des gens
réputés importants jouent aux apprentis sorciers
sont susceptibles de lourdes conséquences à
court terme.   

- Bien d’autres raisons pourraient encore être
évoquées, certaines étant encore pires que les
précédentes.

Telles sont les pensées d’un certain Peter
Logan, un jeune homme âgé de dix huit
ans, fils unique d’un financier américain et
d’une mère d’origine autrichienne, vivant
à New York.

Actuellement en vacances à Wien pour six
semaines, dans la famille de sa mère, actrice
et comédienne assez connue.
Parlant aussi bien l’allemand que l’anglais, il
poursuit des études scientifiques.

Il connait très bien Wien pour y être venu
régulièrement depuis plusieurs années, et
il s’est fait des ami(e)s qui le considèrent
non seulement comme un des leurs, mais
aussi pratiquement comme leur chef.

Ils se composent de:

Monique Debras 19 ans, études d’Art.
Gert Schumann 18 ans, études scientifiques.
Giulia Casalta 19 ans, études d’administration.
Lazlo Balogh  20 ans, études médicales.
Nikolaï Tsapline 19 ans, études scientifiques.
Artus Weise 19 ans, études de Droit.
Hans Bogen 20 ans, études d‘informatique.
Ewa Jezierski  18 ans, études médicales.
Tekla Mroz 19 ans, études d’informatique.
Ludwig Dinkelmann 19 ans études
d’administration.
Et Peter:

« Tiens ! Justement nous allons nous
réunir cet après-midi chez Ludwig dont
les parents ont une très belle propriété.

Je crois que tous pensent à peu près
comme moi, et qu’il est temps d’aborder
des sujets sérieux et liés à notre avenir.

J‘ai bien une idée en tête, d‘autant plus
intéressante d‘après les études suivies
par les uns et les autres, en plus, ils sont
tous bons, mais sera-t-elle acceptée ?»

Dans le courant de l’après midi, la bande
de jeunes était installée devant une
grande table, dans un beau jardin, et
consommait des boissons rafraichissantes
car à Wien, en Juillet, il faisait chaud.

Giulia: « J’aime bien venir ici, c’est vraiment
très agréable. »

Hans: « Tu as raison, et en plus, nous sommes
en vacances, c’est chouette. »

Ewa: « Oui, mais, en pensant à l’avenir, il y
a matière à inquiétude. »

Gert: « Rien de plus vrai, notamment pour
moi, je ne sais pas si je pourrai poursuivre
mes études. »

Peter: « Ah ! Et pourquoi ? »

Gert: « La situation de mes parents devient
problématique, et ma mère a des ennuis de
santé. »

Peter: « Vraiment désolé de l’apprendre. »

Ludwig: « Oui, et en plus, rien de
s’arrange, terminé la vie de luxe d’il y a
encore dix ans, cela devient de plus en
plus difficile pour tout le monde, je finis
même par me demander à quoi nos études
vont nous servir. »

Lazlo: « A entrer dans le système, et nous
aurons tout juste le droit de recommencer
le lendemain, cela, durant toute notre vie.

Pas très passionnant. »

Peter: « Tu fais bien de parler de cela, il
se trouve que non seulement je fais les
mêmes constatations que vous, et c’est
partout pareil, mais j’ai une petite idée
que je vais vous exposer, vous me direz
ce que vous en pensez. »  

Et il leur parla de son projet de constituer
un lieu secret de recherches, qui les
rendrait totalement indépendants, et il
termina par:

« Il est clair que mon idée nécessite
énormément d’argent, c’est un projet lourd.

L’objectif premier est de poursuivre nos
études autant que possible, afin d’atteindre
un niveau suffisant de savoir, chacune et
chacun dans sa spécialité car elles sont
toutes complémentaires.

Dans quelques années, il nous faudra trouver
un moyen de gagner beaucoup d’argent
rapidement, chose qui devient également
difficile, mais je sais que nous en sommes
capables.

Après, c‘est le projet en question qui entrera
directement en ligne de compte, lieu
secret, fabrication d‘androïdes, puis d‘un
vaisseau spatial, pour acquérir notre
indépendance et sortir de cette géhenne.

