KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L037

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 130

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:28 (2017)    Sujet du message: L037 Répondre en citant

En 2186, peu de changements sur la planète depuis
le début du millénaire, à quelques détails près:

- La Russie, après avoir repris toutes ses anciennes
provinces et annexé l’Europe, était devenue la
première puissance mondiale, tant
militaire qu’économique.

- La Chine, devenue très proche de la Russie à tous
les niveaux, occupait le second rang, dépassant
désormais les USA.

- Les Indes parvenaient à la quatrième
place, précédant la RAU (République Unie des
Emirats Arabes), d’autres pays tels que le
Brésil, l’Afrique du Sud, le Japon et l’Australie se
classaient également dans les dix premières, et
bénéficiaient d’un bon niveau de vie.

La Terre comportait 9 milliards d’habitants qui
privilégiaient l’énergie solaire, les moyens de
transport étaient électriques avec des
carrosseries en plastique, le réchauffement climatique?

Un vieux souvenir, tout le monde travaillait et
disposait d’un domicile,  mais l’humanité progressait
fort peu dans le domaine des recherches, tant
médicales que scientifiques, les gens ne pensaient
qu’à leur train de vie et à l’argent, quant aux
gouvernements, leurs distractions favorites
consistaient à espionner les autres et à maintenir
leurs contribuables dans les clous.

A Moscou, un certain Vlad  Tcherkassov, 20
ans, poursuivait des études scientifiques afin
d’obtenir un Doctorat.

Fils unique de bourgeois, grand gaillard de deux
mètres, c’était un colosse qui maîtrisait également
le karaté et les arts martiaux, les femmes ?

Doté non seulement d’un physique avantageux
mais considéré comme très beau, cela lui avait
permis quelques expériences qui ne le marquèrent
pas particulièrement, débordant d’énergie et
passionné de compétitions en tout genre, il frisait
souvent la témérité, mais il disposait du
facteur chance.

Qu’attendait-il de la vie ?

De la vivre à plein pot, de savoir un maximum
de choses, d’en faire aussi le plus possible, il
n’hésitait pas à s’impliquer dans bien des
domaines, tant intellectuels que manuels, il
ne se souciait guère de l’avenir, ni de
l’éventualité de prévoir une descendance, il
vivait au jour le jour, mais grâce à un cerveau
aussi extraordinaire que son physique, il
apprenait tout à une vitesse canon.  

Ses parents, ravis d’avoir un tel fils, s’inquiétaient
tout de même pour lui, car ils savaient qu’il
ignorait autant la peur que le danger, la période
des vacances approchait, son Père:

« Dans deux semaines, Vlad, tu seras de nouveau
en vacances, pour deux mois, que comptes-tu
faire durant cette période ? »

« Comme d’habitude, Père, aller à Irkoutsk. »

« Bon, je comprends que tu puisses aimer ton
oncle et ta tante, ta Mère et moi les aimons aussi
beaucoup, mais n‘as-tu jamais pensé à aller
ailleurs, histoire de te changer les idées ? »

« Pourquoi veux-tu que je change mes idées, Père ?

Je les trouve très bonnes, et puis tu sais bien
qu’avec Gouri et Olga, je m’entends comme larrons
en foire…

Aller ailleurs ?
Pourquoi faire ?
On peut tout savoir sur n’importe quoi par
l’ordinateur, non, j’attends avec impatience de bien
m’amuser à Irkoutsk qui est bien plus agréable
que Moscou.

J’espère même que vous allez pouvoir venir, ne
serait-ce que deux ou trois semaines ? »

« Ta Mère viendra peut-être à Irkoutsk, pour
moi, tu sais à quel point je suis toujours occupé, ce
sera moins sûr ».

Les vols de Moscou à Irkoutsk étaient, compte
tenu de la situation de son Père, gratuits pour
Vlad, ainsi que les boissons et repas, et en
première classe, ils duraient un peu plus de trois
heures sans escale.

Trois semaines plus tard, en début d’après-midi
« Chez Vassiliev », un bar près de la place
centrale d’Irkoutsk, en terrasse, car il faisait
chaud, trois jeunes discutaient, deux garçons
et une fille.

« On se fait un baby-foot ? »

« Plus tard, Gouri, pour le moment, j’ai envie de
déguster tranquillement mon digestif. »

« C’est curieux, mais on dirait que tu n’es pas
là, toujours très songeur, aurais-tu des soucis ? »

« Non, Olga, aucun souci, tu me connais
suffisamment pour le savoir. »

« Oui, Vlad, mais on ne sait jamais, parfois, une
circonstance… »

« Non, en fait, je viens de terminer  une classe
d’études, et j’étais en train de me demander à
quoi me servirait mon Doctorat, si je l’obtenais. »

Gouri: « Mais tu vas l’obtenir, un Doctorat de
Sciences, tu pourras faire pas mal de choses avec
ça, enseigner, faire des conférences, des
recherches, que sais-je ? »

Vlad: « Oui, je sais tout cela, mais ça ne m’inspire
pas, j’ai besoin d’autres choses, telles que de
l’action, puis augmenter mes connaissances, ne
pas vivre une vie monotone de gratte-papier qui
ne me conviendrait pas, c’est ça qui complique
tout, d’accord, mon Doctorat, je l’aurai, mais
après ? »

Quelques chaises plus loin, un vieil homme qui
ne payait pas de mine, assis devant un
café, venait de dresser l’oreille.

« Tiens, tiens ! Un jeune qui prépare un
Doctorat de Sciences, et qui ne veut pas
entrer dans le système ?

D’après ce que j’ai vu, un sacré gaillard…

Voilà le genre d’assistant que je recherche
depuis déjà longtemps, allons en dire deux
mots à Akim et à Ark. »

Il quitta sa chaise pour se rendre quelques
mètres plus loin, sur le même trottoir, près de
deux individus de deux mètres qui semblaient
discuter:

« Bon, Akim et Ark, regardez bien, dans le
bar, sur la terrasse, vous voyez trois jeunes, deux
garçons une fille, c’est le plus costaud des
garçons qui répond au prénom de Vlad qui
m’intéresse, faites le nécessaire. »

Akim: « Entendu, Yuri, j’appelle Barek, il y aura
des pastilles dans la zone dans moins
de cinq minutes. »

« Parfait, restez-là et continuez à discuter, je
retourne finir mon café. »

Une demie heure s’écoula, puis les trois jeunes
passèrent la suivante sur un baby-foot avant
de quitter le bar que le vieil homme avait déjà
abandonné depuis un moment.

Un peu plus tard, dans un immense laboratoire
en sous-sol à 130 kilomètres au nord-est d’Irkoutsk:

« Alors Barek, ça donne quoi ? »

« C’est assez intéressant, Yuri, il se pourrait bien
que ce Vlad soit l’Assistant que vous
recherchez, voici une vidéo sur les deux
dernières heures. »

Yuri retira son masque et quitta son vieux
manteau, âgé de 128 ans mais en paraissant
guère plus de 40, Yuri Maslov était un savant
qui n’avait aucune identité officielle, ni en
Russie, ni ailleurs, il était né dans ce
laboratoire créé par Igor Maslov, son
Grand-Père, et amélioré par son Père
Chakan Maslov qui créa, à son tour, l’équipe
de onze androïdes dont il bénéficiait et qui
se composait comme suit:

Akim Coordinateur

Ark  Scientifique

Barek  Scientifique

Dmitry  Scientifique

Gurvan Scientifique

Lev  médical

Melor médical

Nazar médical

Piotr médical

Stas Lieux cuisine service infos

Zot Lieux cuisine, service infos

Chaque androïde d’un aspect parfaitement
humain pouvait passer inaperçu dehors, enfin
presque, car ils mesuraient tous deux mètres, ce
qui, même en Russie, sortait de l’ordinaire.

Chacun avait un rôle bien déterminé mais tous
disposaient des mêmes connaissances, ils
avaient trouvé pour Yuri, le moyen de prolonger
sa vie de deux siècles, et l’aidaient utilement
dans la conception et la fabrication du
Kocmoc, en passe d’être terminé, cet immense
appareil était une sorte de porte dimensionnelle.

Le Laboratoire, à 200 mètres de profondeur
disposait de tout le confort et pouvait être
considéré comme un lieu de luxe, de vastes
zones de stocks comportaient notamment de
l’alimentation, des boissons et autres, pour
plusieurs siècles, dans l’attente de trouver un
moyen de transformer la matière.

Le Père de Yuri était décédé quelques jours
avant la découverte des androïdes sur la durée
de vie, il y a presque un siècle de cela, par
cancer, eh oui, on ne les guérissait pas
encore tous.

Yuri, bien que disposant de parfaits faux-papiers
d’identité, avait préféré ne pas prendre
femme, il attendit d’ailleurs très longtemps
avant de sortir, ce n’est que depuis quelques
années qu’il va de temps à autre à Irkoutsk, dans
l’espoir de se trouver un Assistant, qui lui servira
de cobaye pour voyager via le Kocmoc.

Ce bar, « Chez Vassiliev », lui plaisait bien, et
lui permettait de se changer les idées, et
d’observer les gens qui passaient, devenu
passablement copain avec le patron, il s’y
sentait comme chez lui.

Pourquoi se déguisait-il pour paraître beaucoup
plus vieux ?

Les gouvernements, en Russie autant qu’ailleurs
sinon plus encore, utilisaient d’innombrables
policiers qui jouaient un rôle de détective
générique, ils ne surveillaient pas quelqu’un en
particulier, sauf sur ordre, mais tout le monde, et
il était souvent difficile de détecter qui surveillait
qui, mais pour les enfants et les personnes
âgées, on leur portait beaucoup moins
d‘attention, il était très rare qu’un surveillant
demande des papiers à une personne âgée, ce
qui permettait à Yuri Maslov de circuler dans
Irkoutsk avec une relative tranquillité, mais en
cas de problème, il avait toujours près de lui Akim
et Ark, qui sauraient le régler, à leur stature et à
leur aspect, ils étaient considérés d’office comme
des surveillants.   

Yuri prit place devant l’ordinateur, et regarda
longuement la vidéo, il y entendit plusieurs
phrases du genre de:

« Ce que j’aimerais faire ?

Je ne sais pas au juste, mais peut-être vivre dans
un labo secret, faire des recherches, des trucs de
ce genre. »

« Il me faudrait une salle de sport, continuer à
m’entraîner pour les combats. »

« C’est curieux ce que tu nous dis, on pourrait
croire que les gens ne t’intéressent pas. »

« C’est le cas, observe les évènements, regarde
bien comment ils se comportent, à quelques
exceptions près, ils ne méritent même pas un regard. »

« Là, tu es dur, je connais, Olga aussi, bien des
gens qui sont valables. »

« Tu as raison, il en existe un certain nombre, mais
à part quelques injustices, je ne m’en fais pas pour
eux, d’abord parce que la plus part d’entre eux
sont relativement heureux, souvent plus que les
filous, et que moi, j’ai une autre voie à suivre, je le
sens, mais ne sais pas encore laquelle. »

« C’est vrai que toi, tu es spécial, à tout point de
vue, n’empêche qu’on t’aime bien. »

« Merci Gori, moi aussi, je vous aime bien. »

« C’est curieux, Gori, mais à son ton de voix, je
sais qu’il est sincère, je crois simplement que les
scientifiques sont des gens un peu particuliers, et
lui, c’est une sorte de génie, alors… »

Vlad: « Génie, génie, pas encore, Olga, j’y penserai
peut-être lorsque j’aurai le Doctorat en poche, mais
là, j’en suis encore loin. »

Yuri:« Heureusement que j’ai de bonnes oreilles, et
que j’étais au bon endroit au bon moment, cet
oiseau rare m’intéresse de plus en plus, on dirait
que les évènements travaillent pour
nous, Akim, Barek, à partir de maintenant, vous me
le surveillez de près, récupérez ses
communications, je veux connaître son nom, savoir
d’où il vient, enfin, un maximum de choses sur
lui, d’après ce que j’ai vu et entendu, il se pourrait
qu’à notre tour, on puisse l’intéresser, donner un
sens à sa vie, je compte sur vous. »

Akim: « Pas de problème, on s’en occupe. » 

Des jours passèrent, les vacances de Vlad étaient
très agréables, il eut même la satisfaction de voir
sa Mère pendant quinze jours, mais pas son
Père, toujours occupé.

