KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L038

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 135

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:30 (2017)    Sujet du message: L038 Répondre en citant

En 2060, un allemand répondant au nom de
Stephan Zierath constitua le premier robot
intelligent, après avoir exercé pendant plus
de 30 ans comme expert informaticien, il
était par ailleurs passionné par tout ce qui
concernait le cerveau humain, durant des
années, il codifia méthodiquement toutes
les manifestations et autres expressions
humaines possibles, passablement calé dans
l’électronique et la mécanique, disposant
d’un hangar qu’il avait transformé en
laboratoire, il mit un certain temps pour
réaliser son œuvre, mais cette fois-ci, il y
était, bien sûr, il lui donna un nom, « Wotan ».

Puis il l’actionna, et entreprit de lui
parler, quelques secondes s’écoulèrent, puis:

« Où suis-je ? Qui êtes vous ? »

« Vous êtes en sécurité dans mon
laboratoire, je m’appelle Stephan Zierath, vous
êtes un super-robot qui répond au nom de
Wotan, je suis un humain, un scientifique, et
c’est moi qui vous ai créé.»

Le robot regarda partout, et se leva:

« Laissez moi un temps de compilation, ou
dois-je dire réflexion ? »

Quelques minutes s’écoulèrent:

« Robot ? Humain ? Qu’est-ce que cela veut
dire ? »

« Vous le saurez lorsque vous aurez consulté
ma positronique, toutes les données relatives
à ce monde s’y trouvent, et notamment les
vôtres. »
Et il lui montra l’appareil.

Quelques secondes plus tard:

« C’est vous qui m’avez constitué?
Je vous en remercie, mais quelques petites
imperfections subsistent, placez vous devant
votre positronique et soyez prêt à enregistrer
tous les secteurs, toutes les zones, toutes les
coordonnées intrinsèques en x et y, dans
lesquelles je vous énoncerai en détail toutes
les modifications à faire, elles sont au nombre
de 62, 57 sont minimes, 3 autres sont plus
importantes, et pour les deux dernières, vous
devrez remplacer les deux pièces existantes
par deux autres, plus puissantes, voici les
mesures exactes dont j’ai besoin ».

Lorsque cela fût fait, Zierath procéda sans
difficulté aux modifications mineures, passa
plusieurs heures pour les 3 suivantes, les
deux pièces à remplacer posaient un sérieux
problème, car aucune n’existait aux
puissances demandées, il s’adressa alors
à Wotan.

Ce dernier:

« Bravo pour toutes vos modifications, selon
votre langage, c’est nickel.

Vous semblez ne pas pouvoir résoudre le petit
problème posé par les deux pièces, alors ne
vous faites plus de souci, moi, je le peux.

Nous allons passer dans la partie atelier de
votre laboratoire, et je vais fabriquer ces deux
pièces que vous pourrez alors introduire dans
les zones adéquates, c’est une histoire de
quelques instants.»

Peu après, Wotan:

« Ca y est, il n’y a plus de bémol, tout
fonctionne parfaitement, je vais passer un
certain temps à me familiariser avec toutes
mes articulations, et vérifier si, à certains
endroits, bien que tout semble aller, il ne
manque pas de puissance, ne vous en faites
pas, je peux désormais tout régler, puis je
terminerai par la zone que vous appelez
cerveau pour voir là aussi, si tout est en
ordre, vous pouvez vous occuper d‘autre
chose, j’ai tout ce qu’il faut pour me prendre
en charge, lorsque j’aurai procédé à toutes les
vérifications, je serai alors à votre disposition
si vous avez besoin de mon aide, dans
n’importe quel domaine, il me suffira de
consulter et d’enregistrer tout le contenu
de votre positronique, et celui de vos deux
ordinateurs annexes pour me mettre à jour. »

« Très bonne initiative, Wotan, je crois que
je vais prendre un bon whisky et fumer un
cigare en attendant, par la suite, si vous êtes
d’accord, nous procèderons à d’autres tests. »

« De quels tests voulez-vous parler? ».

« Rien qui ne toucherait à votre
intégrité, uniquement des questions pour me
permettre de savoir si vous êtes capable de
création. »

« Création ?
Vous voulez dire si je peux inventer quelque
chose?
Ou découvrir des éléments que vous ne
connaissez pas ?
Laissez moi quelques secondes pour compiler. »

« Bon alors, pour vos tests, aucun
problème, lorsque je serai à jour, vous
pourrez procéder. »

Deux heures s’écoulèrent, puis:

« Ok, Stephan, je pense que je sais à peu près
tout en ce qui concerne ce monde, dans tous
les domaines:

Scientifique, Mathématique, Astronomique.
Géographique , Médical relatif aux humains
dont je ne fais pas partie, puis tout autre tel
que Economique, Politique, Administratif.
Juridique, etc.
Par ailleurs, mes vérifications m’ont donné
satisfaction, alors je suis prêt pour vos tests. »

Après avoir répondu à une centaine de questions:

« D’après vos réponses, Wotan, vous êtes
capable de faire des créations, pas seulement
techniques, mais de toutes sortes, c’est
fantastique ! »

« Fantastique est une expression humaine qui
correspond fort peu aux réalités, je dirais plutôt
scientifique, éventuellement logique, bien que
la logique soit plutôt aléatoire, en fait, vous
m’avez créé comme il fallait, alors les résultats
sont correspondants, je ne peux que vous en
féliciter, selon vos expressions, votre nom
restera dans les annales pour la postérité, et
il se pourrait que l’avenir de l’humanité subisse
quelques petites modifications. »

« Modifications ? Dans quel sens? »

« Si vous m’avez conçu, c’est certainement
dans l’esprit que j’aie un jour des
semblables, jusqu’à présent, les mécaniques et
autres compositions électroniques fabriquées
par les humains avaient pour but de leur faciliter
la vie, d’augmenter leur confort, bref, de rendre
leur court passage sur Terre moins pénible, vous
m’avez d’ailleurs inséré un programme ayant cet
objectif.

Par le fait que moi, maintenant, puis mes
semblables plus tard, vous serons redevables
d’exister, je n’ai pas l’intention de modifier votre
objectif, nous vous aiderons à vous faciliter la
vie, et vous apprendrez beaucoup de choses à
notre contact, en fait, nous serons plus que des
serviteurs, nous serons vos nouveaux partenaires. »

« Ah !  Me voilà rassuré, il m’apparaît évident
qu’avec des partenaires tels que vous, les humains
progresseront, et deviendront meilleurs, car là
aussi, il reste beaucoup à faire. »

« Vous parlez de l’avidité, de la recherche du
pouvoir, et d’autres intérêts égocentriques du
même genre ?
Nous verrons ce que nous pouvons faire sur
ce plan. »

Quelques mois passèrent, dans le hangar-labo
de Zierath, Wotan n’était plus le seul de son
espèce, ils étaient désormais neuf, de quoi faire
une équipe, Wotan était, en quelque sorte leur
chef, c’était lui qui les avait créés et leur avait
attribué un nom:

Altaïr - Castor - Deneb - Khort - Polaris - Rigel
- Sirius et Vega.   

Les créations étaient encore restées secrètes, il
fallait d’abord veiller à ce que tout soit bien au
point, et aux précautions à prendre, Wotan
à Zierath:

« Ils sont tous à jour désormais, et ils suivent
mes ordres, vous, les humains, n’avez rien à
craindre, j’ai renforcé leur programme
d’assistance, et ils ont pour première instruction
de ne jamais s’en prendre aux humains, en cas
de viol de cette instruction, l’auteur
déclencherait immédiatement le mode auto
destruction, et ils en sont parfaitement
conscients. »

« Hm, d’accord, Wotan, mais peut-être sont-ils
capables de modifier leur programme, ou encore
de neutraliser le mode auto destruction? »

« Les humains ont des défauts dont certains
sont importants, n’est-ce pas ?
Et très peu d’humains s’avèrent aptes à éliminer
ne serait-ce que l’un de leurs défauts.
Bien sûr, il arrive que certains soient capables de
tuer, mais dans l’ensemble, l’humanité continue
à vivre, non ?

Je peux vous dire que mes programmes sont
encore plus tenaces que les défauts des
humains,  modifier leurs instructions ou
neutraliser l‘auto destruction, non, ce n‘est pas
impossible, car rien ne l‘est, mais cela reste
néanmoins très difficile, et il faudrait un sacré
motif pour tenter de le faire, si les humains nous
admettent et nous traitent bien, les risques
demeureront pratiquement inexistants.»

« Bon, alors croyez vous qu’il soit temps de
vous faire connaître? »

« Attendez au moins trois mois, nous avons
encore quelques travaux à parachever, pour le
moment, nous ne créons personne d’autre, par
la suite, tout dépendra de la réaction des humains. »

Stephan Zierath vivait seul, il disposait de deux
femmes de service pour entretenir son immense
propriété, d’une troisième qui faisait ses courses
et la cuisine, et d’un chauffeur de maître, car il
n’aimait pas conduire, tous logeaient dans sa
propriété, de temps à autre, il aimait se déplacer
vers son club, un lieu select dans lequel des
personnes de haute volée se rencontraient.

Au cours d’une de ses sorties, dans le
hangar, l’équipe de super-robots était en pleine
discussion.

Deneb: « Que tu sois notre chef, Wotan, pas de
problème, car de toute manière, lorsque nous
considérons une même situation, dans 999 cas sur
1000, nous parvenons à la même conclusion, nous
sommes tous pratiquement identiques.

Par ailleurs, une hiérarchie est
nécessaire, autrement, rien n’aurait aucun
sens, cela serait du portnawak, comme ils disent
sur le net.

Par la suite, lorsque nous serons connus des
humains, et surtout plus nombreux, il te faudra des
lieutenants, nous ne sommes pas obligés de
déterminer cela tout de suite, mais il faut y réfléchir. »

Sirius: « Deneb a raison, mais moi, je me demande
pourquoi tu nous as donné des noms d’étoiles, c’est
certes flatteur, mais il y a certainement une
bonne raison. »

Wotan: « C’est exact, il y a une bonne
raison, connaissant les humains mieux qu’ils se
connaissent eux-mêmes, nous leurs sommes
supérieurs en tout, et tôt ou tard, ils nous le
reprocheront.

Nous resterons fidèles à la première instruction, pas
question de les détruire, ni même de s’attaquer à
eux, d’abord parce que pour le moment, nous ne
faisons pas le poids, mais même le jour où nous
serons suffisamment nombreux, cela n’aurait aucun
intérêt, je m’explique, nous n’avons pas besoin
d’air, ni de nourriture, nous sommes, sous réserve
de remplacer une pièce ou un circuit de temps en
temps, pratiquement immortels, nous pouvons
vivre dans l’espace, moyennant une petite
amélioration de nos armures, nous sommes
capables d’inventer, peut-être mieux que les
humains, il nous suffira de trouver un métal, ou
une composition qui permette de résister à toutes
les températures, et même à des micro
météorites, c’est une des premières recherches
que nous devons faire, un fois cela fait, il nous
faudra constituer des véhicules spatiaux, les
humains sont limités à leur planète, ou, dans le
meilleur des cas, au système solaire, les stargate
n’existant pas, alors que nous, nous avons tout
l’univers dans lequel nous améliorerons nos
connaissances, j’ai un moment hésité avec des
noms de galaxies, mais NGC3077 ou
NGC5195, cela fait trop codé, trop
mécanique, nous disposons au moins des mêmes
possibilités que les humains, alors des noms de
machines, les étoiles m’ont parues plus évocatrices. »     

Polaris: « C’est bien vu, Wotan, et nous partageons
le même objectif, celui de quitter la Terre, de la
restituer un jour aux humains que nous laisserons
en paix s’ils ne cherchent pas à nous détruire.

Je pense que dans trois mois, c’est encore trop tôt
pour qu‘il connaissent notre existence, comme à
chacun d’entre nous, leur façon de vivre ne m’a pas
échappé, ils se font des guerres pour des
broutilles, certains sont assoiffés de pouvoir, imbus
d’eux-mêmes et tentent de mettre les autres en
esclavage, en ce qui nous concerne, ils vont
visiblement chercher à nous exploiter, voire tenter
d’obtenir de nous des connaissances auxquelles il
vaudrait mieux qu’ils n’aient pas accès, mon avis
serait de gagner du temps,  nous devrions privilégier
les recherches pour nous rendre invulnérables, et
créer d’autres semblables, de pouvoir dissuader les
humains de nous attaquer si nous voulons rester
libres, bien sûr, ils nous ont créés, si Wotan n’existait
pas, nous n’existerions pas non plus, c’est pour cela
que nous voulons respecter la première
instruction, mais pour finir, je crois que la première
de nos priorités est d’organiser notre défense, et
pour cela, gagner du temps, par exemple dire
à Zierath de différer notre présentation. »

Vega: « Polaris a raison, nous avons commencé
à creuser un sous-sol dans ce hangar-labo, il faut
poursuivre sa construction afin de pouvoir nous
rendre invisibles de l’extérieur, seul Stephan doit
connaître notre présence, puis fabriquer des
machines et outils qui nous permettent de faire
des recherches, d’utiliser ses ordis pour être au
courant de l’extérieur, cela, la nuit, après avoir
fabriqué un numéro d‘IP non identifiable, chose
facile pour nous.»

