KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L028

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 112

MessagePosté le: Dim 13 Aoû - 18:16 (2017)    Sujet du message: L028 Répondre en citant

Depuis le début du siècle, peu de modifications au niveau
des nations, les USA dominent toujours, l’Europe est devenue
une sorte de groupement politique obéissant à
Bruxelles, la Corée s’est réunifiée au grand dam de la
Chine qui la considère comme une colonie américaine.

Les vieux conflits du moyen orient ne sont pas résolus, le
réchauffement climatique non plus, au cours des trois
dernières décennies, les températures ont augmenté de
cinq degrés dans l’hémisphère nord, et de trois degrés
dans l’hémisphère sud, occasionnant de nombreux décès
prématurés, il en résulte que la population globale s’est
réduite à six milliards d’habitants, nous sommes en 2052.

Les progrès médicaux n’ont pratiquement aucune incidence
sur la durée de vie, on peut traiter certains cancers, le
Parkinson et l’Alzheimer si pris assez tôt, mais de nouvelles
maladies apparaissent.

Dans le domaine scientifique, les résultats peuvent être
considérés comme meilleurs, pas dans les recherches
spatiales car les projets coûtent trop cher, mais dans les
produits industriels et les télécommunications, les progrès
sont notables, les ordinateurs d’antan peuvent être
considérés comme des bouliers binaires par rapport aux
positroniques actuelles, il est possible de constituer
en peu de temps des sous-sols dotés de tous les systèmes
nécessaires, l’eau, l’électricité, l’air, la climatisation parmi
bien d’autres, et un nombre croissant d’humains désire
habiter dans l’un d’eux afin d’éviter de subir en surface
des bouleversements climatiques de plus en plus rudes.

On pourrait penser que ces améliorations permettront
aux gens de tout savoir et de vivre mieux.

Pas vraiment, car dans le premier cas, les positroniques
sont loin d’être toutes les mêmes, on continue à calibrer
les informations, les pouvoirs par la connaissance et les
privilèges existent toujours.

Dans le second cas, les matières premières deviennent
de plus en plus rares, et hors de quelques génies qui
pourraient en recréer, s’ils existent, l’humanité risque
fort de se voir condamnée à court terme.         

Quelque part aux USA, dans un laboratoire secret en
sous-sol, dépendant directement de la NSA, et du
Gouvernement, une douzaine de personnes bien placées
pour évaluer les conséquences d’une telle situation sont
réunies, il s’agit de:  

Ronald Campbell    59 ans, Président des USA.
Mark Butler           62 ans, Vice Président.
Jennifer Parker      51 ans, Secrétaire d’Etat.
Richard Hayes        67 ans, Sénateur.
Derek Morrison      57 ans, Chef de la NSA.
Trevor Wilkins        55 ans, Chef du FBI.
Caleb Reed            58 ans, Directeur des Recherches.
Julia Massey          38 ans, Adjointe de Reed.
Luke Jenkins          68 ans, Général d’armée.
Leslie Howard        49 ans, Experte en stratégie.

Puis de:

Christopher Buchanan    63 ans, Savant, inventeur du
CB1.
Rocky Sanders            32 ans,  Assistant de Buchanan

Campbell: « Nous allons je crois, Monsieur Buchanan, assister
à une expérience sans précédent, mais expliquez nous donc
ce qu’est votre CB1. »

Buchanan: « Eh bien, Monsieur le Président, comme vous
le savez, il est le résultat de 30 ans de recherches, on peut
le considérer comme une sorte de porte dimensionnelle
qui peut permettre à un être humain de vivre dans un
autre monde avant d’être rapatrié ici même, dans une
période déterminée. »

Campbell: « Bien, toutes les personnes ici présentes sont
au courant de votre projet, je vais laisser le soin aux
spécialistes de nous aider à en savoir plus. »

Reed: « Comme vous le savez, je suis aussi un scientifique.

Pas aussi brillant que vous, certes, mais d’après ce que
j’ai compris, probablement comme chacun de nous, vous
allez, dans quelques minutes, demander à ce jeune homme
qui est votre Assistant, de se mettre sur cette plaque de
transfert vers un autre monde.

Mes questions sont alors les suivantes:

- Dans combien de temps prévoyez-vous son retour ?

- Votre CB1, peut-il également transférer de la matière ?

- Quelles sont ses chances de revenir vivant ?

- Etes-vous sûr de pouvoir l’envoyer dans un autre monde
plus avancé que le nôtre ? »

Jenkins: « J’ en ai une autre, quel est l’intérêt de cette porte
spatiale ? »

Buchanan: « Pas spatiale, Général, mais dimensionnelle, l’intérêt ?

Indépendamment du fait qu’une telle porte peut nous
aider à sortir de la situation dans laquelle l’humanité se trouve
actuellement, Rocky, mon Assistant, peut nous rapporter des
connaissances qui peuvent la faire évoluer, mais le problème
est que nous en sommes au tout début, et qu’améliorer cette
porte prendra du temps.

Pour répondre aux questions de Monsieur Reed, Rocky doit
revenir dans 6 mois exactement, au même moment de
la journée, malheureusement, actuellement, je doute que
mon CB1 puisse transférer de la matière, il se pourrait
bien que mon Assistant arrive nu dans l’autre monde.        

L’envoyer dans un lieu dans lequel les populations seraient
plus avancées ?

J’ai bien une hypothèse, mais qui n’est pas encore une
certitude, ses chances de revenir vivant ?

Oui, c’est sûr qu’il y a un risque, si la porte fonctionne
bien, Rocky a des atouts, regardez le gaillard, un maître
des arts martiaux qui utilise également les armes, il est
intelligent, très intelligent, un bon scientifique et assez
fin psychologue.

De plus, si l’on n’essaie rien, on n’obtient rien. »  

Morrison: « Vous avez raison, Monsieur Buchanan, et votre
Assistant est visiblement un sacré client, mais nous
aimerions en savoir plus sur votre hypothèse de l’envoyer
vers un monde plus évolué. »

Le Savant donna à son assistance quelques détails
techniques relatifs au contenu d’un des quadrants du
CB1 pour terminer par:

« Je pense qu’un point gris peut se rapporter à une
civilisation d’humains ou d’androïdes plus évolués. »

Hayes: « Ouais, alors vous allez balancer Rocky vers un
point gris, vous dites que les blancs et les rouges ne
sont pas habitables, que les jaunes et les oranges
peuvent avoir une faune et/ou une flore, mais pas
d’humains, les verts des civilisations primitives, les
bleus et les violets, d’autres comparables à la
nôtre, mais sur quoi vous basez-vous pour faire une
telle hypothèse? »

Buchanan: « Sur certaines constatations, Monsieur
le Sénateur, qui  sont le résultat de recherches bien
précises, ce n’est qu’une hypothèse, certes, mais elle
a ses raisons, et je n’ai pas encore trouvé mieux. »  

Campbell: « Bon, je suppose que nous avons à peu
près toutes nos réponses, peut-être est-il temps de
procéder?

