KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L039

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 130

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:32 (2017)    Sujet du message: L039 Répondre en citant

Vendredi 2 Mai 2036, quelque part en
Antarctique, dans une zone non revendiquée:

« Ouais, d’accord, nous vivons, à 50 mètres en
sous-sol, nous avons des provisions pour
l’éternité, notre super bunker de luxe est assez
sympa, et nous avons nos familles près de nous
mais je te le demande, Richard, où est notre
avantage par rapport à celles et ceux qui sont
morts par millions depuis le mois dernier ?

Crois-tu vraiment qu’un jour, nous retrouverons
une vie normale? »

Ainsi venait de parler Mike Sheldon, ancien
technicien à la NASA.

Durant le 13 du mois précédent, vers 10 heures
du matin, dans le Wisconsin, aux Etats Unis, un
geocroiseur de 350 mètres, portant le nom
d’Apophis, était venu s’écraser, d’un poids de
plus de 50 millions de tonnes, il avait créé une
sorte de cataclysme atomique équivalant à plus
de 60.000 fois Hiroshima, ce qui s’était traduit
par un hiver nucléaire dans l’hémisphère nord
qui durerait au moins un an, des milliards de
personnes avaient péri, si la NASA n’avait rien
tenté, il aurait dû s’écraser quelque part dans
le sud de la Russie, quelques minutes plus tôt, ce
qui n’aurait pas changé grand-chose, mais la
mise en place de vaisseaux spatiaux dotés de
lasers pour essayer de le réchauffer, dans le
but de dévier suffisamment sa course pour
éviter le choc monstrueux, n’avait pas été
suffisante, le désastre s’était simplement reporté
un peu plus loin que prévu, et c’est précisément
ce que Jeff Reeves et Mike Sheldon reprochaient
à Richard Walker.

« Mike a raison, vous êtes des inconscients, des
apprentis sorciers qui font les malins, qui croient
tout connaître, et vous avez lamentablement
échoué, j’y ai perdu deux oncles, une tante, des
cousins et des cousines que j’aimais bien, même
la série de coups de poings dans la gueule que je
pourrais t’envoyer ne me consolerait pas, si le
météorite était tombé chez les russes, bien sûr
que ce serait malheureux, mais là, c’est encore
pire, regarde ce à quoi tu as participé, toi, un
des mégas ingénieurs de la NASA, nombre
d’entre nous ici, ont perdu une bonne partie
de leur famille. »

Ajouta Jeff Reeves, un raté, drogué, qui avait
bénéficié du privilège du figurer sur la liste des
gens triés sur le volet pour vivre ou survivre
dans le bunker, du fait d’un père Sénateur.

Richard Walker: « Dites donc, vous êtes bien
gentils, tous les deux, mais premièrement:

- Je faisais partie de ceux qui n’approuvaient
pas ce projet, et toi, Mike, tu le sais bien, j’étais
obligé d’obéir à mes supérieurs, qu’aurais-tu
fait à ma place ?

Crois-tu que je sois heureux du résultat?

Moi aussi, j’ai perdu des gens de ma famille.
 
- Deuxièmement, il y avait le choix entre deux
projets, mais rien ne dit que celui qui n‘a pas
été adopté aurait mieux résolu le problème.

-Troisièmement, j’ai été viré une semaine
avant, par le fait que j’étais contre, alors?

Tu n’as pas connu cette dernière période
puisque tu avais déjà quitté la NASA pour
bosser avec ton oncle richissime dans
l’immobilier, c’est d’ailleurs grâce à lui que
tu es ici, que peut-on me reprocher ?»

« Oui, d’accord, Richard, c’est vrai que tu n’étais
pas pour, mais… »

Jeff Reeves: « Attends Mike, c’est trop
facile, Monsieur la super tête se borne à
répondre qu’il a agi contre son gré, qu’il s’est
fait virer, mais il y a participé à ce putain de
projet, et il est là bien au chaud , avec nous.