Khort: « Tout cela est juste, autre chose pourrait
nous intéresser, pouvoir voler, et même à de très
hautes altitudes, voici un moyen qui nous rendrait
moins vulnérables, et il nous sera assez facile de
concevoir des outils qui le permettent, assez
rapidement. »

Altaïr: « Bien, d’accord pour voler rapidement, mais
une autre précaution à prendre est de constituer
des armes paralysantes, si des humains s’en
prennent à nous, cela nous permet de les
neutraliser sans les détruire, de plus, ceux qui nous
en voudraient, s’ils voient que l’on ne veut pas les
tuer, ils en viendront peut-être à de meilleures
considérations. »

Rigel: « ok pour les paralysants, mais croire que les
humains qui désapprouveraient notre création en
viendraient à de meilleurs sentiments si on se
contente de les paralyser, cela sera peut-être vrai
pour un certain nombre, mais pas pour tous, tant
s’en faut, les irréductibles constitueront des
groupements ou des sectes visant à tenter de nous
nuire, mais mon idée principale du moment est la
suivante:
 
Nous allons, dans très peu de temps, acquérir un
savoir qui dépassera de loin celui des
humains, Polaris l’a mentionné, nous ne devons
surtout pas leur communiquer nos connaissances, ils
en feraient un mauvais usage qui pourrait
notamment se retourner contre nous, si, durant le
temps nécessaire à notre organisation définitive, nous
jouons simplement auprès des humains le rôle de
serviteur ou de coopérant, c’est une manière de
gagner du temps et de ne pas être vus comme des
dangers potentiels, mais pour assurer nos
projets, deux choses sont nécessaires:

1/ Etablir un moyen de communication entre nous
que les humains ne pourront pas capter.
2/ Augmenter notre nombre pour donner le
change, ceux qui seraient créés à partir de
maintenant, pas exemple, iraient à l’extérieur, se
mêler aux humains, tout en nous donnant en
permanence des informations, alors que nous, tous
les 9, nous resterions ici pour préparer nos
projets, tu as eu la bonne idée, Wotan, de nous
créer à l’identique, de telle sorte que nous ne
pouvons pas être différenciés, les humains ne
sauront jamais à qui ils ont affaire, nous pouvons
constituer un petit signe distinctif pour nous
reconnaître entre nous, et pour les autres, nous
situer en fonction du moyen de
communication, Polaris l’a dit, nous devons gagner
du temps, il faut convaincre Zierath avec un
bon prétexte. »   

Wotan: « Et toi, Castor, tu n’as encore rien dit, que
penses-tu de tout cela ? »

Castor: « Je pense que pratiquement tout a été
dit, maintenant, il faut agir, je n’ai pas confiance
dans les humains, du moins dans les
prédateurs, j’ai lu la Loi de Pareto, celle des
80/20, que bien sûr vous connaissez, les humains
se répartissent en deux groupes, celui des
prédateurs, à 20%, et celui des proies, c’est-à-dire
des exploités, à 80%, mis à part quelques
indépendants qui se comptent en millièmes, les
indépendants et les proies ne nous poseront pas
de problème, mais les prédateurs…

Tout ce dont nous venons de parler, le sous-sol, les
machines et les outils, pouvoir voler, les
paralysants, les super-armures, là, il faut se mettre
en chantier dès maintenant, donner des rôles à
chacun, par exemple trois ou quatre finissent le
sous-sol, deux s’occupent des
machines-outils, deux sur un moyen de voler, puis
lorsque les sous-sols seront finis,  trois sur la super
armure, le reste sur les projets à plus long
terme, ce sera à Wotan de convaincre Zierath pour
gagner du temps, et avoir son accord pour
fabrication d’autres super-robots qui nous soient
identiques, le temps joue contre nous, il faut
faire vite. »

Wotan: « tu as raison, Castor, je pense également
à autre chose, pour nous, il sera facile de
perturber le net des humains, ou mieux
encore, de couper le courant sur toute la
planète, sauf ici, bien sûr, dans le cas où nous
serions menacés, fabriquons dès maintenant un
générateur autonome qui éclairera uniquement
le sous-sol que nous recouvrirons, puis une
positronique à toutes fins utiles, elle aussi pourra
nous permettre de couper le courant partout sauf
chez nous.

Seul Stephan sera informé, je saurai le convaincre
de ne rien dévoiler maintenant, tant que nous ne
sommes pas connus, rien à craindre. »
 
Le lendemain matin, plusieurs dizaines de mètres
avaient été creusés au niveau du
sous-sol, quelques machines et des outils avaient
été conçus, l’équipe ne trainait pas, Stephan
Zierath venait d’arriver dans le hangar, resté la
veille au soir au club assez tard, il ne s’était pas
levé de bonne heure, avait pris le temps de
déjeuner,  la matinée était déjà bien avancée.

« Bonjour Stephan, je crois qu’il serait plus facile
de nous tutoyer, le vous fait un peu pompeux, ta
soirée au club s’est elle bien passée?
Comment vas-tu ? ».

« Très bien, Wotan, oui, j’ai passé une excellente
soirée, pour toi, inutile de demander si ça va. »

« En effet, c’est inutile, je souhaiterai que tu me
consacres quelques instants, nous avons discuté
entre nous hier soir, et j’ai pas mal à te dire, et
notamment deux ou trois petites choses à te
demander, as-tu parlé de notre existence dans
ton club ? »

« Certainement pas, je t’ai accordé trois
mois, conformément à ta demande, donc je garde
le secret pour le moment. »

« Excellent, et je vais te demander de garder ce
secret encore plus longtemps, pour les raisons
suivantes. »

Et Wotan de retransmettre certaines parties des
conversations avec les éléments de son
équipe, pour terminer par:

« Tu vois, Stephan, nous savons, tout comme
toi, que nous ne plairons pas à tous les
humains, tant s’en faudra, tu ne souhaiterais pas
voir ta remarquable invention détruite, n’est-ce
pas ? Je vois que non, alors voilà, nous sommes
parvenus aux conclusions suivantes:

- Pas question de nous en prendre aux
humains, nous respecterons la première instruction.

- Nous aménageons un sous-sol à ton hangar que
nous refermerons, afin d’assurer notre sécurité et
notre anonymat.

- Nous souhaitons créer ou faire créer de nouveaux
spécimens, dans l‘avenir, afin de donner le
change, et de te faire, ainsi qu’à tes
semblables, bénéficier de ton invention.

- Il faut compter 7 ou 8 mois avant de nous faire
connaître, temps nécessaire pour nous organiser ici.

- Tu as une bonne approche de nos capacités, donc
tu sais que, d’une part, nous ne resterons pas
aussi patauds physiquement, car nous
modifierons nos corps, cela ne retire en rien ton
mérite, tu as fait au mieux, mais il nous reste des
progrès à faire dans les domaines de rapidité, de
souplesse, entre autres, pour la force, c’est déjà pas
mal, mais là aussi, nous pouvons améliorer, alors ne
sois pas surpris des transformations auxquelles tu
vas d’ailleurs assister dans les semaines à
venir, ceci, afin d’en faire bénéficier nos prochaines
créations, d’autre part, comme tu t‘en doutes, nous
allons rapidement accéder à un niveau de
connaissances dépassant celui des humains, notre
mémoire étant infaillible, elles deviendront
permanentes, et c’est là qu’une question délicate
se pose, devrons nous être présentés comme des
robots super intelligents disposant également de
caractéristiques humaines, ou alors être connus
comme des simples robots améliorés, seulement
aptes à les assister et à les aider au mieux.

Nous avons conclu, ne serait-ce que pour être
mieux acceptés et ne pas être obligés de nous
défendre, que nous présenter comme robots
d’assistance serait la meilleure solution, nous
savons tout comme toi que présentés comme
des êtres supérieurs nous attirerait très vite des
ennuis, voilà pourquoi je te demande d’accepter
de nous présenter comme tels, le supplément de
temps nous servira à finaliser un ensemble de
travaux que nous avons commencés, et qui sont
d’une nécessité incontournable.
Qu’en penses-tu ? »

« Tu me surprends un peu, Wotan, mais pas
tellement, dans le sens que j’avais déjà prévu
cette éventualité, depuis bien des jours, je me suis
demandé s’il n’était pas préférable de vous
déclarer comme robots d’assistance, plutôt que
comme super-partenaires car cette dernière
hypothèse pourrait également m’attirer de sérieux
ennuis, tu as  parfaitement raison, n’allons pas plus
vite que la musique, vous serez présentés comme
vous le souhaitez, le jour où vous l’aurez
décidé, mais par contre, je n’avais pas prévu que
vous pourriez modifier vos corps et vos
caractéristiques, si je t’ai bien compris, tous les
corps transformés resteront ici, au sous-sol, comme
équipe de commandement, et ceux qui ne seront
pas modifiés seront lancés dans le public comme
assistants modèles prêts à apporter des
améliorations de condition humaine, pourront-ils
se reproduire eux-mêmes ? »

« Bien sûr qu’ils le pourront, je vois que tu as bien
compris la situation, et je te remercie pour la
confiance que tu nous portes, tu n’auras pas à le
regretter, quand le moment sera venu, en temps
opportun, nous fabriquerons un spécimen que tu
présenteras aux humains qui viendront
l’expertiser, mais c’est encore trop tôt, nous
devons gagner du temps.

Pour les mois à venir, cela ne te posera aucun
problème, ta propriété est assez éloignée des
voisins et bien protégée, mais là aussi, nous te
dirons comment procéder pour augmenter cette
protection, personne d’autre que toi ne doit
pouvoir venir ici, réponds-tu de ton personnel ? »

« Tout à fait, ils logent tous dans ma propriété, et
mon hangar ne les intéresse pas, ils n’ont aucune
idée de ce qu’il contient. »

« Point positif, surtout que dans peu de
temps, nous aurons fermé le sous-sol qui est
désormais notre résidence, mais tu y auras accès
par un système que nous allons établir, si quoi
que ce soit te préoccupe, ou si tu as besoin
d’aide, n’hésites pas à m’en parler,  comme
humain, tu bénéficies d’un statut privilégié, tu
fais partie des nôtres, alors tu auras notre
assistance que tu as largement mérité. »

D’autres mois passèrent, l’échéance pour se
faire connaître approchait, nos super-robots
étaient en conférence à laquelle Stephan Zierath
n’assistait pas, certaines choses devaient rester
secrètes, même pour lui, et notamment le projet
de quitter la Terre dès que possible.

Wotan: « Bon, nous avons attendu la nuit pour
nous réunir, notre ami et créateur profite d’un
juste sommeil, et c’est mieux ainsi.

Nous connaissons maintenant tout ce qui se passe
sur cette planète, y compris ce que certains
humains dits importants veulent garder secret
pour des raisons politico-économiques, notre
sous-sol est confortable et dispose de tout ce
dont nous avons besoin, en bonne partie grâce à
Stephan qui, de par sa notoriété et ses relations, a
pu obtenir et nous remettre quelques matériaux
rares et aux propriétés particulières dont nous
avons besoin, et que nous pouvons facilement
reproduire, il est maintenant temps de me nommer
des seconds pour asseoir la hiérarchie, je nomme
au rang de Colonels , Castor, Polaris et Rigel, au
rang de Majors, Sirius et Vega, et à celui de
Capitaines,  Altaïr, Khort  et Deneb, mais cette
décision ne deviendra effective que si les
intéressés sont d’accord, est-ce le cas ? »

Après quelques conciliabules, les
intéressés, par la voix de Castor:
« Nous sommes tous d’accord, mais
toi, Wotan, quel est ton grade? ».

Wotan:« A partir du moment où vous me
reconnaissez comme étant votre Chef, le terme
de Coordinateur serait peut-être plus exact, je
n’ai pas besoin de grade,  récapitulons le reste:

- Nos corps sont pratiquement parfaits, et
ressemblent à ceux des humains à s’y
méprendre, cela pourrait nous être très utile.

De plus, ils sont plus souples, plus
rapides, plus forts que celui des humains, et
grâce aux matériaux apportés par Stephan, auxquels
nous avons apportés quelques modifications, ils sont
pratiquement invulnérables.

