KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L024

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 113

MessagePosté le: Dim 9 Juil - 01:36 (2017)    Sujet du message: L024 Répondre en citant

Nous sommes en 2021, peu de changements depuis
ces dernières années, la mondialisation et le
réchauffement climatique s’intensifient, ajoutés à
certaines décisions gouvernementales et aux
évènements qui en résultent, il se pourrait que
l’humanité se trouve sous peu, en face de grandes
difficultés.

Jusqu’à présent, elle s’en est toujours bien
sortie, mais entre les crises économiques qui se
succèdent, les conflits qui se répandent partout, une
expansion démographique sans précédent, et des
contraintes additionnelles qui ont une répercussion
directe sur la qualité de vie et la liberté
individuelle, notamment dans les pays réputés
riches, on est en droit de se demander à quelle sorte
d’avenir les nouvelles naissances auront affaire.

C’est le cas d’une certaine Théodora, ou Théa
Kronenberg, qui vient de naître quelque part dans la
ville de Dresde, fille unique de famille bourgeoise, ses
premières années se passent bien, intelligente et
douée pour les études, c’est une excellente élève dont
les parents ne reçoivent que des compliments.

Mais durant son adolescence, elle devient une jeune
fille splendide, curieuse, sportive, pleine d’énergie, tout
en demeurant une première de classe dans toutes les
matières, ce qui commence à déplaire à certaines de
ses camarades, les garçons commencent à s’intéresser
à elle, ainsi que quelques filles, ce qui complique
singulièrement son mode de vie, trop
brillante, notamment en gymnastique et dans les
sports collectifs et individuels, elle est vite prise pour
cible par d’autres filles qui n’apprécient pas, les
garçons aussi la convoitent, mais pour d’autres
raisons, elle décide d’en parler à ses parents
qui, pensant bien faire, la font changer d’école et
ne lui permettent que des sorties accompagnées.

Si cette décision résout en grande partie certaines
difficultés, celles vis-à-vis de la gente masculine, il
n’en est pas de même de sa nouvelle école, plus
huppée et d’un meilleur niveau que sa
précédente, certes, mais avec de nouvelles
camarades qui ne la voient pas d’un bon œil et
agissent en conséquence, le fait d’être meilleure
que les autres l’ayant amenée à être en avance de
deux classes, elle a affaire à des filles qui sont plus
âgées qu’elle de deux ou trois ans, ce qui, alors
qu’elle a 14 ans, complique encore davantage sa
situation, comprenant que ses parents ont fait, ou
cru faire au mieux, très occupés par ailleurs par des
activités débordantes et lucratives, ils lui proposent
des professeurs particuliers qui lui permettront de
suivre un enseignement à domicile, et bien que cette
éventualité puisse présenter un certain intérêt, Théa
voit les choses autrement, et en parle à son père:

« Oui, Père, avoir des cours particuliers à la maison
peut m’apporter une certaine sécurité, mais cela a
plusieurs inconvénients, d’abord celui de passer des
examens en candidat libre, c’est assez mal vu par les
enseignants, ensuite cela me ferait percevoir comme
quelqu’un de faible, qui nécessite une
protection, enfin, cela ne ferait que trop plaisir à
certaines de mes camarades de classe qui estimeront
avoir gagné, par ailleurs, comme tu le sais, je suis de
nature énergique, et aime bien me dépenser, la
compétition me plait également, pas spécialement
pour être toujours première, c’est bien sûr une
satisfaction, mais pas une fin en soi, le plus important
pour moi est de réussir ce que j’entreprends, depuis
deux ans, les gens, à l’extérieur, tentent de me
compliquer la vie ?

Alors je vais me préparer à leur rendre la monnaie si
nécessaire, ce que tu peux faire pour moi serait de
m’inscrire dans un club de combats, du genre karaté
et/ou autres arts martiaux, non seulement cela ne
m’empêchera pas de continuer à bien étudier, mais
je suis sûre qu’en peu de temps, cela m’aidera à
résoudre à mon avantage les difficultés que je
rencontre, qu’en pense-tu ? »

« Ma fille, cela me paraît une excellente idée, dans la
vie, rien n’est acquis, il faut toujours se battre pour
obtenir quoi que ce soit, pour acquérir une certaine
tranquillité, il faut se faire craindre, car lorsque l’on
est craint, on est également respecté, et les choses
vont beaucoup mieux, tu sais que je suis bien placé
pour te parler de cela, et tu as une très bonne
réaction, je connais un club, c’est le meilleur, le
tenancier est un ami de longue date, je m’en occupe
de suite. »