Vlad: « Dommage, Maman, s’il avait pu venir, cela
aurait été chouette. »

« Bien sûr Vlad, mais tu sais que notre
Président, Barak Litovski,  est un patron
exigeant, même un Ministre, pour lui, c’est
un valet. »

« Oui, eh bien je ne risque pas de faire de
la politique. »

Le temps continuait à s’écouler, et la date de
reprise des cours se rapprochait, Vlad avait regagné
Moscou, prêt à entamer au mieux une nouvelle
année, il lui en restait encore trois avant de pouvoir
prétendre à un Doctorat. »

Dans le laboratoire de Yuri:

« Bon, alors Akim, où en est-on avec ce Vlad ? »

« Voilà, Yuri, une vidéo qui retrace tout son
pedigree, ainsi que celui de sa famille d’Irkoutsk, car
lui est à Moscou, si vous avez besoin de
commentaires… »

« Bien Akim, regardons cela. »

Quelques minutes plus tard, Yuri:

« Ffff ! Petit-fils d’un riche industriel et fils d’un
Ministre en exercice, ce n’est pas n’importe qui. »

Peu après :

« Ah, voilà sa Mère à Irkoutsk, une superbe femme
qui a de la classe. »
 
Plus tard:

« Bon, tout cela confirme ce que je pensais, c’est
un sacré client qu’on a là, reste à voir si nous, nous
pouvons l’intéresser. »

Akim: « Je pense que oui, déjà prolonger sa vie de
deux siècles, il ne crachera pas dessus, lui
permettre, si le Kocmoc fonctionne comme
prévu, de vivre dans d’autres mondes, dans d’autres
dimensions, cela aussi devrait l’intéresser, il semble
ignorer tout ce qui est crainte et danger, il veut
tout savoir, quel moyen meilleur que le nôtre
pourrait satisfaire sa quête de connaissances ? »

« Bien vu Akim, parfaite logique, nous savons aussi
qu’il vient régulièrement en vacances à
Irkoutsk, pendant les deux mois d’été et parfois
durant les fêtes, et nous savons où le joindre, il a
raison de se demander quelle serait l’utilité réelle
pour lui d’un Doctorat, et je ne vais pas attendre
trois ans alors que le Kocmoc est pratiquement prêt. »

Akim: « Pour moi, le mieux est d’attendre que le
Kocmoc soit prêt, c’est une affaire de deux ou trois
mois au plus, alors s’il vient aux fêtes, ce sera
court, mais l’été prochain… »

« Tu as le mot de la fin, j’attends l’été prochain avec
impatience pour prendre contact avec lui Chez
Vassiliev, nous allons réfléchir à la manière de lui
formuler une proposition. »

Barek: « Nous pensons qu’il est intelligent, c’est
une donnée que votre assistant devra
posséder, Yuri, il faudrait trouver une sorte de
formulation qui puisse le confirmer. »

Yuri: « Exact, Barek, et j’ai peut-être une idée qui
reste à approfondir, on en reparle dans
quelques jours. »

Des mois passèrent, Vlad n’avait pas eu le
temps d’aller à Irkoutsk durant les
fêtes, l’année de cours en question était
plutôt musclée au niveau des programmes, et
il ne voulait rien manquer, toujours premier
de classe, il travailla d’arrache-pied jusqu’au
mois de Juin, là, les vacances
approchaient, et cette pensée le réjouissait.

Pendant ce temps, dans le labo de Yuri, le
Kocmoc était prêt, et ce dernier:

« Bon, il n’y a plus qu’à attendre notre
client, mais en regardant plusieurs fois les
vidéos, j’ai remarqué que lorsqu’il venait au
Vassiliev, il était toujours avec son cousin et
sa cousine, alors que je dois lui parler seul à
seul, là, il y aurait une parade à
trouver, maintenant, quant à mon idée sur les
chiffres, qu’en pensez-vous ? »  
  
Dmitry: « Pour les chiffres, lui remettre un
papier contenant la latitude et la longitude de
notre laboratoire, charge à lui de comprendre
ce dont il s’agit, et de venir sur place, cela me
semble une excellente idée, pour la parade en
question, pour le moment, je ne vois pas trop. »

Melor: « Même avis que Dmitry sur les
coordonnées, la parade ? 

Akim et Ark peuvent entrer dans le bar pour
demander aux jeunes leurs papiers, sous un
prétexte quelconque genre vol dans un magasin
environnant, ils rendraient immédiatement les
papiers à Vlad, étant connu comme fils de
Ministre, et emmèneraient le cousin et la cousine
à l’extérieur pour les interroger, cela… »

Gurvan: « Désolé de t’interrompre, Melor, mais
c’est un peu trop compliqué, il y a plus simple, Yuri
est assez copain avec le patron du bar pour lui
remettre un numéro, et lui dire d’appeler Vlad
pour qu’il vienne seul. »

Yuri: « Oui, la proposition de Gurvan me semble
meilleure, ça, je peux le faire, et c’est comme ça
qu’on va procéder. »

Trois semaines plus tard, vers midi:

« Akim, fais envoyer des pastilles chez les
Tcherkassov d’Irkoutsk, cela nous permettra
peut-être de connaître le programme de Vlad. »

« Entendu, Yuri, je procède. »

Les pastilles en question étaient des mini caméras
espion de deux millimètres de diamètre, une
merveille de miniaturisation, dotées d’un dispositif
qui les rendait autant invisibles
qu’indétectables, moins de dix minutes plus
tard, ils purent assister aux conversations comme
s’il étaient sur place, dans le salon, la famille
prenait un apéritif, le déjeuner n’allait pas tarder.

« Superbe journée aujourd’hui, Vlad, tu ne veux
toujours pas venir avec nous à l’exposition de
peinture de cet après-midi ? »

« Non, Olga, merci, j’ai déjà largement cotisé, d’une
part, je suis en vacances, et d’autre part, de par
mon Père, j’ai été obligé d’en voir des dizaines à
Moscou, elles se ressemblent toutes, avec des gens
plus ou moins concernés qui perdent leur temps
à débiter des insipidités, je serai mieux chez Vassiliev. »

Gori: « Nous sommes invités à 14 heures, je pense
qu’on pourra se libérer vers 17 heures, à ce
moment-là, on viendra te rejoindre. »

Vlad: « C’est d’accord, j’y serai à partir de 15 heures. »

Yuri: « Bon, on peut rappeler les pastilles, le facteur
chance est avec nous, moi aussi, je serai Chez
Vassiliev à 15 heures, et même avant. »

Plus tard, Chez Vassiliev, Yuri était déjà sur
place, confortablement installé devant un café qu’il
dégustait; Akim et Ark, hors du bar, à quelques
mètres plus loin, observaient les environs tout en
discutant, quelques minutes plus tard, c’est Vlad
qui arriva sur la terrasse avant de prendre sa
place habituelle, après avoir jeté un bref coup
d’œil vers Yuri, il fit signe à la serveuse pour
commander son digestif, qu’il attendit
calmement, le regard dans le vague, à quoi
pouvait-il bien penser ?

Yuri, qui de sa position, ne pouvait directement
l’observer, fit à son tour un signe à la serveuse
pour lui demander un autre café, c’est là qu’il vit
que le digestif de Vlad était de couleur
blanche, et que ce dernier fumait une
cigarette, « probablement une vodka »
pensa-t-il, « laissons passer encore quelques
minutes ».

Vlad, à son tour, lui rejeta un bref coup
d’œil, avant de reprendre un air songeur:

« Curieux ce type, je ne saurai dire pourquoi, mais
il dégage quelque chose d’étrange, c’est un
habitué car je l’ai déjà vu plusieurs fois, toujours
avec un café devant lui, un homme déjà âgé, la
bonne soixantaine, peut-être même soixante-dix
ans, il ne semble pas particulièrement faire
attention à moi, mais pourtant, je sens qu’il
recherche une communication, puis il y a les deux
autres, quelques mètres plus loin, ont-ils un
rapport avec lui ?
 
A première vue, il ne semble pas, mais attends…

La dernière fois qu’il a quitté le bar, l’année
dernière, je jouais au baby-foot, mais je me
souviens que les deux balèzes sont partis dans sa
direction quelques secondes après, des sortes de
gardes du corps ?
Serait-ce quelqu’un d’important ?

Cela m’intrigue, tiens !
Je vais aller le voir afin d’être fixé. »

Vlad quitta sa place et se dirigea vers Yuri, ce
dernier le vit et lui fit signe de prendre place:

« Une autre vodka peut-être ? »

Vlad: « Vous êtes très observateur, oui, pourquoi pas…
J’ai l’impression que vous avez quelque chose à
me dire. »

« Votre impression est correcte, non seulement
j’ai beaucoup de choses à vous dire, mais je suis
en mesure de vous apporter la solution que vous
recherchez. »

Vlad était stupéfait, mais réagit au bout de
quelques secondes:

« De quelle solution voulez-vous parler ? »

« Elle se rapporte à votre destin, au sens de votre
vie, vous… »

Vlad se mit à rire:

« Je l’attendais celle-là, à Moscou, je connais une
bonne demie douzaine de charlatans qui parlent
de cette façon, prévoir mon avenir, conjurer des
sorts et bien d’autres sornettes de ce genre, et … »

« Excusez-moi de vous interrompre, Vlad, mais
peut-être que si vous me laissiez terminer mes
explications, vous comprendriez alors que je n’ai
rien des charlatans que vous connaissez.

Essayons d’être un peu plus précis, Vlad 
Tcherkassov , fils de Ministre, petit fils d’un grand
industriel, vous avez 21 ans, ceinture noire de
karaté et maître dans les arts martiaux, vous
habitez Moscou, et venez ici en vacances, dans
votre famille d’Irkoutsk, les personnes qui vous
accompagnent habituellement sont votre cousine
Olga, et votre cousin Gouri, vous êtes en
quatrième année d’études scientifiques
supérieures, premier de classe, vous envisagez
un Doctorat, ah, j’entends venir la serveuse. »

Quelques secondes plus tard:

« Bien, continuons, vous vous demandez à quoi
votre Doctorat pourra bien vous servir, n’est-ce pas ? »

Vlad se mit à réfléchir quelques secondes, et:

« Oui, en effet, cela prouve que vous avez
d’excellentes oreilles, et une bonne mémoire, que
vous êtes quelqu’un d’important dans la
police, que vous avez fait une enquête sur
moi, et que les deux balèzes d’à côté doivent être
à votre service, d’accord, vous n’êtes pas un
charlatan, mais plutôt quelqu’un de redoutable
à qui je préfèrerais ne pas confier mon avenir. »

« Les points sur lesquels vous avez raison sont:

Mes oreilles, ma mémoire et mes deux
collaborateurs, mais l’enquête et la police ?
Redoutable pour vous ?

Non, rien de tout cela, je m’intéresse à vous pour
une toute autre raison, vous ne voulez pas
appartenir au système, vous recherchez un destin
hors normes, il est vrai que vous êtes quelqu’un
d‘inhabituel, et c’est précisément ce qui
m’intéresse, car j’ai besoin d’un Assistant que
vous pouvez devenir, car en plus, vous disposez
du facteur chance.

Je vous remet ceci, gardez ce papier
précieusement avec vous, ou mieux
encore, mémorisez le contenu et
détruisez-le, votre cousine et votre cousin seront
ici peu après 17 heures, sortant d’une exposition
de peinture, ne leur parlez ni de moi, ni de notre
conversation, ni bien sûr, à personne d’autre.

Si vous comprenez le sens de ces deux chiffres, vous
en saurez plus, et c’est là que votre destin prendra
une toute autre tournure, la balle est dans votre
camp, maintenant, je vais vous quitter, ravi de vous
avoir rencontré, et peut-être à bientôt. »

Yuri s’était déjà levé, et Vlad:

« Holà, attendez… »

« Non, jeune homme, je n’ai plus le temps de vous
expliquer des choses que vous ne comprenez pas
encore, prenez un moment de réflexion, ce message
est capital, vous êtes capable de trouver la
solution, autrement, je ne vous l’aurais pas
donné, à vous de jouer.

Ne tentez pas de me retenir, mes gardes se
rapprochent, au revoir. »

Et Yuri quitta le bar, accompagné d’Akim et
d’Ark, Vlad allait encore réagir, mais se ravisa
et préféra regagner sa place:

« Réfléchissons, si au début, j’ai cru que tout ce
qu’il sait à mon propos est le résultat d’une
enquête, cela ne se justifie plus sur ce qu’il m’a
dit en dernier, à savoir que mon cousin et ma
cousine sont à une expo de peinture et seront là
peu après 17 heures, pour connaître cela, il aurait
fallu qu’il soit chez mon oncle vers
midi, précisément dans le salon, cet homme dont
j’ignore le prénom et plus encore le nom n’est pas
ordinaire, de plus, je l’intéresse, il aurait besoin
d’un Assistant, mais qui est-il donc, et que fait il ?

Il est impressionnant, et d’un calme…
On dirait qu’il vient d’un autre monde, voyons
le papier… 

53 -106 ?? Deux chiffres dont l’un est le double
de l’autre, effectivement, je peux déchirer le
papier, et retenir ces deux nombres, mais à quoi
se rapportent-ils ?

Des Assistants sont des gens qui travaillent en
laboratoire ou en médical, sortes d’adjoints à des
chercheurs, des savants, des docteurs, je ne le vois
pas docteur, mais savant, oui, c’est possible, mais
alors où ?

Est-il connu ?

Il est vraiment étrange, même son aspect a
quelque chose que je ne saurai définir, mais qui
n’est pas normal, il m’a complètement disséqué
comme s’il m‘avait parlé de la pluie ou du beau
temps, et il m‘a parlé du facteur chance que je
possède !!

Comment peut-il savoir cela, aucune enquête ne
pourrait le révéler, serait-ce un extraterrestre ?