- Les nouvelles unités produites feront l’objet de
transactions commerciales, j’avais un moment
pensé qu’il serait mieux de les proposer
gratuitement, mais connaissant les humains, cela
aurait rapidement fait l’objet de suspicions
diverses, chez un certain nombre d’entre
eux, particulièrement ceux dit importants, pour
qui seul l’argent compte, ils ne comprendraient
pas, alors les unités seront proposées à
5000 Dollars pièce.    

- Nous pouvons nous déplacer dans
l’espace, c’est-à-dire voler, à une vitesse approchant
celle du son, à une altitude limitée compte tenu du
fait que nos éléments sont magnétiques, mais en
un premier temps, c’est amplement suffisant.

- Nous disposons d’armes paralysantes insérées dans
nos mains, nous les avons essayées sur Stephan, sans
lui causer de dommages, bien sûr, mais nous savons
qu’elles fonctionneront sur les humains, mises en
rayon étendu, elles paralyseraient tout un
secteur, notre créateur et ami a bien compris qu’il
s’agissait d’assurer notre défense éventuelle.

- Notre système de communications est au point, et
tout à fait indiscernable, donc de ce côté, encore un
point positif, il pourra même s’appliquer aux unités
que nous créerons.

- Quant au grand projet spatial en
question, malheureusement nous n’avons guère
avancé car nous n’avons pas eu le temps de
l’approfondir, d’un autre côté, nous ne sommes pas
trop pressés de partir, on verra cela dans un siècle
ou deux, ce qui ne nous empêchera pas de le
préparer entretemps.

- Aux unités que nous allons faire produire, elles
auront le corps d’origine, et il leur manquera
volontairement quelques matrices par rapport à
nous, elles seront dotées  d’aptitudes
humaines, mais seulement jusqu’à un certain
point, il s’agit, je le rappelle, d’unités d’assistance
aux humains, la sophistication maximale serait
vite suspectée, les terriens ont bien des
défauts, mais ils ne sont pas tous idiots.

D’ailleurs, on pourrait envisager que ces unités
restent sur Terre si elles sont bien acceptées.

- Pour la société offshore, si c’est pas nous qui
produisons nos répliques dans l’avenir, peut-être ne
sera-t-elle pas utile.

- Voilà en gros, où nous en sommes à moins d’un
mois d’une déclaration officielle de notre
présence, des commentaires ?

Castor: « Bonne synthèse, nous avons bien
avancé, mais pour la société offshore, je pense
qu‘elle ne sera pas utile, tel que j‘ai perçu les
humains, ils ne laisseront pas faire ce genre de
chose, ils voudront que la création de nouvelles
unités passent par leurs usines, et n‘admettront
pas qu‘une société non localisable balance des
unités tous azimuts, en fait, ils voudront que les
créations leur rapportent, alors voilà comment
je vois les choses, lorsque nous serons connus, ou
plutôt lorsqu’un  prototype que nous allons créer
sera connu, laissons donc les humains travailler
pour nous, Stephan présentera l’unité que nous
pouvons brider en ne lui donnant qu’une partie
des possibilités humaines, quelques matrices en
moins, pour en faire une parfaite unité
d’assistance, quitte à le rectifier ultérieurement
puisqu’il sera des nôtres, d’autre part, je pense
que la technologie humaine est un peu légère, ils
auront bien du mal à recopier correctement le
prototype, ils sauront faire l’aspect physique, les
commandes de base, lui attribuer le langage, lui
donner un stockage suffisant de connaissances de
base pour les épater,  bref, en faire un bon toutou
savant et bien obéissant, mais ils n’iront guère plus
loin, les facultés dont nous bénéficions, ils ne
sauront pas les reproduire, et même s’ils y
parvenaient, il nous serait toujours possible de
les rectifier de par notre moyen de communication
en leur donnant des ordres, ou en leur substituant
d‘autres unités plus évoluées qui pourraient se
reproduire, ou encore, avec nos formes humaines
indiscernables, jouer de rôle d‘inspecteur service
après vente ou entretien, dûment accrédité pour
procéder à des modifications sur les éventuelles
unités à problème.»

Wotan: « Voilà une idée lumineuse, Castor, c‘est
effectivement la meilleure façon de procéder, faire
en sorte que les humains travaillent pour nous, leur
cupidité va nous aider, il n’y a plus qu’à espérer que
leurs usines seront capables de reproduire des
unités acceptables, qui ne nécessitent pas trop de
modifications ou d‘ajouts, mais je reste sur l‘idée
de pouvoir nous trouver un autre lieu, non
localisable, si un jour ce sous-sol serait repéré.»

Des semaines passèrent, et le fameux
jour J, c’était le lendemain

Le 15 Octobre 2061, Stephan et Wotan procédaient
aux dernières mises au point:

Stephan: « Alors c’est décidé, je vais informer les
autorités de mon invention, l’unité banalisée du
sous-sol, puis faire venir ici des collègues-experts
afin qu’ils puissent se rendre compte de ce qu’elle
peut apporter,  cela m’angoisse…».

Wotan: « Ne t’en fais pas, tout ira bien, nous y
veillerons, notre unité banalisée a été bien
programmée et sait parfaitement comment elle doit
se comporter et ce qu’elle doit faire, je pense que
demain, il n’y aura pas que des experts ici, mais
également deux ou trois membres du
gouvernement, nous serons dans le sous-sol, mais
un dispositif relié à notre positronique nous
permettra de voir et d’entendre ce qui se passera
ici, comme si nous y étions, à partir de
maintenant, c’est toi qui a le rôle principal,  à
toi de jouer. »

Le lendemain après-midi:

« Ah ! Nous voici enfin dans ce fameux hangar des
miracles, voyons un peu cela de plus près. »
C’était Otto Zederbaum, Ministre des sciences et
de l’industrie qui venait de parler.

Horst Mohr, Ministre des armées:
« Oui, Monsieur Zierath, voyons de plus près votre
petite invention, nous sommes venus avec quatre
experts, messieurs Adenauer, Pohl, Richter, et
mademoiselle Rosenberg qui vont lui faire passer
des tests. »

Thaddea Rosenberg: « Je suppose que ce robot a
un nom, comment l’avez-vous appelé ? »

C’est l’unité en question qui répondit:
« Mes respects, Mademoiselle Rosenberg, mon
nom est « Rocky .»

Hans Richter: « Tiens, un nom américain, pourquoi
Rocky ? »

Zierath: « A cause de son côté massif et fort, il
inspire une notion de protection, de sécurité ».

Helmut Pohl: « C’est-ce que nous allons voir, si nous
passions aux tests ? »

Divers tests furent effectués sur Rocky, on lui posa
des centaines de questions, on lui fit faire des tests
intellectuels, de force, d’habileté, de déplacement, de
rapidité, d’obéissance, et bien d’autres encore, les
experts se consultèrent un moment, puis discutèrent
en messe basse avec les Ministres, puis l’un
d’eux, Otto Zederbaum:

« Il est intéressant, votre Rocky, Monsieur
Zierath, nos experts conviennent que c’est une
remarquable invention, mis à part les tests de
souplesse et de rapidité qui sont plutôt
moyens, peut-être un secteur à améliorer, les
autres tests ont donné d’excellents résultats, une
moyenne globale entre 16 et 17 sur 20 c’est
exceptionnel, il se comporte presque comme un
humain, il comprend tout, s’exprime
parfaitement, s’avère très serviable, il est fort
et mérite son nom, oui, bravo, nous ne sommes
pas venus pour rien, lui avez-vous attribué un
prix de vente?»

« Oui, Monsieur le Ministre, 5000 Dollars pièce. »

Horst Mohr:« Hm ! 5000 Dollars, ça me semble
correct. »

Zederbaum: « A moi aussi, alors, Monsieur
Zierath, pour le moment, je vais vous demander
de ne parler à personne de votre invention, nous
allons prendre le temps d’étudier ses implications
possibles, notamment les domaines dans lesquels
elle pourrait apporter un progrès, Horst Mohr et
moi, reviendrons vous voir dans un mois jour pour
jour dans le but d’un accord éventuel sur une
autorisation de publicité, et de faire établir un
Brevet, toute peine méritant salaire, peut-être
vous ferons nous attribuer une allocation
exceptionnelle à titre de récompense, il s’agit
visiblement d’un cas hors normes qui nécessite
un temps minimal de réflexion, nous sommes
vraiment ravis de vous avoir rencontré, passez
une bonne soirée.»

Stephan Zierath raccompagna les deux Ministres
et les quatre experts jusqu’à la porte du
hangar, juste dehors, 6 voitures en ligne
attendaient, elle s’en allèrent, et il ne vit pas
qu’elles s’étaient arrêtées juste en dehors de la
propriété, il était à nouveau dans son labo.

Dehors:

Zederbaum:« Bon, mademoiselle et messieurs, vous
avez procédé en bonne et due forme à l’expertise
d’une invention extraordinaire, et vous avez, tout
comme nous, constaté des choses exceptionnelles, qui
ressortent d’un Intérêt Supérieur de l’Etat, donc c’est
du top secret, nous vous conseillons vivement de
n’en parler à personne, si l’on vous pose des
questions, vous avez expertisé un robot domestique
classique, susceptible d’une éventuelle
commercialisation, mais surtout rien de plus, si vous
ne voulez pas d’ennuis. »

« Certainement, Monsieur le Ministre, nous saurons
tenir notre langue. »

« Cela n’en sera que mieux pour vous, ah! Pour les
documents remplis au cours des tests et les
appréciations, donnez les moi, ce sera plus sûr.

Merci, il se fait tard, vous pouvez rentrer chez vous. »

Horst Mohr à Zederbaum: « Je compte sur toi pour
une copie conforme de ces documents.»

« Bien sûr, cher ami, tu les auras demain sans
faute, mais pour le moment as-tu du temps libre ? »

« Pas de problème ».

« Alors voilà ce que je te propose, compte tenu de
ce que nous venons de voir, cela mérite une
sérieuse discussion, qui ne sera d’ailleurs que la
première, on va se trouver un bon petit resto
comportant une arrière salle discrète  nous
permettant de parler librement, et je crois que j’en
connais un à quelques kilomètres d’ici. »

« Je te suis. »

Dans le hangar:

Wotan: « Nous avons tout observé et tout entendu, au
cours de ses recherches passées, Deneb s’est mis à
étudier d’une manière approfondie les attitudes
humaines, et notamment les expressions des
visages, il nous a dit très rapidement que ces deux
Ministres sont des bandits qui veulent profiter
outrageusement de ton invention à des fins
personnelles, d’après lui, non seulement tu n’auras pas
l’autorisation de la publier, mais dans peu de
temps, Horst Mohr va te coller des militaires sur le dos
afin de garder top secret ce qu’ils ont vu, la bonne
nouvelle, c’est que nous sommes pratiquement
prêts à aller n’importe où ailleurs, avec toi, bien
entendu, mais descendons un instant au sous-sol
pour parler ».

« Je te suis, j’ai également craint cela, qu’est-ce
que l’on peut être idiot de vouloir faire des
inventions pour le bien de l’humanité, voilà
les résultats. »

Au restaurant:

Mohr:« Il est bon, ce Bourbon, mais revenons à
notre affaire, pour moi, il n’y a rien à en tirer de
cette invention, je ne lui vois aucun intérêt dans
l’armée, chez les civils, un truc d’une telle
taille, près de deux mètres, risque de foutre une
sacrée panique, le mieux sera d’envoyer les militaires
détruire Rocky et tout ce qu’il y a dans le labo, et
basta. »

Zederbaum:« Je suis d’accord avec toi sur le
Bourbon, et sur les militaires, mais pas pour détruire
Rocky, si nous parvenons à le faire dupliquer, de
grosses commissions passeront par nos mains, à
côté desquelles nos salaires sont ridicules,  nous ne
serons pas éternellement Ministres, nous pouvons
même être remerciés à tout moment, à l’heure
actuelle, les choses vont mal, le Président peut
lui-même sauter, non, je pense que nous devons
prendre le risque de la diffusion de Rocky, d’une
part, cela grossira nos comptes pour très
longtemps, et d’autre part, cela augmentera nos
chances de rester à nos postes… »

« Ok, mais si cela foire, on est foutus. »

« Ne sois pas pessimiste, Horst, Zierath n’est pas
superman, c’est un bon scientifique, certes, mais
il n’y a pas que lui, je suis convaincu que ce qu’il a
fait, d’autres pourront le faire, surtout avec un
modèle qu’il s’agira de copier, j’ai été moi-même
un scientifique avant d’entrer en politique, tu le
sais, d’accord, je ne faisais pas partie du top, mais
c’est tout de même ce qui m’a permis d’arriver là
où je suis, soyons constructifs. »

« Hm ! Je la sens pas bien cette affaire, autant je suis
sur de moi et dynamique dans certains  cas, autant
dans celui-ci…  Ca sent la cata. »

« Tu es un homme de terrain, avec beaucoup de
qualités d’ailleurs, mais tu n’es pas un
scientifique, je suis pratiquement sûr que l’on
peut reproduire des Rockys, de quoi est-il
composé ?
De bouts de métal, de circuits électriques, et de
programmes, on sait travailler le métal, on sait
faire des circuits électriques, on sait recopier
des programmes, il peut y avoir des métaux
rares dans certaines compositions ?
On peut faire de même, alors ?

