KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L020

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 130

MessagePosté le: Sam 24 Juin - 00:49 (2017)    Sujet du message: L020 Répondre en citant

2020 A Hamburg, un certain Jaroslaw Bukowski 27 ans
se trouve dans un bar, vers 1 heure du matin, avec
deux copains de bistrot, en train de boire des schnaps.

« Je n’ai plus de clopes, les mecs, encore un tabac
d’ouvert dans la zone ? »

Hans: « Ouais, mais on peut te dépanner. »

« Merci, Hans, mais on ne fume pas les mêmes, où
est-il, ton tabac ? »

Hans: « Tu sors du bar par la droite, puis première à
droite, à 50 mètres. »

« Ok, j’y vais, j’en ai pour cinq minutes. »

Jaroslaw quitta le bar pour se diriger vers le tabac, il
ne travaillait pas, c’était une sorte de raté, de
loser, qui ne s’adaptait pas à la société, il n’admettait
aucune contrainte, et passait son temps dans les bars.

Fils de Jacek et d’Anna Bukowski, polonais d’origine
émigrés à Hamburg, son père était un dirigeant
syndicaliste, sa mère, secrétaire dans une mairie, tous
deux gagnaient correctement  leur vie, ce qui
permettait à leur fils unique de mener sa vie
d’égoïste, qui ne pensait qu’à lui.

Il avait la capacité de faire des études, et était même
doué pour certains sports, solide, grand, six pieds
deux pouces, mais tout cela ne l’intéressait pas, il
était une véritable désolation pour ses parents
qui, néanmoins, tenaient à lui comme à la prunelle
de leurs yeux, il était toujours domicilié chez eux.

Il venait de quitter l’avenue pour se diriger vers le
tabac qu’il apercevait, encore allumé, mais il avait
un besoin liquide à satisfaire, il décida de procéder
au beau milieu de la rue, mal lui en prit car une
voiture arrivant à grande vitesse le renversa très
brutalement, le conducteur avait également trop
bu, et n’avait pu s’arrêter à temps, l’individu du
même genre que Jaroslaw, et tout aussi dénué de
morale, recula brutalement jusqu’à un croisement
situé 100 mètres plus loin, et prit la fuite.

La tête de Jaroslaw avait très fortement heurté
le sol, il gisait là, inanimé.

Ses deux potes de bar ne le voyant pas revenir
s’inquiétèrent, Hans dit à Kurt:

« On devrait aller voir. »

Kurt:« Ouais, c’est pas normal, allons-y. »

60 mètres plus loin:

Kurt: « *****, regarde Hans, il est là, par
terre, mais qu’est-ce qui s’est passé ?
On fait quoi ? »

Hans: « Dans l’état où il est, je vais appeler un
Hôpital dont j’ai le numéro, bordel, quelle fin
de soirée… »

Une demie heure plus tard, une ambulance arriva
sur les lieux, deux hommes costauds en
sortirent, chargèrent Jaroslaw, et s’apprêtaient
à partir lorsque l’un d’eux s’adressa à Hans:

« Je suppose que vous êtes de ses
copains, savez-vous qui on peut joindre ? »

« Ben, Kurt et moi, somme allés une fois chez
lui, on vous donne son adresse. »

Dans la matinée qui suivit, l’hôpital tenta
d’appeler, mais les parents travaillaient, ce n’est
qu’à midi et demie, lorsque sa mère qui rentrait
tous les jours pour déjeuner, la mairie étant
très proche, qu’elle apprit la triste nouvelle, elle
appela immédiatement son mari, tous deux se
rendirent à l’Hôpital.

A la réception:

« Bonjour Madame, notre fils Jaroslaw Bukowski
est ici, dans un état grave, paraît-il, que
s’est-il passé ? »

« Bonjour Madame, bonjour Monsieur, étant à la
réception, je ne peux vous répondre, mais le
Docteur Kellermann va pouvoir le faire, je l’appelle. »

Quelques minutes plus tard:

« Je suis le Docteur Andreas Kellermann , suivez
moi, nous pourrons parler dans mon bureau. »

« Bon, prenez place, votre fils est salement touché
à la tête, d’après les traces laissées par les
chocs, il a dû être renversé par un chauffard, qui a
pris la fuite, deux côtes cassées, ça, ça n’est pas
grave et devrait se  remettre rapidement, votre fils
est costaud, mais pour la tête, qui a dû heurter la
chaussée, c’est beaucoup plus inquiétant, nous
devons encore procéder à des analyses, n’étant
pas en mesure de vous donner un diagnostic
maintenant, je vais vous demander de revenir
demain, il est encore vivant, je pourrai alors vous
en dire plus. »

Dans les jours qui  suivirent, les parents de
Jaroslaw rencontraient régulièrement le Docteur
Kellermann qui leur fit clairement comprendre
que leur fils était dans le coma pour une durée
indéterminée, et que des appareils respiratoires
le maintenaient en vie.