Personne ne pouvait rien faire?

Mon ***,  Pas d’accord, la NASA s’est
suffisamment vantée, durant des
décennies, d’être la super organisation pouvant
traiter tous les problèmes de l’espace, et là, le
résultat…

J’en ai trop sur la patate, le corriger un bon
coup nous donnerait au moins une satisfaction
morale. »

« Je ne te le conseille pas, car dans ce cas, tu
aurais affaire à moi. »

Intervention de Boris Korotchenko, un russe de
deux mètres taillé en colosse, ancien Colonel de
la Spetsnaz.

« Ah bon ! Alors s’il bénéficie de l’appui des russes
maintenant, je me demande comment on peut le
considérer, peut-être comme… »

« Ta gueule, Jeff, tes jérémiades de petit
roquet, il y en a marre, je ne suis pas aussi fort
que Boris, mais pour te la faire fermer durant un
bon moment, tu peux compter sur moi. »
 
Lui dit un certain Rick Slammer, ancien joueur
célèbre de football américain.

Le bunker en question avait été commencé, en
secret, dès 2014, précisément en prévision de
2029, il était prévu dès le départ, par les membres
de l’époque des huit principaux gouvernements
que les 2000 survivants à sélectionner
comprendraient:

- Des cerveaux, des gens célèbres, des
politiciens, des  techniciens hors pair, et
quelques autres personnes disposant
d’aptitudes particulières dans divers domaines
utiles, ainsi que les membres directs de leurs
familles.

Sa construction, conjointement dirigée par des
américains, des russes, et quelques européens
et chinois, avait été menée de main de
maître, situé à 50 mètres sous la surface de
glace, sur plusieurs kilomètres carrés, il
disposait de tout, centres de
recherche, usines, magasins et commerçants
divers, hôpitaux et médecins, moyens de
transport, domiciles confortables, des jardins
hydroponiques, d’autres zones transformées
en prairies pour du bétail, etc.

20 ans n’avaient pas été de trop, même avec
un personnel important qui, bien sûr, est resté
sur place, en 2029, il n’aurait pas été
terminé, il a fallu 7 ans de plus, mais cette
fois-ci, ça y était, les survivants pouvaient
penser à pérenniser une nouvelle
civilisation, ils se gardaient bien de chercher
à communiquer avec les survivants habitant
hors de l‘Antarctique, le secret avait bien été
maintenu, quelques fuites avaient bien eu
lieu, d’autres soupçonnaient qu’il étaient
quelque part près du pôle sud, mais où ?

On les oublierait avec le temps.

Ailleurs sur la planète, tout n’avait pas été
dévasté, du moins dans l’hémisphère Sud, en
Amérique du Sud, en Afrique, et en
Australie, les gens vivaient à peu près comme
avant, dans l’hémisphère Nord, c’était une
autre histoire, aux USA, en Europe et en
Russie, les températures à -80 degrés dans
la plus part des endroits,  la panne générale
d‘électricité, il n’y avait plus de Gulf
Stream, ni de banquise au pôle Nord, tout cela
avait contribué à une destruction quasi-totale
des habitants de l’hémisphère, il fallait
atteindre au moins l’extrême sud de
l‘Amérique Centrale, de la Mauritanie, des
Indes, ou l’Indochine pour retrouver du
courant, et des températures positives, même
dans un endroit comme  Rio sur le tropique du
Capricorne, elle dépassait rarement 13 degrés
à Djibouti, sur l’équateur, elle variait entre 5
et 15 degrés.