Durant les mois qui suivirent, elle fût encore
chahutée par certaines camarades, et importunée par
des garçons, mais  elle parvint assez vite au bout du
tunnel, lorsqu’elle eut 15 ans, elle était aussi
grande, sinon plus que ses camarades plus âgées, et
surtout beaucoup plus forte et rapide, les jalouses
commencèrent à tourner le dos ou à se cacher durant
son passage, et les plus acharnées comprirent
rapidement qu’elle ne faisait plus partie des proies, et
pouvait devenir une redoutable prédatrice, convaincues
par quelques corrections, quant aux garçons, s’ils
la traitaient d’amazone, ils ne s’y frottaient plus, elle
pouvait désormais se consacrer pleinement à ses
études, sans pour autant négliger ses entraînements
physiques, respectée par certaines, et certains, crainte
par d’autres, elle était en passe d’acquérir une
certaine tranquillité.

Par la suite, tout en continuant le sport et les
combats, elle fit des études de médecine, en dehors de
ses cours et de ses entraînements, elle utilisait son
ordinateur pour rechercher sans cesse des
informations, elle voulait toujours en savoir plus, et
pas uniquement en médecine, devenue d’une beauté
renversante, dotée d’un corps aussi harmonieux que
puissant, mesurant près de six pieds, elle était
vraiment impressionnante, le plus extraordinaire était
peut-être son regard, qui indiquait clairement qu’elle
qu‘un destin hors normes l‘attendait..

Le fait qu’elle apprenait très vite, et d’être dotée d’une
forte mémoire, lui permettait de gagner du temps
qu’elle consacrait à diverses tâches, manuelles entre
autres, non seulement elle voulait tout savoir, mais
également pouvoir tout faire, lorsque ses parent
décidèrent de s’acheter une autre résidence, elle
demanda qu’elle nécessitât quelques travaux, pas
spécialement parce qu’elle coûterait moins cher, mais
surtout pour pouvoir procéder à des travaux
d’électricité, de plomberie, de maçonnerie, la
ravissante bourgeoise n’hésitait pas, à la grande
surprise de ses parents et de leurs serviteurs, à se
revêtir d’un débardeur, et n’acceptait d’aide de personne.

Au tout début, il y eut quelques ratés, mais comme
elle comprenait vite et était plutôt adroite, elle
maîtrisa rapidement ces travaux et pouvait réfléchir
en même temps:

« Je fais des études de médecine, pourquoi ?

Des études scientifiques m’auraient tout aussi bien
convenues, peut-être même mieux…

Tout dépendra de mes futurs projets, je n’ai pas
encore d’idées sur ce point, ma principale
préoccupation jusqu’à présent a été de bien
étudier, d’en savoir le plus possible, mais pour
quoi faire ?

J’ai eu la chance de naître dans un bon milieu, mes
parents sont des gens bien, ils ont largement mérités
cette résidence, mais à quel prix ?

Ils travaillent presque sans arrêt, et ont fort peu de
temps libre, le personnel de service leur coûte
cher, heureusement, il est valable, mais quand
même, enfin, ils approchent de la retraite…

J’aurai bientôt terminé les différents travaux, encore
deux ans pour le diplôme de médecin, seulement
généraliste, est-ce vraiment ce que je veux ?

Pour le simple plaisir d’être appelé Docteur ?

Bien sûr, un médecin est utile, il s’efforce de soigner
des gens, c’est une noble tâche, mais est-ce vraiment
ma voie ? 

A moins de me diriger vers la recherche médicale ? »

Les travaux de la résidence furent rapidement
terminés, puis deux années passèrent, Théodora
obtint son diplôme, mais décida de marquer un temps
d’arrêt pour poursuivre ses réflexions:

« Bon, me voilà médecin à 25 ans, ce n’est pas mal, et
mes parents m’ont proposé de me payer un
cabinet, mais ces deux dernières années m’ont amenées
à comprendre que ce n’est pas ma voie, finalement, ce
sont surtout les sciences qui m’intéressent, et j’ai
beaucoup appris sur ce plan, mais procédons par
ordre, qu’est-ce qui m’intéresse sur cette planète ?