« Nous faisons ce que nous pouvons, il est nourri
au glucose, et avec d’autres composants de
base, il respire, il a un traumatisme crânien très
important, avec des dégâts dans le cerveau, qui
sont imbriqués de telle façon qu’une opération
n’est pas envisageable actuellement, nous ne
pouvons que lui maintenir ses fonctions vitales, et
attendre une éventuelle amélioration, il va falloir
vous armer de patience, avec le temps, ou bien
il s’en remettra, mais probablement pas sans
séquelles, ou bien il restera dans un état
comateux, et là, il faudra penser à prendre une
décision, comme vous devez vous en douter, mais
cela n’est pas pressé, nous continuerons à faire au
mieux, et à croiser les doigts. »

Plusieurs mois passèrent, Jaroslaw Bukowski était
toujours dans le coma, ses parents venaient le voir
le plus souvent possible, le Docteur Kellermann
évitait de les bousculer pour prendre une
décision, tout en leur rappelant que s’il leur
accordait encore du temps, cela ne pouvait durer
indéfiniment.

Quelques semaines plus tard, alors que les parents
se rendaient vers la chambre de
Jaroslaw, accompagnés du Docteur, ce dernier
allait leur rappeler la décision à prendre, mais il se
ravisa, car ils entraient dans la chambre en question.

Au bout de dix minutes, Jaroslaw ouvrit les yeux !

Ses parents étaient près de lui, mais le Docteur
avait quitté la salle pour d’autres tâches.

« Jacek, va chercher le Docteur!

Tu vois comme moi qu’il vient d’ouvrir les yeux ! »

« J’y vais. »

Jaroslaw semblait étonné, mais il ne pouvait
parler, sur yeux se portèrent sur sa mère qui se
rapprocha de lui, son regard passa de la surprise
à l’interrogation, il devait se demander ce qui
lui arrivait.

Le Docteur entra avec Jacek, et pût constater le
fait, il disposait d’une longue habitude de pouvoir
lire dans le regard des malades, et dit:

« Une sacrée surprise, et plutôt bonne, ne
cherchez pas à lui parler pour le moment, dans
quelques minutes, nous tenterons de lui retirer
le respirateur pour voir si les fonctions
reprennent normalement, par la suite, nous
pourrons lui parler et procéder à une rééducation
par les mouvements, puis envisager une
alimentation normale, surtout restez calmes, je
fais venir des personnes qui vont s’occuper de lui. »

Cinq minutes plus tard, deux infirmières
entrèrent, l’une d’elles:

« Bonjour Messieurs Dames, ma collègue et moi
allons lui retirer tout doucement le
respirateur, nous avons l’habitude, depuis des
mois, de le surveiller, ne vous faites pas de
soucis, bien sûr, lorsque nous allons lui
parler, nous ne connaissons pas encore ses
réactions, il vaudrait mieux que vous restiez là. »    

Jacek: « C’est bien notre intention, Madame, nous
aussi, sommes impatients de savoir comment il
va réagir. »

Cinq minutes plus tard, le Docteur étant revenu:

Jaroslaw: « Qu’est-ce que je fais ici ?

Que m’est-il arrivé ? »

Le Docteur Kellermann laissa le soin aux parents
de lui expliquer qu’il sortait d’un an de coma, qu’il
avait été renversé par une voiture, qu’il
avait,  durant ce temps, été mis en respiration
artificielle et nourri au glucose, parmi
d’autres détails.

Jaroslaw marqua ce qui semblait être un temps de
réflexion, puis:

« Bon, tout n’est pas encore clair dans ma tête, je
vois passer des choses bizarres, mais je ne ressens
pas de douleurs. »

Anna: « Tu nous reconnais ? »

« Bien sûr que je vous reconnais, heureusement. »

Au cours des jours qui suivirent, une rééducation
des mouvements, puis une nourriture par voie
normale, se firent sans difficulté apparente, Le
Docteur Kellermann dit aux parents:

« Nous allons encore le garder quelques jours pour
d’ultimes examens du cerveau, il s’exprime
normalement, mange plutôt bien, ce qui lui
permettra de reprendre du poids, car il avait perdu
trente kilos, si, comme je l’espère, votre fils s’en
sort sans séquelles, ce qui tiendrait du
miracle, notre équipe en sera très heureuse. »

Anna: « Pas autant que nous, Docteur, croyez
le bien. »

Au bout du délai, le Docteur dit aux parents:

« Vous pouvez l’emmener, je suppose que les
résultats de nos dernières analyses vous intéressent ?

Alors les voici, ils tiennent vraiment du
miracle, je n’ai moi-même jamais vu un tel cas:

Son cerveau s’est pratiquement reconstitué en
totalité, une sorte de remise en bon ordre de tout
l’intérieur, côtes et crâne en parfait état, mais il y
a une petite variante, dans trois cavités qui ne se
sont pas totalement refermées, normalement, ces
trois cavités sont séparées les unes des
autres, alors que dans son cas, une sorte de
réseau de communications par des nerfs et des
synapses s’est établi entre elles, quelles en sont
les conséquences, si conséquences il y a ?