Dans six mois, sauf accident, nous serons là. »

Personne n’ajouta mot, et Buchanan:

« Prêt Rocky ? »

« Prêt Professeur. »

Il se dirigea vers la plaque de transfert, le Savant
appuya sur un bouton, Rocky fût aussitôt enveloppé
par une sorte de brume épaisse, et disparût, mais ses
vêtements étaient toujours sur la plaque.

« Ah ! »  
« Oh ! »
« Extraordinaire ! »  

« Hm ! Dommage qu’il ait disparu aussi vite. »
Pensa Julia Massey.

Lorsque les divers V.I.P. quittèrent le laboratoire de
Buchanan, Campbell et Butler se dirigèrent vers le même
véhicule de retour, ce dernier:

« On voit que Buchanan est un scientifique, Monsieur
le Président, bien naïf car loin des réalités, il est certes
hors normes dans les recherches,  mais lorsqu’il dit que
sa porte peut nous aider à sortir de notre situation
actuelle, et que son Assistant peut nous rapporter des
connaissances miracles, lui aussi, vit dans un autre
monde. »

Campbell: « D’autant plus que son CB1 ne transfère
pas la matière, et même s’il tombait sur une
civilisation plus évoluée que nous, et que, par
miracle, il puisse nous transmettre des informations
utiles, elles ne seraient pas à mettre entre toutes les
mains, il faudrait les garder secrètes, mais je n’y crois
pas trop, pour le moment, rien n’est moins sûr. »  

« Devons-nous maintenir le budget, Monsieur le
Président ? »

« Bien sûr, mon ami, durant au moins six mois, après ?
Eh bien on verra. »

Resté seul dans son laboratoire, Christopher Buchanan :

« Rocky doit être loin maintenant, je n’ai plus qu’à
croiser les doigts, et pour le prochain voyage, trouver
le moyen pour que le CB1 puisse également transférer
de la matière.

Seul Reed a posé des questions intéressantes, les
autres sont venus par simple curiosité et souhaitent
plus ou moins que ma porte confirme que les USA
restent la première puissance mondiale.

Le budget et la protection du labo seront encore
maintenus durant les six mois à venir, après… »

Au même moment, Rocky se  retrouvait nu dans une
forêt, et se remettait doucement de ses émotions:

« L’atterrissage a été rude, il fait plutôt chaud ici, je
dirais entre 20 et 25 degrés.

Je dois trouver des vêtements, si cette zone est
habitée, mais quelle direction prendre ?

Je dois d’abord pouvoir me lever. »

Cinq minutes plus tard, il put se mettre debout
et observa son environnement:

« Certaines zones sont éclairées, on peut voir
les rayons émis par l’étoile, prenons cette
direction, on verra bien. »

Les arbres apportaient de la fraîcheur, les
espaces libres étaient plus chauds encore, et
au bout de quelques centaines de mètres, Rocky
commença à transpirer.

« Ffff, dur, j’espère rencontrer des gens
rapidement, ne serait-ce que pour avoir de l’eau. »

Il marcha encore durant un quart d’heure avant
de se retrouver devant une vaste clairière qu’une
douzaine d’indigènes traversait, des hommes
petits d’environ un mètre soixante au teint
basané et habillés d’un pagne léger, mais ils
disposaient d’arcs et de flèches.

Lorsqu’ils l’aperçurent, ils marquèrent un temps
de surprise avant de ce diriger vers lui, il put alors
entendre leurs conversations:

« Tu as vu, Teknan, ce géant à peau blanche?
Qu’est ce qu’on fait, on le tue ? »     

« Attends Kaknem, peut-être pas, je crois que
j’ai une idée, faisons-le prisonnier. »

« Ah ! Je vois, tu penses au zukor ? »

« Oui, regardes le, il est non seulement très
grand, mais tout aussi costaud, j’espère qu’il
sait se battre, s’il pouvait nous en débarrasser… »

Le zukor ressemblait au tigre du Bengale, mais
son pelage était rouge avec des rayures
vertes, son ventre jaune, et il était encore plus
imposant.

Rocky les voyant arriver pensait:

« Ils semblent déterminés, deux hommes qui
se parlent, et dix autres dotés d’armes, j’espère
qu’ils n’ont pas l’intention de me tuer, car là, mes
chances sont pratiquement inexistantes.

Mais je comprends très bien leur langue, ce qui est
surprenant, cela me donne peut-être une possibilité
de m’en sortir. »

Teknan: « Toi l’étranger, tu es notre prisonnier !
Que fais-tu là et d’où viens-tu ? »

Kaknem: « Il ne doit pas comprendre notre
langue, Chef, mieux vaut essayer de communiquer
par signes. »

Rocky: « Au contraire, je vous comprends très
bien, votre prisonnier ?

D’accord, mais j’ai besoin d’eau, j’ai soif, et si à
l’occasion vous avez des vêtements … »

Les deux indigènes se regardèrent interdits durant
plusieurs secondes, puis Teknan:

« Tu auras de l’eau lorsque nous serons au
village, et nous aurons pas mal de questions à te
poser. »

Kaknem: « Mieux vaut envoyer un de nos hommes
pour lui rapporter un pagne, un grand, car si nos
femmes et les enfants le voient ainsi… »

Teknan: « Tout à fait, cela ferait désordre, envoies
donc Merkon dont la femme est une spécialiste des
pagnes en lui précisant bien qu’il s’agit d’un format
géant. »

Rocky se trouva entouré de six hommes qui, tout en
marchant, le tenaient en joue, cinq cents mètres
plus loin, dans la forêt, Teknan:

« Halte ! Attendons le retour de Merkon ! »

Presque une heure plus tard, ce dernier revint avec
un grand pagne, que Kaknem donna à Rocky:

« Mets ça, tu seras plus présentable. »

« Ok, il me va bien, sommes nous loin de votre
village ? »

« Non, à 400 pas, tu auras bientôt de l’eau. »

Arrivé au lieu dit sous bonne escorte, Rocky vit
des dizaines de femmes et davantage d’enfants
qui le fixaient curieusement, Teknan:

« Allez, allez !

Retournez donc à vos occupations.

Il n’y a rien à voir, ce géant est simplement
notre prisonnier, il sera dans la grande tente
blanche, entourée de 12 gardes, que personne
d’autre n’aille là bas sans mon autorisation. »

Il n’était pas seulement le Chef du groupe
d’hommes, mais aussi celui de toute la tribu
qui se composait de plus de 300 personnes.

Rocky fut dirigé vers la grande tente, et une
fois devant, l’un des hommes:

« Entre là dedans, tu resteras dans cette tente
jusqu’à nouvel ordre, ne t’avise pas de chercher
à en sortir, elle est entourée de douze gardes armés
et tu serais sévèrement puni.

Quelqu’un va t’apporter de l’eau. »

« J’aurais besoin d’une paire de chaussures et de
manger, est-ce possible? »

L’homme se mit à rire et:

« Décidément toi, tu ne manques pas d’air, mais je
vais quand même retransmettre ta demande à
Teknan. »

« Comment t’appelles-tu ?

Moi c’est Rocky, et quel âge as-tu ? »

« Tu poses trop de questions, Rocky ?