Les évènements ? De plus en plus catastrophiques.

L’argent ? Seulement nécessaire pour un projet.

Les gens ? Non, quelques uns sont bien, mais…

Le travail ? Oui, si je fais des recherches.

Apprendre ? Oui, le savoir est capital.

Les hommes ? Non, pas besoin d’eux.

Argent plus travail plus connaissance, ça me mène où ?

Eliminer les évènements, les gens, les hommes, les
activités humaines genre administration, ou autre
intégration au système, ça me dirige vers où ?

Les recherches sont généralement des choses
secrètes, pour le bien d’une humanité en train de se
détruire ?

Non, tant pis si je suis égoïste, ce sera pour mon propre
compte, la médecine ?

Oui, mais pas pour se contenter de soigner, mais pour
prolonger la vie, je commence à avoir des notions, les
sciences ?

Oui, mais à quoi les appliquer ?

L’indépendance ?

Oui, c’est lié aux recherches, mais elle nécessite beaucoup
d’argent, comment gagner beaucoup d’argent ?

Indépendance ? Recherches ? Sciences ? Médecine ? Argent ?

Long projet qui nécessite le secret, seul les recherches
peuvent y aboutir, allonger ma durée de vie ?

Comment ?

Avoir un laboratoire secret ?

Où ?

En sous-sol ?

Cela implique pas mal de choses, mais sans argent, on
ne peut rien entreprendre, Ah ! J’ai failli oublier, j’ai
une copine, enfin quelqu’un avec qui je m’entendais
bien, Greta Stöffel, qui a fait ses études avec moi, peut
être que je devrais lui parler.

J’ai lu qu’au Japon, ils sont en avance sur les
androïdes, un androïde d’un bon niveau pourrait m’ être
utile, et même plusieurs, mais peut-on les rendre
intelligents ?

Mes parents m’ont dit que j’avais un peu de temps devant
moi, j’ai en effet deux mois de vacances, parler à Greta?

Aller au Japon ?

C’est un début, l’informatique ?

Je connais assez bien, créer des logiciels, ça peut
rapporter, tout en assurant une certaine
indépendance, idée à creuser. »

Un plan commençait à s’ébaucher, Théa mit en application
les deux premiers éléments, parler avec Greta, elle le
fit, mais comprit rapidement que cette dernière voulait
vraiment pratiquer la médecine, et qu’ elles ne suivraient
pas le même chemin.

« Bon, heureusement, je n’en ai pas trop dit, juste fait une
sonde, allons passer quelques semaines au Japon. »

Arrivée sur place, à Tokyo, elle ne tarda pas à se faire des
relations, seraient-elles utiles par la suite ?

Elles le furent sur le moment en permettant à Théa de
rencontrer et de passer presque une journée chez un
fabricant d’androïdes d’aspect totalement humain, elle
apprit beaucoup, les créations n’étaient pas
intelligentes, mais étaient capables d’effectuer pas mal
de tâches, notamment soulever de lourdes charges et
servir, l’aspect vraiment humain était-il nécessaire ?

Peut-être pas, c’était la partie la plus difficile et
fastidieuse, seules les possibilités d’un androïde étaient
importantes, elle resta cinq semaines au Japon, rencontra
quatre fabricants d’androïdes, recueillit beaucoup de
documentation, cela pouvait suffire en un premier
temps, son ordinateur lui donnerait probablement des
indications complémentaires, elle potassa les androïdes
durant les mois suivants, tout en maintenant le sport, les
tâches manuelles, et pensa à créer des jeux vidéo, sa
configuration le lui permettait, mais elle devait se
renseigner à qui pouvoir les vendre, et savoir prendre
certaines précautions.

Deux mois plus tard, les deux jeux créés ne donnaient pas
encore de résultats, mais elle savait démonter et
remonter un ordinateur, et avait approfondi son savoir
en matière de bidouillage pour ne pas dire piratage, c’est
à ce moment là qu’elle eut une autre conversation avec
son père:

« Alors, d’après ce que je comprends, la médecine ne
t’intéresse plus, à quoi te destines-tu alors ? »

Elle le lui expliqua, il marqua un temps de réflexion, puis:

«Bon, pour tes jeux, ça ne marche pas encore, je connais
quelqu’un, et vais voir ce que je peux faire, mais tu m’as
l’air un peu abattue, c’est surprenant chez toi, il est vrai
que pendant longtemps, tu as été habituée à des
réussites formidables sans effort apparent, mais là, ton
projet, c’est du costaud, qui nécessite beaucoup
d’argent, et des connaissances profondes dans pas mal
de domaines, je sais que tu t’y es exercée, mais est-ce
suffisant ?