Je n’en ai aucune idée, si par la suite, il y a des
problèmes, il faudra consulter un bon neurologue. »  
 
Jacek: « Merci Docteur, et remerciez toute votre
équipe, nous reviendrons vous apporter des
cadeaux, mais oui, mais oui, vous les avez
largement mérités, notre fils, bien qu’il ait fait
des bêtises, est solide, je sens que tout ira
bien, nous revivons. »

Jaroslaw marchait de nouveau, lentement, mais
sans trop de difficulté, il précisa:

« Pas fâché de rentrer à la maison, je sens que je
manque encore d’un peu de force, mais n’ai pas
de douleurs, cela devrait aller. »

Jacek: « Ne te fais pas de soucis, nous sommes
venus en voiture. »

Une fois à la maison, Jaroslaw:

« J’ai faim. »

Anna: «On va te préparer un bon steak, avec des
frites, et on va sortir une bonne bouteille, ce sera
prêt dans 10 minutes. »

« Pas de problème, un steak-frites, super, j’ai
besoin de prendre du poids, de me reconstituer. »

Jacek: « Te souviens-tu du passé ?

De tout ? »

« Attends Papa, laisse-moi réfléchir. »

C’est la première fois depuis 15 ans qu’il appelait
son père Papa, ce dernier pressentait que ses
réactions étaient différentes.

« Oui, à peu près, je crois que c’est clair, qu’est-ce
que j’ai pu faire comme conneries…

Je pourrais presque remercier le chauffard, peu
importe qui il est, maintenant je veux apprendre
le plus de choses possibles, mon ordi va me
servir, puis je vais refaire du sport, si vous pouvez
m’héberger encore deux ou trois ans, cela me
permettra de me préparer à me rendre utile en
trouvant un job. »

Jacek: « Mais bien sûr, mon garçon, tu es ici chez
toi et peux rester autant que tu le voudras, notre
appartement est grand, nous avons de la place. »

Dans les jours qui suivirent, Jaroslaw sortait une
heure le matin, sans quitter son quartier, puis
passait des heures sur son ordi, puis d’autres à
un entraînement physique, des pompes parmi
d’autres exercices, il ne refusait pas un bon
apéritif, ou un verre de vin en mangeant, mais
n’allait plus dans les bars, ancien gros fumeur, il
avait encore bien quelques envies de temps à
autre, mais il y résistait sans problème, ses parents
constataient une grande différence de
comportement, il était nettement plus respectueux.

Une après-midi, alors qu’il méditait:

« Je reprends du poids et de la force, je dirais
même que je tiens une forme oubliée depuis
longtemps, j’ai 28 ans maintenant, il n’est que
temps que je fasse mes preuves, un jour, mes
parents seront à la retraite, et j’aimerais qu’ils
fassent une fin de parcours tranquille, sans que je
leur cause des soucis.

Quelque chose en moi a changé, le Docteur a parlé
de trois cavités dans le cerveau qui se sont
constituées un réseau de communications, cela
expliquerait peut-être toutes les choses étranges
que je vois, notamment des formules
mathématiques, il me faudra vérifier si je les
retrouve sur le net, et à quoi elles peuvent
servir, j’en ai bien une idée, mais… »

Deux mois passèrent, Jaroslaw était inscrit dans
un club de sport qu’il fréquentait quasi
quotidiennement, on y pratiquait des disciplines
multiples, lui, s’intéressa au karaté, à la course, et
à quelques autres dans l’athlétisme, et aux
poids, il était revenu à 90 kilos, tenait une sacrée
forme, et commençait à disposer d’un bon paquet
de muscles.

« Bon, maintenant, je vais m’impliquer dans le
manuel, en plomberie, en électricité, fabriquer des
objets, bricoler, bref, être complet dans le plus de
domaines possibles, d’après ce que j’ai appris sur
le net et à la télé, j’ai d’ailleurs acquis une mémoire
que je ne me connaissais pas, l’humanité ne
s’améliore pas, et les problèmes climatiques non
plus, me choisir une voie ?

Je ne peux pas encore le faire, car je dois me
construire d’abord, pour réussir en quoi que ce
soit, ce sont les moyens qui comptent, et c’est-ce
que je dois acquérir. »

Quand il en avait l’occasion, il aidait ses parents, il
apprenait la cuisine, descendait les poubelles, faisait
des courses, à la grande satisfaction des intéressés
qui travaillaient plus que jamais, dégagés de
tout souci.