Non, je n’y crois guère, mais il a raison, je ne dois
en parler à personne, et détruire ce papier, ce qui
vient de m’arriver est énorme, ça me dépasse. »

Le lendemain, au domicile de son oncle et de sa
tante, dans la chambre qui lui avait été affectée
et qui disposait d’un bel ordinateur, Vlad:

« J’ai mal dormi cette nuit, il est vrai qu’il y a de
quoi, hier, j’ai fait tout mon possible pour paraître
naturel, et ai même pas mal bu Chez Vassiliev, mais
j’ai supporté, cet homme, qui prétend pouvoir
changer mon destin !

Et je le crois maintenant, ces deux chiffres
m’intriguent plus que jamais, je n’ai pas envie de
sortir, rechercher cet homme à Irkoutsk ?

Je ne dispose d’aucun élément, mais par contre, je
ne sais pourquoi, j’ai envie d’en apprendre davantage
sur cette ville, prenons l’ordi.

Fondée en 1662, capitale de la Sibérie
orientale, 700.000 habitants, 516 kilomètres
carrés,  tiens, tiens !

Les coordonnées, 52°19 latitude nord et 104°14
longitude est, ces deux chiffres se rapprochent
étrangement de ceux du message, voyons voir
ce que donneraient 53 et 106 sur la carte…

Un endroit désert à environ 130 kilomètres au
nord-est d’Irkoutsk, si ce qu’il m’a transmis
correspond bien à des coordonnées, il va alors
falloir que j’aille là-bas pour retrouver cet homme ?

Je ne vois pas d’autres possibilités pour ces
nombres, et je veux en avoir le cœur net, alors je
vais louer un véhicule doté d’un GPS, qui
m’indiquera toujours les coordonnées, aujourd’hui, je
suis trop fatigué, mais demain, sachant où louer un
véhicule et disposant de ce qu’il faut, je partirai aux
premières heures. »

Chez Yuri:

« Notre Vlad ne se sent pas trop bien dans ses
chaussettes, ça lui passera, il utilise un ordi sur
la ville d’Irkoutsk. »

Akim: « Oui, Yuri, en effet, peut-être recherche-t-il
un lieu pour acheter quelque chose, ou approfondir
ses connaissances sur la ville ? »

« Je ne crois pas, il a un sourire, et referme l’ordi, il
a regardé une carte, si c’est-ce que je pense, il n’a
pas mis longtemps à trouver, décidément, il est
très doué. »

« Vous parlez d’un rapprochement entre les
coordonnées de la ville et celles de notre
laboratoire ? »

« Toi aussi, Akim, tu es fort, mais cela, je le sais
depuis déjà longtemps, si mon raisonnement est
juste il ne viendra pas aujourd’hui, car il est
encore sous le choc, mais demain… »

« Dans ce cas, continuons à le surveiller pour
savoir où il va louer un véhicule, que je
rapporterai au plus proche du centre de location. »

« Exactement, Akim, je te laisse, car je vais
profiter de la piscine, continue à le surveiller. »

Le lendemain matin, vers 9 heures, Vlad quitta le
domicile de son oncle pour se rendre dans un
centre de location, vers 10 heures, il quitta
Irkoutsk pour le point de géolocalisation 53-106
qu’il atteignit en moins d’une heure, la route le
menait à 300 mètres du point recherché, il resta un
moment dans le véhicule:

« Ai-je pris la bonne décision ?

Si j’ai vu juste, il se pourrait que je ne revienne
jamais à Irkoutsk ou à Moscou…

Allez, feu ! Une cigarette pour la route. »

Il sortit du véhicule et prit la direction de ces
mystérieuses coordonnées, de la terre qui
s’étendait à perte de vue, avec des dunes, mais la
progression n’était pas particulièrement
difficile, Vlad se retourna, vit son véhicule à
environ 200 mètres, avant de poursuivre sa
marche, une minute plus tard:

« Je pense y être arrivé, attendons. »

Il n’eut pas longtemps à attendre, quelques
secondes plus tard, une bande de terrain de
quelques mètres carrés coulissa, puis deux
hommes apparurent, il reconnut aussitôt les
deux balèzes qui accompagnaient Yuri, l’un des
deux lui fit un signe avant de lui parler:

« Bravo Vlad, venez, notre maître vous attend. »

« Je suppose qu’il s’agit de l’homme avec qui j’ai
parlé avant-hier Chez Vassiliev ? »

« Exactement, mais vous serez surpris. »

La zone de glissement de terrain était remplacée
par une plaque noire qui se mit à descendre, Vlad
put voir en regardant vers le haut le carré de ciel
s’amenuiser, puis disparaître, la zone devait être
à nouveau recouverte, quelques secondes plus
tard, la plaque s’immobilisa, Vlad, accompagné
des deux sbires prit un couloir bien éclairé
d’une trentaine de mètres avant d’arriver dans 
une immense salle au centre de laquelle se tenait
un homme, devant un ensemble complexe de
machines, lorsque Vlad et les deux balèzes
arrivèrent près de lui, ce dernier se retourna, et:

« Bonjour Vlad, soyez le bienvenu, asseyez vous
ici, nous allons pouvoir discuter. »

Vlad était stupéfait car s’il ne reconnaissait pas le
vieil homme qu’il avait rencontré, sa voix lui était
d’autant plus familière que depuis près de deux
jours, elle ne cessait de raisonner dans sa tête:

« Non ! Ne me dites pas que vous êtes… »

« Mais oui, Vlad, c’est bien moi, avec un masque
bien fait et d’autres habits, on peut faire pas mal
de choses, et surtout éviter d’être inquiétés par
des policiers, mais tout bien réfléchi, je vous
propose de nous diriger vers le salon, l’heure de
l’apéritif approche, au fait, mes deux adjoints
ici présents s’appellent Akim et Ark, ce ne sont
pas des humains, mais des androïdes. »

Vlad: « Eux ? Des androïdes ?

Ffff ! Alors ils sont drôlement sophistiqués, à la
surface, nous en avons aussi, mais ils sont loin
de ce niveau. »         
 
Yuri: « Je le sais, Akim ! Fais nous servir une
Vodka et un Bourbon dans le salon !

Venez Vlad, notre conversation sera longue, le
déjeuner n’y suffira pas, mais à la pause café, vous
comprendrez déjà mieux notre histoire. »  

Vlad: « Je pourrai fumer ? »

Yuri: « Bien sûr, je suis moi-même fumeur. »

Durant le déjeuner, Vlad apprit que son
interlocuteur, qui paraissait à peine la
quarantaine, était âgé de 128 ans, et:

« Je m’appelle Yuri Maslov, et je viens de
concevoir une porte dimensionnelle appelée
Kocmoc, mais nous en reparlerons plus
tard, sachez que c’est mon Grand Père, Igor
Maslov, qui a créé ce sous-sol, mon Père, Chakan
Maslov a fabriqué les onze androïdes qui me
servent actuellement, chacun a un rôle bien
précis, étant moi-même né dans ce labo, je suis
inconnu en surface et ne dispose d’aucun papier
officiel d’identité.

Vlad: « Excusez-moi de vous interrompre, d’après
ce que vous venez de me dire, vous êtes une
famille de génies, je ne savais pas que le génie
pouvait se transmettre, mais d’autres questions
me viennent à l’esprit:

- Vous avez 128 ans alors que vous n’en paraissez
pas même le tiers, disposeriez-vous d’un secret ?
Combien de temps pouvez-vous vivre ?

- Dans un tel cas, pourquoi votre Grand Père et
votre Père sont décédés, et pourquoi
vous-même, n’avez pas de femme ici ?

- Enfin, pourquoi avez-vous besoin d’un Assistant ? »

« Comme d’habitude, Vlad, vous voulez aller plus
vite que la musique, mais il est normal que vous vous
posiez des questions auxquelles je vais répondre:

- Famille de génies ?

Je ne pense pas, mais il se peut que nous ayons
bénéficié de circonstances exceptionnelles, ce que
vous appelez le facteur chance.

- Dans mon équipe d’androïdes, qui sont en fait des
amis, certains sont affectés aux recherches
médicales, et ce sont eux qui ont trouvé un
traitement permettant de prolonger la vie de deux
siècles, sans vieillir, je pense que ce n’est qu’une
première étape, et… »

Akim: « C’est à mon tour de vous interrompre
Yuri, avec toutes mes excuses, mais je vais finir
par croire que vous êtes devin, car Nazar et
Piotr, en examinant ce que nous récupérons des
sous-sols, viennent de découvrir qu’un composant
ajouté au traitement que nous connaissons
peut, toujours sans effets secondaires, prolonger
la vie humaine d’au moins 1000 ans, liquide, comme
le précédent, il pourra vous être administré dans
deux heures. »       

Yuri: « Merci Akim, voilà une excellente
nouvelle, voyez Vlad, on ne s’ennuie pas
ici, revenons à vos questions, ah oui !

Nous avons effectivement un secret, un autre
maintenant, qui nous permettra de vivre encore au
moins 1000 ans de plus, tout en conservant nos
moyens, sympa non ?

Mon Père est mort, malheureusement, quelques
jours avant la découverte du premier traitement, mon
Grand Père a lui-même terminé ses jours ici, au bel âge
de 97 ans.

Pourquoi je ne me suis pas marié ?

Même maintenant, malgré tout ce que je sais, je
ne peux pas l’expliquer, ai-je pensé qu’une femme
serait plutôt un obstacle ?

Qu’elle ne pourrait peut-être pas s’adapter à une
vie en sous-sol ?

Qu’en espérant devenir immortel un jour, une
descendance ne serait pas nécessaire ?

Parmi bien d’autres raisons, je ne saurai vous
répondre, pas plus que vous le pourriez vous-même
si on vous demandait pourquoi vous n’aimez pas
les gens.

Mais poursuivons les explications, bon appétit, vous
verrez que nous disposons d’excellents cuisiniers. »

Et Yuri parla longuement, jusqu’au digestif, pour
terminer par:

« Maintenant, vous connaissez à peu près tout, à
quelques détails près qui vous seraient rapidement
familiers si vous acceptez ma proposition, j’ai
besoin d’un Assistant pour tester le Kocmoc, ce n’est
peut-être pas le meilleur rôle par le fait que
l’Assistant en question est un cobaye qui peut fort
bien ne pas revenir, vous connaissez l’utilité de
l’appareil, le délai de rapatriement, un an, à vous de
me dire si cela vous intéresse. »

Vlad: « Dans le cas contraire, que ferez-vous ? »

« Que voulez-vous que je fasse ?
Vous tuer ?

Inutile, si vous dites non, vous serez libre de repartir
à Irkoutsk, ici, nous sommes invulnérables, l’extérieur
ne pourrait rien contre nous, mais vous, vous perdriez
beaucoup, en agissant à l’encontre de vos
convictions, vous passerez a côté d’un destin
extraordinaire, d’autres questions ? »

Vlad: « Oui, deux autres:

La première, pourquoi voulez-vous un Assistant
humain, alors qu’un androîde intelligent ferait
très bien l’affaire ?

La seconde, si j’accepte, pourrais-je bénéficier
des traitements ? »

« Bonnes questions, pourquoi est-ce que je
préfère un Assistant humain ?

Pour un certain nombre de raisons, la principale
d’entre elles serait que le cobaye sera envoyé
dans un autre monde, en général, il y a tout lieu
de supposer que les mondes sont essentiellement
constitués d’humains, et que tous ne disposent
pas nécessairement d’androïdes, c’est une
première expérience, nous ne savons pas dans
quelle sorte de monde vous risquez de tomber, il
se pourrait qu’un androïde y fasse plutôt désordre.

Pour votre seconde question, oui, bien sûr, vous
bénéficieriez du second traitement qui vous
rajouterait directement au moins 1200 ans de vie.

Imaginez tout ce que vous pourrez apprendre
durant tout ce temps qui n’est peut-être pas
définitif, nous recherchons toujours l’immortalité. »

« Intéressant, pourquoi avoir pensé à un Kocmoc
plutôt qu’à un vaisseau spatial ? »

« Nous avons pensé à un vaisseau spatial, mais le
Kocmoc nous semble une meilleure
solution, pourquoi ?

Simple, d’après nos connaissances actuelles, il
est impossible de dépasser la vitesse de la
lumière, pour des raisons assez complexes, ce
qui limite les recherches d’exoplanètes.

L’Alimentation, ici, nous disposons d’une zone de
stockage de plusieurs kilomètres, créer un
vaisseau d’une taille au moins triple, sinon
Quadruple prendrait beaucoup trop de temps
pour un objectif contestable.

Les météorites sont dangereux, nous savons
constituer de la matière très solide, mais pas
invulnérable à l’échelle de l’Univers, où tout
est violent et extrêmement puissant.

Enfin, tomber sur un autre monde existant ?
En voyage spatial ?