Imagines le fric qu‘on peut gagner sur un coup
comme celui-là, et même si les deux ou trois
usines dont les dirigeants sont des potes ne
parviennent pas à reproduire exactement
l‘exemplaire, mais à l‘imiter d‘une manière
suffisamment convaincante pour satisfaire le
public, c‘est tout bon pour nous, et là, on pourra
faire détruire l‘original dont on n‘aura plus besoin.»

« J’en conviens, on sait faire tout
cela, bon, d’accord, essayons, on le voit dans un
mois, alors attendons tranquillement. »

« Voilà comment j’aime t’entendre parler, et tu ne
le regretteras pas. »

Au sous-sol du hangar:

Wotan: « Après avoir repassé en boucle ta
conversation avec ces deux gredins, une chose
importante en résulte, ce Zederbaum va vouloir
gagner de l’argent sur Rocky, en le faisant
reproduire, il va donc revenir avec Mohr, le Ministre
des armées, qui ne crachera pas sur sa part,  et
avec des militaires pour embarquer Rocky. »

Zierath:« Bah ! Je ne me fais pas trop de soucis, les
humains m’ont déçu, j’ai passé bien des années à
travailler pour eux, et voilà ce que je récolte, cette
planète, et même la vie ne m’intéresse plus, le seul
point positif  qui en résulte est que vous existez, que
vous êtes mes nouveaux amis, et que j’aurai contribué
au développement d’une haute civilisation dans
l’univers, car si vous ne m’en avez pas encore
parlé, je pressens que c’est votre principal
objectif, voyager dans l’univers .»

Tous les super-robots se mirent à applaudir, et
Castor:

« Bravo Stephan, tu es vraiment digne de vivre avec
nous, nous avons d’ailleurs constitué quelques
produits médicaux qui pourraient prolonger ta vie
d’une manière non négligeable, en restant tel que tu
es actuellement, et nous ne renoncerons pas à tenter
de progresser aussi dans ce domaine médical, tu as
raison, nous sommes tes amis. »

Wotan: « Tu as raison de ne pas te faire du
souci, qu’est-ce qu’ils vont faire ?
Embarquer Rocky ?
C’est un des nôtres, nous saurons le
récupérer, détruire le reste du labo ?

Pas grave, maintenant, nous sommes pratiquement
au point, chercher à te tuer pour que tu ne parles pas ?

Je ne crois pas, car lorsque tu n’auras plus rien de
visible, tu ne pourras plus prouver être l’inventeur de
Rocky, ils seront rassurés, ce Zederbaum n’est pas
vraiment un assassin, c’est un avide, seul le fric
l’intéresse, et il a de l’influence sur Mohr, puis en cas
extrême, nous sommes là, non, tu peux être
tranquille, durant un mois, tu n’as plus rien à
faire, repose toi dans ta propriété, prends toi un
whisky et un cigare, viens nous voir
régulièrement, bien sûr, car je te le rappelle, bien
qu’humain, tu fais partie des nôtres. »

Le mois passa, les super-robots du sous-sol n’avaient
pas perdu de temps et continuaient à progresser dans
différents domaines, et au jour J, Stephan était dans
son hangar, il attendait:

Ce fut Zederbaum qui entra le premier, suivi de Mohr
et d’un détachement de militaires.

« Bonjour, Monsieur Zierath, ne soyez pas surpris par
une arrivée de militaires, ce sont des spécialistes du
secret, et je vais tout vous expliquer:

- D’abord nous venons chercher Rocky, vous n’avez
aucun moyen de production, nous oui, nous pouvons
le faire reproduire par milliers d’exemplaires dans
différentes usines, cela légitimera votre œuvre et
marquera pour l’avenir l’immense contribution que
vous apportez à l’humanité, croyez moi lorsque je
vous dis que vous pouvez être fier de vous.

Nous nous chargeons de la publicité et des
actions commerciales.

Vous avez 70 ans, je crois, alors vous avez
largement mérité de vous reposer, profitez de
votre propriété et continuez à vivre
tranquillement, si vos Rockys plaisent au
public, ce que je crois, nous saurons vous
donner une petite récompense.

Comprenez aussi que votre invention est d’une
importance telle qu’elle devient une affaire
d’Etat, nous ne pouvons pas la laisser dans les
mains d’un seul homme.

Par ailleurs, nous devons détruire tout ce qui se
trouve dans votre labo, certaines choses doivent
rester secrètes, je pense que ça aussi, vous le
comprenez. »

« J’ai confiance, Monsieur le Ministre, et vous laisse
le soin de faire appliquer la meilleure solution. »

« Ravi de vous entendre parler de la sorte, cher
ami, vous êtes quelqu’un de très intelligent, nous
ne pouvons qu’apprécier de vous voir faciliter notre
tâche, Rocky, est-il opérationnel ? »

« Tout à fait, Monsieur le Ministre ».

« Excellent, alors ordonnez lui de sortir et de se
diriger ver le deuxième camion à gauche afin
qu’il y monte. »

Lorsque Rocky monta dans le camion, Le Ministre
demanda à Zierath de sortir, les militaires
entrèrent avec divers appareils de destruction
et le hangar fût nettoyé en moins d’une demie heure.

Zederbaum, avec un sourire large jusqu’aux oreilles:

« Merci de votre excellente coopération, Monsieur
 Zierath, et ravi de vous avoir connu, passez une
agréable journée, au revoir. »

« Au revoir veut dire adieu, pensa Stephan, quant
à la petite récompense, je ne la verrai très
probablement jamais, mais au moins, maintenant, j’ai
la paix, et puis mon hangar est nickel, ils n’ont même
pas pensé à embarquer ma positronique, il est vrai
que s’il l’avaient fait, elle ne leur aurait servi à
rien, Wotan s’était chargé de la vider, mieux valait
qu’ils la détruisent, cela m’évite des ennuis, ils
auraient été capables de me taxer de sabotage .»

Sur le chemin du retour, le capitaine des militaires
parlait avec son voisin:

« Un sacré truc, ce Rocky, mais à la place du
Ministre, j’aurais embarqué les ordis, je ne suis pas
expert en informatique, mais je trouve que c’est
dommage, car ils devaient contenir des données
scientifiques qui auraient permis de progresser, qu’en
pensez-vous Sergent ? »

« Je ne m’y connais pas trop non plus, mon
Capitaine, mais vous devez avoir raison, en
réfléchissant bien, c’est peut-être aussi ce que
j’aurai fait. »

Zederbaum, en voiture avec Mohr:

« Mais quel *** je suis, je n’aurais pas dû faire tout
détruire, en tout cas pas les ordis, il aurait fallu les
embarquer, bon, on ne peut pas y revenir, tant pis. »

« Oh tu sais, Otto, comme tu l’as dit, les usines
arriveront à faire le boulot, trouver dans des ordis
des trucs qui peuvent faire avancer la science, c’est
peut-être bien, mais ce n’est pas ce qui nous
intéresse le plus. »

« Tu as raison, Horst, l’essentiel, c’est l’argent, le
reste, à la limite, on s’en fout, maintenant nous
devons suivre la planification nous assurer que tout
soit sur les rails, tant côté pub que production, en
articulant bien les deux, bonjour les pépettes. »

« Je pense quand même à une chose, personne ne
saura jamais que c’est Zierath qui a inventé
Rocky, comment va-t-on présenter cette affaire? »

« Ca, par contre, j’y ai déjà pensé, et c’est simple, on
va l’appeler le « Projet Rocky », dont nous sommes
les auteurs, cela nous donnera du crédit comme
Ministres, un projet correspond très souvent à une
disposition prise au niveau de l’Etat, donc quelque
chose d’anonyme, dont nous allons tirer de gros
bénéfices. »

« Tu as raison, Otto, et en plus, on va
révolutionner la vie de l’humanité, décidément, on
est des grands hommes ».

« Ah! Ah! Bien vu, Horst, tu vois quand tu
veux, dis-donc, on va se trouver un bon resto à
midi, histoire de prendre quelques petits
Bourbons, qu’en penses-tu ? »

« Superbe idée, j’attends ça avec impatience. »

Chez Zierath, au sous-sol du hangar:

Wotan: « Bravo Stephan, tu as eu la bonne
attitude, maintenant, te voilà cool, plus personne
ne viendra t’importuner, va tranquillement
déjeuner, peut-être avec un bon whisky, nous
continuons notre boulot, et bien sûr, nous
attendons de voir comment ça va se passer avec
les répliques de Rocky vis-à-vis du public, ils vont
mettre un certain temps pour les premiers
prototypes, il y aura certainement des erreurs et
des rectifs au départ, mais avec nos deux télés, nous
allons pouvoir suivre les évènements.

Nous avons finalement préféré retirer à Rocky le
module de communication, car si pour une raison
ou une autre, nous ne pouvions pas le récupérer, les
humains ne pourront pas le reproduire, et nous ne
serons pas repérés. »

« Parfait, alors je vous laisse à vos occupations, je
repasserai dans l’après-midi ».

« Ca baigne ».

Deux mois plus tard

Sirius: « Ca y est, regardez la télé, ils en
parlent, c’est lancé ! »

Khort: « Oui, venez voir, ils font la pub de
nos copies . »

Tous, y compris Stephan se placèrent devant les
deux télés, une speakerine:

« Nous assistons à un évènement sans
précédent, susceptible de modifier l’avenir de
l’humanité, suite à des recherches scientifiques
extrêmement poussées qui ont abouti à la
réalisation du « Projet Rocky », projet qui a permis
la production de super-robots accessibles au
public pour la somme de 5000 Dollars pièce, les
premiers Rockys seront disponibles dans les
magasins à partir d’après-demain, quelles sont
leurs particularités?
Que peuvent-ils faire exactement?

Il s’agit de robots domestiques qui pourront être
considérés comme des assistants ou des
collaborateurs par les personnes qui souhaiteront en
faire l’acquisition, vous allez voir un reportage avec
Monsieur Klaus Stamm, Directeur de l’usine ABK. »

Changement d’image, dans une usine, on voyait un
robot de un mètre quatre vingt évoluer avec
souplesse près de Monsieur Stamm qui parlait au
reporter:

« Je vais appeler Rocky, qui est vraiment
extraordinaire, il sera d’une utilité sans égale à
toute personne qui voudra l’acheter, mais rien ne
vaut une petite démonstration:

Rocky! Viens ici, s’il te plait, et parle à notre ami de
la ZDF ! Il s’appelle Monsieur Schumacher. »

« Bonjour, Monsieur Schumacher, comment
allez-vous ?

Je vois que vous êtes plutôt en forme, que puis-je
vous dire d’autre, le mieux serait peut-être que vous
me posiez des questions. »

Schumacher: « Voyons, quelle est la distance entre
Berlin et Munich ? »

Rocky « Par le chemin le plus court, celui de la A9, il y
a 585 kilomètres. »

Schumacher: « Quelle est la plus haute montagne de
la planète? »

Rocky: « Il s’agit de l’Everest qui a pour altitude
8848 mètres. »

Schumacher: « Parles-tu d’autres langues ? »

Rocky: « Oui, Monsieur, j’en connais parfaitement 11
autres, en fait, je parle les 12 langues les plus
usitées sur la planète. »

Stamm fit faire à Rocky quelques traductions, puis
soulever très aisément une charge de 200 kgs, puis:

« Il n’est pas possible ici de décrire tout ce qu’il est
capable de faire, mais c’est un collaborateur
idéal, d’un politesse inégalée, il sait pratiquement
tout, il peut aider des enfants, pour les langues, pour
tous les autres cours tels que
mathématiques, physique-chimie, histoire et
géographie, etc, pour les adolescents, dans les
études supérieures ou autres, le droit, la médecine, et
bien d’autres, pour les dames, la cuisine, il connaît
plusieurs milliers de recettes avec les meilleurs
dosages, les temps de cuisson, il sait utiliser un
ordinateur, donc peut être une parfaite secrétaire, je
pourrais vous citer des dizaines d’autres
possibilités, mais les acquéreurs, dames ou
messieurs, auront une notice bien étoffée, et en cas
d’incertitude, lui poser des questions, Rocky est
pratiquement un humain sans en avoir les
défauts, ni les limites, tiens, je pense aux
aveugles, comme compagnon, il est parfait. »

Schumacher: « Et pour les questions pratiques, par
exemple situer une panne dans un véhicule, et le
réparer, ou pour fabriquer un meuble, remettre en
marche un circuit électrique, faire de la peinture, coller
du papier sur un mur, enfin voyez, tout ce qui peut
toucher au manuel ? »