Par la suite, il s’intéressa à de nombreux
domaines, les manuels, puis son ordi, puis le
maths, les sciences, la médecine, les recherches, il
se tenait constamment à jour sur les
politiques, finances, et autres évènements, son
cerveau spécial et sa mémoire hors normes lui
permettaient de faire en quelques mois ce que
d’autres, et non des moindres, mettraient des
années à maîtriser, il avançait dans tous les
domaines de plus en plus vite, tout en sachant
que certaines voies ne lui seraient pas accessibles
par manque de diplôme, qu’importe, il
pratiquerait en autodidacte, de loser, il était
devenu un redoutable winner que rien ne pouvait
décourager, mais il n’avait pas encore trouvé sa
voie, il savait aussi qu’en ne perdant pas de
temps et en continuant à accumuler des
connaissances et autres pratiques, il finirait
par aboutir.

Du temps passa, un jour, en se dirigeant vers son
club de sport, il rencontra Hans et Kurt:

« Tiens, Jaroslaw ! Alors, comment vas-tu ?

Ca fait longtemps qu’on n’a pas eu de
nouvelles, allons boire un coup. »

« Salut Hans, salut Kurt, comme vous devez le
savoir, j’ai fait un an de coma, je vous remercie
d’avoir appelé l’hôpital, cela me rend débiteur
envers vous, je suis content de vous revoir, mais
malheureusement, maintenant, je n’ai pas de
temps car j’ai un rendez-vous administratif, par
ailleurs, je n’ai plus droit à l’alcool ni aux
cigarettes, il y a toujours des conséquences à
tout, je suis en recherche de boulot, et je dois y
aller, par la suite, si ça va mieux, je sais où vous
trouver, allez, à un de ces quatre. »

Hans: « Ben, ok, Jaroslaw, bonne chance pour ton
boulot, à la prochaine. »

Lorsqu’il les eut quittés, Kurt:

« Bizarre, il a l’air d’avoir une sacrée forme, bien
plus qu’avant, il ne veut plus nous voir ou quoi ?

Plus de cigarettes, plus d’alcool ? »

Hans: « Je ne sais pas trop, s’il a rendez-vous pour
un boulot, c’est peut-être vrai, il a toujours été à
la charge de ses vieux, ils en ont peut-être
marre, et puis avec son coma, peut-être qu’il ne
peut plus boire ni fumer, il fait une sorte de
rééducation. »

Kurt: « Possible, mais pour un rééduqué, il se
porte vachement bien, et son cerveau qui a été
atteint, fonctionne aussi plutôt bien, enfin…

Allons boire un coup à sa santé ! »

Jaroslaw, de son côté:

« C’est sûr qu’avec Hans et Kurt, on était de sacrés
potes, mais des copains de bar, et rien d’autre, on a
eu de bons et de moins bons moments dans les
bêtises et dans les cuites, mais les circonstances
sont différentes, mes projets aussi, il vaut mieux
que je ne les revoie plus. »

Trois ans plus tard, Jaroslaw était toujours chez ses
parents, mais il avait une somme de connaissances
et de capacités qui dépassaient de loin celles de
quiconque, de plus, il disposait de pouvoirs
paranormaux, qu’il avait longuement
entraînés, devenu ceinture noire de karaté, puis
capable de performances en athlétisme digne des
jeux olympiques, il disposait de moyens hors
normes, il avait également fait du travail
temporaire dans diverses activités manuelles, en se
proposant d’aider sans affectation officielle ni
rémunération, il savait tout faire de ses
mains, certains de ses collègues du moment
l’avaient surnommé « manitas de plata » et
voulaient le faire embaucher, mais le dernier
problème à résoudre était ailleurs, toujours le
même, dans quelle voie poursuivre ?

Celles qui pouvaient l’intéresser exigeaient des
études officielles qu’il n’avait pas faites, d’autre
part, les humains ne l’intéressaient pas
vraiment, les femmes non plus, il avait bien
l’exemple de ses parents qui formaient un couple
uni, mais son cerveau devenu spécial le portait
dans une autre direction, il ne voulait surtout pas
devenir célèbre, il tenait à la vie, et pensait même
à un moyen de la prolonger, l’espace le tentait
aussi, ses parents savaient exactement ce qu’il
était devenu, et se révélèrent tout aussi aptes à
garder ce secret, un jour, au cours d’une
discussion avec eux.

Jacek: « J’ai réfléchi à ton problème, et au fait
que tu sois hors normes, donc plus vraiment de
ce monde, je ne vois qu’une seule solution, que
tu aies un laboratoire de recherche et de création
à toi, mais je suppose que tu y as déjà
pensé, évidemment, ce serait un gros projet qui
nécessite énormément de moyens, être
indépendant, travailler en secret, disposer du
matériel nécessaire, dans le cas d’un labo en
sous-sol, indétectable, il faudrait encore
beaucoup d’autres choses, et principalement
beaucoup d’argent, je crois que c’est-ce dernier
point qui serait le plus important. »

« Très bien raisonné, Papa, tu n’es pas un leader
syndical pour rien, je sais de qui tenir, les détails
techniques, je pense pouvoir résoudre, mais
l’argent c’est une autre affaire, il y a bien les
jeux, gagner pas mal d’argent sur les jeux tout en
restant anonyme serait une bonne
préparation, encore que l’anonymat ne serait pas
évident, dès que tu as de l’argent, les banques te
suivent de près, les autorités aussi. »