Pratiquement aucune chance de notre vivant. »

Vlad: « Vous dites qu’il est impossible de
dépasser la vitesse de la lumière, mais le Kocmoc
le fait bien lui, en nous envoyant dans un autre
monde ou une autre dimension ? »

« Pas exactement, le Kocmoc ne replie pas de
l’espace/temps, il agit en un temps très court par
combinaison de force gravitationnelle et de force
électromagnétique, il crée une sorte de brèche
entre deux dimensions, la vitesse/lumière n’entre
pas en ligne de compte dans ce processus. »

« Bon, d’accord, vous savez ce dont vous parlez en
matière de Kocmoc, mais il me semble avoir
appris que certains rayons cosmiques, les gammas
entre autres, vont plus vite que la lumière. »

« Certes, mais le jour où qui que ce soit sera
capable d’utiliser des rayons gammas comme
carburant n’est pas près d’arriver. »

« Bien, alors je vais vous demander de me laisser
quelques minutes pour prendre ma décision. »

« Bien sûr, tout le temps nécessaire, je serai
au Kocmoc. »

Vlad resta seul dans le salon et se mit à réfléchir:

« Bon alors, en allant dans un autre monde, je
risque d’y rester, de ne plus revenir, mais si je
conserve le facteur chance, dans un an, je serai de
nouveau là, avec une durée de vie allongée de
1200 ans au moins, c’est à considérer.

D’autre part, qu’est-ce que j’ai vécu jusqu’à présent ?
Je ne suis pas un sentimental, j’aime bien mes
parents, et ma famille d’Irkoutsk, c’est sûr, et si
j’accepte, je ne les reverrai plus, pour le reste, à
part le sport et les études, une vie plutôt grise, rien
de palpitant, une vie de gratte-papier qui
m’attendrait, avec une vieillesse dans quelques
dizaines d’années qui m’affaiblirait ?

Cette perspective non plus n’est pas
passionnante, avec le Kocmoc, il y aura du
mouvement, de l’aventure, de l’action, tout ce que
j’aime, et j’apprendrai beaucoup, surtout avec une
vie prolongée, pour ma vie sur Terre, je donnerais
4/10, peut-être cinq, pour l’aventure, au moins
7/10, et peut-être plus.

Demander un délai pour revoir ma famille ?

Non, ce serait pire, ma décision est
prise, dirigeons-nous vers le Kocmoc. »

Vlad quitta le salon pour se rapprocher de Yuri:

« J’ai pris ma décision. »

« Vous êtes rapide à tous les niveaux, je vous écoute. »

« C’est d’accord. »

« Bien, alors voilà le programme:

- Akim va vous montrer votre chambre, dans
laquelle vous disposerez d’un ordinateur ayant accès
à tout, puisque vous faites partie des nôtres.

- Il vous montrera ensuite la salle de sport et
la piscine.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez
pas à demander, nous avons tout, sauf une femme
bien sûr, mais je ne crois pas que cela fasse partie
de vos priorités.

- Demain, vous et moi subirons le
traitement, ensuite, je vous présenterai notre
équipe d’amis, tous androïdes.

- Stas et Zot vous feront visiter les lieux, cela
nécessitera plusieurs jours, car ils sont
étendus, vous pourrez également les voir
sur ordinateur.   
 
- Vous et moi déjeunerons et dînerons dans le
salon, cela nous permettra de prendre
quelques apéritifs.

- Dans disons une dizaine de jours, nous
aborderons l’histoire du Kocmoc. »

« Voilà un programme qui me convient. »

Un mois plus tard, Yuri:

« Nous avons pris plus de temps que prévu, cela
vous a permis de vous familiariser avec la
composition du Kocmoc, s’il tombait en panne
maintenant, sauriez vous le réparer ? »

« Peut-être pas dans tous les cas, Yuri, en
général, j’apprend assez vite, mais là, il s’agit
d’une sacrée machine passablement compliquée, il
me faudra encore un bon mois d’étude à mon retour. »

« Bien, alors on va se prendre un verre avant
votre départ. »

« Volontiers. »

Quelques minutes plus tard:

« Prêt Vlad ? »

« Oui, Yuri, allez-y. »

Le savant appuya sur un bouton, et Vlad 
Tcherkassov  disparut.



Le voici dans une forêt, passablement sonné et
engourdi, Vlad laisse passer plusieurs minutes
avant de se lever et de se mettre en route:

« Ca va mieux, voyons, j’ai mes habits donc le
Kocmoc peut aussi transférer de la matière, c’est
bien calme ici, peut-être un peu trop, il fait
bon, environ 20 degrés, mais où aller ?

Je dispose d’une arme au cas où… 

Des arbres, des plantes et même des fleurs, c’est
assez joli, pas de bruit, c’est étonnant, là bas, on
dirait un chemin, bon, prenons à droite, on
verra bien.

Après avoir marché durant près d’un kilomètre, il
se retrouva face à une grande clairière au milieu
de laquelle se tenait un immense objet
étrange, qui scintillait:

« On dirait un vaisseau ?
Ou peut-être un domicile ?

Cela semble assez moderne, voire futuriste, si je
reste dans la forêt, tôt ou tard, j’aurai faim, et ne
suis pas sûr de pouvoir m’alimenter, si je vais
vers ce truc, je risque une rencontre
dangereuse, ça me donne l’impression d’être le
produit d’une civilisation avancée, bon, j’aime le
risque, allons y. »

Vlad s’approcha de l‘objet, commença à en faire
le tour, puis:

« 10 mètres de haut, 50 mètres de diamètre, genre
soucoupe volante, ça doit être un vaisseau… »

Il ne termina pas ses considérations que trois
hommes, sortis du dit vaisseau et portant des
tenues spatiales pointèrent en sa direction des
objets qu’il ne put assimiler à quoi que ce soit de
connu sur Terre, sans doute des armes qui avaient
l’aspect de boules, genre cristal, l’un des hommes:

« Vous n’êtes pas un Shaki, d’où venez-vous ? »

Vlad:« Shaki ?

Connais pas, d’où je viens ?

Je l’ignore, êtes-vous les propriétaires des lieux ? »

Les trois hommes se regardèrent stupéfaits, puis
celui qui venait de lui parler:

« Vous parlez notre langue !!!
Et plutôt bien, vous ne savez pas d’où vous
venez, et ignorez ce qu’est un Shaki ?

Je ne vous crois pas, considérez-vous comme notre
prisonnier, venez ici et montez dans le vaisseau ! »

Vlad en lui-même:

« Du vous, ils ne sont pas particulièrement
agressifs, s’expriment bien, d’accord, jouons le jeu. »

« Très bien, je suis votre prisonnier, mais je ne suis
pas agressif, et ne vous veux aucun mal, je
cherchais simplement à sortir de cette forêt, et
retrouver un coin civilisé. »

« Eh bien vous allez être servi, étranger, bien sur
que vous n’êtes pas agressif, car vous n’êtes pas en
position de l’être, mais nos supérieurs voudront
savoir qui vous êtes, et ce que vous êtes venu faire
ici, vous n’êtes pas non plus torradien, c’est sûr, et
nous ne connaissons pas de gens de votre taille ni
de votre aspect, montez ! »

Les hommes en question avaient un type latin, et
mesuraient à peu près 1.75 mètre alors que Vlad
était du genre Dolf Lundgren en grand
format, celui qui lui parlait semblait être le chef des
deux autres, et cela se confirma de suite:

« Bon, installez-vous ici, Razo et Zeto, surveillez le
et fouillez le, le Professeur Arcano ne devrait
pas tarder. »

Vlad n’avait pas de papiers, mais son arme
n’échappa pas à la fouille, Razo remit l’objet à Taco:

« C’est tout ce qu’il a, chef. »

Ce dernier examina l’objet, puis:

« Je n’ai jamais rien vu de semblable, est-ce
une arme ? »

Vlad: « Exact, le Professeur Arcano ?
Seriez-vous une expédition scientifique ? »

Taco: « Exact, mais ce n’est pas à vous de poser
les questions, je remettrai cet objet à nos
supérieurs, ah !

Voilà le Professeur, prépare la mise en route, Jareno. »

Vlad tentait de récapituler la situation:

« Ce sont des militaires, qui accompagnent un
Professeur, Jareno doit être le pilote, ils se tutoient
entre eux, mais ils me vouvoient, je pense qu’il
s’agit d’une civilisation avancée, et je préfère cela. »

Le Professeur monta dans le vaisseau et fut
passablement surpris de voir Vlad, c’était un
homme  qui paraissait la cinquantaine, avec
quelques cheveux gris-blancs, et il portait des
lunettes.

« Qui est cet homme ? »

Taco: « Nous l’ignorons, Professeur, nous l’avons
trouvé ici, en train de rôder autour du vaisseau, à
Kartana, nos supérieurs s’en occuperont, avez-vous
trouvé ce que vous recherchiez ? »

« Oui, Taco, voyez ce sac bien plein, des plantes
dont je vais faire des extraits, l’expédition s’est
avérée intéressante. »

Vlad: « Peut-on savoir de quels sorte d’extraits
il s’agit, Professeur ? »

Arcano: « Et en plus, il parle notre langue ?

Eh bien non, étranger, vous ne pouvez pas le
savoir, surtout pas vous. »

Taco: « Vous avez entendu ?

A l’avenir, il sera préférable pour vous de vous
taire. »
              
Vlad en lui-même:

« On pourrait se croire sur Terre. »

Le vaisseau décolla, Vlad, assis sur une banquette
assez confortable, vit défiler des terres, puis de
l’eau, à assez grande vitesse, il jeta un oeil sur sa
montre, histoire de se faire une idée de la durée
du voyage, mais  cela n’échappa pas à Zeto. »

« Regarde, chef, il a une montre. »

« Donnez moi cet objet, étranger ! »

Vlad ne voyait pas d’autre possibilité que celle
d’obtempérer, Taco:

« Oui, ce n’est pas une arme, mais bien une
montre, probablement à quartz comme les
nôtres, elle sera également remise à nos supérieurs. »

Vlad continuait à voir de l’eau défiler, selon son
estimation, cela dura une heure, puis à nouveau
des terres, puis enfin des maisons, d’abord assez
espacées, puis de plus en plus regroupées, il
entendit Jareno dire:

« Kartana dans cinq minutes. »

Le vaisseau finit par se poser sur un spatioport
Vlad fut emmené par les 3 hommes, pendant une
bonne demie heure, il stationna, avec ses trois
gardiens, dans la zone de réception, puis une
petite armée d’une vingtaine d’hommes vint le
chercher pour l’emmener vers un Centre de
tests, à la réception:

« Voici l’étranger en question, nous vous le
remettons. »

« Comment s’est-il comporté ? »

« Dans l’ensemble très calmement, il n’a opposé
aucune résistance. »

« Bien Capitaine Ferno, vous pouvez disposer, je
me charge de la suite. »

Le Capitaine en question claqua des talons avant
de se retourner et de repartir d’où il était venu, le
réceptionniste s’adressa alors à Vlad:

« Vous l’étranger, venez avec moi ! »

Ils arpentèrent un couloir durant une trentaine de
mètres, puis une porte à droite afficha un voyant
vert.

« Entrez ici, on vous attend. »

Vlad vit la porte s’ouvrir, entra dans une vaste
pièce au milieu de laquelle un grand bureau
derrière lequel trois hommes étaient assis, celui du
centre s’adressa à lui:

« Asseyez-vous sur cette chaise, étranger, nous
avons des questions à vous poser, je suis le
Commandant Kargo, à ma droite, le Capitaine
Helgo, et à ma gauche, le  Capitaine Stavro, votre
nom et votre prénom. »

Durant le passage aérien entre les continents, Vlad
savait qu’il serait interrogé, et avait pris le temps
de préparer sa défense, il avait décidé de jouer
gros, de se faire passer pour amnésique afin de
gagner du temps, d’en apprendre le plus possible
sur cette civilisation, et, s’il devait aborder des
choses importantes, n’en parler qu’avec les plus
hautes autorités, les trois officiers qu’il avait devant
lui n’étaient que des sous-fifres, pas question de
leur dire qu’il venait d’un transfert spatiotemporel.

« Je les ai oubliés, la seule chose dont je me
rappelle est que je me suis retrouvé dans une
forêt, assommé, ankylosé, que j’ai eu du mal à me
lever pour atteindre une clairière, et… »

Kargo: « Oui, la suite, nous la connaissons, mais
vous me semblez un sacré gaillard, qui s’exprime
plutôt bien pour un amnésique, qui se porte plutôt
bien pour quelqu’un qui aurait été assommé, et
dans la forêt Tarkinn, je vois mal des Shakis de
1.60m s’en prendre à vous, alors que ce sont des
trouillards, le coup de l’amnésique, on le
connait, alors cessez ce jeu et dites nous la
vérité, d’où venez-vous ? »

« Au risque de vous décevoir, Commandant, je
l’ignore. »

« Et comment connaissez-vous notre langue ? »

« Même réponse, Commandant. »

« Bon, je vois que nous n’aboutirons nulle
part, alors nous avons des spécialistes ici, qui
sauront vous faire parler, au laboratoire de
Torena, des expertes se chargeront de vous, et
pas dans le sens que vous pouvez penser. »

Le Commandant appuya sur une
sonnette, quelques secondes plus tard, un non
gradé entra dans la pièce et:

« Ah, c’est vous, Aledo, bien, emmenez moi cet
homme trois étages plus haut, vous savez où ? »

« Je pense au Laboratoire de Torana, mon
Commandant. »

« Vous pensez juste, exécution ! »

Aledo était entré seul, mais une demi douzaine
d’autres soldats attendaient dans le couloir, et
les accompagnèrent jusqu’au laboratoire, et
là, ils entrèrent tous.