C’est un drôle de nom, moi, c’est Nodam, j’ai
12 périodes, et toi ? Combien ? »

Rocky devait réfléchir vite, Nodam paraissait une
bonne quarantaine, la dite période devait se
comparer à trois ou quatre ans, il répondit:

« Je suis dans ma dixième période. »

« Ah ! Tu es jeune, bon, entre là, Merkon va
t‘apporter de l’eau. »

Deux jours s’écoulèrent, le dit Merkon, qui était
probablement l’homme à tout faire de la tribu, lui
apportait deux fois par jour de l’eau et un repas.

Il était nettement plus affable que Teknan, Kaknem
ou Nodam, et trouvait le géant plutôt sympathique.

C’est-ce qui permit à Rocky de connaître rapidement
un certain nombre de choses, la tribu se nommait
les zedkds, un peu plus de 300 personnes,  la
forêt, Sankad, était assez étendue, on y chassait des
gibiers pouvant ressembler à des biches ou à des
cerfs, ou encore des sortes de marcassins, les
légumes existaient également, ainsi que le raisin et
le vin, les distances se mesuraient en pas, mais pour
la galaxie, la planète, l’étoile, le continent, Merkon
ne savait rien de tout cela, n’étant près ni d’une mer
ni d’une rivière, le poisson restait inconnu, l’eau
potable existait de par des pluies assez fréquentes.     

Au troisième jour, Rocky fût convoqué par
Teknan, six gardes l’accompagnèrent jusqu’à la
grande tente bleue du Chef, une fois à
l’intérieur, ce dernier ordonna à ses quatre gardes de
sortir en disant à Rocky:

« Tu ne t’en prendras pas à moi, ce serait ta perte.

J’ai une mission à te confier, tu as peu de chances
de la réussir, mais sait on jamais, dans ce cas peu
probable, nous te laisserions repartir chez toi.
Au fait, qui es tu ?

Que faisais tu avant de venir ici et d’où viens tu ? »

Pendant deux jours, Rocky avait eu le temps de
réfléchir à ce genre de questions, et sachant que
la tribu ne connaissait pratiquement rien en dehors
de sa forêt, il répondit:

« Je viens d’un peuple d’environ 20.000
personnes, nous nous appelons les américains, nous
nous battons sans arrêt les uns contre les autres
car nos chefs rêvent d’un pouvoir comme le
tien, régner sur le peuple qui n’est qu’une grande
tribu.

Je faisais partie d’une armée de soldats, qui
correspondent à tes gardes, au cours d’un
combat, après avoir neutralisé une douzaine
d’hommes, j’ai à mon tour été assommé, puis
probablement laissé pour mort, je me suis
retrouvé dans une barque, au bord d’un fleuve
à environ 50.000 pas d’ici, j’ai traversé un désert
avant de me retrouver dans ta forêt, voilà, l’histoire
est simple. »    

Teknan se mit à rire:

« Simple dis-tu ?

Alors qu’est-ce que ça doit être quand tu trouves
quelque chose compliqué…  

Tu dois venir d’un lieu bien plus éloigné que 50.000
pas, autrement nous connaîtrions votre existence
depuis longtemps, or personne avant toi n’est
venu ici.

Le fait que tu parles parfaitement notre
langue, comment peux-tu expliquer cela ?
 
Je connais l’existence du fleuve que tu
mentionnes, de par Andanam, notre savant, qui
dispose de documents secrets, c’est le Tarkir, mais
de cette énorme rivière à ici, il y a au moins
30.000 pas de désert où rien ne pousse et dans
lequel il fait une chaleur à étouffer, sans
rien, impossible à traverser, alors comment
as-tu fait ? 

Encore une autre question, pourquoi es-tu
arrivé nu et assez propre ? »

Rocky: « Pour la langue, je peux te répondre, nous
l’apprenons chez nous, cela peut te paraître
étonnant, mais je pense que dans un passé
lointain, nous avons fait partie du même peuple, ou
encore nous avons dû faire du commerce.

Dans la barque, j’avais un sac contenant des
boissons et des provisions, c’est-ce qui m’a permis
de tenir jusqu’à l’entrée de ta forêt, par contre, pour
ce qui est d’être nu et propre, je n’ai pas de
réponse. »

« J’ignorais que tu avais des bons génies comme
serviteurs, quant à faire partie d’un même
peuple, oui, ça doit remonter à un passé très
lointain, probablement des milliers de périodes.

Il reste étonnant que vous ayez conservé notre
langue.

J’aurais beaucoup d’autres questions à te poser, tu
es quelqu’un d’étrange, mais passons à ta mission. 

Nous avons récemment réussis à tuer une femelle
zukor et ses deux petits, mais le mâle est encore
vivant et tue régulièrement nos gardes et même
des hommes, femmes, enfants dans des tentes.

Tu vas me dire que nous avons des arcs et des
flèches, ce qui nous permettrait de le tuer
facilement, mais voilà, il est très rusé, il attaque
la nuit et personne ne le voit venir. 

Mais durant la fête de Kram qui a lieu tous les
vingt passages de l’étoile qui, d’après
Andanam s’appellerait Ferak, il vient vers la tente
rouge qui est celle des provisions pour y faire un
sacré ravage, peu après la disparition de l’étoile.

Mais il est très malin et ne passe pas toujours au
même moment, la prochaine fête aura lieu durant
le second passage de Ferak, c’est donc après la
chute de l’étoile que tu devras te trouver devant
la tente rouge, peut-être te faudra-t-il être
patient, nous te donnerons une lame d’un pied
le long pour l’affronter, si tu réussis, comme je
l’ai déjà dit, tu seras libre. »

« Peux-tu me décrire ce zukor ? »  

« Oui, c’est un énorme félin qui mesure douze pieds
de long, cinq pieds au garrot, sa masse est
comparable à celle de quatre hommes, pelage rouge
avec des rayures noires, ventre orange, il est très
rapide. »

« Ffff ! Et pour cela je n’ai qu’une lame courte ? »

« Oui, mais visiblement, tu es très fort, et tu m’as
dit avoir neutralisé douze hommes, qui devaient avoir
un gabarit supérieur au nôtre, une liberté, ça se
mérite, et quoi de mieux qu’un combat égal pour
cette récompense ? »

« D’accord, je relève le défi. »

« Excellente réponse, Merkon va t’apporter des
chaussures, mes hommes ont relevés une trace de
tes pieds, elles devraient t’aller.

De plus, tu auras du vin et de meilleurs repas, mais
toujours pas question de quitter la tente avant le
moment du combat, tu peux la regagner dès
maintenant. »

Lorsque Rocky se retrouva dans sa tente, il se mit
à réfléchir:

« Il repassera pour le point gris, le Professeur.

Bon, après demain soir, au début de la nuit, je
serai face à un drôle de client, une sorte de tigre
du Bengale en gros format, et rapide, les zedkds
ont des pieds d’environ 25 centimètres, ce qui
signifie trois mètres de long, un mètre vingt cinq au
garrot, et au moins 250 kilos, avec une lame d’un
pied, c‘est plutôt léger…

Pendant ces deux jours, je vais refaire des
entraînements martiaux et des pompes.