« Oui et non, si tu parviens à en gagner
beaucoup, il y a les paradis fiscaux, et pour
démarrer, il y a  aussi mon frère aîné, Yvan, qui
commence à se faire vieux, et qui est tout seul, en
plus, il t’aime bien, tu pourrais faire un
arrangement avec lui en achetant son sous-sol que
tu connais, il n’y stocke plus grand-chose, et il est
à 10 mètres en profondeur et… »

« Oui, je vois ton idée qui m’en donne d’ailleurs
une autre, il est à peu près à 100 kilomètres
d’ici, plus au nord vers Rensburg, je crois, la
surface serait bonne pour un labo de début, faudra
qu’on aille le voir, je peux créer des logiciels, et
je sais où et à qui les vendre, mon labo sera alors
un lieu de création de logiciels, du moins
officiellement, le reste étant mon problème, je peux
déjà allonger ma durée de vie de par mes
pouvoirs, mais cela ne suffit pas, il faudra que je
trouve autre chose, je vais m’occuper des jeux pour
gagner de l’argent, après, on ira voir mon
oncle, normalement il me faudrait un assistant, mais
peut-être vais-je en créer un. »

Anna: « Un robot ?

Ou un androïde ?

En serais-tu capable ?

Et puis je connais aussi le sous-sol de Yvan, pour le
rendre confortable, il y a tout un tas de choses à
faire, et faire ça tout seul… »         

« Oui, Maman, je dois pouvoir créer un
androïde, même intelligent, quant à aménager le
sous-sol de mon oncle, un système d’eau, électrique, de
chauffage, d’air, indépendants, je peux faire tout
cela, ainsi qu’un salon et une chambre
confortable, une salle de bains il y aurait même la
place pour une piscine, il fait près d’un hectare, mais
bien sûr, cela risque de me prendre des années. »

Jacek: « Alors pour cela, il faut de l’argent, voilà le
principal problème à résoudre. »

« Je m’en occupe dès cet après-midi. »

Anna: « En attendant, on peut prendre un bon apéritif
et déjeuner, cela ne nous fera pas de mal. » 

Dans l’après-midi, Jaroslaw s’installa confortablement
dans sa chambre pour réfléchir:

« Je ne veux pas être connu, mais un inventeur de
logiciel l’est inévitablement, il est vrai que sous cet
aspect, il n’y a pas de danger, si je paie mes
impôts, tout ira bien, mais si je parviens à créer un
androïde, je sais même que les japonais leur donne
un aspect humain, mais trouver les matériaux
compliquera les choses, on verra par la suite, si
mon premier androïde est suffisamment intelligent
pour pouvoir en créer d’autres, et me servir
d’assistant, avec une équipe d’androïdes, on
pourrait alors déménager dans un lieu plus
secret, et pourquoi pas un vaisseau spatial?

A voir par étapes.

La première est de m’occuper des jeux, ma mère a
des relations à la mairie, mais a-t-elle des éditeurs
de bouquins de science fiction, faudra que je lui
demande, pour le moment, feu sur les jeux ! »

Il se mit devant son bureau et son ordi.

Un an s’écoula, Jaroslaw disposait de près d’un
million d’Euros, mais il devrait en reverser une
partie aux impôts.

« Me constituer en société ne me coûterait que
17% d’impôts, plus de 800.000 € au départ c’est un
bon début, surtout que d’autres vont bientôt
s’ajouter, il est temps d’aller avec mes parents, voir
mon oncle. »

Son père et sa mère, du même âge, avaient 60
ans, Yvan, l’oncle, dix de plus, et commençait à
fatiguer, voir sa famille lui rendre visite lui fit un
grand plaisir, ils restèrent sur place durant le
week-end.

Yvan: « Tu vois, mon garçon, ce sous-sol est
grand, mais peu aménagé, c’est une sorte
d’immense cave à température constante, 12
degrés, au début, j’y ai stocké du foin pour le
bétail, et à une époque, ayant gagné pas mal
d’argent, j’y ai entreposé du vin, mais les derniers
temps ont été plus difficiles, comme tu le vois, il
n’y a plus de vin, et je n’ai pratiquement plus de
bétail, en plus, je vieillis, alors si tu en as besoin
pour te faire une société de comment tu dis
déjà, logiciels ?