C’est Torana elle-même qui vint au devant
d’eux, une belle blonde de 52 ans, lunettes, un
bon 1.75m, blouse blanche très seyante qui
regarda longuement Vlad avant de lui dire:

« Il paraît que vous n’avez pas de
mémoire, jeune homme ?

Joli garçon comme vous êtes et si jeune, c’est
bien dommage, mais soyez sans crainte, nous
allons remédier à cela, vous serez surpris de
redécouvrir vos étonnantes capacités
mémorielles, allez vous asseoir sur cette
chaise, là bas. »

Vlad en lui-même: « C’est parti pour les
tortures, mais c’est elle qui va être
surprise, car je ne suis pas près de lui dire
que le traitement qui a rallongé ma durée de
vie, m’a également psycho-stabilisé. »

Dans les minutes qui suivirent, on lui fit absorber
deux boissons, puis passer un courant électrique
sur des zones sensibles, une assistante tenta
l’hypnotisme, puis deux soldats vinrent lui
donner des coups dans des zones non
marquantes, après diverses autres
tentatives, Torana finit par comprendre qu’elle
n’aboutirait à rien, Vlad l’entendit dire à une
assistante:

« Je n‘ai jamais vu personne capable de résister
à un tel traitement, il a eu toute la gamme, ou
bien il est réellement amnésique, ou alors il est
surnaturel, en plus, il n’a même pas bronché, mais
en quoi est-il donc fait ?

Je dois en référer à la Reine. »

Cette dernière venait d’observer la séance sur un
écran, mais comme il n’était pas question que
Torana sache qu’elle disposait d’un outil de
contrôle sophistiqué et indétectable, elle attendit
calmement son appel et lui répondit:

« Oui, Torana, de quoi s’agit-il ?
Expliquez-moi tout en détail. »

La savante s’exécuta, puis lorsqu’elle eut fini:

« Les soldats sont toujours là ? »

« Oui, Votre Majesté ? »

« Alors laissez-le tranquille afin qu’il puisse
récupérer, puis vous l’enverrez au Centre de
Tests, exécution ! »

« Bien, Votre Majesté. »

La Reine: Zerra Ecktana, 68 ans, 1.82m, brune
était d’une beauté stupéfiante, lorsqu’elle
raccrocha, elle se trouvait dans une immense
salle luxueuse, devant une série d’écrans, elle
prit une plaquette sur laquelle elle composa
un numéro:

« Sarrano ? »

« Oui, Votre Majesté. »

« Ecoutez moi bien, vous allez recevoir un
homme très grand et très costaud, blond, d’un
type inconnu, il serait amnésique, alors voilà ce
que vous allez faire… »

Puis elle continua à lui expliquer ce qu’elle
attendait de lui, pour finir par:

« Je compte sur vous, surtout, gardez le moi en
bon état, logez le et nourrissez le bien, s’il veut
quelque chose, dans le domaine du
raisonnable, vous le lui donnez. »

« A vos ordres, Votre Majesté, ce sera fait. »

« Rappelez-moi dans quelques jours pour me
communiquer les résultats. »

Gardo Sarrano, 58 ans, ancien officier était
le Chef du Centre de Tests, lorsque la Reine
raccrocha, elle eut un large sourire et pensa:

« Toi, mon petit ami, je m’occuperai
personnellement de ton cas dans quelques
jours, je t’ai vu apparaître dans la forêt
Tarkinn, venu de nulle part, tu es un voyageur
spatiotemporel, un très beau garçon
d’ailleurs,  les tests de Torana sont révélateurs, tu
es psycho-stabilisé, ce qui veut dire que tu as
bénéficié d’un traitement qui allonge la durée
de vie, tu parais une vingtaine d’années, mais
peux être beaucoup plus âgé, peu importe, je
finirai par le savoir, ne pas avoir bronché aux
coups ni aux décharges électriques, c’est fort, très
fort, tu n’es pas plus amnésique que moi, si tes
tests donnent de bons résultats, tu deviendras
très intéressant.

Hmm ! J‘ai bien mérité un petit kagsan
(sorte de Bourbon).»

Dans les jours suivants:

« Alors Arcano, que donnent vos plantes ? »     

« Un très bon espoir, Votre Majesté, Martillo finit
ses examens, un traitement qui rallongerait de
2000 ans, s’il n’y a pas d’effets secondaires, c’est-ce
qu’il est en train de vérifier. »

« Bien, alors j’attends avec impatience, dites-lui
de me rappeler. »

« Ce sera fait, Votre Majesté. »

Vlad occupait une belle chambre, il avait même de
la place pour faire des pompes et des petits
entraînements physiques, il mangeait bien, et
était tout aussi bien traité, avec une certaine
considération, c’est précisément ce qui l’amena
à réfléchir:

« Bon, pas d’ordinateur ?
Dommage, heureusement que deux autres
personnes passent également des tests, pour un
job, pendant les breaks, on peut parler, ce qui m’a
permis d’apprendre que cette planète, d’une taille
analogue à celle de la Terre, a trois continents,  le
Werkadd premier continent où habitent des
Shakis, sauvages locaux, c’est là que j’ai dû arriver.

Le Kartann, capitale Kartana, des kartaniens, c’est
là que je suis.

Le Torrad, Torradia, torradien, là, je n’en sais pas plus.

Mais ce n’est pas ça qui m’inquiète, je repense à ce
Professeur Arcano, qui est allé chercher des plantes
chez les Shakis, d’après ce que j’ai pu voir lorsque
prisonnier dans le vaisseau, à la vitesse où il
avançait, Kartann et Werkadd doivent être séparés
de plusieurs milliers de kilomètres, se déplacer sur
une telle distance pour des plantes, elles doivent
être bougrement importantes les copines, j’aimerais
bien savoir à quoi elles servent.

D’autre part, bien que dans un Centre de tests, je
suis vraiment bien traité, trop bien, ça aussi, ça
doit signifier quelque chose, mais quoi ?

J’ai une drôle d’impression, comme si une sorte
de main invisible était derrière tout cela, pour
peut-être me réserver un sort dont je n’ai pas idée…

Ah oui, puis ce continent est gouverné par une
Reine, qui serait toute puissante, la savante qui
m’a fait les premiers tests, moins sympas que
les actuels, entourée d’assistantes, serait-ce
une société matriarcale dans laquelle ce sont
les femmes qui ont les postes les plus importants ?

Pour mon comportement sur les tests, je suis
partagé, autant j’ai intérêt à ce que  mes
épreuves physiques soient bonnes, autant pour
ce qui est de l’intello, alors que je suis supposé
amnésique, et surtout les tests scientifiques, il
faut y aller sur la pointe des pieds, je ne connais
pas encore le niveau exact de cette
civilisation, leur manière de parler, les grades
militaires, certains appareils que j’ai pu voir, me
font penser à la Terre, mais tout ce qui touche
au spatiotemporel est particulier, pas question
de divulguer quoi que ce soit là-dessus, mais
pourquoi me fait-on passer des tests ?

Les physiques, à la rigueur, je peux
comprendre, peut-être ont-ils besoin de
combattants, mais les intellos ?

Pour m’admettre dans cette société, m’attribuer
une place ?
Qui décidera de la suite à donner, pas ce
Sarrano, c’est un sous-fifre, surtout si la société
est matriarcale, alors la Reine elle-même ?
Quelle sorte de femme est-ce ?
Aurais-je un contact avec elle ?
Là, je me lance loin, mais l’impression bizarre que
ça me laisse me fait penser à Yuri, quand je l’ai
rencontré chez Vassiliev, il se pourrait bien que
cette Reine soit ma Yuri locale, disposant de
moyens très sophistiqués dont le peuple n’a
pas idée, cela ne me surprendrait pas.

Bon, laissons cela de côté pour le moment, il
est temps de me coucher, car demain une
série d’épreuves m’attend, et non des
moindres, je dois rester en forme. »

D’autres jours s’écoulèrent, la Reine, qui venait
de prolonger sa vie de 2000 ans au
moins, observait avec grand intérêt les tests
de Vlad:

« Au niveau physique, il est vraiment
extraordinaire, il est vrai qu’il a le format
pour, et un sacré paquet de muscles, si son
centre de gravité est aussi musclé que le
reste, Waow !

Force énorme, tout en étant souple et rapide.

En combat, il laisse une demi douzaine
d’adversaires en même temps sur le carreau
sans effort apparent et sans leur faire des
dégâts, fascinant, sa technique est surprenante.

Pour les épreuves intellectuelles, Sarrano va
bientôt me communiquer les résultats, mais
là, très souvent, il semble marquer des temps
d’arrêt, de réflexion avant de donner des
réponses, surtout sur les questions
scientifiques, comme s’il voulait cacher quelque
chose, mais sachant qu’il vient d’ailleurs et qu’il
ne connait pas notre planète, jouer les
amnésiques est pour lui la meilleure solution, son
comportement ne manque pas de logique. »

Le lendemain:

« Bonjour, Votre Majesté. »

« Bonjour Sarrano, je suppose que vous m’appelez
pour les résultats ? »

« Oui, Votre Majesté, je vous les communique:

Physique
C:100  F:100 R:100 S:95 V:98             493/500

Intellectuel

S1:74 S2:76 L:80 Sc:38 MPC:37          305/500

Alors … »

« Oui, merci, Sarrano, tout est clair, je vais
vous rappeler. »

Elle raccrocha, puis:

« 493/500 !! Pour ne pas dire 500
carrément, jamais je n’aurais cru cela possible, si
les gens de sa planète sont tous comme lui…

Son coefficient intellectuel est passable, suffisant
pour avoir une place chez nous, mais je ne suis
pas dupe, autant les facultés intellectuelles de
base entre 74 et 80 sont bonnes, autant les
connaissances semblent faibles, mais c’est-ce
qu’il a voulu, je le soupçonne d’être très
intelligent, peut-être même redoutable.

J’ai envie de le faire loger dans mon Palais, ne
serait ce que pour maintenir son arrivée secrète au
peuple, il aura tout ce qu’il faut, mais interdiction
de sortir.

Rappelons Sarrano. »

Peu de temps après, Vlad se retrouva dans une
antichambre, à l’intérieur du Palais de la
Reine, quelques minutes s’écoulèrent puis un
serviteur entra dans la pièce:

« Bonjour étranger, suivez-moi, vous êtes
convoqué par la Reine, je ne saurais trop vous
recommander de bien vous tenir, afin d’éviter
de lui déplaire, autrement… »

« Soyez sans crainte, j’ignore vos coutumes, mais
je sais me tenir, je vous suis. »

Le palais en question était immense, Vlad dût
marcher dans des couloirs durant plusieurs
centaines de mètres avant de se retrouver devant
une porte dotée d’un voyant vert qui s’ouvrait
automatiquement, le serviteur resta dans le
couloir, Vlad entendit alors une voix féminine, assez
grave, qui avait un timbre unique, qu’il n’avait
jamais entendu:

« Soyez le bienvenu, jeune homme, à une dizaine
de mètre, vous allez voir un espace à
droite, empruntez-le. »

Vlad s’exécuta en pensant:

« Une voix extraordinaire, et puissante autant
qu’harmonieuse, qui me donne des frissons dans
le dos, si la Reine correspond … »

Il se retrouva dans une immense pièce, d’un luxe
inouï, et aperçut la Reine, confortablement assise
derrière un immense bureau, qui tenait un verre
plein d’un liquide jaune marron d’une main, et
une cigarette de l’autre. »

« Venez vous asseoir, vous prendrez bien un kagzan ?

Ah oui, vous ne savez pas ce que c’est, mais je vous
conseille de le goûter, peut-être fumez-vous aussi ? »

Vlad fit quelques mètres avant de s’asseoir à son tour
dans un fauteuil, devant le bureau de la Reine:

« Kagzan dites-vous ?
Oui, pourquoi pas, si je fume ?
Ca, je ne m’en souviens plus, mais je veux
bien essayer. »

Le Reine eut un sourire, puis appuya sur un
bouton, quelques secondes plus tard, un serviteur
entra dans la pièce et salua la Reine:

« Votre Majesté ? »

« Apportez-nous deux kagzan et un paquet
de sterz ! »

« De suite, Votre Majesté. » répondit le
serviteur avant de quitter la salle.

« Bien, en attendant, jeune homme, j’ai entendu
parler de vos tests, au niveau physique, c’est
remarquable, je dirais même que vous êtes un
cas sans précédent, mais au niveau
intellectuel, loin d’être catastrophique, cela
nécessite tout de même quelques progrès, ah oui !