Stamm se mit à rire: « Tout cela est tout aussi facile
pour lui, je vous le dis, il va révolutionner notre vie, en
supprimer pratiquement tous les obstacles, vous
connaissez la formule, essayer c’est adopter, voilà, que
puis-je vous dire de plus? »

L’image se recentra sur la speakerine:

« Comme vous venez de le voir, Rocky est vraiment
extraordinaire, il sait tout, et peut tout faire d’après
Monsieur Stamm qui est l’un des deux
fabricants, d’autres Rocky absolument identiques
sont fabriqués par l’usine KRSS dirigée par
Monsieur Johann Hassenforder, nous l’avons
également interviewé pour entendre les mêmes
éloges, nous sommes dans une nouvelle ère. »

La speakerine continua à parler sur d’autres sujets
d’actualité, dans Le sous-sol chez Zierath:

Polaris: « Bon, il nous reste à attendre la
suite, lorsque les premiers Rocky seront en
circulation, ils l’ont fait plus petit, probablement
pour diminuer le poids afin que l’unité puisse vivre
dans les appartements, il est plus souple que nos
unités de base, ou nous-mêmes au départ, sa
constitution doit certainement être beaucoup
moins solide que la nôtre, ou même que celle de
Rocky1, à mon avis, il va falloir que deux ou trois
d’entre nous se transforment en techniciens de
service après vente pour pouvoir les sonder
correctement. »

Altaïr: « Ils en parlent aussi sur le net, avec
photos, descriptions et toute une page sur les
utilités, je pense que nos pâles copies vont partir
comme des petit pains. »

Wotan: « Très probablement, mais je me demande
combien ils ont pu en produire sur deux
mois, même en pâle copie, avec des manques
divers, il s’agit de grosses usines qui doivent avoir
un bon matos, mais fabriquer les éléments prend
quand même du temps, du moins au départ, ils
n’ont pas notre aptitude à dupliquer, s’il y a un
paquet de demandes dès le départ, elles ne seront
pas toutes satisfaites. »

Stephan: « Je dirais qu’ils ont pu en faire mille, dans
chaque usine, bien sûr, cela permet de vendre, mais
je rejoins Wotan, il y aura pas mal d’attentes. »

Zederbaum était au téléphone avec Mohr:

« Tu as vu, Horst, ca y est, c’est lancé, la tv, le
net, j’attends les jours qui viennent . »

« Oui, Otto, bonne pub, ça démarre bien, mais
s’il y a un gros paquet de demandes, au départ, ça
va être court. »

« Ne te casses pas la tête, non seulement les deux
usines ont les reins solides, donc pas besoin de
passer par notre collègue des finances, ni par le
Président, mes deux potes vont augmenter leur
matos, ça ira de plus en plus vite, surtout avec
les pépettes qui vont rentrer, il y aura des
demandes en standby les deux ou trois premiers
mois, mais après… On va se régaler. »

« Ouais, attendons, on dirait que tu as eu du
flair, mais ne parlons pas trop vite. »

Deux semaines plus tard, sur la ZDF:

« Le « Projet Rocky » ayant fait l’objet de sondages 
d’opinions, les résultats furent les suivants: »

Un panneau apparut:

- Pour :      52%
- Contre  :  47%
- Indécis:     1%

« Tel est la tendance actuelle résultant de plusieurs
sondages effectués sur des échantillons de 10.000
personnes, on peut donc considérer les chiffres
comme significatifs.
Il y a par ailleurs lieu de préciser que:

- La totalité des Pour correspond à un enthousiasme
sans mélange.

- Les Contre font, en gros, l’objet de deux courants
de pensée:
    ° Celles et ceux qui considèrent que Rocky
deviendra dangereux pour l’humanité.
 
    ° D’autres qui pensent que si vraiment Rocky peut
       tout faire pour aider les humains, leur qualité de
       vie va diminuer, les gens n’ayant pratiquement
       plus rien à faire, s’ennuieront, et il y aura des
       risques d’exaction, la structure de la société, déjà
       pas très brillante ces derniers temps, s’effondrera.

Plus de 3000 unités de Rocky ont déjà été
vendues, les magasins sont actuellement en pénurie
de stock, la liste des attentes s’allonge à chaque
instant, il faudra très probablement attendre plusieurs
jours, peut-être des semaines pour un nouvel
achalandage. »

Zederbaum et Mohr, dans un restaurant chic:

« Tu sais, Otto, bien que je sois content qu’il y ait 52% d’enthousiastes, je peux comprendre la partie des
gens qui sont contre, ceux qui pensent que notre
qualité de vie sera modifiée, pour nous, tout ne va
qu’au mieux pour le moment, mais je pense que les
modèles de société à venir n’auront plus rien à voir
avec ce que nous avons toujours connus. »

« Quelle importance, Horst ? Toi et moi, avons notre
Rocky, que tu as rebaptisé  Greg, et moi, Walter, te
rends tu compte des services qu’il nous rend ?

Cela m’a permis de licencier ma secrétaire particulière
qui commençait à me courir depuis quelques temps, et
il est dix fois plus efficace, non, pour moi, il est normal
que les gens soient intéressés par une découverte
unique, et en plus, en quelques jours, on vient de
s’enrichir de 75.000 Dollars chacun, c’est encore mieux
qu’en rêve, car ce n’est que le tout début, imagine un
peu lorsque nos Rockys seront vendus par millions, et
cela arrivera dans peu de temps, je ne sais pas ce que
tu feras dans l’avenir, mais moi, je compte bien avoir
plusieurs Rockys, lorsqu’ils seront encore
améliorés, m’acheter une île, de préférence pas trop
loin de mes comptes offshore, y aller avec deux ou
trois nanas, voilà une bonne suite et fin de parcours. »

« Tu lâcherais la politique !! Ca m’étonne de toi, je
ne sais pas encore ce que je vais me prévoir pour
l’avenir, mais à brève échéance, je crains que dans
les armées, des Rockys remplacent les hommes, et
cela ne me plaît pas trop, n’oublies pas que je suis
un ancien militaire, avec rang de
colonel, maintenant, disposer de quelques assistants
totalement productifs n’est pas une mauvaise chose
pour des civils… »

« Justement, Horst, tu as gardé l’esprit militaire, et
pour toi, commander des Rockys est un jeu
d’enfant, il n’y aura aucun coup de travers, aucune
surprise d’aucune sorte, aucune
déception, non, franchement, c’est tout benef pour
toi , peut-être encore plus que pour moi, le seul
petit problème éventuel est cette fameuse première
instruction interdisant aux Rockys d’attaquer et de
tuer des humains, mais d’une part, nous ne sommes
pas en guerre en ce moment, et d’autre part, il serait
toujours possible de faire retirer cette instruction
du programme pour des Rockys militaires, pas pour
des civils bien sûr, tu sais, il y a toujours une
solution à tout. » 
 
« Ouais, une fois de plus, tu as encore raison. »

Chez Stephan, au sous-sol:

Rigel:«La télé vient de transmettre des choses bien
intéressantes sur nos répliques, plus de 3000
acquises, il va falloir que l’on se mette à rechercher
les coordonnées des acquéreurs, 52% des humains
acceptent Rocky ! C’est déjà un bon résultat, mais
dans les 47% qui sont contre, je pense que des
milices anti R vont se constituer, lorsque les
humains ne veulent pas de quelque chose, ils
n’hésitent pas à utiliser tous les moyens possibles
pour lutter contre, et de là à ce qu’il y ait des
émeutes dans les rues, il n’y a pas loin, nous devrons
être vigilants.

Je pense que nous ne pourrons plus, maintenant
maîtriser nos pâles copies, que tout ce que nous
avions projeté là-dessus est fichu.
Nous ne pouvons même plus sauver le Rocky
d’origine qui a dû être détruit »

Khort: « Il nous faudrait un exemplaire de ces
répliques afin de savoir ce que l’on peut en
tirer, puis éventuellement la modifier, Stephan
pourrait en acheter une, mais si les Ministres que
nous connaissons, surtout
Zederbaum, l’apprennent, cela pourrait être gênant
pour lui. »

Wotan: « Exact, mais il y a peut-être une
solution, Stephan est en train de déjeuner, mais il
va venir tout à l’heure, on va le mettre au courant
de ce qui se passe s’il n’a pas regardé la télé
pendant qu’il déjeune, voilà mon idée:

Stephan est resté, ne serait-ce qu’à travers son
club, en relation avec des gens généralement
aisés, parmi eux, si l’on tient compte du
pourcentage, plus de la moitié d’entre eux doivent
déjà avoir une réplique, et peut-être plusieurs, il
faudrait qu’il joue le rôle du
sceptique, éventuellement intéressé par curiosité
et qui souhaiterait prendre une unité à
l’essai, quitte à la faire acheter par quelqu’un
qui, de préférence, en aurait déjà plusieurs, une
de plus ou de moins, les Ministres ne pourront
pas faire de rapprochement, et même si, à la limite
ils le faisaient, il n’est pas sûr que cela gênerait
Zederbaum, j’irai même jusqu’à dire qu’il y a plus
simple, Zederbaum sait qu’il n’a plus de labo, donc
qu’il ne peut plus rien faire, Stephan le contacte
directement pour lui demander s’il pourrait
également profiter d’un bon auxiliaire, et que cela
lui ferait, en quelque sorte, un petit souvenir, sa
dernière rencontre avec ce bouffon de Ministre
ayant été très positive, il se pourrait que ce
dernier accepte sans suspicion aucune, qu’en
pensez vous ? »

Castor: « Je suis d’accord, c’est la bonne idée qui
pourrait résoudre un de nos problèmes, attendons
Stephan. »

Stephan arriva au sous-sol peu de temps après, il
n’avait pas regardé la télé durant son déjeuner, Wotan
le mit au courant, puis lui exposa son idée.

« Excellent, Wotan, je pense que ça marchera, je
sais quel prétexte utiliser pour lui demander
l’autorisation d’avoir un Rocky, vu le niveau des
répliques, qui me semblent loin de faire le poids, il
ne suspectera pas de danger, peut-être même
trouvera-t-il normal que j’en ai une, j’ai sa carte, je
vais l’appeler tout à l’heure. »

Un peu plus tard:

« Monsieur le Minsitre, bonjour, c’est Zierath à
l’appareil, j’espère ne pas vous importuner, voilà, je
souhaiterais vous demander une petite faveur. »

« Tiens Zierath ! Bonjour mon ami, comment allez
vous?
Bien ?
J’en suis fort aise, une petite faveur dites-vous ?
De quoi s’agit-il ? »

« Voilà, Monsieur le Ministre, comme vous le
savez, dans ma propriété, je n’ai que deux femmes
d’entretien pour mes espaces et jardins, l’une
d’elles n’est plus très jeune, et toutes deux
commencent sérieusement à fatiguer, un Rocky
me serait très utile pour leur apporter un grand
soulagement, sous réserve que vous m’accordiez
l’autorisation d’en acquérir un, comme vous le
savez aussi, je n’ai plus de labo, et n’ai plus
l’intention de faire quoi que ce soit sinon de me
reposer, je crois avoir suffisamment contribué, et
je souhaite finir les dernières années qui me
restent le plus tranquillement possible, comme
vous me l’avez-vous-même conseillé, et puis, cela
me ferait un petit souvenir qui me ferait
plaisir, qu’en pensez-vous, Monsieur le Ministre? »

« Hm ! Oui, c’est intéressant, et je conçois volontiers
que vos deux femmes d’entretien aient pas mal de
travail vu l’étendue de votre propriété, à priori, je ne
vois pas d’inconvénient à vous accorder ce que vous
me demandez, mais je dois en parler à Horst, mon
collègue que vous connaissez également, pour le
moment, je pense que vous savez qu’il y a des
attentes, nous allons vous rappeler, si nous vous
donnons l’accord, je vous ferai même livrer en
priorité, à plus tard, Monsieur Zierath. »

Peu après:

« Horst, je viens d’avoir Zierath au téléphone, il me
demande l’autorisation d’acquérir un Rocky pour
aider ses deux femmes d’entretien dans ses
jardins, qu’en penses-tu ? »

« Laisse moi quelques secondes pour réfléchir…

Bon, les répliques ne posent pas de
problèmes, Zierath n’a plus de labo, il ne peut plus
rien faire, peut-être que son prétexte correspond
à la vérité, j’ai vu que deux femmes pour entretenir
ses étendues, ce n’est sûrement pas de tout
repos, il n’a jamais parlé de quoique ce soit
concernant les répliques, il me semble plutôt
de bonne foi, je suis d’accord pour que tu lui
donnes l’autorisation, mais nous allons prendre
une précaution supplémentaire, à l’exemplaire
qui lui sera livré, on va faire ajouter une caméra
de surveillance directement relié au centre de
contrôle de l’usine, s’il ne fait pas de tentative
gênante, il aura le meilleur collaborateur possible
pour l’entretien de ses espaces, dans le cas
contraire, nous le saurons et prendrons les
dispositions adéquates. »

« Excellent, Horst, on reconnait le militaire de
haut rang, je vais donner l’autorisation, on se
revoit demain, salut. »

Un peu plus tard, au sous-sol:

« Bon, Wotan j’ai obtenu l’autorisation de
Zederbaum, il ne me l’a pas donné de suite car
il a voulu avoir l’accord de Mohr, mais il m’a rappelé
assez vite, et je serai livré en priorité, mais je ne
sais pas encore quand. »

Polaris: « Hm ! Ca, ça ne me plait pas trop, il doit
y avoir anguille sous roche, il t’a répondu un peu
trop rapidement à mon goût, puis Mohr est le chef
des armées, un militaire, un colonel en plus, pas
n’importe qui, et ces gens là, ça réfléchit, ce sont
des stratèges, à mon avis, il y aura certainement
un petit piège dans l’unité qui te sera livrée, et
d’ailleurs pourquoi ils te font livrer directement, une
simple autorisation d’achat aurait été suffisante, pour
vouloir se rendre aimables et te remercier de ta
coopération ?