Au sous-sol, en Antarctique, il fallait tout de
même penser à s’organiser, d’abord en
reconstituant une hiérarchie, c’est-à-dire un
gouvernement, un pouvoir législatif, un pouvoir
exécutif, une armée, une police, etc, la nouvelle
population était composée de gens triés sur le
volet, mais les enfants, et plus tard, les
descendants…

Distribuer des tâches à chacune et à chacun
des adultes selon ses compétences s’avérait
également nécessaire, pas question d’avoir des
chômeurs, les personnes âgées de plus de 70
ans mises à part, et qui se comptaient sur les
doigts des deux mains, il fallait remettre les
chercheurs dans les centres de recherches, les
ingénieurs et techniciens dans les usines et
autres centre de production, les médecins dans
les hôpitaux, les commerçants dans les
boutiques et autres agences, les 
restaurants, les artistes pour les spectacles, des
enseignants pour les écoles et autres études
supérieures, etc, bref il fallait rétablir une
société classique, avec ou sans banques ?

Avec ou sans argent ?

Là se posait une question importante,  que le
nouveau gouvernement ne tarderait pas à trancher.

Toujours en Antarctique, mais bien des kilomètres
plus bas, encore dans la croûte terrestre:

« Qu’en penses-tu, Nekktra ? »

« De ces humains de la surface qui viennent de
s’installer près d’ici ?

Pas grand-chose, Kazbun, sinon qu’ils ne sont
pas faits pour vivre en-dessous de la surface
de leur planète. »

« Certainement, on peut être à peu près sûrs
que, dans deux ou trois de ce qu’ils appellent
des générations, ils chercheront à vivre de
nouveau en surface…

De toute manière, ils ne nous gênent pas, mais
peut-être que l’on aurait pu dévier la météorite
qui vient d’arriver sur leur secteur Nord. »

« Zirkad avait, en son temps, posé la question
à Vekkor, qui a répondu de ne pas le faire, que
les humains devaient suivre leur destin. »

« Puisqu’il en est ainsi, continuons à les
observer, cela nous fera du spectacle .»

Ces deux êtres avaient, tout comme les
humains, deux bras et deux jambes, mais la
ressemblance s’arrêtait là, originaires de la
Galaxie M33, située à 3.000.000
d’années/lumière de notre système, ils étaient
issus d’une civilisation beaucoup plus avancée
que la nôtre, nombre de leur semblables
vivaient à l’intérieur d’autres planètes dans
l’univers, jouant tout comme eux un rôle
d’agent dormant, cela, pour des desseins dont
nous ne pouvons avoir aucune idée.
 
Au-dessus, chez les humains:

« Bon, tout le monde est ici ?

L’appareil des présences m’indique que
oui, donc nous allons pouvoir procéder aux
élections.

Pour mémoire, il s’agira de voter pour quelqu’un
qui deviendra notre Président pour dix
ans, lui-même, par la suite, se constituera une
équipe en déterminant un Ministre de l’Intérieur
qui sera le numéro deux, directement sous ses
ordres, lui-même sera le patron de trois autres
Ministres, un pour le Pouvoir Législatif, un autre
pour le Pouvoir Judiciaire, et enfin un troisième
pour le Pouvoir Exécutif, charge à chacun d’eux
de constituer leur équipe d’auxiliaires.

Compte tenu de notre petite population, nous
cherchons à simplifier au maximum, vous serez
informés des développements ultérieurs, et de
leurs productions, sous forme de Lois et autres.

Nos candidats à la fonction de Président sont:

Monsieur Kurt Stolz ex américain.
Monsieur Piotr Kallougine ex russe
Monsieur Gerald Sommerset ex britannique
Monsieur Wan Chan Sing-Lung ex chinois
     
Celui qui recueillera le plus grand nombre d’avis
positifs sera élu, il faut désormais comprendre
deux choses:

- Ici, la quasi-totalité, y compris la plus part des
enfants connaissent l’anglais, elle devient
désormais notre langue officielle.

- Il n’y a plus d’américains, ni de russes, ni
d’européens, ni de chinois, ni d’autres anciennes
nationalités, nous sommes tous des Antarctes.