Qu’en pensez-vous ? »

Nikolaï: « Alors là, Peter ! Ffff ! Tu fais
fort, très fort, mais ça m’intéresse. »  

Hans: « Ouais, balèze, c’est sûr que c’est le
seul moyen de devenir indépendants.

D’un autre côté, nous sommes toutes et tous
de bonne famille, mais pour un tel projet, c’est
beaucoup trop léger, l’idée me plaît, mais je
dois réfléchir. »

Artus: « Oui, parce que là, ce dont tu
parles, Peter, c’est de quitter le monde, un
peu comme entrer en religion, et de nous
priver de pas mal de choses agréables dans
l’avenir, pour un résultat pour le moins
incertain, si l’idée de l’indépendance, et de
nous retrouver entre nous me plaît, d’accord
avec Hans, il y a matière à réflexion. »

Tekla: « Le projet de Peter m’intéresse. »

Lazlo: « Moi aussi, je sais que si je devenais
médecin, je serai archi-exploité, alors… »

Gert: « On est sept gus pour quatre nanas, ça
fait un peu déséquilibré, non? »

Ewa: « Trouver trois filles camarades d’études ?
C’est faisable.
Il y a Theodora dans ma classe, le projet de
Peter pourrait bien l’intéresser. »

Peter: « Theodora ? Il me semble que je la
connais…
Une bien jolie fille. »

Monique: « Oui, tu l’as vue ici, l’année dernière.
De mon côté, il y a aussi Gisela, que tu ne
connais pas, mais que ton genre d’idées peut
intéresser. »

Peter: « Eh bien voilà, on avance, plus qu’une
à trouver. »

Lazlo: « Pas si vite, Peter, ce n’est pas fait, à
supposer que ton projet devienne le nôtre à
tous, comment gagner beaucoup d’argent en
peu de temps ? »

Peter: « Ce n’est pas le plus urgent, Lazlo, il
faut d’abord poursuivre nos études, tout
dépend des connaissances que nous
pourrons acquérir et maîtriser…

Enfin, si le projet est trop lourd ou s’il n’est
pas accepté de tout le monde, on a toujours
la possibilité de monter une société à
nous, auquel cas nous ne dépendrions que
des finances, prenez votre temps pour
réfléchir. »

Les vacances passèrent, les membres du
groupe avaient longuement rediscuté du
projet de Peter, mais il n’y avait pas
encore l’unanimité pour l’accepter.

Trois nouvelles camarades avaient été
consultées:

Theodora Kaufmann 19 ans études
médicales, amie d’Ewa.
Gisela Fuchs 20 ans, études d’art.
Amie de Monique.
Samantha Brown 20 ans études
paramédicales.
D’origine américaine comme Peter
elle était une voisine de Lazlo.

Toutes trois se laissant le soin de
réfléchir.

Deux ans s’écoulèrent, Peter n’avait pu
revenir à Wien durant l’année
précédente, mais cette fois-ci, il y
retournait, chez sa tante Martha, sœur
de sa mère.

Durant cette période, les évènements
n’allaient pas en s’améliorant, partout
sur le globe, la sécurité des gens était
de plus en plus menacée, des désordres
de fréquence accrue, dus aux diverses
insatisfactions et autres injustices, se
traduisaient par des combats de
rues, même dans les grandes villes.

Il était préférable de ne pas se réunir
n’importe où et d’éviter de sortir la
nuit, même à Wien.

Peter n’avait pas perdu son temps, aux
USA, il avait poursuivi ses
études, particulièrement doué dans les
sciences, il commençait à connaître pas
mal de choses, passablement bricoleur et
adroit, il aimait aussi les travaux manuels.

Au cours d’une réunion, toujours dans le
jardin chez Ludwig, il vit trois nouvelles
têtes, s’il connaissait déjà Théodora, ce
n’était pas le cas pour Gisela et Samantha.
      
Après une courte présentation par l’hôte des
lieux, Peter:

« Bien, alors depuis deux ans, comment
voyez-vous les choses ? »

Nikolaï: « Eh bien, comme tu dois t’en
douter, nous avons longuement discuté sur
ton projet, les évènements de ces derniers
temps nous ont aidés à prendre une décision.