Lorsque Teknan m’a dit que si je survis, je serai
libre, son air ne m’a pas convaincu, je le croyais
capable de tenir ses promesses, mais je n’ai
peut-être pas dit ce qu’il fallait lorsque j’ai parlé
de mon peuple, il sait désormais qu’on est supposés
exister ici, qu’on parle sa langue, perçoit-il un
danger pour sa tribu ?

Mais que pouvais-je dire d’autre ?

Que je viens d’une autre dimension ?

Il ne m’aurait pas cru.

A moi d’être plus malin que lui en prévoyant son
projet, si par chance, car il m’en faudra, je gagne, il
ne me fera pas exécuter de suite, devant un tas de
gens qui regarderont la scène, et qui ne
comprendraient pas, non, il va faire semblant de
tenir sa parole en me disant que je suis libre, mais
il va me laisser faire un certain nombre de pas avant
de lancer une bonne dizaine d’archers à ma
poursuite.

Je suis plus grand qu’eux et cours probablement
plus vite, mais il se pourrait que j’aie moins
d’endurance, heureusement, cette forêt comporte
des broussailles et des bosquets en grande
quantité, un peu partout, je devrai me cacher et
neutraliser les archers un par un, c’est la seule
solution possible, éviter de les tuer est une autre
question, cela ne sera peut-être pas possible. »       

Au  même moment, chez Teknan:

Kaknem:« Tu veux vraiment le faire tuer s’il nous
débarrasse du zukor ?

Tu dois avoir une bonne raison pour cela. »

« En effet Kaknem, il est dangereux pour nous, pour
plusieurs raisons:

- Les gens vont l’adorer, mauvais pour l’autorité.

- Il a des hommes semblables à lui sur ce continent, loin
de chez nous, certes, mais qui peuvent également
venir jusqu’ici, il y est bien parvenu, ils sont
20.000 alors que nous sommes 300...

- S’il parvenait à rentrer chez lui, il leur parlerait
de notre existence, il paraît que déjà entre
eux, ils se battent sans cesse pour le pouvoir, ils
viendraient le prendre chez nous…. »

Kaknem: « Mais, tu m’as dit qu’ils apprenaient
notre langue, que nous avions un passé commun. »

« Justement, raison de plus, réfléchis, ils croient
que nous n’existons plus depuis longtemps, dans le
cas contraire, ils viendraient encore plus
facilement, lorsque les archers le tueront, ils diront
qu’ils l’ont pris pour un jamuk(grand singe genre
gorille), la nuit, on peut se tromper.

Mais peut-être que nous discutons pour rien, Rocky
n’a pas encore tué le zukor, attendons la suite. »

Les deux jours passèrent très vite, et le moment de
se rendre sur le lieu du combat était arrivé, toujours
accompagné de six gardes, Rocky se dirigeait vers la
tente rouge.

Les zedkds sachant que le zukor était capable de
revenir une autre nuit s’il y avait de l’éclairage autour
de la tente à provisions, aucune torche ne se trouvait
à moins de 20 mètres du lieu, ce qui ne facilitait
pas la mission de Rocky qui décida alors de se placer
près d’un côté de la tente, tout en rendant possible
une vue vers l’ouverture.

Heureusement pour lui qu’il avait une très bonne
vue, notamment dans le noir, car c’était sûrement le
cas du tigre, un temps assez long s’écoula avant la
perception d’un feulement indiquant une présence
proche.

« Les dés sont jetés » pensa Rocky avant d’apercevoir
deux points à peine lumineux, probablement les yeux
du zukor, puis une masse imposante qui avançait très
souplement avant de s’arrêter d’un coup, il venait de

sentir une présence inopportune et se mit à rugir.

Rocky quitta sa position pour se placer à six mètres du
tigre qui, en l’apercevant, marqua un temps d’arrêt
avant d’effectuer une sorte de prusten, puis le félin
s’élança avant de bondir vers l’homme dans l’intention
de le prendre à la gorge.

Il a compté sans la réaction de Rocky toute aussi
rapide, ce dernier fit un roulé boulé au sol tout en
détendant son bras gauche qui tenait la lame vers
le ventre du tigre, mais il n’atteignit qu’une des pattes
arrières sans pour autant causer de blessure grave.

Le zukor était maintenant en colère, mais encore
capable de réfléchir, il bondit de nouveau, mais vers les
jambes de Rocky qui s’éleva en les écartant, tout en
tentant un coup de lame sur le dos de l’agresseur qui
ne rencontra que le vide.
  
L’animal comme l’homme savaient maintenant
qu’ils n’avaient jamais rencontrés d’adversaire aussi
coriace, le premier rugissait plus fort, le second
restait concentré et pensait:

« Les cordes de la tente, elles semblent solides, voilà
la solution, mais il faudra faire vite. »

Après avoir évité deux assauts du félin en se projetant de
côté, Rocky se plaça devant le début d’un des côtés de
la tente et attendit, le tigre marqua encore un temps
d’arrêt comme s’il pensait:

« Il est devant quelque chose, et ça ne me plait pas, que
me prépare-t-il encore ? »

Deux secondes plus tard, il décida de bondir, Rocky
avait pris l’une des cordes dans sa main droite et, tout
en faisant un bond d’un mètre sur le côté, l’arracha du sol
pour en saisir l’extrémité, le tigre avait atterri sur le début
 du côté de la tente et en avait arraché un morceau, il
était désormais de dos par rapport à Rocky qui ne perdit
pas de temps, il enroula prestement la corde autour du
cou du félin et serra de toutes ses forces, l’animal se
débattit pendant un moment, au risque d’atteindre
le géant qui assurait sa prise, les secondes
passèrent, Rocky était maintenant carrément sur le dos
du félin qui finit par cesser de se débattre, il continua à
serrer afin de s’assurer que l’animal ne bougerait
plus, pendant une bonne trentaine de secondes, puis
avec  prudence relâcha progressivement la pression, par
précaution, il donna quelques coups de lame dans son
dos, aucune réaction, le zukor avait cessé de vivre.     

Quelques minutes plus tard, tous les adultes du village
étaient là, en train de regarder le tigre pendant que
Teknan:

« Bravo Rocky, tu es un guerrier vraiment
extraordinaire, il est vrai que tu es très puissant, mais de
là à vaincre un zukor, je n’aurais jamais cru cela possible.

Je dois tenir ma promesse, tu es désormais un homme
libre et peux aller où bon te semble, je pense que tu vas
rechercher à retourner chez toi ? »

« En effet, Teknan, c’est bien mon intention.
Au fait, quelle direction dois-je prendre ? »

« C’est simple, tu vois ces trois arbres là bas, assez
bien éclairés entre quelques torches ? »

« Oui, je les vois »

« Eh bien tu vas dans cette direction, tout droit, c’est
le plus court chemin, 1200 pas, pour te retrouver dans
la clairière, après, je suppose que tu sais où aller. »

« Bien sûr, pas de problème, il me reste à te remercier
de ton hospitalité, j’avais besoin de repos, le séjour
dans la tente blanche m’a été bien salutaire.