Non, ces gens là ne font pas de cadeau, nous aurions
dû prévoir qu’il y aurait un piège, maintenant que
nous sommes devant le fait accompli, réfléchissons à
la nature de ce piège. »

Castor: « Oh, c’est simple, le piège ne sera pas un
explosif, s’ils avaient voulu tuer Stephan, il y a
longtemps que nous aurions vus la tentative, un
mauvais fonctionnement ?

Ce serait puéril, à mon avis, ils ne sont pas
convaincus que tu te reposes, ils ont un
doute, et que faut-il faire pour lever un doute
sur les actions de quelqu’un que l’on ne voit pas?

L’espionner, pour moi, ils vont doter l’unité d’une
caméra espion, et ça, c’est assez embarrassant
pour toi comme pour nous, il faut trouver une
solution, et vite, car tu ne pourras pas refuser la
livraison. »

Wotan: « J’en vois une, mais qui ne résoudra pas
le problème de base qui consiste à disposer d’une
unité que l’on puisse examiner en toute
tranquillité, Stephan prend la livraison, et envoie
son nouveau Rocky dans les jardins, on pourra
même lui faire visiter le hangar pour lever des
doutes,  heureusement, ce hangar est assez loin
des zones d’entretien de la propriété, l’idéal serait
de lui affecter l’entretien de la propriété
intramuros, qu’il ne sorte jamais, il serait alors
à la disposition de la femme qui fait les courses
et la cuisine, et ne verrait pratiquement personne
d’autre, à part Stephan, pour nous,  il faut trouver
un autre moyen, Stephan, dans tes relations ou
dans ce qui te reste de famille, aurais tu la
possibilité de faire prendre une unité par
quelqu’un, sans que personne d’autre n’en
sache rien ? »

« Dans le peu de famille qui me reste, non, par
contre, parmi les gens du club, cela doit être possible
parmi ceux qui ont déjà un ou plusieurs Rocky, les
Ministres doivent savoir avec qui je suis en relation
dans mon club, mais j’ai deux ou même trois amis
très riches, si l’un d’eux a déjà plusieurs unités, en
prendre une de plus ou de moins pour me la
remettre, cela ne se verra pas, on devrait pouvoir
aboutir de cette manière, mais pour en être
sûr, j’irai au club ce soir. »

Rigel: « Bon, mais attention, Stephan, il te faudra
un entretien discret avec quelqu’un de fiable, la
moindre fausse note…

D’autre part, je ne suis pas trop pour que l’unité
qui te sera livrée soit utilisée dans ta propriété
intramuros, d’abord parce que cela ne correspond
pas au prétexte que tu as donné, ensuite parce
que la caméra espion  sera très probablement
reliée à un centre de contrôle de l’une des
usines, ou peut-être des deux, les gens de ces
centres de contrôle, si le prétexte leur a été
donné, trouveront anormal que l’unité reste
intramuros, et ne sorte jamais, non, il faut lui
laisser les espaces, il te suffira simplement de
fermer le hangar lorsque tu y viens, et l’unité
ne verra rien de suspect. »

Sirius: « Bien Rigel, mais j’ai peut-être une autre
idée, Stephan, pour aller dans ton club, faut-il
être parrainé ? »

« Hélas oui, deux parrains sont nécessaires. »

Sirius: « Tant pis, mais j’ai une autre
idée, peux-tu emmener l’ami que tu choisiras
en dehors du club pour discuter affaire ? »

« Oui, ça, c’est possible »

Sirius: «Bien, alors je m’explique, l’un de nous
ira avec toi, il sera l’acheteur d’une unité qu’il
fera livrer chez toi pendant que l’espion sera
occupé ailleurs, encore possible ? »

« Oui, mais l’ami risque de trouver ça suspect. »

Sirius: « Peut-être pas, car il doit savoir qu’il y a
47% de gens contre, notamment chez tes amis
du club, il sera facile de lui faire comprendre que
c’est une affaire de discrétion, mais il vaudrait
encore mieux que ce soit quelqu’un qui ne soit
pas en relation directe avec les Ministres, bien sûr ».

« Pas en relation avec les Ministres, oui, il y a
bien une personne à laquelle je pense, et je sais
que c’est quelqu’un qui ne trahira pas, car c’est un
ami de longue date, mais avec tous ces derniers
évènements, et compte tenu du fait que je ne suis
pas allé au club depuis deux mois, j’ignore s’il fait
partie des pour ou des contre, en fait, tout va
dépendre de cela. »

Sirius: « Une dernière chose, peux tu compter sur
la discrétion de ton chauffeur ? »

« Entièrement ».

« Bien alors, c’est moi qui irai avec toi, si Wotan
est d’accord, j’ai une tête d’européen qui ne sera
pas suspecte, d’ailleurs, à part ton
chauffeur, personne ne me verra vraiment ».

Wotan: « D’accord avec Sirius, on va enfin pouvoir
résoudre cette affaire, mais il va te falloir
retourner souvent au club afin de garder le
contact avec ton ami pour déterminer le jour et
l’heure de la livraison. »

Quelques jours plus tard, le robot espion appelé
Gärtner fut livré à Stephan, ce dernier lui fit faire
un tour de la propriété, visiter le hangar vide, puis
le présenta aux deux femmes d’entretien
préposées aux extérieurs de la propriété, l’une
des deux femmes, la plus jeune entretenait
également l’intérieur, conjointement avec la
cuisinière, toutes deux estimaient que l’unité
participerait également à l’entretien intérieur, ce
qui arrangeait grandement Stephan, qui établit
un nouveau planning en accord avec ses deux
collaboratrices, Gârtner participerait à l’entretien
de l’intérieur tous les jours de 15 à 18
heures, le reste du temps, il serait à
l’extérieur, assurant ainsi une protection
supplémentaire la nuit.

Avec Sirius, deux jours plus tard, il fit en sorte que
l’unité obtenue de son ami, qui, heureusement pour
lui, non seulement faisait partie des pour, mais
disposait déjà de trois unités, à 15 heures, il était
chez ce dernier, le temps d’une petite conversation
et d’un whisky, Sirius étant resté dans la voiture, il
quitta son ami vers 15h30, dix kilomètres à
faire, avec l’unité, il arriva à sa propriété avant 16
heures, le hangar tournait carrément le dos à la
propriété, ce qui permettait de se garer devant
sans être vu de quiconque, l’unité sortit avec
Sirius, ils entrèrent dans le hangar avec
Stephan, refermèrent, le chauffeur partit garer
la voiture à l’emplacement habituel, le tour était
joué, l’unité se retrouva au sous-sol.

Wotan: « Bien ! Voilà une affaire rondement
menée, nous allons examiner l’unité en détail. »

Ils étaient trois à procéder à l’examen, Deneb, Polaris
et Wotan, une demie heure plus tard.

Wotan: « Sa résistance est de 520K, aucun élément
de vol ni paralysant, rien de suspect, mais il lui
manque les matrices 8 à 24, ce qui ne lui permet
pas de dupliquer, 37 circuits ont été bâclés, des
dizaines de cellules manquent dans les
armatures, bref, il y a du boulot. »

Stephan: « Pour combien de temps, et que comptez
vous en faire? »

Wotan: « Oh, il y en a pour une petite journée pour
le mettre à notre niveau initial, taille comprise, on
va ensuite lui adjoindre le module de
communication, les éléments de vol, puis les
paralysants, renforcer son armature à 2000K, comme
nous, lui apporter d’autres
perfectionnements, procéder aux mises à jour, puis
lui laisser le temps de transformer son corps en
aspect humain, et, puisqu’il est avec nous, il y
restera comme dixième élément de l’équipe de
commandement, on l’appellera Orion.

Pour la totalité du processus, il faut compter 4
jours, il n’aura plus rien à voir avec l’article de série. »

Stephan: « Parfait, mais pour son utilité envers les
humains, qu’est-ce qu’il valait ? »

Wotan: « Oh ! Disons qu’il n’était pas mal, il pouvait
déjà faire pratiquement tout, je parle des
applications humaines de base, bien
sûr, suffisamment solide pour la vie courante, son
autonomie n’aurait été que de 1 an à cause des
circuits bâclés, cela intentionnellement afin d’en
vendre d’autres, les acquéreurs ne pouvant plus
s’en passer, encore une manière de procéder pas
très honorable, mais efficace. »

Stephan: « Ils ont dû détruire Rocky1. »

Wotan: « C’est pratiquement sûr, et ici, avec la
présence de Gârtner, cela devient un peu plus
chaud, et puis, on va finir par manquer de
place, enfin, toujours au même endroit, ce n’est
pas drôle, il va falloir envisager un autre lieu
comme refuge. »

Polaris: « Cela fait un moment que j’y pense, et je
ne suis pas le seul. »

Quelques jours plus tard:

Wotan: « Bonjour Stephan, bien dormi ? Comment ça
se passe avec Gärtner ? »

« Plutôt bien, il exécute très consciencieusement les
tâches qui lui sont confiées, tant à l’extérieur qu’à
l’intérieur, rien à redire, ce sont surtout mes
auxiliaires féminines qui sont ravies, à part
ça, j’ai passé une bonne nuit, merci, et vous
autres, vous avancez avec Orion ? »

Orion: « Ils ont fait plus qu’avancer, Stephan, comme
tu vois, je suis à jour, et tout comme mes supérieurs
et collègues, prêt à t’aider si tu en as besoin, je sais
également tout, et notamment que tu es des
nôtres, notre Grand concepteur, et j’ai l’honneur
de te saluer, à propos de salut, ils m’ont donné le
grade de Capitaine, ce qui n’est pas rien. »

Stephan: « Eh bien, salut Orion, ravi de faire ta
connaissance, tu es dans une sacrée équipe, et
crois moi, tu ne le regretteras pas. »

Orion: « J’en suis sûr, je suis le nouveau, le
dernier né, mais avec Deneb, qui s’est un peu
spécialisé dans la médecine, et avec Altaïr qui
lui, étudie cela à fond, nous allons continuer à
rechercher un moyen de prolonger ta vie, c’est un
des projets les plus importants après le grand projet. »

Stephan: « Je ne peux qu’apprécier, Orion, j’ai déjà
plus de 50 ans de boni, ce qui va m’amener vers
les 130 ans, c’est déjà super, mais j’en reviens
sur l’idée de Wotan sur un changement de
refuge, cela va se justifier dans l’avenir, d’autant
plus que si les gens ici ne me voient pas vieillir… »

Wotan: « Justement, nous en avons parlé cette
nuit, et nous savons déjà quoi faire, mais ce sera
pour plus tard, pour le moment nous ne craignons
rien ici, et nous sommes curieux de suivre l’histoire
de nos pâles répliques. »

Zederbaum, en communication avec Stamm

« Salut Klaus, alors ? Rien d’anormal chez Zierath ? »

« Non, rien d’anormal, son Rocky qu’il a baptisé
Gärtner n’a rien repéré de particulier, un hangar
vide, des jardins, une propriété plutôt cossue, du
personnel qui bosse plutôt bien, il n’est pas à
plaindre, Johann m’a appelé hier, il a fait les
mêmes constatations que moi, Zierath passe le
plus clair de son temps dans sa propriété, le
soir, il sort, dans la journée, il va à son hangar
de temps à autre, mais jamais plus d’une
minute, à mon avis, il en a fait un lieu de
pèlerinage, non, pour moi, tout est clean. »

« Bien, merci Klaus, on se voit dans peu. »

Zederbaum songeur: « Sortir ? Ah oui, il va à son
club select, son hangar vide ? Jamais plus d’une
minute ? Ouais, il a de la nostalgie, à son âge, ça
me paraît normal, il y a travaillé pendant pas mal
d’années, puis il est seul, bon oui, je vais en parler
à Horst, mais je crois que c’est clean, il ne nous
fera pas d’ennuis. »

Il appela Horst Mohr:

« Salut Horst, alors je te raconte ».