Les élections vont commencer, nous allons
distribuer aux adultes un petit appareil sur
lequel figurent les noms des candidats, en face
d’un bouton, il leur suffira d’appuyer sur le
bouton correspondant au nom de la personne
qu’ils souhaitent élire, tout sera enregistré à
l’intérieur de la machine grise que vous voyez
sur ma droite, cette dernière ressortira, au bout
de quelques secondes, le nombre de votes en
faveur de chacun des candidats, une dame
ici, près de moi, que la plus part d’entre vous
connaissent, procédera également aux
constatations, aucune tricherie n’est
possible, ceci d’autant plus que les résultats
resteront indiqués durant une journée, tout le
monde pourra les consulter. »

828 adultes votèrent, les résultats furent les
suivants:


Kurt Stolz                      :    187
Piotr Kallougine            :   212
Gerald Sommerset        :   276
Wan Chan Sing-Lung   :    153

« Nous avons le plaisir de vous annoncer que
Monsieur Gerald Sommerset est notre nouveau
Président, Monsieur le Président, permettez moi
de vous féliciter ».

« Merci Carter, alors pour moi, en un premier
temps, les choses sont simples, connaissant bien
les autres candidats avec qui nous avons menés
bien des politiques communes ces dernières
années, je nomme Piotr Kallougine comme
Ministre de l’Intérieur, Kurt Stolz comme Ministre
de la Justice, donc patron du Pouvoir
Judiciaire, Monsieur Wan Chan Sing-Lung sera
mon Ministre des Affaires Sociales, patron du
pouvoir législatif, et Aaron Linderberg comme
Ministre de la Défense, Patron du pouvoir
Exécutif, je laisse à chacun d’eux le soin de
constituer leur équipe.

Les trois désignés, dont Monsieur Linderberg
qui sortit de la foule vinrent serrer la main à
Gerald Sommerset, devenu Président
d’Antarctia, nouvelle patrie des antarctes.

Dans les jours qui suivirent, les Ministres
constituèrent leurs équipes, réunis autour d’une
immense table appartenant au Palais
présidentiel, deux belles auxiliaires de service
se relayaient pour leur servir un somptueux
repas, de bons vins, de délicieux desserts, puis
quelques bons whiskys pour finir, à ce stade:

G.Sommerset « Bon, discutons de la question de
l’argent, faut-il établir une monnaie?

Si oui, en quelle quantité, ou alors passer par de
simples écritures sur ordinateurs, qu’en
penses-tu, toi, Piotr? »

« Eh bien, Monsieur le Président… »

« Mais non, pas de cela entre nous, le titre
ronflant, c’est pour les autres, et nous
pouvons nous tutoyer, nous sommes amis, et
gouverner une mini-société comme celle-ci ne
va pas poser beaucoup de problèmes, ce sera
plutôt peinard, alors? »
 
P.Kallougine : « Franchement, Gerald, établir une
monnaie ou un système correspondant, je ne suis
pas pour…

Regarde l’histoire, c’est l’argent qui a
corrompu, à toutes les époques, les sociétés
établies par l’homme, je pense que vous serez
d’accord avec moi si je dis que nous ne voulons
plus de ces travers, il faut établir une société
saine, que tout le monde travaille, oui, pas de
chômeurs, des retraités, il n’y en aura bientôt
plus, on fera bosser toutes les personnes jusqu’au
bout, nous inclus, si les gens ne faisaient plus
rien, ils s’ennuieraient, surtout ici, pas de
nature, pas de sorties ni de voyages, enfin, tel
est mon avis. »      

K.Stolz « Je partage cet avis, tant sur la
monnaie que sur le travail, tant qu’on est
occupés, c’est bon pour le cerveau, d’une certaine
manière, on reste jeunes, pour moi, c’est bon. »

Les deux autres ministres étant également
d’accord, G.Sommerset décida à passer à un
autre sujet:

« Question réglée, et pas de retraite, ok, cela va
également résoudre la question épineuse des
emplois, avec de la monnaie, il aurait fallu
procéder à une classification, et à bien d’autres
choses, là, cela va encore être simple, il suffira
de nourrir et de loger les gens en fonction de
leurs besoins liés à leur profession, les logements
sont déjà de qualité, si des personnes viennent
nous dire des choses du genre, ah oui, mais
moi, je travaille dans un labo loin d’ici, puis il
me faudrait un peu plus de matos, etc, eh bien
on pourra les satisfaire, on les fera changer
d’adresse avec d’autres, pour la nourriture, nous
avons ce qu’il y a de mieux, bien préparée, dans
les restos comme chez soi, elle sera également
satisfaisante, pas de fric réglera pratiquement
tout.

Maintenant, passons aux Lois, nous devons
quand même en établir, nous avons chez nous
des militaires, des policiers, des avocats et autres
substituts de Justice, il nous faut les
occuper, même si, avec la population actuelle, il
n’y a pas trop de problèmes, il faut prévoir
l’avenir… »

W.Chan Sing-Lung. « J’ai réfléchi à ça, et je suis
partisan de faire simple, ceci d’autant plus que
sans argent, il n’y aura plus de cambriolages, de
vols, et autres petites forfaitures du même genre.

En cas d’assassinat ou de crime, c’est simple, la
Loi du Talion, si on arrive à démontrer, ce qui se
produira dans la quasi totalité des cas, que tel
auteur en soit coupable, eh bien il sera
exécuté, quelle qu’en soit la cause, pas de
prisons, cela ne sert à rien, par ailleurs, notre
société actuelle est trop petite pour permettre
à des assassins de sévir, à plus forte raison pour
d’éventuels criminels en série, si quelqu’un est
détraqué et dangereux, on le liquide. »

Sommerset: « Intéressant, qu’en pensez-vous? »

Kallougine: « Wan a bien vu l’affaire, suis d’accord
sur toute la ligne. »

« Moi aussi. »Ajouta Linderberg.

Sommerset:« Bon, alors fin de séance, dès
demain, on mettra un texte au point avant de
le diffuser.

On en profitera pour voir avec des ingénieurs
audio/vidéo pour constituer une chaîne tv
gouvernementale, afin de pouvoir communiquer
plus facilement certaines choses, après
demain, on fera de même avec des experts en
informatique, presque chaque personne a un
ordi, sauf peut-être les bébés, s’il en manque, on
en donnera à tout  le monde, mais ce qu’il
faut, c’est établir une sorte d’intranet qui ne soit
pas décelable de l’extérieur, donc pas basé sur des
numéros d’IP ou des trucs de ce genre, faudra
faire plancher les spécialistes.

Par la suite, nous nous occuperons de parfaire la
production des aliments et des boissons, nous
devons prévoir une extension de notre
population, il faudra mettre des grosses têtes à
contribution pour résoudre. »

Les Ministres quittèrent le palais du Président
pour se rendre dans leurs demeures moins
imposantes, mais presque aussi confortables, eux
aussi, dans leur quarantaine, disposaient de
collaboratrices et autres assistantes plutôt
agréables… »

Sur la surface, dans l’hémisphère sud:

Pablo Serrano à Dolf Soeters: « Salut Dolf, alors
des nouvelles côté australien ? »

« Oui, Pablo, j’ai eu Eithan Morris il y a une
heure, d’après lui, des voyageurs venant de la
zone équatoriale ont réussi à atteindre
l’Australie et la nouvelle Zélande, d’après leurs
dires, en hémisphère Nord, certains endroits
auraient à nouveau du courant, mais ça reste
très théorique, avec des température de
-80, c’est difficile de redémarrer, les dires
des dires, il faut savoir trier, rien n’est sûr, et
chez toi, comment ça va ? »

« Assez bien, ma foi, tout comme chez toi, on ne
subit pas vraiment les conséquences de ce qui se
passe dans le nord, et personne n’est venu
jusqu’ici ces derniers temps, bon, sûr qu’à
Ushuaïa il ne fait pas chaud à cette époque
ci, mais 2 degrés, c’est comme d’habitude, il
fait meilleur en Afrique du Sud, non ?