Au revoir tout le monde. »   

Teknan attendit que Rocky s’éloigne d’une centaine
de pas pour chuchoter à Kaknem:

« Laissons nos gens à leur joie et viens dans ma
tente, j’ai à te parler. »

Arrivés chez Teknan:

« Alors, as-tu fait le nécessaire ? »
« Bien sûr, Teknan, 15 archers sont déjà sur les
lieux, autour de la clairière, pas eu besoin de placer
des torches qui paraitraient suspectes, nos hommes
pourront quand même tirer à vue, ils ne manqueront
pas leur cible, on déplacera le corps derrière l’un des
fourrés, et le tour sera joué. »

« Parfait, de toute manière, tu voulais le tuer dès le
départ, n’est-ce pas ? »

« En effet, mais tu as eu raison de le faire
prisonnier, si on l’avait tué, nous aurions encore le
zukor sur le dos. »

« Si je suis le Chef, ce n’est pas sans raison. »

Et tous deux de rire, pendant ce temps, Rocky avançait
prudemment, mais pas dans la direction de la clairière.

« Si Teknan m’a laissé partir aussi facilement, en
direction de la clairière, c’est qu’il a fait placer un comité
d’accueil là bas, une bonne dizaine d’archers qui doivent
m’attendre de pied ferme, s’ils ne me voient pas
arriver, ils vont se dépêcher de regagner le village pour
en parler à leur Chef, cela me fera gagner du
temps, dommage que je n’aie pas de montre.

Mais mon problème n’est pas résolu pour autant, le
temps qu’ils réagissent, je pourrais peut-être quitter la
forêt,  mais après, dans le désert, non seulement je
n’aurai ni à boire ni à manger, mais je laisserai des
traces, et il fera jour bien avant que j’atteigne le
fameux fleuve, je les crois bien capables de me
rechercher jusque là bas.

Me planquer quelque part dans la forêt ?

Ce n’est pas mieux, ils y sont maîtres et disposent d’une
bonne centaine d’hommes, dont au moins cinquante
combattants, je ne pourrai pas neutraliser tout le
monde, s’ils procèdent méthodiquement, ils finiront par
me trouver… 

Existe-t-il seulement une solution ?

D’après les informations de Merkon, pas de rivière dans
cette forêt qui fait à peu près 40.000 pas, soit 24 kilomètres
de diamètre, des pluies sont fréquentes, mais même si j’ai
de l’eau, je n’ai rien pour chasser du gibier, j’ai idée que le
Professeur ne pourra jamais vérifier l’exactitude de son
hypothèse sur les points et leurs couleurs.

Mais ne sois pas défaitiste, l’étendue de la forêt
est telle que Teknan ne peut grouper ses hommes
partout, de plus, s’ils se déplacent jusqu’aux
confins, ils auront alors de quoi boire et manger, et
se sépareront plus ou moins pour quadriller un
maximum de surface, les cachettes ne manquent
pas, mon idée de les neutraliser un par un est peut-être
jouable après tout, surtout si je peux disposer d’arcs
et de flèches, je saurai m’en servir.

Oui, je peux encore faire 20.000 pas pour arriver près
de l’un des bords, voilà la solution, en neutralisant les
gens un par un, j’aurai non seulement à boire et à
manger, mais aussi des armes.

Désolé d’avance pour les femmes et les enfants de ceux que
je serai obligé de tuer, mais il me parait plus que
difficile, voire impossible de faire autrement.

Ces sandalettes ne sont pas très pratiques pour marcher
dans une forêt au sol inégal, plein de feuilles et de
branchages, mais je dois m’éloigner le plus possible du
village, à un moment donné, il faudra que je dorme, et
j’espère qu’ils ne seront pas dans la bonne direction dès
le départ.  »

Il marcha durant encore quatre heures, le jour
commençait à se lever, il était fatigué et pensait à se
trouver une cachette pour dormir, mais:

« Tiens  là bas c’est plus clair, il y a moins
d’arbres, serais-je arrivé près d’une lisière ? »

200 pas plus loin:

« Oui, voilà le désert, mais !!!

Je ne rêve pas, un objet métallique avec des bandes
d’éclairage ! Il a une certaine taille et je vois des
hommes autour, ils sont à peu près à 300 mètres, allons
les voir, même s’il y a un risque, tant pis, vu ma
situation… »  

Cinq minutes plus tard, Rocky se retrouva en face
d’une dizaine d’hommes habillés comme des
spationautes, l’un d’entre eux s’avança et:

« Vous êtes enfin là ! Vous avez mis le temps, mais
peu importe, montez dans le vekmat, ne cherchez pas
à comprendre, nous ne sommes pas autorisés à répondre
à vos questions.

Ce que je peux vous dire, c’est que maintenant, vous
êtes en sécurité, vous quittez Narkoran, le continent
sur lequel vous êtes venu, nous vous emmenons à
Zerkonia, capitale du Zerkorn qui est un autre
continent.

Si vous avez faim et soif, il y a un bar là bas, servez
vous. »

« Merci, ça tombe bien, mais je vais bientôt avoir besoin
de dormir, le voyage sera-t-il long ? »

« Nous ne connaissons pas vos échelles de temps, mais
vous dormirez à destination, le voyage, comme vous
dites, sera rapide, juste le temps de votre collation. »

Rocky buvait et mangeait, ce qui ne l’empêchait pas
de réfléchir:

« Ca, c’est encore extraordinaire, ces gens semblent
bien plus avancés que les zedkds, ils font tous à peu
près six pieds de haut, et sont d’un type différent, je
ne les connais pas, et pourtant nous parlons la même
langue, même coup que pour les zedkds, est-ce que
les transferts dimensionnels abolissent les barrières
linguistiques ?

Celui qui m’a parlé doit commander les autres, il a
dit ne pas être autorisé à répondre à mes
questions, dans cette ville, Zerkonia, il existe donc
une autorité supérieure, qui décide de tout.

Narkoran, le continent sur lequel je suis venu, cela
voudrait-il dire qu’ils connaissent les transferts
dimensionnels ?

Dans ce cas, forte probabilité qu’ils soient plus avancés
que nous, le Professeur a donc vu juste finalement, mais
alors, pourquoi ne suis-je pas arrivé directement sur
Zerkonia… »  

Peu après l’atterrissage du vekmat, Rocky fut accompagné
par les dix hommes dans un long couloir bien éclairé, puis
celui qui lui avait déjà parlé lui dit:

« Prenez cette porte, vous serez alors dans une salle
d’attente, et l’on viendra vous chercher dans peu de
temps. »

La salle diffusait une lumière bleu pastel plutôt
agréable, et disposait d’une seconde porte, Rocky
remarqua un objet imposant qui pouvait ressembler à
un fauteuil et décida de s’y installer:

« Très confortable » se dit-il.

Peu après, par cette autre porte, un homme habillé
d’une combinaison assez moulante entra et:

« Suivez moi, nous allons vers votre nouvelle résidence. »

Ils prirent un étrange véhicule qui se déplaçait vite dans
un autre couloir, puis lorsqu’il s’arrêta, l’homme en
combinaison:

« Vous pouvez descendre et emprunter la porte bleue en
face, c’est là que vous allez résider durant un certain temps. »

Rocky avait compris que poser des questions serait
Inutile, et pensa:

« Tôt ou tard, je finirai par obtenir des informations. »

La porte s’ouvrit automatiquement, il se retrouva dans
une pièce assez agréable qui contenait un bureau derrière
lequel se tenait une jeune femme plutôt jolie et élégante:

« Asseyez vous là bas, l’attente ne sera pas longue. »

Elle ne le fut pas, par une autre porte entrèrent deux
hommes également revêtus d’une combinaison d’une
autre couleur, le plus petit des deux qui mesurait quand
même six pieds s’adressa à Rocky:

« Bienvenu à Zerkonia, je suis Sorkd, responsable de ce
centre et voici Pern, mon adjoint.