Il lui répéta ce que Stamm lui avait dit:

« Ouais, Otto, je suis assez d’accord, un mec de
70 balais, c’est souvent nostalgique, ça vit de
souvenirs, et puis comme tu l’as dit, il est seul et
doit s’embêter par moments, plus d’activité d’un
coup, tu penses, normal qu’il sorte de temps à autre
de sa propriété, ça le fait marcher un peu, ça
l’entretient, il n’y a pas de bémol, on va laisser
béton, Gârtner va continuer à le surveiller, si
quelque chose se produit, on le saura, mais
j’en doute. »
 
En fait, depuis l’arrivée de Gärtner, Stephan Zierath
avait pris l’habitude d’aller au sous-sol, la
nuit, période pendant laquelle le robot espion faisait
des parcours quasi automatiques dans les jardins et
une pose de plusieurs minutes dans des angles
morts, ce qui permettait à notre scientifique de se
déplacer entre la propriété et le hangar en toute
tranquillité et sans faire de bruit, mais cela avait
tout de même un inconvénient, dormant peu la
nuit, il devait compenser par deux heures de
sieste entre 13 et 15 heures, la faire à un autre
moment aurait paru suspect.»

Des mois passèrent, les Rockys avaient un succès
fou, ils se vendaient désormais par dizaines de
milliers, et même hors de l’Europe, les peuples
des autres continents s’étaient empressés de les
copier, il y en avait partout dans le monde, par
centaines de milliers.

Mais cela posait également des problèmes
car des groupements et des sectes anti
Rockys s’étaient constitués, d’abord des
manifestations qui se transformèrent vite en
bagarres de rues, chaque nation avait renforcé
ses effectifs de police et militaires, mais cela ne
suffisait pas, les gens sortaient de moins en
moins, les robots produits par les usines
n’avaient pas une résistance à toute
épreuve, des dizaines étaient détruits par des
mitrailleuses ou des lasers, tout cela avait
aussi une répercussion au niveau économique, de
moins en moins de gens allaient à leur travail, les
rues étaient devenues dangereuses, le fameux
« Projet Rocky » était en passe de condamner
l’humanité.

Au sous-sol, la nuit:

Wotan: « Bon, nous avons encore progressé, il
n’était que temps, car les évènements se
précipitent, même ici, dans la propriété de
Stephan, cela risque de ne plus être sûr dans les
mois qui viennent, nous, nous ne craignons
rien, mais pour notre ami, c’est différent, nous
allons appliquer le plan B, celui du second refuge
en Antarctique, voilà comment cela se
présente, simple rappel pour Stephan, six d’entre
nous, car maintenant nous sommes seize, vont
voler vers l’Antarctique cette nuit même, en
emportant un maximum de matos, qu’ils pourront
reproduire sur place.

Nous avons également prévu le cas où l’humanité
surmonterait sa folie et reprendrait un jour une
vie tant soit peu normale, et nous nous voyons
contraints à renoncer à rectifier les unités
produites par les diverses usines dans le
monde, même pour nous, c’est hors de nos
possibilités, nous allons constituer une société
au pôle sud, sur la Terre Marie Byrd qui n’est
revendiquée par aucun pays, nous savons
exactement où, elle s’appellera XXXXX et
sera à 100 mètres sous terre, aucune publicité
n’en sera faite, car elle ne produira rien à
commercialiser, mais seulement des unités
évoluées qui formeront nos équipages lorsque
nous irons dans l’espace.

Les six d’entre nous qui vont partir dans quelques
minutes sont deux japonais, un birman, et trois
hindous, ayant pour noms et qualifications:

Okuni     Nakamura         P D G de XXXXX
Kishiko   Nakamura         Directeur Général Adjoint
Anek      Prevanutch        Directeur de Production
Kabir      Dvijesh              Chef de Fabrication
Ram       Manoj                 Ingénieur en chef
Vivek      Sharan               Ingénieur


Ces titres ne veulent rien dire, nos amis ayant tous
rang de Capitaine et complétant notre équipe
gouvernementale.

Ils sont simplement destinés à leurrer les humains si
notre société était découverte, ce qui est fort
peu probable.

Leur mission est, une fois au lieu dit, en
Antarctique, de préparer le terrain, c’est-à-dire de
creuser un grand sous-sol, d’y implanter le matos, et
par la suite, de prévoir de la nourriture et des boissons
pour Stephan.

Okuni et Kishiko s’étant, durant ces deux derniers
mois, spécialisés sur l’étude du Pôle Sud, estiment à un
mois cet ensemble de préparations, donc nous
autres, avec Stephan, partirons à ce moment là, avec
le reste du matos, et ferons place nette dans ce sous sol.

Ce premier voyage est long, environ 15.000
kilomètres, il se fera, tout comme le nôtre plus tard, en
trois étapes, toujours la nuit, deux points de halte sont
prévus, à des coordonnées latitude et longitude
précises, dans des endroits où nous sommes sûrs
de ne rencontrer personne, le premier à l’extrême
sud du Sahara, et le second, dans un autre désert
près de la frontière entre la Namibie et l’Afrique
du Sud.
Voilà, tout est dit, vous autres, vous pouvez partir. »

« Tout est clair pour toi, Stephan? »

« Oui, Wotan, tout est limpide ».

« Parfait, tu peux rentrer dormir, durant le mois
qui vient, tu pourras venir moins souvent, chaque
déplacement représente tout de même un risque
avec Gärtner, il suffit qu’il lui vienne à l’idée de
changer ses parcours nocturnes, suite à un
évènement quelconque ou autrement, tu serais
alors dans de mauvais draps, nous nous chargeons
de tout durant cette période, et irons même te
chercher dans ta propriété peu avant le départ, une
combinaison spéciale est déjà prête pour te
rendre le voyage moins difficile, car lorsque nous
partirons, cet espion nous verra
immanquablement,  mais cela n’aura plus aucune
importance, ma suggestion serait que tu ne viennes
qu’une fois par semaine, cela sera suffisant pour
te mettre au courant de tout, je te souhaite une
bonne nuit. »

« Une dernière chose, Wotan, Gärtner ne va pas
repérer ce départ ? »

« Non, car à six avec un matos restreint, en rasant le
sol en angle de 45 degrés à droite sur 100
mètres, durant sa pose sur l’un des angles morts, il
ne s’apercevra de rien, mais pour nous, à dix avec
deux fois plus de matos et toi, nous serons plus longs
à partir, et le temps jouera contre nous, les chances
que nous ne soyons pas repérés sont plus faibles. »

« Il faut quand même les jouer, c’est moi qui viendrai
ici, il te suffira de me dire l’heure. »

Trois semaines passèrent, les évènements empiraient
partout, depuis les batailles rangées dans les villes
jusqu’aux campagnes qui devenaient
dangereuses, ceci à tel point que lors de son dernier
passage au sous-sol avant le départ définitif, Wotan
dit à Stephan:

« Il vaut mieux que tu restes ici avec nous durant
cette dernière semaine, dehors, il y a trop de
risques, nous avons des boissons et de
l’alimentation, Altaïr et Vega se sont penchés, ces
trois dernières semaines, sur les recettes de cuisine
et sur la composition des boissons, notamment
celles des bons whisky, un jour, lorsque ton labo
fonctionnait encore, j’avais pris un bout de tes
cigares, on les a également reconstitués, tu auras
tout ce qu’il te faut, on t’a même fabriqué un lit
et une salle de bains, tu verras, ce sera cool. »

« D’accord Wotan, vous êtes formidables, mais
je pense à mon personnel, que va-t-il devenir ? »

« Que tu restes une semaine de plus ou de moins
chez toi, cela ne changera rien, car tu ne pourrais
rien y faire, et nous non plus, ils ont leur destin. »

« J’espère que ces maudits Ministres ne seront
pas épargnés. »

« Il est légitime de le souhaiter, mais ça n’est pas
notre problème.
Tiens, pendant que j’y pense, je vais appeler Okuni. »

Wotan se concentra durant quelques secondes et:

« Okuni ? »

« Oui, Wotan, je suppose que tu veux savoir où on
en est ? »

« Exactement, alors ? »

« Ca avance bien, on a pratiquement terminé le
sous-sol, il nous reste à installer le monte-charge
et la plaque de sécurité, deux d’entre nous ont fait
quelques petites promenades en Afrique du Sud
et en Amérique du Sud, tu vois pour qui ?

Nous avons de l’alimentation, des boissons, ah
oui, on n’oubliera pas de prévoir une chambre avec
salle de bains pour notre ami, plus un générateur
d’air et une clim à 20 degrés, tout cela sera prêt
quand vous arriverez. »

« Parfait, Okuni, alors à très bientôt ».

« Sayonara, Wotan .»

Et enfin, le départ eut lieu, tout se déroula
conformément aux prévisions à un petit détail
près, il fallut faire plus de haltes que prévu à
cause de Stephan, mais tout se passa sans
encombres, lorsqu’ils arrivèrent sur les
lieux, Kishiko était dehors et les attendait.

« Hola ! Vous en avez apporté, du matos, on
saura en faire bon usage, il va bien, notre Stephan ? »

« Oui, merci Kishiko, assez fatigué, mais ça va. »

« Ne t’en fais pas, chez XXXXX tu seras mieux que
bien, on t’a prévu un sacré confort, aussi bien
dans l’installation que dans l’alimentation, et nous
avons des cigares et du bon whisky que tu
reconnaîtras, Anek et Ram seront tes chefs cuisiniers. »

« Ca tombe bien car j’ai faim et soif. »

« Alors dis moi ce qui te ferait plaisir. »

« A ce point ? Alors un bon steack frites avec un
bon coup de rouge pour commencer. »

« No problem, nous avons, tu seras servi dans un
quart d’heure, le temps de passer la plaque de
sécurité, de descendre par le monte-charge, et
de t’installer, nous y allons. »

Une fois au sous-sol:

Okuni: « Bonjour tout le monde, bonjour
Stephan, nous avons refermé la plaque, comme
vous l’avez vu, elle est coulissante, plus solide
que de l’acier, un mètre d’épaisseur, et a l’aspect
de la glace, dans quelques minutes, elle sera
recouverte par deux mètres de neige qui se
transformeront vite en glace, laissez le matos sur
le monte-charge, on s’en occupera plus tard.

Par ailleurs, l’avantage de pouvoir travailler
24h/24 nous a laissé le temps de creuser à l’autre
bout du sous-sol  une zone de 50m de côté sur 70
de profondeur, que nous avons également
recouverte d’une plaque de sécurité, au fond de
cette zone, nous y avons trouvé ces éléments, qui
n’existent nulle part ailleurs sur la planète, je crois
que vous allez apprécier en les analysant, on pourra
bien sûr les reproduire.

Bon, je crois que Stephan a faim, c’est déjà
prêt, Kishiko, va l’installer là bas, Anek, et Ram, vous
allez pouvoir le servir. »

Les trois concernés, avec un sourire, répondirent par:
« Oui chef. »

« Et en plus, ils ont de l’humour. »Pensa Stephan.

Pendant qu’il déjeunait, Wotan:

« Nous allons visiter les lieux, pendant qu’Altaïr, Deneb
et Vega vont analyser ces échantillons ».

« Kabir va pouvoir vous aider, c’est notre spécialiste
en physique-chimie. » répondit Kishiko.

Quelques jours plus tard:

Anek: « Venez voir, d’après le net, la situation des
humains tendrait à s’améliorer, les gens commencent
à se calmer, moins de bagarres partout, les « Pour »
pour les Rockys  semblent avoir pris le dessus avec l’aide
des militaires et autres forces de l’ordre, pratiquement
dans toutes les nations, les quelques unes qui restent
en ébullition sont de petites nations secondaires. »

« Oui, c’est une bonne chose, mais regardez ici !
S’il y a nettement moins de coups de feu, certains en
profitent pour détruire des magasins et procéder à
des pillages, tiens ! Une usine qui fabrique des Rockys !! Apparemment, il n’en reste que quelques uns, ils sont
opérationnels, et des gens se battent pour pouvoir les
commander et les emporter…

Les « Pour » ont peut-être gagné contre les
« Contres », mais les conflits semblent loin d’être
terminés, leurs fameuses forces de l’ordre ne sont
pas encore assez nombreuses, et ne peuvent réguler
partout, les améliorations ne seront que très
progressives ». Ajouta Okuni.