Peut-être pas, il faut continuer, même pour toi, il y aura
des difficultés à surmonter, patience et longueur de
temps, et surtout, ne lâche rien, ça, c’est
indispensable, puisque tu as décidé de vivre en marge, alors
feu !

Va jusqu’au bout, ne lâche rien, je pense que tu t’en
sortiras, mais ça risque d’être dur et long.

Pour les jeux, je t’en reparlerai. »

« Oui, Père, car si je gagne beaucoup d’argent, ce sera
plus facile. »

Quinze jours plus tard:

« Bon, ma fille, ça sera à toi de jouer, je ne suis pas en
mesure d’apprécier la valeur de tes jeux, mais Karl
Stirzel, lui, le peut, car c’est son domaine, je te donne
l’adresse, tu vas le voir de ma part, puis tu me diras ce
qui en ressort. »

« Merci Père, je vais l’appeler pour prendre rendez-vous. »

Le surlendemain, Théa se retrouva dans son bureau, c’était
un homme d’une bonne cinquantaine d’années, à peu près
l’âge de son père, qui, visiblement, gagnait pas mal
d’argent et avait beaucoup de relations, et non des
moindres d’après les appels téléphoniques qui finirent
enfin par cesser pour un moment.

« Bien, j’appelle ma secrétaire pour ne plus être
dérangé, nous allons regarder vos jeux.. »

Un heure plus tard:

« Ils sont intéressants, vous avez de bonnes idées, un
shoot them up et un stratégique, faites plutôt dans le
second genre qui a du succès actuellement, le
premier, ce sont des sentiers battus, donc à éviter, vos
personnages en stratégique manquent un peu
d’affinage, c’est cette partie qui reste à travailler, le
reste est bon, vos dialogues, excellents, si vous parvenez
à améliorer l’aspect, le rendre plus précis, plus
détaillé, vous débuterez alors une carrière
florissante, bravo quand même, vous êtes très
proche, revenez donc me voir après votre prochaine
création, ou amélioration de celle que je viens de voir, je
suis ravi d’avoir fait votre connaissance, votre père
m’avait parlé de vous, maintenant, c’est encore mieux. »

Sur son chemin de retour, elle se mit à réfléchir:

« Bon, l’affinage dont il parle, je dois pouvoir le faire, mais
le problème, c’est que je vais dépendre de lui, en un
premier temps, car il faut bien débuter, d’accord, mais
après, il me faudrait connaître ses relations, j’en ai
mémorisé quelques unes que je vais noter, après, j’ai
idée qu’il faudra y aller au culot.

Je vais rechercher des noms sur le net, pas pour un
premier temps, mais pour la suite, cela peut accélérer
les choses. »

Un an plus tard, elle avait alors 27 ans, elle commençait
à être connue et à gagner correctement sa vie, elle avait
bien débuté avec Monsieur Stirzel, avec qui elle était
toujours en contact, mais d’autres employeurs lui
donnaient de meilleures commissions, elle savait
cloisonner ses relations, changer de style dans les
jeux, et progressait très vite dans la qualité, cela
fonctionna à merveille pendant deux ans, mais un
jour, Karl Stirzel l’appela:

« Ah Théa, depuis combien de temps vous me doublez ?
Il me semble vous avoir fait signer un contrat
d’exclusivité, non ? »

« Oui, Monsieur Stirzel, c’est exact, mais ce contrat, eh
bien il faudra le modifier, et je vais vous expliquer
pourquoi. »

Elle cita un certain nombre de personnes avec lesquelles
elle n’avait pas de contrat exclusif, et qui lui donnaient
des commissions plus intéressantes, et termina par:

« Maintenant, je connais bien les mécanismes des
rapports selon les diffusions du net, alors entre
nous, vous n’avez pas à vous plaindre, car je vous ai
déjà pas mal rapporté, non ? »
   
« Hm, bon, eh bien passez donc me voir, nous pourrons
reparler de cela et arriver à une solution satisfaisante. »

« D’accord, on se voit quand ? »

« Passez donc après demain matin, vers 10 heures. »

« Entendu, bonne journée. »

A ce stade, Théa raccrocha avec un sourire, elle gagnait
maintenant beaucoup d’argent, et s’il le fallait, parlant
parfaitement l’anglais, était suffisamment connue pour
pouvoir continuer au mieux dans un autre pays
anglophone.