Nous sommes toutes et tous d’accord, sans
exception. »

Peter: « Alors mon projet devient aussi le
vôtre, nous voilà associés. »

Lazlo: « Oui, les uns et les autres, nous avons
tout comme toi, poursuivis nos études, mais
les finaliser est encore loin, nous pensons
qu’il serait temps de nous constituer une
société, ce qui impliquera que tu quittes les
Etats Unis pour venir vivre ici. »

Peter: « Cela ne pose pas de problème, à
quelle sorte de société avez-vous pensé ? »

Theodora: « Hans et Tekla ont pensé à des
logiciels de jeux vidéo, mais Monique, Gisela
et Samantha optent plutôt pour écrire des
livres de science-fiction. »

Peter: « L’un n’empêche pas l’autre, les deux
voies me paraissent bonnes, alors ne perdons
pas de temps, voilà comment je vois les choses:

Dans un mois, je dois repartir à New York, une
fois là-bas, je stoppe mes études, et dis à mes
parents de prévoir l’achat de mon futur
appartement ici, dans le centre de Wien, à
vous de m’en indiquer un qui devienne
disponible, un trois pièces me suffira, et… »

Ludwig: « Tu peux t’éviter cela, Peter, nous
sommes cinq ou six à pouvoir te loger sans
problème, et confortablement, tu… »

Peter: « Je sais, Ludwig, très sympa de votre
part, mais j’ai mes habitudes.

D’abord stopper mes études officielles ne
signifie pas l’abandon de mes recherches, tout
au contraire, et il se pourrait que je fasse
quelques sauts au Japon, vous savez pourquoi.

Par ailleurs, pour écrire des livres de SF, je serais
plutôt bon, et peut-être que mon nouvel appart
pourrait servir de siège social à notre société, ce
qui serait préférable à une adresse chez vos
parents qui pourrait faire désordre.

Les logiciels de jeux, je les laisse aux spécialistes
que sont Hans et Tekla, je ne suis pas manchot
avec un ordi, mais loin de tout savoir dans
ce domaine, tiens ! Pendant que j’y pense, est-ce
que l’un de vous deux, ou les deux, savent faire
du hack, et pouvoir communiquer d’une manière
indétectable sur le net ? »

Hans: « Oui, Tekla et moi, avons appris à le
faire, nous commençons à en connaître un rayon
dans ce domaine qui est notre passion, qui nous
a d’ailleurs rapprochés, si tu vois ce que je veux
dire. »

Peter: « Ah ! Très bien, félicitations, je vois qu’on
avance, alors je vous donne la suite du programme.

Nous nous donnons dix ans pour réussir à devenir
riches, après, on entrera dans le projet proprement
dit, donc pour le moment, si la plus part d’entre
vous veulent terminer leurs études, ils le peuvent.

Un lieu secret, est-ce que quelqu’un a une idée ? »

Lazlo: « Oui, dans les Carpates, en Hongrie, à 150
kilomètres d’ici, je dois hériter d’un terrain de mon
grand-père, à flanc de montagne, il comporte une
grotte spacieuse de plusieurs centaines de
mètres, mais qu’il faudrait aménager.

Ce terrain n’intéresse pas mon père qui préfère
me le laisser, et moi aussi, je suis fils
unique, alors… »

Peter: « Si elle est vraiment discrète, alors balltrap !
C’est excellent, ton terrain ? A-t-il une maison
habitable ? »

Lazlo: « Oui, pas très moderne, là aussi, il faudrait
améliorer, un peu juste pour loger 14
personnes, on pourrait éventuellement utiliser ce
terrain comme adresse du siège social de la
société, non ? »

Peter: « Cela mérite réflexion, mais alors rendre
cette maison habitable serait le premier objectif.

A 150 kilomètres d’ici ? Ce n’est pas la mer à
boire, je vais m’acheter un 4/4 tout terrain qui
pourra toujours servir.

Suite du plan, constitution des équipes:

Gert, Nikolaï, et moi, aux recherches scientifiques.