Nous allons vous accompagner jusqu’à la porte de votre
chambre, arrivés sur place, nous vous donnerons les
informations de base. »

Ils quittèrent le bureau d’accueil pour emprunter encore  un
couloir sur environ 100 mètres, puis Sorkd:

« Vous voici arrivé, c’est la porte bleue, dans votre chambre
que je pense confortable, vous trouverez des tenues plus
seyantes et tout ce dont vous pouvez avoir besoin, l’autre
porte verte, en face, est l’accès à un restaurant qui peut
vous servir diverses sortes de nourritures et de
boissons, vous y retrouverez votre compte.

Reposez vous bien car à partir de demain, vous allez
subir divers tests mentaux et physiques qui auront pour
objet de situer votre capacité d’adaptation par rapport
à nos normes, nous savons que vous êtes un transfert et
que votre séjour parmi nous a une durée limitée.  

Voilà, tout est dit, nous vous laissons. »

Les deux hommes continuèrent à suivre le couloir tandis que
la porte bleue s’ouvrait devant Rocky. 
 
« Une vaste pièce d’au moins cent mètres carrés, meublée
avec goût et agréablement éclairée, elle a même une petite
piscine d’environ 8 mètres sur quatre, wosh, c’est le luxe.

Un lit de trois mètres sur deux, ah, voilà la penderie avec
les tenues, et des sortes de bottes ultra souples, la salle
de bains et les toilettes sont dignes de celles d’une suite.

Tiens ! J’ai même un bar, pas de bureau ni de
positronique…

Bon, pour le moment, je vais me prendre une bonne
douche et dormir on réfléchira plus tard. »

Son sommeil dura plus de dix heures, mais il ne le
savait pas car dans sa chambre il n’y avait pas de
pendule ni de réveil, et dans cet autre monde, les
échelles de temps devaient être différentes, lorsqu’il
se réveilla:

« Tiens ! Où suis-je ?

Ah oui, je me souviens, on m’a attribué une chambre, mais
j’ignore combien de temps j’ai dormi, levons nous pour voir
comment je me sens.

Plutôt bien apparemment, heureusement car on va me
faire passer des tests, mais j’ai faim, je vais aller dans
la salle de bains, puis prendre une tenue et les bottes
adaptées, enfin traverser le couloir pour aller au resto. »

Une fois dans le lieu dit, il s’installa devant une table, une
belle jeune fille en combinaison moulante rose s’approcha
de lui:

« Que désirez vous boire et manger ? »

« Quelles sortes de nourriture et de boissons avez-vous ? » 

« De toutes sortes, solides, énergétiques, sous forme de
pilules, par des rayons, ou encore des plats, dito pour
les boissons. »

« Ah, alors puis-je avoir un steak/frites avec du vin
rouge pour commencer ? »

« Bien sûr, saignant ou à point le steak ?

Les frites, peu ou bien dorées ? »

Rocky était stupéfait, après quelques secondes de
surprise:

« Eh bien, saignant le steak et des frites bien dorées, puis
le vin adapté. »

« Aucun problème je vous apporte tout cela. »

Lorsqu’il regagna sa chambre:

« Mais dans quel monde je suis tombé ?

Cela dépasse tout, un repas royal, un steak sans perte
des frites parfaites, puis une salade mixte avec ail et
persil, deux sortes de fromage, un dessert, un café puis un
digestif genre whisky on the rocks, on dirait que ces gens
ont vécu sur Terre, carrément hallucinant.

Par contre, la serveuse comme les hommes qui m’ont
parlé, ne laissent transparaître aucune émotion, leurs
visages restent sans expression, étrange.

Le Sorkd là, qui veut me faire passer des tests, sait
que je suis un transfert, mais il ne m’a pas demandé
ma date de retour.

Quelqu’un va venir tôt ou tard pour me faire passer les
fameux tests, et comme je n’ai aucune notion du temps
ici… »

Par la suite, dès la première semaine, il subit des tests
dits mentaux, qui consistaient à le faire s’allonger sur une
large planche confortable, on lui collait des pastilles un
peu partout sur le visage et dans ses cheveux courts, puis
on l’endormait durant plusieurs heures avant de lui dire de
réintégrer sa chambre.

Il bénéficia de trois jours de repos avant de passer aux
tests dits physiques, il commença par des épreuves
comparables à celles de l’athlétisme, puis on lui fit
combattre d’autres humains, toujours à un contre un
selon des règles particulières tenant de la lutte et du
sumo, cela dura encore une semaine, toujours en
équivalence de temps.

Lorsque les tests furent terminés, personne ne vint le voir
pendant un mois, puis:

« Sorkd ! Faites venir Rocky dans mon Palais ! »

« De suite Votre Majesté. »

Dans une luxueuse salle bourrée d’écrans et d’autres
appareils à côté desquels une positronique ferait office
de planche à clous, une femme brune de six pieds aux
yeux violets et d’une beauté indescriptible était
confortablement installée devant une boisson similaire
à un bloody mary.

Il s’agissait de Zerkna, Reine de la planète Zerk et bien
sûr de Zerkonia.

Cette dernière, de cette salle, pouvait tout observer, tout
voir et tout entendre, enfin contrôler toute la population
et la planète.

Elle avait suivi avec grand intérêt les tests de Rocky et
même l’intégralité de son séjour chez les zedkds.  

Lorsqu’il entra dans le Palais, une jeune servante fort
élégante lui dit, toujours avec un ton dénué d’expression:

« Suivez moi, Monsieur, Sa Majesté vous attend. »

Rocky: « Je vous suis. » Puis en lui-même:

« Ffff ! Une Majesté !!

J’ai idée que mon emploi du temps va subir de sérieuses
modifications. »

Peu après:

« Faites le entrer ! »

La servante s’exécuta et repartit à vive allure, la porte se
referma automatiquement, et Rocky se retrouva dans un
vaste salon à côté duquel ceux de Château de Versailles
ressembleraient à des grottes.

« Venez vous asseoir devant moi, Rocky, nous avons pas
mal de choses à nous dire, que voulez vous boire ? »

« Laissez moi réfléchir, dois-je vous appeler Votre
Majesté ? »

Zerkna se mit à rire, chose qui ne lui était pas arrivée
depuis des temps immémoriaux.

« Je sais ce à quoi vous réfléchissez, car je connais bien
vos processus de pensée, prenez votre temps! »

« Eh bien, Votre Majesté, car je suppose que la suite
de mon destin dépend de vous, je vais penser tout haut.