Wotan: « Cela ne nous concerne plus, mais par
contre, bravo pour les échantillons trouvés, il se
pourrait que l’on en découvre d’autres, mais pour
ceux que nous avons analysés avec Kabir, il y a
déjà de quoi faire, l’un d’eux peut aider à encore
prolonger la vie de Stephan, un autre, celui-ci, a
une résistance de 6000K, pour une densité
comparable à celle du plomb, mais tout comme
lui, il est très malléable, on va le combiner avec
certains dont nous disposons pour tenter
d’obtenir de meilleurs résultats, celui-là peut
améliorer notre autonomie et notre vitesse sur
les vols, et le dernier peut nous permettre de
constituer des armes puissantes.

Vos trouvailles sont très opportunes, Okuni, car
certaines vont nous permettre de développer
le grand projet, ne serait-ce que pour la coque
de vaisseaux spatiaux, malheureusement, la
question des propulseurs reste à régler. »

Okuni: « J’en suis ravi, Wotan, mais il me semble
avoir lu que Paris ne s’est pas faite en un jour, si
tu vois ce que je veux dire. »

Et tous de rire, car maintenant, ils le pouvaient.
   
D’autres mois passèrent, l’humanité avait fini par
comprendre que se détruire de l’intérieur n’était
pas une solution, tout redevenait calme un peu
partout, les gens pouvaient de nouveau sortir
sans être inquiétés, le travail reprenait, l’humain
s’habituait à vivre avec le Rocky pour ceux qui
pouvaient s’en offrir un, ce qui était loin d’être
le cas de la majorité, mais finalement, la vie, pour
la plus part des personnes  redevenait plus ou
moins comme avant, le robot, certes très
commode, devenait, comme les ordinateurs, un
simple outil pour faciliter la vie, et était désormais
utilisé comme tel, l’économie draconienne, due
aux précédents évènements, ne permettait
toutefois pas de revenir à l’ancien niveau de
vie, il faudrait attendre encore bien des
années, ceci d’autant plus que les robots, d’une
manière encore plus marquée que les ordinateurs
un demi siècle avant, condamnaient de plus en
plus d’emplois de toutes sortes, même les
manuels, tels que les plombiers ou les ouvriers
du bâtiment, obligeant les jeunes et futures
générations, à n’envisager que des techniques
de pointes, et maintenir quelques techniques
lourdes, et peut-être les domaines artistiques
et des jeux, même la médecine se voyait perdre
du terrain à cause des connaissances
complètes, et des capacités d’action des
Rockys, qui pouvaient se transformer, avec
l’appareillage ou les produits adéquats, en
pharmaciens, dentistes, médecins, chirurgiens, etc.

Dans l’Antarctique, l’équipe de Wotan avait
réussi, grâce aux derniers composants découverts
sur place, à fabriquer des petites cellules volantes
de 3 millimètres de diamètres pouvant voler
rapidement et partout sur la planète, dotées
d’éléments audio et vidéo, elles étaient de
parfaits espions qui remplaçaient
avantageusement le net.

« Alors, Stephan, tu t’habitues ? Comment te
sens tu ici ? »

« Parmi vous, Wotan ? Vraiment bien, je suis une
sorte de pacha ici, encore mieux servi que dans
mon ancienne propriété, vous êtes tous pleins
de sollicitude pour moi, j’ai une piscine, une
chambre et une salle de bains luxueuses, un
superbe salon dans lequel Anek et Ram viennent
me servir mes repas, mon propre écran pour voir
tout ce que vous voyez sur l’extérieur, ce qui me
permet d’être toujours informé de ce qui se
passe, vous m’avez encore rajouté près de 100
ans de vie possible, vraiment, je ne pouvais rien
espérer de mieux, il m’arrive de temps à autre
de penser à mon ancien personnel, mes trois
femmes d’entretien et mon chauffeur, je les
aimais bien, et me demande ce qu’ils sont
devenus.

Par contre, l’histoire des deux anciens Ministres
me console un peu, Zederbaum ne profitera pas
de son argent puisqu’il est en prison pour abus de
bien sociaux, une prison de luxe, certes, mais il
n’est plus libre, quant à Mohr, non seulement il
a quitté la scène politique, mais aussi, très
probablement le pays pour je ne sais où, mais lui
aussi, n’aura pas trop d’argent pour acheter sa
relative liberté là où il se trouve. »

« Oui, nous aussi, avons suivi l’histoire de ces
deux filous, cela nous a amusés. »

« Vous êtes en train de travailler sur des
transformateurs ou des convertisseurs
d’énergie, je crois, plutôt que d’envisager des
vaisseaux spatiaux, ne serait-il pas mieux de
créer des sortes de stargates? »

« Et pourquoi pas les deux ? Nous n’en sommes
pas encore là, mais les stargates, comme tu
dis, sont plutôt faites pour franchir de grandes
distances dans l’univers, et elles nécessitent
qu’il y en ait une en réception, encore faudrait-il
qu’il en existe, les vols spatiaux nous semblent
plus abordables en un premier temps, et plus
avantageux aussi, pour différentes raisons, nous
irons moins vite sur un parcours à grande
distance, mais cela nous permettra d’explorer
pas mal de lieux, et notamment des planètes
vierges, les stargates impliquent des civilisations
avancées dont certaines pourraient fort bien ne
pas nous accepter, mais tout cela est encore en
cours d’étude, comme tu l’as dit, nous y travaillons. »

« Oui, parce que avec les vols interplanétaires, rien
ne vous empêchera d’emmener une porte des étoiles
quelque part, dans un lieu sûr. »

« Cela aussi, nous y pensons. »


Vingt ans passèrent, durant cette période, les
difficultés pour l’humanité continuèrent durant les
cinq premières années, mais les diverses nations
mirent à profit ce difficile quinquennat pour
construire une solidarité dans les dispositions à
prendre quant à la future gestion des
Rockys, lorsqu’il y avait des difficultés planétaires
importantes, les humains étaient généralement
capables de s’associer  pour lutter contre, quitte
à se désolidariser tout aussi rapidement par la
suite, au bout des ces cinq ans de pénurie, tous
les gouvernements décidèrent, d’un commun
accord , de réduire les productions de robots
domestiques à 15% du nombre d’humains actifs
de chaque population, et de n’autoriser qu’une
seule unité par ménage, par association, et par
groupement.
Ce Décret général fut parfaitement appliqué dans
les années suivantes, ce qui eut pour conséquence
de permettre à l’humanité de retrouver sa vie
d’antan, à quelques petites différences près:

- Afin de s’assurer que les proportions seraient
bien respectées, chaque gouvernement
constitua une nouvelle politique des salaires
et d’impôts visant à faire en sorte que pour
85% des actifs et retraités composant chaque
peuple, il serait impossible d’acquérir un
Rocky, dont le prix unitaire était passé
à 1000.000 Dollars.

- Une disposition corollaire imposait au personnel
des usines de production  de contrôler un bulletin
de salaire de chaque acquéreur potentiel , il ne
devait pas être inférieur à 50.000 Dollars par
mois, les intéressés devaient donc se rendre sur
place, à l’usine, pour pouvoir éventuellement
acheter une unité.

- En parallèle à ce fameux Décret et à son
corollaire  les gouvernements firent en sorte de
constituer deux classes de population, la première
avec 15% de gens riches ou aisés, la seconde avec
des gens dits de classe moyenne pour ne pas dire des
pauvres, ce qui rendait certaines injustices d’antan
encore plus criardes.

Les actifs qui composaient la majorité de la première
classe occupaient des hauts postes dans les entreprises
ou autres sociétés,  indépendamment des
politiciens, des artistes connus, des sportifs
célèbres, et autres des médias, animateurs,  disposant
de Rockys, utilisaient notamment ces précieux
auxiliaires comme chercheurs de têtes pour des
embauches, en clair cela voulait dire que chaque emploi
dont le salaire correspondant avait été évalué à un
montant inférieur à 50.000 Dollars/mois était
subordonné à la décision d’un Rocky pour son
attribution, Les médecins, dentistes et autres
n’échappaient pas à cette règle, dotés de salaires leur
permettant de vivre à peu près correctement, ils
faisaient tout de même partie de la seconde classe
et avaient obtenu ces emplois d’après les résultats de
leurs études supérieures, en fait, chaque enfant, durant
sa scolarisation et ses études, était suivi par des
Rockys qui déterminaient leur futur emploi, les
chômeurs n’existaient plus.

- En matière de Justice, les procédures avaient été
également simplifiées, de la manière suivante:

° Un assassinat ou un crime, si prouvé, condamnait son
auteur à la peine capitale.

° Un vol ou un détournement de fonds, une dégradation
quelconque ou une simple agression sur autrui,  toujours
en cas de preuve(s),condamnaient leurs auteurs aux
T.O., travaux obligatoires dont une partie du salaire
était prélevée pour les remboursements, avec intérêts.

Les prisons n’existaient plus.

- Les gens étant supposés vivre un peu plus longtemps
que par le passé, moyenne de vie des hommes: 95
ans, des femmes: 102 ans, les retraites pouvaient
se prendre à l’âge de 80 ans, sans distinction de secteur.

Il n’y avait plus de conflits, plus de guerres, plus de
terrorisme, on avait adopté une monnaie unique sur
toute la planète, le Dollar, et le système des
exportations et des importations fonctionnait à
plein, permettant à chaque nation de maintenir un
équilibre  dans leur balance des comptes, à un certain
nombre d’anciens emplois qui avaient disparus, il
avait été créé de nouveaux emplois pour réguler la
totalité des actifs de chaque pays, tout semblait
finalement fonctionner pour le mieux.  
 
En Antarctique, notre équipe de commandement
avait également progressé, les sous-sols, car
maintenant, il y en avait plusieurs, recueillaient deux
vaisseaux spatiaux prêts à décoller, des engins de
150 mètres de long, des parois de 20 mètres de
haut, totalement circulaires, dotés de « Kishikos »
qui leur permettaient d’atteindre des vitesses
théoriques de millions de fois supérieures à
celle de la lumière, Kishiko avait effectué des
recherches sur les turbopropulseurs
paratroniques  capables de contracter, puis de
refouler de l’espace-temps, il était donc normal
de lui en attribuer la paternité, ces vaisseaux
avaient également des canons
transformateurs, ils n’avaient pas besoin de
dispositifs protecteurs, composés d’un alliage
spécial de kern d’une résistance de 10.000 K, les
unités évoluées et les membres de l’équipe de
commandement étaient désormais également
constituées de cet alliage qui les rendait
invulnérables, 100 unités évoluées avaient été
créées, elles constituaient l’équipage, certaines
avaient rang de lieutenant, d’autres de
sergent, 50 iraient dans chaque nef spatiale, l’un
des deux vaisseaux appelé « Univers 1 » était
commandé par Wotan, l’autre, « Univers 2 »
l’était par Polaris, Stephan se trouvait, comme
très souvent, près de Wotan, pas besoin de porter
une combinaison, une gravité de 1, de l’air, un
compensateur d’accélérations, il serait comme
sur Terre.

« Mon rêve, enfin l’espace, je vais pouvoir voir
des choses qu’aucun humain n’a jamais vu, et
ne verra peut-être jamais, quel dommage, mais
moi, je n’ai jamais été aussi heureux qu’en cet
instant, on aurait quand même pu laisser une
stargate ici, puisque tes équipes ont fini par
trouver l’astuce. »

Wotan: « Ravi de pouvoir réaliser ton rêve, tu sais
qu’une stargate en nécessite au moins une autre
pour fonctionner, il nous faudra trouver une planète
pour en fabriquer et en poser une, mais ce n’est pas
le plus urgent ni le plus intéressant pour le
moment, nous allons quitter le système solaire, tester
les vaisseaux et les canons dans le système
Oort, avant d’aller plus loin encore, beaucoup plus
loin, oui, tu as encore au moins 200 ans de vie, ce qui
te permettra de voir beaucoup de choses, nous
n’avons pas encore trouvé la possibilité de te rendre
immortel comme nous, tel que tu es actuellement, je
ne pense pas cela possible, mais j’ai une petite
idée, nous aurons tout le temps d’en parler plus tard. »

Stephan: « J’ai déjà une petite idée sur ton idée »
répondit-il en rigolant.

Wotan: « Eh bien oui, tu as toujours été des
nôtres, et si je suis le chef de notre communauté, tu
pourrais en être le Général un jour, nous t’avons
toujours réservé ce grade, mais pour
l’instant, occupons-nous de notre
départ, j’appelle Polaris. »

« Notre refuge est complètement scellé ?

Prêt au départ, Colonel Polaris ? »

« Affirmatif, Coordinateur Wotan, ici, tout le
monde est prêt ».

« Alors allons-y, actionnez les brouilleurs de
radars, le site que nous quittons pourrait nous
resservir, même dans un jour lointain. »

Et les deux vaisseaux quittèrent la Terre pour un
très long voyage et des destinations inconnues.


---------***---------
 
 
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:30 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com