Il va falloir l’aménager, et il y a du boulot, je n’ai
malheureusement plus beaucoup d’argent, une
petite retraite, si tu as 100.000 Euros, ça m’ira
très bien. »

Yaroslaw: « Sans problème, je vais même faire en
sorte que tu ne paies rien dessus, je te les apporte
dans quelques jours, pour les quelques bottes de
foin qui restent, je vais les mettre dans la
grange, car dès que je vais revenir, je m’occupe
de l’aménagement. »

Dans les semaines qui suivirent, Jaroslaw s’acheta
un 4/4 tout terrain, deux ordis dotés d‘une
configuration de haute volée, puis des machines, du
métal, des câbles, des systèmes électroniques, il
savait exactement quoi prendre pour sa première
étape, il n’oublia pas trois congelos de 1000 litres et
des frigos, il partageait la moitié de son temps entre
le domicile de ses parents, et l’aménagement de son
sous-sol, l’adresse de sa société serait celle de son
oncle, il laissa un ordi et quelques annexes dans sa
maison pour donner le change, pour le début, ça
irait, au domicile de ses parents, il continuait les
jeux, dans le sous-sol, l’aménagement, cela lui prit
trois ans, à ce stade, son nouveau domicile était
très confortable, disposait même d’une
piscine, chauffage réglé à 20 degrés, il avait alors
35 ans, et était à la tête de plus de deux millions
d’Euros nets.

« Bon, alors, Papa, Maman, vous savez que je vais
bientôt partir, j’en profiterai pour suivre un peu la
santé de mon oncle, mais un ou deux jours par
semaine, je serai là, avec vous, en somme, je ne
serai pas tout à fait parti. »

Anna:«C’est très bien, mon chéri, mais
surtout, surveille bien ton alimentation, c’est
important. »

« Bien sûr Maman, vous prendrez bien un
week-end pour voir Yvan et mon aménagement
dernier cri, j’ai tout fait moi-même, voyez, ça n’a
pas été si long. »

Jacek: « Oui, bien joué, fils, mais le plus dur reste
à faire. »

« Si tu parles de l’androïde, j’ai tout ce qu’il faut
pour le faire, sans me presser afin de ne pas
commettre d’erreurs, peut-être deux ou trois ans. »

Jacek: « Comment vas-tu l’appeler ? »

« Je n’en suis pas encore là, mais si vous avez une idée. »

De retour dans son sous-sol, après avoir déjeuné avec
son oncle qui, de plus en plus fatigué, faisait une
sieste, il regarda longuement son nouvel
environnement, puis:

« Bon, je ne fume plus, mais cela ne va pas
m’empêcher de prendre un bon whisky…

Pour l’androïde, il me faudra bien compter deux ou
trois ans, car je n’aurai pas que cela à faire, mon
oncle, qui a travaillé  dur toute sa vie, commence à le
payer, il est à suivre de près, il me faudra retourner
deux jours par semaine chez mes parents, pour les
jeux, il me faut plus d’argent, ici, je constitue mon
entreprise de création de logiciels, jeux ou
autres, maison de mon oncle en un premier
temps, ce sous-sol doit rester secret, je dois trouver
un moyen de masquer l’accès
monte-charge, enfin, n’oublions pas mes pouvoirs
paranormaux, je dois continuer à les travailler et
maintenir un entraînement minimal pour mon
physique, il me restera au maximum trois jours par
semaine, même pas complets, à consacrer à
l’androïde qui reste l’objectif le plus important, dont
dépendra toute la suite, Papa avait raison, le plus
dur reste à faire. »

Jaroslaw commença par revendre le peu de bétail
de son oncle, puis s’occupa de l’accès au
monte-charge, qu’il modifia par une plaque
coulissante, recouverte de terre et d’un massif de
fleurs, qu’il étendit bien au delà de la plaque, afin
d’en faire un ensemble cohérent.

« En cas de contrôle par les autorités, ils n’y verront
que des fleurs.

Ma société officielle aura pour siège social la maison de
mon oncle. »

Ce dernier décéda l’année suivante, à l’âge de 72
ans, Jaroslaw hérita de la maison et du
terrain, acquitta les taxes correspondantes, tout se
présentait au mieux, mais il passa un certain temps
à améliorer l’intérieur de la propriété afin de rendre
son Siège Social crédible, la partie création de
logiciels serait distincte de ses activités au
sous-sol, qui n’était qu’à 50 mètres de la maison.

Cinq années passèrent, il avait maintenant 41
ans, ses parents étaient à la retraite, il continuait à
les voir deux jours par semaine, mais il avait
considérablement progressé dans ses pouvoirs, il
pouvait maintenant se téléporter directement du
sous-sol à la maison, soulever par télékinésie des
objets de plusieurs kilos, et lire les pensées, la
télépathie pouvant également lui être utile.

Il avait par ailleurs acquis quelques cristaux, sur
lesquels il travaillait pour tenter de créer de la
matière, mais là, les résultats se faisaient
attendre, les cristaux étaient peut-être trop
petits, ou ce n’était pas les bons, il décida de
reporter le problème, car son androïde était enfin
prêt, six pieds de haut mais pas d’apparence
humaine, il avait bien étudié les progrès effectués
au Japon et aux USA, mais acquérir certains
matériaux était trop compliqué, le temps lui
manquait, ce n’était pas le plus important, il avait
fini par affubler son androïde au nom de Jacek2, il
n’était que temps de voir s’il fonctionnait.