Giulia, Artus, et Ludwig, secteur administratif. 
   
Lazlo, Ewa, Samantha et Théodora, au médical.
   
Hans et Ewa, bien sûr, à l’informatique.

Enfin, Monique et Gisela, études
architecturales, décoration, etc.

Je parlerai de l’objectif de ces équipes plus
tard, mais je pense que vous en avez déjà
une idée.

Etes-vous d’accord ? »

Tout le monde l’était.

Les vacances de Peter débutaient au
mieux, quinze jours plus tard, il partit avec
Lazlo en Hongrie pour inspecter le
terrain, puis la grotte.

« Oui, pas mal comme labo de départ, c’est
assez discret, pour l’aménager ?
Rien ne presse, on a le temps. »

Lazlo: « Oui, mais il faudra prévoir tout le
matériel nécessaire, l’air, l’eau, l’électricité
et la zone des aliments, sans parler des
chambres, salles de bain, que sais-je encore ? »

Peter: « J’ai déjà réfléchi à tout ça, et je peux
me charger du principal. »

« Tu veux dire que tu sais comment constituer
des systèmes indépendants ? »

Peter: « Je crois que oui, sous réserve d’une
étude plus approfondie de certains détails, le
tout sera de savoir où obtenir le matos en
toute discrétion. »  

Durant les années qui suivirent, Peter habita à
Wien, passa de temps à autre à New York voir
ses parents, approfondir ses recherches
scientifiques, particulièrement celles relatives
aux androïdes, puis se lança dans la rédaction
de livres de SF en format poche, genre 250
pages.

Grâce à certaines relations familiales d’Artus
Weise, il put trouver un éditeur intéressé qui
en écoula quelques centaines durant la
première année, c’était relativement peu, mais
la seconde année fût plus intéressante.

Hans et Tekla, qui étaient en couple, obtinrent
à leur tour des succès dans les jeux vidéo, la
société prenait de l’essor.  

Dans les années qui suivirent, le succès se
confirma dans les deux voies, le groupe
disposait désormais de plusieurs millions de
Dollars.

La grotte de Lazlo avait été aménagée, de
telle sorte qu’elle devenait confortable, il
était temps de la compléter par des systèmes
indépendants, chose que Peter, avec l’aide
occasionnelle de Gert et de Lazlo, mit trois
ans à faire. 

On était maintenant en 2049, tous les ex
étudiant(e)s avaient la trentaine, ce qui se
passait à la surface, un peu partout, devenait
autant dangereux que dénué de sens, il
n’était que temps pour notre groupe d’oublier
Wien pour s’établir définitivement dans la
grotte.

Un gros problème de taille
subsistait, l’alimentation, il fallait aller se
ravitailler à Gyor ou à Tatabanya, Budapest
étant estimé trop loin et dangereuse.

C’est pratiquement tout le temps que la
corvée en revenait à Lazlo et à Gert, les
deux seuls à parler hongrois.

Trois autres années passèrent ainsi, à
poursuivre des recherches, et à se procurer
de l’alimentation, des boissons, parmi
d’autres.

Peter et Nikolaï cherchaient à rendre un
androïde intelligent, celui que Peter avait
ramené du Japon cinq ans plus tôt.

Il était bien utile dans le sens qu’il
entretenait les lieux et pouvait assurer
une partie du service,  Peter l’avait surnommé
« Helmut ».

Puis un soir, Nikolaï, qui avait bu une bonne
quantité de vodka durant la journée, alors
qu’il fêtait ses 34 ans, vit défiler des images
dans sa tête, celle de circuits
d’androïdes, n’étant pas spécialement fatigué
car c’était un solide gaillard, qui encaissait
plutôt bien, il alla voir Peter:

« Dis donc, Peter, sûr que j’ai pas mal sifflé
aujourd’hui, mais j’ai vu des choses qui valent
peut-être le coup dans les circuits androïdes . »

Peter: « Oui, sûr, tu n’y es pas allé de main
morte, je me demande s’il en reste, de la vodka.