Deux ans plus tard, à 31 ans, elle était en train de faire
fortune aux USA, et de se constituer pas mal de relations
utiles, devant parfois payer de sa personne, domaine
dans lequel elle s‘en sortait fort bien, le passage au
Japon pour la préparation de son grand projet devenait
une question de mois, le sous-sol restait à trouver, elle
avait étudié avec soin tous les appareils nécessaires, tels
que système d’aération, de chauffage, d’eau et
d’électricité, tous indépendants, et connaissait les pièces
détachées et les fournisseurs pour ne pas donner
l’éveil, charge à elle de constituer les systèmes, elle
pensait pouvoir le faire.

L’alimentation restait toutefois le point faible, là quelle
solution ?

La reconstitution de matières n’était encore possible.

« Bon, première étape, trouver un lieu discret, de
préférence un sous-sol, encore que connue comme
conceptrice de logiciels, je pourrai très bien justifier de
cette activité, quitte à passer deux ou trois ans à me
constituer les systèmes, mais seconde étape, celle des
androïdes, suis-je vraiment capable de créer un
androïde intelligent qui, à son tour, pourrait en créer
d’autres pour mon usage personnel ? 

En acheter un, au Japon ou ailleurs, me permettrait de
le savoir, la suite dépendrait de ce résultat.

Bien sûr, mon activité actuelle m’octroie une certaine
indépendance, me permet de voyager, notamment de
passer revoir mes parents de temps à autre, mais je sens
bien qu’elle n’est pas ma finalité, sans vraiment pouvoir
expliquer pourquoi, elle est autant utile que
passionnante, tout en n’entrant pas vraiment dans mes
objectifs fondamentaux qui sont la recherche de la
connaissance et allonger ma durée de vie, un vaisseau
spatial qui me permettrait de quitter la planète, et aller
vivre ailleurs ?

Cela nécessiterait l’aide des androïdes qui forment
l’étape clé.

Pour le moment, je ne suis pas encore en mesure de
prendre mon projet en main, l’argent, j’en gagne
beaucoup, mais la connaissance ?

Je ne suis pas sûre d’en avoir suffisamment, si je connais
bien les connections des androïdes du marché, je ne
sais pas encore dans quel sens en modifier certaines pour
parvenir à mes buts, si c’est possible, un androïde n’est
pas un humain, il n’a pas de capacité d’invention, mais
est seulement tributaire des programmes qu’on lui
intègre, ce combat, je dois le mener seule, sans l’aide
possible de personne. »
         
Plusieurs années passèrent, les parents de Théa étaient
maintenant à la retraite, cette dernière allait assez
régulièrement leur rendre visite et passer quelques jours
chez eux, sa fortune grossissait de plus en plus, le moteur
à ses projets, elle l’avait désormais, elle continuait à
apprendre et à se tenir au courant de tout, mais le
problème des androïdes restait entier, les conditions
sur la planète se dégradaient encore, maintenant, elle
approchait la quarantaine, toujours une femme
magnifique, qui s’entretenait, mais pourquoi faire ?

Elle se posait souvent la question.

« Je suis dans une impasse, et ai beau cumuler des
connaissances, elles ne me permettent pas de concrétiser
mes projets, d’un autre côté, ma vie est loin d’être
désagréable, mais je vieillis quand même, et là
aussi, je stagne. »

Quelques semaines plus tard, au cours d’une soirée
party, Théa fit la connaissance d’un certain Pablo
Escobar, un riche argentin de 31 ans, homme superbe
de plus de six pieds disposant d’un physique à la
Schartzenegger, tous deux dansèrent, puis discutèrent
dans un coin plus calme.

« Je suis ravi de faire votre connaissance, Mademoiselle
Kronenberg, car indépendamment du fait que vous êtes
la plus jolie femme que j’ai pu rencontrer, il se pourrait
que nous puissions travailler ensemble, étant passionné
d’informatique, je me suis également orienté sur les
logiciels de jeux, et j’en vends beaucoup, vous êtes
très connue dans ce domaine, je m’appelle Pablo Escobar. »

Théa: « Pablo Escobar !