« Allons-y, mettons le en action. »

Il appuya sur le bouton d’une télécommande, un
signal lumineux vert s’alluma sur le thorax de
Jacek2, puis quelques secondes plus tard:

« Ici, Jacek2, je suis un androïde, créé par
Jaroslaw Bukowski, mes circuits sont en cours
d’animation, que dois-je faire ? »

« Salut Jacek2, est-ce que tu me vois ? »

« Oui, je vous vois et vous reconnais, vous êtes mon
créateur, que puis-je faire pour vous ? »

« Tu peux me tutoyer, et m’appeler par mon
prénom, nous allons former une équipe, déplace-toi
dans ce sous-sol, et effectue tous les contrôles
internes sur ton fonctionnement afin de déceler
d’éventuelles anomalies. »

« Entendu Jaroslaw, je procède. »

Une demie heure s’écoula, puis:

« Contrôles effectués, aucune anomalie décelée, tout
est en ordre. »

« Alors maintenant, tu vas venir avec moi devant
l’ordi que tu vois là, je vais te montrer comment
l’utiliser, afin que tu puisses procéder à ta mise à
jour, mon ordi contient toutes les informations
nécessaires que tu pourras consulter. »

Une petite heure s’écoula encore, Jacek2 savait
utiliser l’ordinateur de Jaroslaw:

« Je peux consulter tout le contenu de cet ordi
Jaroslaw, je m’en occupe dès maintenant. »

« Ok, pendant ce temps là, je fais un saut à la maison. »

Jaroslaw se mit au travail devant son autre ordi, afin
de créer un nouveau logiciel de jeu sur lequel il
compte augmenter sa cagnotte.

« Il va passer des heures, voire des jours à consulter
mon ordi, lorsqu’il sera à jour, c’est là que je pourrai
situer son intelligence, ma télépathie ne s’applique
pas à lui, du moins pas encore, mais revenons à ma
petite affaire. »

Quelques heures plus tard:

« Bon, mon jeu en cours de création se présente
bien, si je le termine comme je veux,  il va me
rapporter pas mal, mais allons voir où en est Jacek2. »

Il se téléporta directement au sous sol, et:

« Alors Jacek2, ça va comme tu veux ? »

« Très bien, Jaroslaw, d’après la mémoire prise par
les applications du système, par rapport à ce que
j’ai déjà vu, il me faudra trois jours pour tout parcourir.

J’ai déjà vu un certain nombre de choses très
intéressantes, lorsque j’aurai tout consulté, et
que je serai à jour, j’aurai beaucoup à te dire, il y
en aura très probablement pour plusieurs heures. »

« Ok, disposes-tu d’une mémoire complète ? »

« Tout à fait, je retiens tout, et je sens que j’ai
encore pas mal de place. »

« Alors je te laisse continuer. »

Jaroslaw retourna dans la maison, il préférait y
dormir plutôt qu’au sous-sol, pourtant plus
confortable, et il se demanda pourquoi, en souvenir
de son oncle ?

Une sorte de claustrophobie ?

Il ne pouvait le dire, le noir absolu du sous-sol lorsque
tout était éteint ne lui plaisait pas trop, vague
souvenir du coma ?

« J’en profiterai pour aller dès demain chez mes
parents, le jeu en cours ?

Ca peut attendre, une petite détente ne me fera
pas de mal. »   

 Trois jours plus tard, de retour dans son
sous-sol, Jaroslaw regarda Jacek2 qui se promenait
en inspectant les lieux:

« Tu es pas mal là, Jaroslaw, pourquoi dors tu dans
la maison ? »

« Je ne le sais pas exactement, Jacek2, mais ces deux
derniers jours, j’étais chez mes parents, et ne suis
rentré qu’hier soir. »

« Ah oui, tes parents, je les connais à travers tes
descriptions, de braves gens, qui commencent à
vieillir, c’est bien de leur tenir compagnie de temps
en temps, et cela te fait une détente, car là, tu me
sembles fatigué.

Ainsi, tu m’as donné le prénom de ton Père, Jacek. »
« Décidément, tu es très fort, et rien ne semble
t’échapper. »

« Tu n’es pas mal non plus, Jaroslaw, d’après tout ce
que j’ai vu dans l’ordi, sans parler du net, les humains
ont encore beaucoup à apprendre, et il serait plus que
temps qu’ils le fassent, autrement, ils courent à la
catastrophe.