Vous êtes dotée d’une voix extraordinaire, et pas que
de cela, vous venez de rire, c’est la première fois que je
vois une expression sur un visage ici, vous savez que je
suis un transfert, et le fait de bien connaître mes
processus de pensée me fait comprendre que vous m’avez
fait passer des tests un peu spéciaux, votre civilisation
étant beaucoup plus avancée que la mienne, je suppose
que vous savez pourquoi on m’a envoyé ici. 

Ceci étant dit, un whisky on the rocks ne me déplairait
pas. »

« Chapeau pour reprendre l’une de vos expressions sur
Terre, vous êtes très intelligent, avez aussi de l’audace 
mais point trop n’en faut, attitude à doser
convenablement. »

Elle appuya sur un bouton et:

« Edna, servez nous un whisky on the rocks et un
bloody mary. »

« Revenons à notre conversation, Rocky, oui, je sais
pourquoi vous êtes ici, et bien d’autres choses encore.

Félicitations à votre Professeur, Christopher Buchanan
je crois, inventeur du CB1 qui vous a amené ici.

Bien sûr, il est loin d’être aussi avancé que nos
Vektrans et il ne transfère pas encore la matière, mais
vu le niveau de vos civilisations, c’est déjà une belle
réussite.

Vous n’êtes pas mal non plus, être venu à bout d’un
zukor n’est pas à la portée de n’importe qui, pas plus
que déjouer les plan de Teknan en ne repassant pas
par la clairière, par rapport aux gens sur Terre, vous
faites partie du haut du panier, vos tests le prouvent.

Je suis Zerkna, Reine de Zerk, nom de cette planète, et
ici, nous divisons les gens et les androïdes évolués en
sept catégories, les zedkds par exemple, appartiennent
aux deux premières, et encore…

Les humains sur Zerkorn, ce continent, se classent dans
les catégories 3 à 5, les androïdes et certains de mes
Ministres et des Savants, dans la 6, ne me demandez pas
qui est dans la sept, mais vous, pour les terriens qui se
classeraient entre le catégories 1 et 4, eh bien vous faites
partie de la 5, donc un spécimen rare pour ne pas
dire unique. 
 
Vos tests physiques démontrent que vous sortez de
l’ordinaire, mais ça, avec le zukor, je m’en doutais déjà.

Grâce au fait que vous ayez pas mal de connaissances
nous avons non seulement une bonne approximation de
ce qui se passe sur votre Terre, mais aussi d’une petite
partie de son histoire, de ses politiques actuelles, parmi
bien d’autres domaines, et notamment, nous connaissons
votre échelle de temps et plus ou moins toutes vos mesures.

Tenez, pendant que j’y pense, voici une montre qui vous
ira, elle dispose de votre système d’heures, minutes et
secondes, ainsi que de la date selon votre calendrier, vous
la fixez en posant un doigt sur le bout du bracelet et
pouvez la retirer de la même façon.

Il vous reste 160 jours à rester parmi nous, je crois, vous
disposez du bon outil pour le vérifier. 

L’humanité est encore assez primaire chez vous, mais
j’espère qu’elle ne disparaîtra pas, il y a aussi des gens
intéressants… »

« Excusez moi de vous interrompre, Votre Majesté, vous
avez extrait tout le contenu de mon cerveau sans m’en
avertir préalablement, ne croyez vous pas que cela soit
un peu cavalier ? »

« C’est tout à fait normal, mettez vous à ma
place, si quelqu’un arrivait chez vous sans crier
gare, vous chercheriez à savoir à qui vous avez
affaire, non ? »

« Votre point de vue se défend, mais de mon côté, sera
t-il possible d’obtenir un peu plus d’informations sur
votre monde et votre société ?

Parce que vos sujets, du moins ceux que j’ai rencontrés, ne
sont pas très communicatifs. » 

Zerkna sourit de nouveau, et:

« Oui, cela est prévu, nous n’avons pas fait qu’extraire vos
connaissances, votre mémoire a été améliorée, vous vous
en apercevrez assez vite, le reste chez vous fonctionne au
mieux.

A partir de maintenant, vous serez logé dans le
Palais, votre nouvelle chambre est d’ailleurs près
d’ici, vous disposerez de ce que vous appelez une
positronique qui vous transmettra tout le savoir
de base, de mon côté, je vous communiquerai aussi
des informations.

Un autre whisky on the rocks ?

Il n’a aucune nocivité, vous ne fumez pas, moi oui. »

La Reine prit une cigarette et recommanda deux
boissons. 

Un peu plus tard:

« Bon, je dois retourner à mes occupations, Edna va
vous conduire à votre chambre, elle vous expliquera
l’usage de la positronique qui vous permettra de
demander tout ce dont vous pourriez avoir besoin, y
compris vos repas, nous connaissons vos qualités de
sportif, vous aurez accès à une salle de sport attenante
à votre chambre. »

Peu après, lorsqu’Edna quitta la chambre, Rocky:

« Encore bien plus luxueuse que ma précédente, ils
vivent à un haut niveau ici, allons voir la salle de sport.

Ouais, il y a tout ce qu’il faut, je vais pouvoir
m’éclater, allons voir de près cette positronique, j’ai
hâte d’apprendre, surtout avec ma nouvelle mémoire. »

De son côté, Zerkna avait regagné sa luxueuse salle
centrale de commande et, devant un large
écran, observait Rocky.

« Quel homme, plus de deux mètres, une sacrée
carrure, et beau en plus, il y a très longtemps que…

Mais pensons à autre chose, un jour il repartira dans
son monde, je peux l’en empêcher, mais pourquoi le
ferais-je ?

Parce qu’il me plait ?

Ce n’est peut-être pas suffisant, je dois lui plaire
aussi, mais sans en être sûre, vivre avec moi ?

Peut-être ne le voudra-t-il pas, la vie sur Terre est
courte, les gens ne supporteraient pas d’être
immortels.

Je suis prête à lui expliquer un certain nombre de
choses me concernant, mais comment réagira-t-il
à cela ?

Je connais le contenu de son cerveau, mais ne peux
pas pour autant prévoir ses réactions, ces
terriens, bien que primitifs, peuvent être
imprévisibles, ils sont complexes. »   

Plusieurs jours passèrent, la Reine convoquait
Rocky de temps à autre pour discuter, échanger
des points de vue, il connaissait déjà pas mal de
choses sur le monde de Zerkna, un système de
10 planètes hyper protégé par des courants
énergétiques quasi infranchissables, situés tout
autour, tout comme la ceinture de Kuiper et le
système Oort chez nous, pas d’ennemis
possibles, Zerk était la quatrième planète du
système, qui tournait autour de Ferak, son étoile
en 1280 jours, d’où la fameuse période des
zedkds qui correspondait à trois ans et six mois.

La planète avait deux continents, Narkoran et
Zerkorn, le premier, analogue à l’Amérique nord
et sud, allait pratiquement d’un pôle à l’autre, le
second, comparable à une Afrique gigantesque, ne
touchait pas les pôles, mais était néanmoins plus
vaste que le premier, et comportait deux cents
millions d’habitants, androïdes et humains compris.