J’ai entendu parler de vous, intéressant, vous aussi, êtes
un bel homme, travailler ensemble ?

Pourquoi pas ?

Tout dépendra des modalités que vous pourrez
me proposer. »

« Bien entendu, comptez sur moi pour vous soumettre un
projet de contrat qui vous convienne, voici ma carte, on
pourrait se revoir quand ? »

« Disons la semaine prochaine, votre société est proche
d’ici, visiblement, voyons, mardi prochain vers 10
heures, cela vous irait ? »

« Bien sûr, pour vous, j’aurai d’excellentes raisons de me
rendre disponible. »     

Le soirée se termina, ils se quittèrent, et Théa:

« Je lui ai tapé dans l’œil, de son côté, il est loin d’être
déplaisant, un nouveau partenaire dans mes logiciels?

Toute nouvelle arrivée d’argent est la bienvenue, mais
je dois en savoir plus sur lui, voir ce qu’il vaut exactement. »

Pablo Escobar se révéla être un homme bien sous tous
rapports, riche, originaire de Rio Gallegos, capitale de
la Province de Santa Cruz, dans le sud de l’Argentine, il
était aux USA depuis 5 ans, Théa en savait
suffisamment sur lui pour lui accorder une certaine
considération, et dans les semaines qui suivirent, ils
ne devinrent pas que partenaires commerciaux, un
jour, Pablo:

« Je compte m’absenter pour une quinzaine, histoire de
prendre des vacances, les premières depuis trois ans, j’en
profiterai pour rendre visite à mes parents et à ma
famille, je peux également les recevoir dans ma belle
propriété à Rio Gallegos, que penserais-tu de venir
avec moi ?

Non seulement cela pourrait te changer les idées si besoin
est, mais je ferais en sorte que tu ne sois pas
importunée, j’ai deux ordinateurs dernier cri dont tu
pourrais te servir, bon, c’est vrai que Rio Gallegos est une
zone froide et ventée, pas très éloignée de la Terre de
Feu, la zone portuaire est une base de départs pour
l’Antarctique, mais je me demande pourquoi je te
raconte tout cela, qu’en penses-tu ? »

Théa aurait probablement dit non, même si Pablo lui
plaisait, mais à l’évocation de l’Antarctique, sa décision
prit une autre tournure.

« Laisse-moi deux minutes pour réfléchir, je dois
récapituler ce que j’ai en cours, tu compte partir quand ? »

« Quand tu veux, si tu dis non, alors je pense à dans une
petite quinzaine. »

Théa se mit à songer à l’Antarctique, qui serait un lieu
bien intéressant pour ses projets, indépendamment du
mystère qui entourait ce continent.

« Eh bien c’est d’accord, allons-y pour une petite
quinzaine, cela me laissera le temps de me mettre à jour. »

Elle était depuis trois jours à Rio Gallegos, dans la
luxueuse propriété de Pablo lorsque vers 14 heures, alors
qu’elle utilisait l’un de ses ordinateurs, un étrange
message lui parvint à l’écran.

------------------------------------------------------------

Théodora Kronenberg, vous êtes actuellement aux
Coordonnées suivantes:

51.36.42.06 Sud
69.14.09.11 Ouest

A 20 kms au sud-ouest, je vous attends aux
Coordonnées suivantes:

51.45.49.20 Sud
69.27.56.77 Ouest

Votre projet ?

Je peux vous aider à le réaliser en totalité, tant pour
Le sous-sol, que pour les androïdes et le vaisseau
spatial, moyennant une contre-partie dont nous
pourrons discuter.

Je dispose du pouvoir de modifier votre destin et de
vous rendre immortelle, si cela vous intéresse
toujours, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Ce message est sécurisé, mais procédez à sa
destruction à l’aide d’un tri à quatre passes, assez
long mais efficace.

------------------------------------------------------------


Elle resta sans réaction durant plusieurs
minutes, heureusement que Pablo était chez l’un de ses
cousins, et qu’elle ne serait pas dérangée, puis se mit
à réfléchir:

« Personne, à part mes parents, ne connait mon
projet, l’auteur du message peut même me rendre
immortelle !