Tu as vu quoi dans les circuits androïdes ? »

« Des points précis dans lesquels il serait
possible de faire des dérivations. »

Peter: « Wow ! Et si on rate, je suppose qu’on
pourra le remonter ? »

Nokolaï: « Je le pense, ça vaut le coup d’essayer
pendant que j’ai encore ça en tête, sûr
qu’après, si ça marche, faudra lui rajouter de
la mémoire et des programmes, mais ça, tu sais
le faire, ainsi que nos deux amoureux. »

Peter: « Sûr, allons nous occuper d’Helmut ! »

Après trois heures de travail
ininterrompu, Nikolaï:

« Bon, là, je suis mort, il est temps d’aller me
coucher. »

Peter: « Vas y, je m’occupe du reste. »

Il remonta Helmut, puis fit venir Hans et Tekla:

« On a peut-être trouvé comment rendre
Helmut intelligent, le mieux est de l’essayer. »

Hans: « Wow ! Ce serait la fin de nos ennuis ? »

Tekla: « Pas encore, mais une bonne avancée
vers un premier objectif. »
Peter: « Allez, feu ! »

Il actionna Helmut, quelques secondes passèrent
puis:

« Ici Helmut, inversion des bornes b42x et
c38z, dérivation insuffisante en d12k, manque
un peu de puissance en e27t, rectifications
urgentes, je répète, rectifications urgentes. »

Peter: « Nous allons procéder aux
rectifications, Helmut, à quelle borne doit-on
rajouter ou modifier une dérivation ? »

Helmut: « dérivations nécessaires dans les zones
d06f à d18w. »

Peter: « On procède. »

Une heure plus tard, la soirée étant déjà
avancée:

Helmut: « Rectifications conformes, je vais
procéder à d’autres tests. »

Peter: « Bonne idée, Helmut, Hans et Tekla
complèteront ta mise à jour demain
matin, moi, je vais me coucher. »

Helmut: « Demain matin ? Coucher ?
Qu’est-ce que c’est ? »

Deux jours plus tard, alors que Peter
dégustait tranquillement un whisky dans son
salon, Nikolaî arriva à la volée, puis:

« Là Peter, faut que tu viennes avec moi près
des ordis, Helmut est en train de discuter avec
Hans et Tekla, on a fait un sacré client. »

Une fois sur place:

Helmut: « Ah ! Voici mes deux autres
concepteurs, ravi de vous voir tous les
quatre, je sais désormais me servir de vos
ordis, et vais vous faire une liste de quelques
modifications à prévoir afin que je puisse vous
être utile. »

Peter: « Excellent, Hans, Tekla, lui avez-vous
rajouté les programmes et la mémoire. »

Tekla: « Oui, Peter, c’est fait, il est à jour et
nous a dit avoir intégré tout le contenu des
ordis. »

Helmut: « C’est exact, et ne me parlez pas
de ma fabrication au Japon, ils ont travaillé
comme des sagouins, vous êtes les quatre
ici présents que je reconnais comme mes
seuls concepteurs, auxquels je dois obéir.

Mais pour cela, les modifications dont je vais
faire la liste sont indispensables. »

Après moins de cinq minutes de liste et
quatre heures de modifications, Helmut:

« Bon, je crois que ça devient correct, sous
réserve d’autres tests, pendant ce temps
là, vous pouvez aller dîner. »

Tous les quatre se regardèrent, stupéfaits, puis
Peter: « Tu avais raison, Nikolaî, c’est un drôle
de client qu’on a là,  venez, les amoureux ! On a
bien mérité de boire un coup, puis on va dîner. »
 
Dans le salon de Peter, c’est jusqu’à présent 
Monique et Gisela qui assuraient le service, ayant
peu à faire par ailleurs, il les mit au courant de
ce qui venait de se passer, heureusement
qu’elles n’avaient plus rien dans les mains.