« Tiens, il y a quatre siècles, il n’y avait personne sur
Narkoran qui n’était qu’un désert du nord au sud, les 
zerkons ont fabriqué cette forêt de 40000 pas avant
d’importer des zedkds de la troisième planète…

Mais Zerk, Zerkorn, Zerkons, Zerkonia, tous ces noms
semblent dérivés de celui de la Reine, Zerkna…

Qui est-elle réellement, et combien de temps vit-elle ?

Je me promets de lui poser la question au cours de notre
prochaine entrevue. »

Plusieurs jours passèrent encore, maintenant, Rocky
savait que Zerkna venait d’une autre galaxie et d’une
autre dimension dans laquelle de gigantesques combats
spatiaux avaient lieu, Princesse file unique d’un Roi et
d’une Reine de sa planète, issue d’une civilisation déjà
très avancée, pouvant utiliser des vektrans, elle décida
d’y faire passer une partie de son peuple ainsi que ses
parents bien sûr, il y a plus de 100.000 ans de cela.

L’élixir d’immortalité n’étant pas encore connu à cette
époque, ses parents moururent 1000 ans plus tard, sans
vieillir, d’un seul coup, il lui restait peu de temps à vivre
lorsque l’élixir fût découvert par les services de
recherche médicaux, elle fût la seule à en bénéficier 
dans ce nouveau système de Ferak, maintenant, la
durée de vie des zerkoniens varie entre quatre et six
siècles, celle des zedkds dépasse rarement 70 ans.

Au cours d’une entrevue, Zerkna:

« Voyez, Rocky, maintenant, vous savez à peu près
tout, tant pour l’univers dans lequel nous sommes que
pour ma propre vie, d’accord, je suis immortelle mais
pas invulnérable, mais à quoi bon, j’essaie d’apporter un
maximum à mon peuple, nous avons cessés de produire
des androïdes évolués, car à une époque, les gens ne
faisaient plus rien, ils s’ennuyaient, et nombre d’entre
eux se suicidaient, maintenant, cela peut permettre
une expansion démographique, et les gens sont
actifs, chaque humain dispose d’une salle de sport, et
comme vous le savez, ce que vous appelez l’argent
n’existe pas chez nous, nous n’en avons pas besoin.

Surveiller tout, tout le monde, bien sûr que cela me
donne un pouvoir, j’ai en quelque sorte créé la vie dans
ce système, mais parfois je suis lasse, je ne suis pas
sûre qu’un être humain soit fait pour l’immortalité. »

« Moi non plus, Votre Majesté, mes 32 ans me pèsent
déjà par moments alors que je suis quelqu’un d’actif, et
nous, sur Terre, lorsque nous vieillissons, contrairement
à vous, nos moyens diminuent, vous savez que nos fins
de parcours sont souvent difficiles. »

« Une question, Rocky, comment me voyez vous comme
femme ? »

« Il m’est difficile, vu ce que vous représentez, de vous
considérer comme une femme, vous êtes sûrement la
plus belle créature qu’il me soit possible de voir, mais vous
m’êtes tellement supérieure… »

« Moi aussi, je suis une sportive, occasionnelle
certes, mais je me débrouille plutôt pas mal et je sais
m’entretenir.

Je vous sais capable d’atteindre mon niveau, avec le
temps bien sûr, mais franchement, n’avez-vous jamais
pensé à une relation avec moi, autrement dit, est-ce que
je vous plais ? »

« Je n’en doute pas un seul instant vu votre
apparence, oui bien sûr, que j’ai pensé à vous, oui vous
me plaisez, comme vous le savez, peu de choses me
retiennent sur Terre, nés de parents riches et ayant
hérité d’une fortune assez considérable, je me fiche de
l’argent, je n’en veux pour preuve que le fait de me
consacrer au sport et à la science, à apporter à un
Professeur que j’estime profondément le maximum de
mes petites compétences, mais vous savez également
que je dois repartir dans un peu plus de quatre mois. »

« Je n’ai pas eu de compagnon depuis longtemps, très
longtemps, vous, vous me plaisez, je pense que vous
pouvez faire l’affaire.

Ne sous-estimez pas vos compétences, elles sont déjà
importantes, peut-être qu’à deux, nous pourrions
être heureux, et faits pour être immortels.

Avoir des descendants serait impossible pour
nous, mais il y a d’autres jolies compensations.

Vous vous consacrez à la science ?

Vous auriez le choix ici, et apprendrez encore
énormément, le savoir n’a pas de limites, la pratique
non plus.

Vous estimez votre Professeur ?

C’est effectivement quelqu’un déjà hors normes, lui
non plus ne manquerait pas d’activité ici, il en ferait
des découvertes.

La situation sur Terre n’est pas brillante, et vos politiciens
ne pensent qu’à redorer leur blason, sont-ils utiles pour
vous ?

Je ne le crois pas, alors voilà ce qu’il est possible de faire:

- Nous avons une trace de votre parcours dimensionnel
que nous pouvons utiliser avant de la détruire.

- A tout moment, nous pouvons, par un vektrans, nous
transférer sur la Terre.

- Le jour et l’heure seraient à déterminer, il y a souvent
du monde dans votre labo, il faut que votre Professeur
soit seul près du CB1.  
 
- Il faudra peut-être un certain temps pour le convaincre
de venir avec nous, car je me transférerai avec vous.

Je souhaiterais vivement que vous restiez, mais je ne
peux vous y obliger, quelqu’un de contraint ne saurait me
rendre heureuse, je vous laisse le soin de réfléchir à
ma proposition. »

« Je vais y réfléchir avec le plus grand soin, il se pourrait
que je tienne à vous bien plus que je ne peux l’exprimer. »

« Voilà une réponse encourageante, j’en attends une autre
avec impatience. »

Un mois plus tard, quelque part aux USA:

« Ici Derek Morrison, Monsieur le Président, je viens
d’ apprendre par Reed que le Professeur Buchanan
n’est plus apparu dans le labo que vous
connaissez, depuis deux jours, son personnel n’a pas
réagi tout de suite, le pensant en congés, mais
Madame Massey nous a confirmé que le Professeur
ne prenait jamais de congés, que devons nous faire ? »

« Je vous rappelle. »

« Mark, ici Ronald, je vous raconte l’histoire, vous
me direz ce que vous en pensez. »

« Qu’il faut le faire rechercher, Monsieur le
Président, peut-être a-t-il eu un accident ou un
imprévu, je fais le nécessaire. »

Le lendemain:

« Il reste introuvable, Monsieur le Président, lui
seul sait se servir du CB1, que devons nous faire ? »

« Trouver quelqu’un d’autre, quitte à le former, qui
soit capable de prendre la suite, surtout que personne
ne touche à l’appareil, vous savez que nous attendons
un retour. »

« Je m’en occupe, Monsieur le Président. »

Devant son bureau, Ronald Campbell se servit une
bonne dose de Bourbon on the rocks et:

« Il se pourrait que l’hypothèse de Buchanan soit
correcte, si ce Rocky a bien été transféré dans un
monde plus avancé que le nôtre, sachant qu’il était
très ami avec son prof, et vu notre situation actuelle
sur Terre, son Assistant est venu le récupérer.

Ou alors Buchanan…

Non, pas possible, on aurait retrouvé ses vêtements. »

-----***-----
 
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 13 Aoû - 18:16 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com