Il paraît que vous êtes amnésique, alors racontez
moi le peu dont vous vous souvenez. »

Vlad fixait la Reine, autant en Russie, les quelques
femmes qu’ils avait connues, et non des
moindres,  ne lui avaient pas laissé de souvenirs
impérissables, autant elle, la Reine, il ne serait
pas près de l’oublier, il lui fallut toute sa capacité
de contrôle pour éviter de laisser transparaître des
émotions révélatrices, heureusement pour lui, il
réagissait vite:

« Excusez-moi d’avoir marqué un temps de
réflexion, Votre Majesté, il m’arrive d’être
distrait, voilà: »

Et il lui raconta la période qui couvrit son arrivée
dans la forêt jusqu’à celle des tests.

« Je vois, finalement, vous n’avez pas été trop
maltraité, sauf peut-être chez Torana qui manque
un peu de finesse, Ah !

Voilà Jadlo qui nous apporte de quoi nous
détendre, j’espère que vous apprécierez, à la vôtre… »

Vlad but une gorgée de kagzan et prit une cigarette:

« Meilleur qu’un Bourbon de 20 ans d’âge, mais ne
trahissons rien, les cigarettes aussi sont
bonnes, faisons lui part de mon impression. »

« Très agréable, Votre Majesté, vraiment fameux. »

« Vous m’en voyez ravie, alors je vous disais que
notre population, les kartaniens, est faite de gens
civilisés, nous n’avons pas pour habitude de
maltraiter les gens, sauf peut-être en cas
d’extrême nécessité, ce qui est plutôt rare, regardez
cet écran, ces êtres, que vous voyez dans une
forêt, sont des Shakis, et voici, dans un
village, sur un autre continent, des
tornadiens, les premiers sont des sauvages, des
primitifs, les seconds, un peu plus évolués, sont
encore loin de notre niveau, autrement dit
nous, les kartaniens, représentons la civilisation
la plus avancée de cette planète, qui s’appelle Ladana.

Ce globe comporte deux pôles et trois
continents, personne n’habite sur les pôles qui sont
trop froids, sur Torrad, moins froid, mais moins
chaud que chez nous, les tornadiens, de notre taille
et assez costauds, ont un type bien déterminé, sur
un autre continent, celui sur lequel on vous a
trouvé, le Werkadd, vivent les Shakis qui, eux
aussi, ont un aspect bien précis, enfin notre type, à
nous, kartaniens, vous le connaissez, alors voilà ce
qui me préoccupe, vous n’appartenez à aucun des
types existants, et vous parlez parfaitement notre
langue, comment expliquez-vous cela ?»

Vlad vit que les Shakis ressemblaient à des incas, et
que l’aspect des tornadiens était proche de celui
des esquimaux, les kartaniens, avec leur type
latin, ne lui ressemblaient pas davantage, enfin, la
langue posait encore un autre problème, et non
des moindre.

« Si je vous disais que je viens d’une autre
planète, vous ne le croiriez probablement pas. »

« Nous connaissons notre système qui n’est pas
habité, sauf par nous, sur la quatrième planète à
partir de l’étoile, il faudrait alors que vous veniez
d’un autre système, le plus proche étant à dix
années/lumière, cela voudrait dire que vous
venez d’une civilisation très avancée, plus encore
que nous, mais alors, où est votre vaisseau
spatial, car je doute que vous soyez venu par
téléportation. »

« Un vaisseau spatial ? Qu’est-ce que c’est ? »

La Reine se mit à rire, et:

« Bon, alors prenons les choses autrement, si
je vous dis que je vous ai vu apparaître d’un seul
coup dans la forêt Tarkinn, venu de nulle part, et
que la seule explication serait un voyage
spatiotemporel, vous me dites quoi ? »

« Cela dépend de ce que vous pourrez me dire
sur ce que vous savez des voyages
spatiotemporels, Votre Majesté. »

« Hmm, je vois, non seulement vous n’êtes pas
plus amnésique que moi, mais vous être un grand
malin, peut-être accéderais-je à votre demande
si vous me donnez une excellente raison de le
faire, je vous écoute. »

« Voilà qui devient intéressant, le fait que vous
m’ayez vu apparaître dans la forêt indique que
vous disposez de moyens de détection très
sophistiqués, dont votre peuple ne connaît
probablement pas l’existence, privilège des
gouvernants, le secret, et je sais garder un
secret, surtout si la personne qui le possède
m’intéresse, est nécessaire dans certains
cas, notamment afin de bien gouverner dans
l’intérêt des populations, par ailleurs, vous me
rappelez quelqu’un dont la rencontre a déjà
modifié mon destin, cette raison est-elle suffisante ? »

« Ffff ! Tout à fait, je vous savais intelligent, mais
pas à ce point, vous me dites savoir garder
un secret ?

Oui, je vous crois, votre succès sur les tests de
Torana le démontre, mais en quoi je vous intéresse ? »

« Deux raisons, la première est que vous êtes la
Reine, autrement dit la personne la plus
importante, chez moi on dit qu’il vaut mieux avoir
affaire au bon dieu qu’à ses saints, la seconde ?

Mon Professeur, lorsque je l’ai rencontré, il y a
deux mois, c’est là que mon destin a changé, vous
me le rappelez d’une certaine façon. »

« Nous connaissons aussi cette expression, mais
votre première raison n’est pas évidente, dans
certain cas, il vaut mieux ne pas avoir affaire à
moi, pour la seconde raison, dites m’en plus. »

« Lorsque vous aurez répondu à la question que je
vous ai posée. »     

« Ce que je sais des voyages spatiotemporels?
Ils expliquent pourquoi vous parlez parfaitement notre
langue, dans combien de temps devez-vous repartir ? »

« Je vois que vous savez, alors on va pouvoir jouer
carte sur table… »

Vlad savait qu’il pouvait tout dire à la Reine, non
seulement elle lui plaisait pour le moins
fortement, mais il voyait en elle de plus en plus de
traits communs aux siens, son premier voyage
spatiotemporel risquait de s’avérer très riche, tant
pour Yuri que pour lui-même, il termina par:

« Voilà toute l’histoire, voyez, Votre Majesté, c’est
fort simple. »

« Je vois en effet, fils de Ministre ?

Vous êtes quelqu’un, un autre kagzan, ça vous tente ?
Histoire de m’accompagner, si vous voulez
fumer, servez-vous. »

« Merci oui, vous accompagner ? D’accord. »

« Une autre petite question, est-ce que je vous plais ? »

Vlad: « Si je disais non, je serais un menteur. »

« Hm, Voilà une excellente réponse, vous aussi, vous
me plaisez, appelez moi Zerra, Vlad, votre
Professeur est un homme bien, c’est lui qui a
inventé le comment dites-vous, Kocmoc ?

Drôle de nom, et vous ne le connaissez que
depuis deux mois ?

Décidément, dans tous les domaines, vous avancez
à la vitesse de l’éclair, et vous pouvez vivre 1300 ans ?

Moi, un peu plus, reste à voir si nos unités de temps
sont les mêmes, bon voilà ce que nous allons
faire, désormais, vous habiterez ici, dans mon
Palais, nous allons bientôt déjeuner, cet après
midi, je serai assez occupée, mais vous, vous
serez dans une pièce dotée d’un ordinateur, qui
dispose de toutes les informations nécessaires
pour vous mettre à jour, une salle de sport très
proche vous permettra de vous détendre, elle
contient une piscine.

Ce soir, on dînera ensemble, bien sûr, et pour la
suite, eh bien on verra… »

« Cela me semble un excellent programme, mais
rappelez vous, je dois repartir dans moins d’un an. »

« Pas de souci, vous allez faire la connaissance de
mon scientifique, Emio Cardoso qui a enregistré
votre parcours, d’après ce que vous m’avez
dit, vous débutez en spatiotemporel, nous
sommes un peu plus avancés que vous sur ce
plan, et si, comme je le pense, vous correspondez
à l’homme que je recherche, vous en apprendrez
encore beaucoup plus. »

La journée se passa on ne peut mieux pour Vlad
qui apprit beaucoup de choses, tout en passant de
temps à autre dans la salle de sport, durant le dîner:           

Zerra: « Je vois que vous n’avez pas perdu votre
temps, encore deux ou trois jours, et vous saurez
pratiquement tout. »

Vlad: « Oui, mais une chose m’intrigue, vous
semblez n’utiliser aucune énergie, alors que
Kartana, passablement importante avec cinq
millions d’habitants devient illuminée comme
Las Vegas à partir de 18 heures. »

« Las Vegas ? »

« Oui, pardon, c’est une ville sur notre planète, située
aux USA et réputée pour ses jeux et son luxe, je ne
vous dis pas ce qu’elle consomme en électricité, une
autre énergie chez nous. »  

« Nous utilisons des énergies, mais je vous laisse le
soin de deviner lesquelles. »

« Je n’ai certainement pas encore tout vu à
travers l’ordinateur, mais vous semblez ignorer
le pétrole, l’électricité, l’énergie atomique, vous
n’utilisez pas de panneaux captant l’énergie de
l’étoile, ni des pales pour l’énergie
éolienne, auriez vous directement recours aux
forces de l’Univers ?

Telles que la gravitationnelle, ou l’électromagnétique ? »

« Pas directement, nous connaissons l’énergie
atomique que nous évitons, également les forces de
l’univers dont vous avez fait mention, mais ce n’est
pas encore cela.

Il est clair que vous disposez de bonnes
connaissances scientifiques. »

« Les cristaux ? »

« Exact, vous n’avez pas mis longtemps à trouver. » 

« Et bien sûr, c’est vous, avec Cardoso, qui en
connaissez tous les secrets de manipulation. »

« Partiellement exact, car même Cardoso ne les
connait pas tous. »

« Ok, tiens !

Pour les échelles de temps, nous avons les
mêmes, autant dire que nos systèmes sont
calqués, la première planète mise à part  qui
n’existe pas chez nous si près de l’étoile, une
boule de feu de la taille de la Lune. »

« Intéressant, il faudra que vous m’en parliez, de
votre planète, la Terre je crois. »

« Oui, mais une autre fois, c’est assez compliqué. »

Le dîner prit fin, après quelques digestifs, la Reine:

« Vous seriez intéressé à me tenir compagnie ? »

« Bien sûr. »

« Alors venez ! »

Le lendemain matin:

« Bien dormi Vlad ? »

« Oui, et toi ? »

« Une très agréable nuit, je pense qu’il y en
aura beaucoup d’autres. »

« Je l’espère bien, quel est ton programme aujourd’hui ? »

« Pas mal de choses à faire, une réunion tout à
l’heure avec quelques uns de  mes Ministres, on
verra par la suite pour que tu y assistes, lorsque tu
seras à jour et au courant de tout, on déjeunera
ensemble comme prévu, mais cet après-midi, je dois
recevoir quelques représentants des principaux corps
de métier, pas passionnant, ils ont toujours des
revendications à formuler, j’ai hâte d’arriver à
l’heure du dîner. »

« Décidément, l’analogie avec mon monde est de
plus en plus évidente. »

« Ah bon ! Chez toi sur Terre, les Rois réunissent
aussi leurs Ministres et les travailleurs ne sont
jamais satisfaits ? »

« Chez nous ce sont des Présidents, les Rois ont
existé, mais c’était l’ancien temps, oui, chez nous, il
y a des syndicats qui sont censés représenter les
travailleurs et qui viennent toujours se plaindre
auprès des gouvernements, décidément, quel que
soit le lieu, l’être humain restera toujours un éternel
insatisfait, de par mon Père, je suis bien placé pour
savoir comment ça fonctionne, la politique, trop
peu pour moi. »

« Bon, après le petit déjeuner, tu vas regagner ta
chambre et continuer ta mise à jour, on se reverra
vers midi. »

« Bien, Votre Majesté. »

Un peu plus tard, Vlad:

« Bon sang, quelle femme !

Non seulement faire l’amour avec elle est un
régal, mais au niveau des idées, on se comprend
au quart de tour, en bref c’est l’équipière idéale
à tous les points de vue, je risque fort de ne plus
avoir envie de revenir sur Terre, je suis dans un
Palais a côté duquel un cinq étoiles serait un
gourbi, j‘ai tout ce qu‘il me faut, mais je pense à
Yuri et aux androïdes, je ne sais pas s‘il y en a
ici, peut-être que ça les intéressera de venir
si, comme elle me l‘a fait comprendre, elle peut
me récupérer des transferts, faudra que je lui en
parle, mais n’allons pas trop vite. »

Zerra, de son côté:

« Quel homme !