Je n’en espérais pas tant, mais attention, y a-t-il danger ?

Ou alors… Non, pas possible, une sorte d’entité
supérieure ?

Extraterrestre ?

Fantastique, je n’ai jamais eu peur des risques, notons les
coordonnées et détruisons ce message, une des voitures
de Pablo est à ma disposition, et elle dispose d’un
GPS, une destruction en quatre passes se fera en 90
minutes, Pablo ne sera pas encore rentré, c’est l’occasion
ou jamais, je dois m‘assurer que ce message soit bien
détruit, puis je partirai immédiatement après. »

Deux heures plus tard, en milieu d’après-midi.

« Brrr ! Que de vent, et il ne fait pas chaud, mettons vite
le chauffage et allons-y. »

Trois quarts d’heure plus tard, elle était sur les
lieux,  une route lui permit d’arriver à quelques dizaines
de mètres des fameuses coordonnées, elle stoppa le
véhicule et resta un moment à l’intérieur, c’était de la
plaine qui s’étendait à perte de vue, des deux côtés de
la route, d’un seul coup, elle vit sur sa gauche, à un peu
plus de 100 mètres, quelqu’un qui lui faisait signe, elle
quitta son véhicule pour se diriger vers lui, lorsqu’elle
fût assez proche:

« Un grand gaillard, il fait au moins deux mètres, et
costaud, il est vraiment impressionnant. »

« Venez Théodora Kronenberg, et restez près de
moi, j’actionne l’accès à mon refuge».

Elle ne lui vit faire aucune action, mais une bande de
terre de 10 mètre sur dix se déplaça, ce qui faisait office
de nouveau sol était une sorte de plaque métallique
ou plastique.

« Voici notre ascenseur, lorsque nous serons dedans, le
sol en surface redeviendra ce qu’il était, nous descendons
de 2000 mètres, vers mon sous-sol. »

« Extraordinaire ! C’est exactement ce dont je rêvais. »

« Je le sais, depuis déjà quelques années, mais chaque
chose en son temps. »

« Que voulez-vous dire par là. »

« Nous en parlerons lorsque nous serons arrivés, et que
vous serez bien installée, devant un bon Bloody-Mary, votre
boisson favorite, je crois ? »

« En effet, vous savez beaucoup de choses me concernant. »

« Et aussi à titre général, mais vous verrez. »

Arrivés dans un immense sous-sol, d’un confort
inégalé, sur plusieurs kilomètres, l’étrange homme
dirigea Théa vers un magnifique salon, ils rencontrèrent
une belle androïde:

« Préparez nous un Bloody-Mary et un Bourbon on the
rocks, San-Tha, à servir dans le salon. »

« Entendu, maître Tor-Khan. »

Théa: « Vous vous appelez Tor-Khan !

Drôle de nom, d’où venez-vous ? »

« Prenez donc le temps d’apprécier les lieux, car c’est
désormais votre nouveau domicile, vous n’allez pas tarder
à comprendre. »

Une fois confortablement installés dans le salon, devant
deux boissons, Tor-Khan:

« Voilà ce dont il est question, vous êtes, je crois, la
personne que je recherche depuis très longtemps pour
me succéder, alors voilà ma proposition, que vous n’êtes
pas obligée d’accepter, mais je sais qu’elle correspond en
tous points, au sens que vous voulez donner à votre vie.

Je suis Tor-Khan, immortel et invulnérable venu d’une
autre galaxie il y a fort longtemps, j’ai une apparence
humaine, avec toutes les possibilités des
humains, manger, boire, dormir, et ainsi de suite, mais en
réalité, je suis ce que vous appelez un androïde
intelligent, du moins c’est-ce que j’étais à l’origine, et là
aussi, j’en ai conservé toutes les caractéristiques, cela
peut vous paraître complexe, mais vous comprendrez
mieux par la suite, si vous décidez de suivre
mon enseignement.

Mon rôle actuel est de surveiller ce système, que vous
appelez système Solaire, ainsi que la Terre, bien
évidemment, je suis, en quelque sorte, le gardien de cet
ensemble , et veille à son développement conforme aux
Lois universelles, mais je sais que dans 10.000 ans, je
serai promu au rang de gardien de cet univers, je serai
alors le huitième et dernier gardien des univers, mais cela
ne pourra se faire que si quelqu’un prend ma suite dans
ma mission actuelle.