Comme je le pensai au départ, j’aurai beaucoup de
choses à te dire, mais il me semble préférable
d’attendre demain. »

« Tu as raison, je vais me coucher. »

Le lendemain matin:

« Bonjour Jaroslaw, est-tu prêt à parler de tes
projets, car c’est-ce qui est le plus important, je crois. »

« Bonjour Jacek2, tu connais déjà mes projets, bien
sûr que nous allons en parler, mais je préfère d’abord
écouter ce que tu as à dire d’après ta mise à jour. »

« D’accord, on va procéder comme ça, je dispose
désormais de toutes les connaissances des
humains, ainsi que de quelques unes des tiennes, plus
avancées, mais finalement, te dire que j’ai tout retenu
n’a aucun intérêt, tout doit s’articuler autour de tes
projets, on va commencer par tes cristaux, tu ne peux
rien en tirer, non seulement ils sont trop petits, mais
ce ne sont pas les bons, je t’indiquerai ceux qui sont
nécessaires, mais ils ne sont pas faciles à
acquérir, pour ta durée de vie, il existe
effectivement deux plantes en Antarctique, et nulle
part ailleurs, dont on pourra tirer un concentré qui
peut te rendre immortel, mais il faut aller les
chercher, tu sauras où, si tu penses à creuser dans
ce sous-sol pour trouver des
découvertes, malheureusement, il n’y a rien d’utile, là
aussi, la vérité est ailleurs, en ce qui concerne la
constitution d’une équipe complète, avec une dizaine
d’autres androïdes, oui, c’est possible, d’après mes
calculs, si c’est moi qui m’en charge, il faut compter
deux ans, et deux conditions sont nécessaires, la
première que tu pourras résoudre facilement, est de
m’apporter trois modifications dans les zones que je
t’indiquerai, et la deuxième, de disposer du matériel
adéquat pour constituer dix partenaires, là non
plus, je ne me fais pas trop de soucis, car je sais
comment tu vas procéder, à partir de là, comme tu le
pensais d’ailleurs, la suite ne pourra se constituer
qu’avec une équipe complète qui devra procéder à
des recherches, tant pour ton autonomie alimentaire
que pour le vaisseau spatial, sans parler du nouveau
site à trouver car ce sous-sol ne sera pas suffisant. »

« Ffff, là, tu fais fort, bravo, on avance, la première
phase sera facile, je te fais les modifications dont tu
as besoin, et tu me fais une liste complète du matériel
nécessaire à la constitution de l’équipe, on pourra
attaquer ça dès demain ? »

« Sans problème. »

« Les plantes en Antarctique, et les cristaux seront la
deuxième phase, je ferai tout pour les acquérir, la
troisième phase, autonomie alimentaire et
vaisseau, ce sera pour plus tard, on attaque la partie
la plus intéressante. »

« Et la plus difficile, surtout la deuxième phase, le
reste n’est qu’une question de temps. »

Trois ans passèrent, Jaroslaw n’avait pas perdu son
temps, après avoir récupéré du matériel auprès de
divers fournisseurs et autres magasins en payant
toujours cash, il avait permis à Jacek2 de compléter
son équipe, avec 11 androïdes à jour et disposant
tous des mêmes connaissances et possibilités, il
s’était déplacé jusqu’en Antarctique pour récupérer
deux plantes, avait fini par obtenir des cristaux
adéquats et de bonne taille d’une manière peu licite
et grâce à ses pouvoirs, mais seul le résultat
importait, il était désormais immortel, pouvait créer
de la matière grâce aux cristaux et à ses facultés, ce
qui lui permettait d’acquérir une autonomie dans
l’alimentation , les boissons et autres produits
d’entretien, il n’avait plus besoin d’argent alors qu’il
en avait beaucoup, il ne restait plus que le problème
du vaisseau spatial, qui exigeait un changement de
lieu, ses androïdes pouvaient voler,  et même
transporter des charges lourdes, Jacek2 avait
indiqué la ’’Terre Marie Byrd’’, près d’une chaîne de
montagnes, le sous-sol venait d’être vidé, on en était
au dernier voyage des androïdes, Jacek2:

« Nos associés avancent dans la constitution du
nouveau sous-sol, il devrait être prêt dans deux
mois, tu peux continuer à vivre dans la maison durant
ce délai, mais je pense que tu vas plutôt le passer
chez tes parents ? »

« C’est bien mon intention, Jacek2, je vais en profiter
pour terminer mes calculs sur la contraction
espace/temps pour les propulseurs, combien de temps
pour le vaisseau ? »

« Je dirais deux ans,  Janek, Julka et Zuzia ont trouvé
des roches ferrugineuses, comme tu le sais, et
traiteront le matériau d’après ta formule pour en faire
un composé particulièrement résistant, ceci pour la
coque du vaisseau, le reste dépendra de toi, toujours
d’accord pour un 150 mètres ? »

« Oui, cela suffira largement, bon voyage. »

« Merci, Jaroslaw, je reviens te récupérer ici dans
deux mois. »
   

Trois ans plus tard, le vaisseau était prêt à partir, et
Jacek2:

« On laisse tout ici en plan ? »

« Oui, on reviendra peut-être un jour. »

« Comme tu voudras, on se dirige vers où »

« Pour le moment, quittons le Terre et testons les
Zegars, si mes calculs sont bons, on pourra envisager
Andromède. »

« Ne regrettes tu pas tes sous-sols ? »

« Pas plus que mon année de coma. »


-----***-----
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 24 Juin - 00:49 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com