Un sacré cochon, mais ça n‘est pas pour me
déplaire, avec lui, j’en suis sûre, je peux prévoir
de grands projets, intelligent, avec ses
qualités, c’est le partenaire qu‘il me fallait, on
va faire un très très long chemin ensemble, pas
question qu’il reparte sur Terre, ou alors j’irai
avec lui, pour assurer son retour ici, bon, allons
à la salle de réunions. »

Plusieurs semaines s’écoulèrent, les relations
entre la Reine et Vlad ne faisaient que se
renforcer, à tel point que non seulement il
assistait à toutes les réunions, faisait partie du
gouvernement comme Ministre Conseiller
d’Etat, titre ronflant créé pour la circonstance, mais
Zerra prévoyait de lui transmettre les secrets des
manipulations des cristaux dans les jours à
venir, il n’y avait pas d’androïdes sur cette
planète, Vlad profita de l’occasion
pour lui parler de Yuri:

« Nous n’avons passé qu’un mois ensemble, mais
cela m’a suffi pour constater que Yuri Maslov est
non seulement un cerveau brillant, mais aussi un
homme bien, et ses androïdes, Akim, Ark, Barek, et
tous les autres, ils sont onze,  je pense qu’il serait
intéressant de leur proposer de venir ici, le travail
ne manquerait pas pour eux, puis les androïdes
ont de sacrés capacités, qu’en penses-tu ? »

Zerra: « Ca, c’est un autre chapitre qui mérite
réflexion, je ne doute pas un instant de ce que tu
dis, Vlad chéri, mais d’abord, il faudrait savoir s’ils
seraient intéressés, ensuite, mettre en quelque
sorte, Yuri en double avec Cardoso, surtout avec
onze androïdes, je ne sais pas ce que ça peut
donner, enfin, les cristaux, c’est une autre affaire
très différente de vos techniques, est-ce qu’ils
pourraient s’y adapter?

Bon, pour les androïdes, tels que tu me les a
décrits, nous n’avons jamais pensés à en faire
ici, un lieu équivaut à un autre, pas de
problème, ils peuvent s’adapter à n’importe quoi
compte tenu de leur mémoire parfaite, mais pour
Yuri, ne serait-ce que de ne plus pouvoir aller
Chez Vassiliev à Irkoutsk, ça risque de le faire
hésiter, les humains ont généralement des
habitudes qu’ils ne veulent pas abandonner, à
priori, je ne dis pas non, mais cela reste à voir. »

« Tu as tout à fait raison, il n’est pas sûr que ça
intéresse Yuri, je serais content de retrouver ma
petite équipe ici, ils me manquent quand
même, mais je ne peux pas répondre pour
Yuri, d’abord il faudra voir si moi, je peux
m’adapter aux techniques des cristaux, si c’est le
cas, Yuri aussi, le pourra, mais mon retour sur
Terre, je suppose que tu ne peux pas l’éviter . »

« Non, tu devras le faire, mais d’après nos
possibilités, sachant que ton tracé existe durant à
peu près quatre heures, par sécurité nous estimons
disposer de trois heures pour venir te récupérer, si
j’accepte ton idée de proposer à Yuri de venir ici
avec ses androïdes, ce qui n’est pas encore fait, tu
auras trois heures pour le convaincre . »

« As-tu toi-même fait des transferts ? » 

 « Oui, il y a déjà un moment, une demie
douzaine, mais toujours très courts et accompagnée
d’hommes armés, au dernier, nous sommes tombés
sur une civilisation avancée très vindicative, et
avons failli y rester, c’est depuis ce temps là
que nous n’utilisons plus le Zemklatt, appareil
qui correspond à ton Kocmoc, mais qui doit
être plus sophistiqué.

Nous le conservons dans l‘éventualité, peu
probable, d’une expansion démographique qui
dépasserait les capacités de la planète, mais ton
cas mis à part, nous n’en aurons pas besoin avant
très longtemps, peut-être jamais. »

« Vous n’avez jamais pensé à faire des vaisseaux
spatiaux ? »

« Si, il y a environ cinq siècles nos ancêtres en ont
fabriqués quelques uns, c’est-ce qui nous a
d’ailleurs permis de mieux connaître notre
système, et de savoir que nous sommes sur la
seule planète habitable, tant que nous avons
utilisé des cristaux comme poussée directe et
maintenus une vitesse inférieure à celle de la
lumière, tout s’est bien passé, parfois, un vaisseau
pouvait être détruit ou fortement endommagé par
des fragments d’astéroïdes, mais dans
l’ensemble, cette recherche était plutôt
prometteuse, mais un jour, un certain Berto Farizzi
eut l’idée d’utiliser certains cristaux pour se
propulser au moyen de forces gravitationnelles, il
affirmait qu’ainsi, les vaisseaux iraient plus vite que
la lumière, de tous ceux dotés de ces nouveaux
cristaux, ils n’en ont jamais revus aucun, notre
système le plus proche étant à environ dix
années/lumière d’ici, les gouvernants de
l’époque, mes ancêtres directs, ont préféré arrêter
définitivement ce type de recherche spatiale. »

« Cela confirmerait ce que Yuri m’a dit, impossible
d’aller plus vite que la lumière. »

« Oui, il faut croire que c’est le cas. »   

D’autres mois passèrent, tout allait pour le mieux
dans le Palais et sur toute la planète, l’heure du
retour de Vlad approchait,  Zerra lui avait donné son
accord pour l’éventuelle prise en charge de Yuri et
de son équipe, l’argument qui avait prévalu était
que les androïdes, sur un nouveau
sous-sol, pourraient peut-être trouver le
traitement nécessaire à l’immortalité
humaine, on en était au dîner, et la Reine:

« Bon, demain matin, avant 10 heures, on sera
chez Cardoso, près du  Zemklatt, tout est
programmé pour un retour automatique trois
heures plus tard, c’est bon, Vlad ? Tout est clair ? »

« Tout à fait, et j’ai idée que l’argument du
nouveau sous-sol pour les androïdes pourra
convaincre Yuri, Après tout, ne peut-on pas
lui trouver un Chez Vassiliev ici ? »

« Hm, Si, quitte à en fabriquer un dans le parc, en
dehors du Palais mais qui bénéficiera de la même
protection. »

« Alors c’est bon, j’ai hâte d’être à demain matin. »

« Et moi, encore plus à être dans quelques
minutes, après un ou deux kagzan, j’ai envie de
faire l’amour. »

Le lendemain matin:

Cardoso: « Encore deux minutes, que Votre
Majesté et Monsieur Vlad se préparent. »

Vlad: « Nous le faisons, serrons nous l’un contre
l’autre, Zerra. »

« Mais avec le plus grand plaisir, Vlad. »

Et d’un coup, ils disparurent pour se retrouver, un
peu hébétés et ankylosés, dans le laboratoire de
Yuri, ce dernier était là, avec tous les androïdes.

Yuri:« Bien, ça a marché, on va les laisser un temps
pour qu’ils reprennent leurs esprits, Vlad devait
revenir tout seul, mais je vois qu’il a de la
compagnie.  »

Akim: «   Et une bien belle compagnie. »

Yuri: « En effet, une très jolie personne, mais je ne
te connaissais pas cette faculté d’appréciation, Akim. »

Zerra: « Normalement, je n’apprécierais que
moyennement ce compliment venant de toute autre
personne que Vlad, mais que ce soit le Professeur
qui me complimente, cela me touche, mais lorsque
c’est un androïde, cela me stupéfie. »

Yuri:« Comment pouvez vous savoir qu’Akim est un
androïde et que je suis le chercheur? »

« Tout simplement par les descriptions de Vlad, tous
les androïdes font la même taille que lui, alors que
vous êtes plus petit, d’ailleurs, chez nous, vous
passeriez inaperçu, ce qui est plutôt un avantage, par
contre, bravo, on dirait vraiment des humains, ils sont
parfaits, mais je vais laisser parler Vlad, il a pas mal
de choses à vous dire ».

« En effet, voici La Reine: Zerra Ecktana, ma
compagne depuis bientôt un an, nous n’avons pas
assez de temps pour tout vous raconter
maintenant, et je vais vous expliquer pourquoi… »

Et Vlad de procéder à une rapide synthèse pour
terminer par:

« Voilà, vous disposez de toutes les données de
base, et je vous promets de tout vous raconter en
détails par la suite, je comprend que vous
demander de prendre une décision en moins de
trois heures soit brutal, je serai personnellement
heureux qu’elle soit positive, car vous me
manquez, mais vous êtes totalement libres de
votre réponse. »

Zerra: « Eh bien moi, je boirais bien quelque
chose, qu’auriez vous à m’offrir, Yuri ? »

Vlad: « Je sais ce qu’il lui faut, on n’a pas de
kagzan, mais le Bourbon 20 ans d’âge s’en
rapproche, pour moi, une Vodka pour changer. »

Yuri: « Vous avez entendu, Stas et Zot, un vingt ans
d’âge pour la Reine et pour moi, et une Vodka
pour Vlad. »

Zot: « Tout de suite, Yuri. »

« Vous pouvez m’appeler Zerra, Yuri, vous autres
aussi, mes nouveaux amis, tu me feras goûter ta
Vodka, chéri ? »

« Bien sûr, mais à mon avis, tu préfèreras le
Bourbon. »

Ils en burent plusieurs, tout en fumant, des
minutes passèrent, puis Yuri:

« Akim, Ark, Barek, et tous les autres, quel serait
votre avis ? »

Lev: « C’est vous le Chef, Yuri, pour nous, un lieu
ou un autre ne saurait faire aucune différence, du
moment que nous avons tout ce dont on a
besoin, c’est à vous que la décision revient de droit. »

Akim: « Lev a raison, nous sommes tous du
même avis. »

Yuri: « Dans ce cas, il se trouve que bien que j’ai
connu Vlad durant peu de temps, il m’a
manqué, c’est vrai que ce laboratoire me manquera
aussi, deux de mes ancêtres y sont enterrés, Chez
Vassiliev aussi, mais bon, la vie doit
continuer, surtout si on doit se battre pour
l’immortalité, histoire de rester ensemble, car les
androïdes, eux, sont immortels, alors d’accord
pour le départ vers un nouveau monde, Hm, ça
vaut encore un verre, ça. »

Zerra: « Vous ne le regretterez pas, d’après ce que
Vlad m’a dit, votre sous-sol ici est très étendu, et le
stockage d’aliments, de boissons et de produits
d’entretien vous prend pas mal de place, vous
n’aurez pas ce genre de souci chez nous, car nous
savons transformer la matière et tout produire
automatiquement, dans un espace plus restreint, le
sous-sol de Cardoso est en dessous de mon
Palais, en site protégé, moyennant quelques petits
aménagements, une chambre pour Yuri, un
salon, une salle de bains, une piscine, la salle de
sport, nous l’avons déjà, c’est une histoire de deux
ou trois jours, et le lieu sera aussi confortable
qu’ici, Chez Vassiliev ?

On peut en créer un dans le parc du Palais, il
vous suffira de créer un androïde qui ressemble
au patron, la serveuse, on peut la fournir, qu’en
pensez-vous, Yuri ? »

« Que du bien, Zerra, et nous pourrons voir Vlad
assez souvent ? »

« Bien sûr, mais plus de Kocmoc, vous saurez
bientôt pourquoi, et l’occupation ne vous
manquera pas. »    
   
« Alors tout baigne, combien de temps reste-t-il ? »

Zerra: « Un peu moins de deux heures. »

Yuri: « On a donc le temps de manger un morceau ? »

« Pourquoi pas ? »

« Allez Stas et Zot, feu ! C’est parti pour un
dernier steak frites avec un bon coup de rouge. »

Stas: « On procède, Yuri, vous serez servi au
salon dans cinq minutes. »

« Parfait ! »

Peu avant le transfert, Yuri, l’air un peu
triste, contemplait l’environnement Zerra le
remarqua et lui dit:

« Je comprend Yuri, mais vous vous habituerez à
votre nouveau sous-sol, et nous ferons en sorte
que vous vous y sentiez bien. »

Yuri: « Oui, Zerra, c’est sûr, je finirai par m’y
habituer, mais cela sera différent.

Cela fait 129 ans que je vis ici, j’y suis
né, rendez-vous compte. »

« J’en suis consciente, mais vous aurez des
compensations, Vlad et moi avons enregistré cet
environnement, si vous le souhaitez, nous pourrons
vous affecter une partie de notre sous-sol que
nous reproduirons à l’identique, par
ailleurs, nous disposons de deux excellents
restaurants au Palais, dans lequel vit un
certain nombre de personnes, vous pourrez y
faire d’intéressantes rencontres, et vous pourrez
même aller dans le parc, chez le nouveau
Vassiliev, par exemple, pas de souci
d’identité, nous prévoyons encore d’autres
choses pour vous, croyez-moi, vous ne perdrez
pas au change. »

Vlad: « Ca, je peux le confirmer, bon, il va être
temps de nous tenir tous par les mains, c’est une
question de secondes. »

Les quatorze créatures disparurent d’un coup
pour réapparaître chez Cardoso, ce dernier:

« Waow ! C’est impressionnant. »

L’un de ses assistants:

« En effet, Professeur, nous ne sommes pas près de
revoir cela. »

Zerra: « Bon, Emio, l’emplacement provisoire qui
doit recueillir le Professeur Yuri, est-il prêt ? »

Cardoso: «Tout à fait, Votre Majesté, Professeur
Yuri, je suis ravi de faire votre connaissance, soyez
le bienvenu. »

« Merci Emio, appelez-moi Yuri, content de vous
connaître, je pense que nous allons faire une
bonne équipe, surtout avec mes androïdes, qui sont
de sacrés clients. »

Cardoso: « J’en ai entendu parler, ils sont aussi
grands que Monsieur Vlad, impressionnant, je ne
connais pas leur nom, mais je les salue. »

Akim: « A notre tour, nous vous saluons tous, Emio
Cardoso. »

Zerra: « Vous aurez tout le temps de faire
connaissance, Emio, vous allez servir de guide à
Yuri et faire en sorte qu’il puisse s’installer, du
moins provisoirement, car j’ai d’autres projets
pour lui, nous en reparlerons à la réunion de
demain matin. »  

Le lendemain matin à 10 heures, dans la grande
salle de réunion du Palais:

Zerra: « Bien, je vois que tout le monde est là, alors
nous allons pouvoir procéder, pour
Yuri, commençons par les présentations, devant
moi, de gauche à droite, nous avons:

Emio Cardoso 58 ans Ministre des recherches
scientifiques

Genio Martillo, 54 ans Ministre des recherches
médicales

Agna Barrano 57 ans Ministre des affaires
sociales

Cortina Partillo  62 ans Ministre de la Défense

Berta Magnano  72 ans Ministre de la
Construction

A ma droite, Vlad Tcherkassov, 22 ans:

Passe de Ministre d’Etat à Premier Ministre et
devient le Chef de ce gouvernement.