D’après vos souhaits et surtout vos
caractéristiques, moyennant un enseignement approprié
durant vingt ou trente ans, vous me semblez être la
personne qui convient.

Alors si vous acceptez cette mission de gardien du
système, vous deviendrez alors immortelle, disposerez de
ce lieu, des androïdes dont vous serez la maîtresse, du
vaisseau spatial que vous pouvez apercevoir là-bas, d’une
alimentation, de boissons de votre choix en
permanence, une garde-robe est également prévue, ainsi que
tout le confort, vous remarquez qu’il fait une température
agréable de 22 degrés, elle aussi est permanente, votre
nouveau site est lui aussi invulnérable, vous serez en
parfaite sécurité.

En quoi consiste l’enseignement en question ?

À vous transmettre toutes les connaissances et capacités
nécessaires à ma succession, mais ce sera à vous de les
mettre en œuvre afin d’atteindre mon niveau, et d’être, à
votre tour, invulnérable, car dans une premier temps, vous
ne serez qu’une immortelle relative, qui ne serait pas à
l’abri d’une arme ou d’une chute trop importante, ou
encore d’un accident de transport, alors très attention
sur ce point.

Si vous acceptez cette proposition, il y a deux
contre - parties, la première, vous ne pourrez plus
remonter à la surface et reprendre, ne serait-ce que de
temps à autre, une vie qui vous était habituelle, c’est
précisément votre immortalité relative qui ne le permet
pas car présentant trop de risques.

La seconde partie, vous devrez tenir votre rôle de
surveillante du système jusqu’à une prochaine promotion
qui, si elle a un jour lieu, probablement dans des centaines
de millions, voire des milliards d’années, à vous rechercher
à votre tour un succédant ou une succédante, si les
humains existent encore sur cette planète à ce moment
là, ce qui n’est pas garanti, voilà la sorte de vie future qui
vous attend, qu’en pensez-vous ?

« Oops !

J’avoue que c’est stupéfiant, et mérite une sérieuse
réflexion, il est vrai que d’un autre côté, ma vie sur
Terre, bien que relativement agréable, n’était pas
passionnante, j’aurais deux souhaits à formuler, s’il
était possible de les satisfaire, alors, j’accepterai votre
proposition. »

« Je vous écoute. »

« Le premier serait de revoir mes parents une dernière fois.

Le second, serait, de pouvoir faire quelques voyages dans
l’espace, j’en ai tellement rêvé. »

« Un dernier voyage en surface ?

Oui, c’est possible, je comprend que vous vouliez revoir vos
parents, vous disposerez d’un mois, pendant lequel vous
bénéficierez d’une protection adéquate.

Quelques voyages dans l’espace ?

Oui, mais pas n’importe où, bien que dans un vaisseau
invulnérable, il y a tout de même des lieux à éviter, et je
vous indiquerai lesquels, d’accord, je peux exaucer
vos souhaits. »

« Alors je suis d’accord pour suivre votre enseignement et
vous succéder, mais deux autres questions, depuis
combien de temps êtes-vous là, et où serez-vous lorsque
vous deviendrez gardien de l’univers ? »

« Je suis ici depuis le début de la vie organique complexe
sur Terre, soit environ un milliard d’années, j’ignore
encore ma prochaine destination, c’est un peu comme
chez vous sur Terre, ce genre de chose ne nous est
souvent communiqué qu’au dernier moment, mais je
dispose d’un autre site à l’intérieur de Mars, identique à
celui-ci, je l’occuperai pendant un temps après la fin de
votre enseignement, nous pourrons rester en contact. »

« Parfait, alors je suis à votre disposition. »

« Pablo ne vous manquera pas ? »

« Oh, avec lui, c’était pas mal, mais beau garçon et
charmant comme il est, lui aussi trouvera facilement une
succédante, je ne me fais pas de soucis pour lui. »          

« Bon, alors je peux renvoyer son véhicule à son domicile ? »

« Oui, mais une voiture qui se promène sans
conducteur, cela fait plutôt désordre. »

« En aucun cas, un hologramme 3 D à votre image sera à
l’intérieur. »

« Alors c’est parti, je crois que je vais reprendre
un Bloody-Mary ».
 

      
-----***-----




 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 9 Juil - 01:36 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com