Après quelques apéros et un bon dîner, Peter
Nikolaï, Hans et Tekla retournèrent près
d’Helmut qui leur dit:

« Les tests sont à peu près bons, il y aura tout
de même quelques améliorations à prévoir, je
sais que vous devez bientôt vous reposer, on
verra ça demain matin, lorsque cela sera
fait, vous pourrez m’assigner mes missions. »

Peu avant de s’endormir, Peter:
« S’il est aussi compétent qu’arrogant, la fin
de nos ennuis approche. »

Quelques jours plus tard, Peter:

« Bon, Helmut, je veux que tu constitues une
équipe avec dix androïdes qui te soient
identiques, que tu commanderas, tu sais
comment nous sommes organisés, tu
coordonneras les mêmes équipes parmi les
tiens. »

Helmut: « Je vois, tu auras  la liste du matériel
nécessaire à la fabrication de dix
androïdes, d’après ce que j’ai vu dans la zone
des stocks, il se pourrait que tu aies déjà ce
qu’il faut.

Si tu me demandes combien de temps, il faut
compter un an, mises à jour inclues. »

Peter: « C’est un bon délai, j’attends ta liste
et on fera le tri ensemble. »

Helmut: « Ca marche. »

Peu après, Peter prit connaissance de la
fameuse liste, et se dirigea, avec
Helmut, vers la zone des stocks.

« Je pense avoir à peu près tout, mais tu es
plus précis que moi, et as meilleure
mémoire, peux-tu me confirmer s’il manque
quelque chose ? »

Une heure plus tard:

Helmut: « Affirmatif, tu  as des codes à côté
des différentes pièces, tu peux cocher:

3x a2b8, 4 x g2f7, 2 x k2m3, enfin 7xp2q9.

Peu de chose en fait, que tu pourras te
procurer facilement. »

Peter: « Facilement, tu en parles à ton
aise, ce n’est pas toi qui va faire les courses
dans les villes dangereuses. »

Helmut: « Oui, j’ai eu accès aux vues par
satellites, et à diverses images, vidéos et
commentaires, cela ne s’arrange pas à
l’extérieur. »

Peter: « Que ferais-tu à notre place ? »

Helmut: « Simple, je mettrais tout en œuvre
pour quitter cette planète au plus vite, d’abord
ce que tu m’as dit de faire, constituer une
équipe de collègues qui m’apporteront leur
aide, vous, les humains, vivez peu de temps, je
pense que c’est pour cela que tu as prévu une
équipe scientifique, et une autre médicale, pour
rechercher dans cette grotte des composants
chimiques permettant de:

- Allonger votre durée de vie vers l’immortalité.

- Renforcer le plus possible nos structures.

- Créer un vaisseau spatial.

- Etudier les histoires d’espace/temps.

- Peut être aussi les transformations de matière
afin de devenir totalement indépendants au
niveau des aliments, boissons, et certains
autres produits.

- Fabriquer des armes pour le vaisseau, attaque
et défense.

Voilà ce qui me vient en premier, et je pense que
c’est aussi ton intention. »

« Bravo Helmut, c’est effectivement mon
intention globale, tu es très fort. »

« Pas encore assez à mon goût, mais vous
autres, pour des humains, vous êtes pas mal.

Dès que je pourrai procéder, et que l’équipe
sera constituée, nous ferons en sorte de rendre
ton projet réalisable, nous sommes associés
pour le futur. »
   
Un an plus tard, Helmut avait constitué son
équipe, les androïdes étaient désormais 11.

Les nouveaux venus s’appelaient:

Adolf - Fritz - Georg - Heinz - Kurt - Lothar 
Mark - Otto - Stefan - Walter.

Répartis comme suit:

Adolf, Fritz, Georg  équipe scientifique.

Heinz, Kurt, Lothar équipe médicale.

Mark, Otto, suivi informations.

Stefan, Walter, entretien des lieux, cuisine
et service.

Les deux premières années n’apportèrent
pas de résultats significatifs, l’équipe
d’Helmut avait pour objectif principal de
creuser les sous-sols, mais il fallut aller
assez loin et bas pour trouver deux corps
chimiques susceptibles d’intérêt.

Pendant ce temps là, chez les humains, tous
les couples s’étant formés depuis déjà
longtemps, certains avaient des enfants
qui approchaient les 10 ans.

Un mois plus tard, Peter qui était avec la
ravissante Théodora, cette dernière semblait ne
pas pouvoir en avoir, peu importe, ils avaient
d’autres préoccupations, à commencer par
suivre les avancées des androïdes.