A ma droite, Le Professeur Yuri Maslov, 129
ans, votre nouveau confrère que je nomme au
rang de Ministre de la Production.

Nous serons désormais 8 personnes à connaître
les arcanes du fonctionnement de notre
société, oui, je vois qu’à l’écoute de l’âge de
Yuri, certaines et certains d’entre vous sont
surpris, il est loin de les paraître, mais c’est un
scientifique de haut vol qui a également découvert
un moyen de prolonger sa vie, et c’est grâce à lui
que Vlad est parmi nous. » 

Les Ministres présents bénéficiaient d’un premier
traitement qui leur permettait de vivre durant
deux siècles sans vieillir, mais ils ne connaissaient
pas le second traitement de la Reine qui lui
permettait de vivre plus de 2000 ans, seul
Martillo le connaissait et le gardait secret.

Pour la gouverne de Yuri, Zerra fit une synthèse
sur la manière dont la société était constituée, il
apprit alors qu’il n’y avait pas de chômage et que
les gens vivaient à peu près un siècle, la monnaie
n’avait également pas cours, donc pas de taxes
ni d’impôts alors que les gens du peuple avaient
tout ce dont-ils avaient besoin, y compris les soins
médicaux, par rapport aux sociétés
terriennes, l’avancée n’était pas négligeable, les
exactions étaient peu fréquentes, les militaires
et la police n’existaient pas, mais la Ministre des
affaires sociales disposait d’une équipe apte à
régler tous les problèmes.

La Reine écouta les rapports des
Ministres, chacun concernant leur
discipline, les scientifiques et autres médicaux
restant volontairement vagues.

La réunion prit fin, et Zerra retint Yuri, Vlad et
Cardoso.

« Bon, à partir de maintenant, nous serons
quatre à connaître les secrets des cristaux, Vlad
les connaît déjà, pour Yuri, cela ne va pas
tarder, il pourra s’il le veut, travailler en
collaboration avec Emio, ou poursuivre des
recherches en parallèle, il aura son domaine, la
Production n’est pas un titre vraiment
adapté, mais il en fallait un.

Emio, où en sont les travaux pour le nouveau
domaine de Yuri ? »

« Cela avance bien, Votre Majesté, nous
pourrons reproduire à l’identique la première
zone de son ancien site d’après vos
vidéos, normalement, après demain soir, Yuri
reconnaîtra son décor. »

« Bien, pour le moment, Yuri, venez avec
nous, pendant trois jours, vous serez logé dans
l’ancienne chambre de Vlad, elle est très
confortable, avec un ordinateur qui vous
permettra de compléter vos connaissances, pas
de codes secrets d’accès, cette pièce fait
directement partie de mon domaine, vous
pourrez descendre au sous-sol et voir vos
androïdes autant que vous le voudrez, une
chose que vous devez comprendre en ce qui les
concerne, les androïdes n’existaient pas chez
nous jusqu’à présent, vu la taille et l’aspect des
vôtres, même dans le parc, une sortie risquerait
de faire désordre car nombre de mes sujets y
circulent, cette précaution n’est que
momentanée, car nous trouverons une solution.

Tout à l’heure vous dînerez avec nous au
restaurant principal qui est excellent, nous
allons vous montrer où il se trouve, soyez y
dans trois heures, vers 19 heures, de votre
chambre, comme vous le verrez, le parcours
prend 5 minutes. »

Zerra et Vlad laissèrent Yuri s’organiser et
regagnèrent le salon privé de la Reine, cette
dernière:

« Bon, Vlad chéri, alors plusieurs choses:

- D’abord, un petit kagzan ne pourra nous faire
que du bien.

- Ensuite, comme tu le sais, les cristaux sont dans
une salle secrète, dans le domaine d’Emio, et
seuls, lui, toi et moi savent comment y
accéder, Yuri pourra y accéder à son tour, mais
en un premier temps, seulement avec Emio, qui
lui enseignera les secrets qu’il connait, seuls toi
et moi connaissons toutes les possibilités des
cristaux, tu comprendras que pour des raisons de
sécurité, je ne connais pas encore assez Yuri
pour une totale confiance.

Par contre, Emio est fiable, on pourra lui faire
administrer le traitement de 2000 ans, pour Yuri
qui a déjà 1300 ans de rabe, attendons, ne serait-ce
que parce que le nouveau traitement, certainement
différent du sien, peut ne pas lui être compatible.

- Enfin, lorsqu’il sera dans son nouveau
décor, Yuri pourra s’occuper à plein, tout
reviendra dans l’ordre. »

« Pas sûr, chérie, si pour le kagzan je suis
partant, pour Yuri, c’est un peu plus
compliqué, à partir du moment où l’on ne se
sert plus des portes dimensionnelles, il se
pourrait qu’il ne sache pas trop quoi faire.

Ensuite, si les androïdes connaissent la
manipulation des cristaux, je les sais capables de
trouver d’autres secrets que nous ne connaissons
pas encore, ils ont deux avantages, ils sont très
intelligents et immortels, et même un troisième, ils
ne dorment jamais et peuvent travailler 24h/24.

Bon, bien sûr, un mauvais usage n’est pas à
craindre, mais il faut quand même tenir compte
des particularités de cette nouvelle situation. »

« Tout à fait d’accord avec toi, mon chéri, et j’y
ai déjà pensé, pour Yuri, ça ne sera pas si
compliqué, je mise sur la forte probabilité qu’il
fasse une rencontre qui lui plaise, et comme en
plus, lui pourra sortir sans risque, j’ai vu que
c’était aussi un sportif, pas de ton niveau bien
sûr, mais suffisamment pour l’occuper, non, à la
limite, ses androïdes sont susceptibles de
m’amener davantage à réfléchir. »

« Pour eux, je ne me fais pas de souci, ils vont
d’abord se mettre à creuser du sous-sol pour voir
s’il peuvent trouver et étudier de nouveaux
composants, à des fins scientifiques et
médicales, ils ne connaissent pas l’ennui, et sont
toujours occupés à quelque chose, enfin, ils
obéissent rigoureusement aux ordres, ils savent
que nous sommes leurs créateurs et nous en
seront éternellement reconnaissants, si on a le
facteur chance, ils peuvent nous rendre
immortels, voir invulnérables par des découvertes
scientifiques, et puis je pense que le peuple finira
bien par les admettre, même si sortir ne fait pas
partie de leurs priorités. »

« Oui, ce que tu dis me paraît logique, nos
précautions peuvent très bien n’avoir qu’un
temps, par la suite, on pourra toujours prévoir
une autre organisation. »   
  
Des années passèrent, puis des décennies, un
jour, en 2252 en temps terrestre, alors que Vlad
avait 86 ans, Zerra, 133 ans, et Yuri, 193 ans, Akim
leur avait demandé de venir dans la zone sous-sol
de Yuri pour leur dire:

« Je crois avoir une excellente nouvelle à vous
annoncer, l’équipe médicale composée de
Lev, Melor, Nazar et Piotr ont trouvé une substance
susceptible de mettre en quarantaine le groupe
de cellules anarchiques dont vous êtes
composés, après avoir pris le temps de bien
l’analyser pour savoir si des effets secondaires
étaient à craindre, connaissant parfaitement
l’organisme humain, ils s’aperçurent que ce n’était
pas le cas, ils en on fait un extrait qu’ils ont intégré
dans un liquide qui aurait le goût d’une soupe
de cresson.

Autrement dit, si vous consommez cette
soupe, vous deviendrez immortels comme nous. »

Tous trois se regardèrent et après un court moment
de stupéfaction, eurent un large sourire, Yuri:

« Enfin, le but est atteint. »

Zerra: « Chapeau ! Tu as une équipe de
champions, Yuri, ils sont bien supérieurs
aux humains. »

Ark: « Supérieurs, peut-être pas, mais
différents, oui, nous n’oublions jamais que ce sont
vous, les humains, qui nous avez donné la vie, j’ai
peut-être une autre bonne nouvelle à vous
annoncer, mais je préfère que ce soit Gurvan qui le
fasse, car c’est sa théorie. »

Gurvan: « Une théorie qui, je le crois, est une
certitude, nous avons constitué quelques
cristaux, qui ne seront peut-être pas les
bons, à voir, mais nous pensons que si
nous, nous ne pouvons pas influencer
mentalement des cristaux pour leur faire
créer quelque chose, des humains doivent
pouvoir le faire, il se pourrait qu’il faille
procéder à des essais sur les cristaux qui
sont chez Cardoso, d’après mes calculs, les
chances de réussite sont de 82%. »

Vlad: « 82% ! Sacrée possibilité, si elle se
réalise, fini les processus complexes d’action, on
pourra créer ce qu’on veut beaucoup plus
facilement , alors ça, c’est de la dynamite. »

Zerra: « Oui, cela signifierait un contrôle intégral
de la planète, nous serions en quelque sorte
des dieux. »

Yuri: « Cela dépasse mes plus folles
espérances, mais nos amis androïdes ne sont
plus uniquement mon équipe, mais aussi la vôtre. »

Vlad: « Bon, eh bien allons nous prendre une
soupe de cresson, on verra le reste plus tard, j’ai
idée qu’on va faire une sacrée fête. »

Depuis une trentaine d’années, la Reine n’était
plus la seule gouvernante de la planète, avec
Vlad et Yuri, ils se tutoyaient, et formaient un
triumvirat, ou peut-être un quatuor, Yuri avait
désormais une femme, très jolie brune, 1.70m, âgée
de 45 ans, qui s’appelait Lorana Soverini, et occupait
une fonction de responsable archives dans le Palais.

Elle n’était pas Ministre, mais n’hésitait pas à
donner son avis sur toute question importante, et
c‘était généralement du lourd, elle n’aimait pas
trop aller aux sous-sols, l’aspect scientifique des
choses n’était pas ce qu’elle préférait, elle était
avant tout une littéraire, et laissait volontiers
aux spécialistes tout ce qui sortait de ses
compétences.

Dès le lendemain, Vlad, Yuri et Zerra se rendirent
chez Cardoso, dans la salle des cristaux, ils en
prirent quelques uns qu’ils mirent sur une
table, puis chacun se concentra sur quelques
uns, au bout d’une heure d’efforts de
concentration, ils n’obtinrent aucun résultat, et
décidèrent de recommencer le lendemain, au
bout d’une semaine, ce fut Vlad qui le
premier, réussit à créer une bague en or.

« Regardez ! Ca y est, je crois savoir comment il
faut faire, il ne faut pas se borner à se
concentrer uniquement sur ce qu’on veut
créer, l’image mentale est, bien
sûr, indispensable, mais il faut se sentir créer, un
peu comme si on sortait de nous-mêmes et 
que l’on se regardait en train de créer, voyez-vous
ce que je veux dire ? »

Zerra: « Très bien, essayons. »

Yuri: « Oui, ça me rappelle quelque chose, mais
peu importe, allons y. »

Quelques minutes plus tard, un bout de papier, un
morceau de fer, des cuillères et fourchettes, et
même un autre cristal étaient apparus sur la Table.

Vlad: « Gurvan ne s’est pas trompé, on a du boulot. »

Zerra: « Oui, mais là, je break, et pense à un petit
kagzan, voire à plusieurs. »

Yuri: « J’accompagne, mais évitons de mettre
Lorana dans le coup, voyez ce que je veux dire. »

Et tous trois de rire.       
 
Plus tard, au cours du déjeuner, Yuri:

« La Terre ne te manque pas, Vlad ? »

« Pas du tout, j’ignore ce qu’elle devient, et je m’en
fiche, sur cette planète, il y a environ 200 millions
de péquins dont quelques millions de sauvages
et quelques dizaines de millions de moyen âgeux
qui nous foutent une paix royale, nous, dans ce
super Palais, on fait ce qu’on veut, tout baigne, que
veux-tu de plus ? »

Vlad avait changé, cela n’échappa pas à Yuri et à
Zerra qui se jetèrent un coup d’œil complice.

-----***-----
 

 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:28 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com