Tous deux étaient en train de prendre un
apéritif dans leur salon lorsqu’Helmut
entra:

« Bonjour vous deux, il se pourrait que
j’ai une bonne nouvelle pour vous, charge
à vous d’en parler à vos amis.

L’une des dernières substances découvertes
que nous avons un peu travaillée, et que
nous appelons « l’ataran » peut allonger
votre durée de vie de plusieurs siècles.

Nous procédons à des dernières vérifications
avant de mettre au point un traitement
dont, normalement, vous pourrez bénéficier
dans une semaine.

La deuxième bonne nouvelle est plutôt pour
nous, l’autre substance modifiée que nous
baptisons «koraten » peut apporter à toute
structure métallique une résistance
multipliée par cent, sans changer aucune
autre propriété.

Nous entendons l’appliquer à nous-mêmes
avant de le faire lors de la constitution
d’un vaisseau spatial.»

Peter: « Excellent, en effet, sur combien de
siècles nous pouvons compter ? »

Helmut: « Si je le savais, je vous l’aurais
déjà précisé, mais nos recherches continuent. »

« Et pour le Koraten ?  On ne craindra plus
les météorites ? »

Helmut: « Exact, cela nous rendra
pratiquement invulnérables.

Je vous laisse, bon appétit. »  
 
Helmut quitta le salon, et Theodora:

« Cela mérite un autre apéritif, n’est-ce
pas chéri ?
Comme tu le dis si bien, on avance. »

Peter: « Oui, on va s’en reboire un, c’est
une grande avancée, mais le chemin à
parcourir reste encore long. »

Heinz, Kurt et Lothar n’ayant décelé aucune
contre-indication au traitement, il fût
administré aux humains et à la semaine
suivante, pas encore aux enfants qui
doivent attendre de devenir adultes.

Cinq ans s’écoulèrent, nos aventuriers
venaient de dépasser la quarantaine, mais
ils ne vieillissaient plus, les androïdes
pouvaient non seulement voler, mais aussi
se rendre indétectables, et ce sont eux
qui désormais faisaient les courses pour
l’alimentation, de préférence la nuit.

Puis, à un moment donné, Helmut:

« Deux autres bonnes nouvelles pour
vous, une première concerne les
aliments, nous venons de découvrir
comment convertir la matière, les
appareils adéquats seront constitués
en moins d’un mois.

Une seconde se rapporte à l’espace/temps.
C’est Fritz qui a découvert le chaînon, il
n’est que temps de construire le vaisseau
spatial, de quelle taille le voulez-vous ? »

Peter: « Un 200 mètres me paraît
raisonnable.
Combien de temps ?»

Helmut: « Un an, durant le dernier mois, on
pourra y stocker tout le matos. »

Un an plus tard, le jour du départ
arriva, Helmut:

« Où allons-nous ? »

Peter: « Il nous faudra tester les propulseurs. »

Helmut: « Ok, on procède. »

Le vaisseau, appelé le « Tekla », allez donc
savoir pourquoi, abattit des parois de la
grotte avec des canons transformateurs, avant
de décoller, et d’apparaître à l’air libre.

Quelques minutes plus tard, Adolf et Mark:

« Vitesse 10.000 km/s, indice 0.08 »

Peter: « Plutôt bien, Fritz a fait du bon
boulot. »

Helmut: « Oui, d’après ce qu’il m’a dit, attendons
nous à d’autres surprises. »

Une heure plus tard, Mark:

« Vitesse, 10.000 fois la V.L. Indice 11.2 »

Peter: « D’après ce que j’ai cru
comprendre, pour conserver l’autonomie des
réacteurs, il ne faut pas que l’indice soit
supérieur à 80. »

Helmut: « Exact, ce qui nous laisse encore
une sacrée marge. »

Le lendemain.

« Vitesse, 2.000.000 fois la VL, indice 49.7 »

Helmut: « Intéressant, vers où ? »

Peter: « Maintenons la vitesse, direction
la M32. »

-----***----- 
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 24 Juin - 00:47 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com