Vous devez avoir environ 15  ou 16 ?

Comme à Buenos Ayres ?

Pour le moment, je n’ai pas trop de boulot, alors
je joue à des jeux vidéos, il faut bien passer le
temps. »

Dolf: « Tiens, c’est aussi ce que je fais, et je crois
que Eithan aussi, oui, nous avons 16 degrés en
ce moment, l’hiver, ce n’est pas mal, mais à
Townsville, chez Eithan ils n’ont guère plus alors
qu‘ils devraient être à 25, bon, eh bien passe une
bonne soirée, à demain. »

Internet fonctionnait encore dans l’hémisphère
Sud, mais avoir des informations sur le Nord
n’était toujours pas possible, peut-être dans les
jours qui viendraient…

Quelques années plus tard, la société antarcte
fonctionnait toujours aussi bien, sur des bases
simples, des terrains et salles de sport avaient
été aménagés, afin de satisfaire quelques
dizaines de demandes, mais on hésitait pour les
salles de jeux, généralement souhaitées par des
adolescents qui, par moments, commençaient à
s’ennuyer.

Les membres du gouvernement avaient prévu
une réunion spéciale pour ces éventuelles
salles, car il fallait tout de même donner une
décision.

A la surface, surtout dans l’hémisphère Nord, les
choses s’amélioraient, les températures étaient
redevenues pratiquement normales selon les
saisons, mais il ne restait guère plus de quelques
dizaines de millions d’habitants dans cette
zone qui nécessiterait encore bien du temps pour
redevenir comme avant la catastrophe.

Chaque peuple avait conservé sa nationalité, il
y avait de l’électricité pratiquement partout, le
commerce international reprenait tout
doucement, les ordis, le net, tout était presque
normal, quelques années seraient encore
nécessaires pour retrouver un niveau de vie
décent, car bien des progrès restaient à faire
dans le secteur de l’agriculture, et de tout ce
qui concernait l’alimentation, également pour
les automobiles, et surtout les routes, et les
voyages sous toutes les formes, le travail ne
manquait pas.

Dans l’hémisphère Sud, pratiquement aucun
changement sinon la reprise partielle de
certains commerces avec le Nord, là
aussi, vers l’équateur, les températures se
rapprochaient de leur normalité. 

A Antarctia, le gouvernement s’était réuni
dans le palais présidentiel:

G.Sommerset: « Notre société fonctionne plutôt
bien, aucun décès anormal ces dernières
années, seulement quelques uns dus à des
causes naturelles ou des maladies que nous ne
pouvons pas encore guérir, notre équipe
médicale, composée de spécialistes qui étaient
les meilleurs, ont fait quelques progrès, mais
pas suffisants dans certains cas, ils n’ont pas
encore trouvé de remèdes contre l’ennui, et
c’est-ce dont nous devons discuter pour le
problème des salles de jeu que nombre de
jeunes nous demandent, quels sont vos avis? »

Linderberg: «  Les salles de jeu ?

Je ne suis pas pour, cela pourrait créer
une délinquance.

Chan Sing-Lung: « Entièrement d’accord, dans
le passé, quels sorte de gens allaient dans les
salles de jeu ?

Essentiellement des losers, des gens qui ne
s’adaptaient pas à la société, ceux qui
réussissaient en quoi que ce soit, ne
fréquentaient pas les salles de jeu, ils n’en
avaient d’ailleurs pas le temps, car ils avaient
mieux à faire, les délinquants allaient dans ces
lieux, à commencer par les dealers de tout
poil, de plus, certains de nos experts en
informatique ont créé des jeux vidéo auxquels
les adolescents peuvent jouer chez eux, ils
sont à la portée de tous, non
vraiment, j’approuve Aaron, créer ces salles
serait une erreur, source d’ennuis futurs.

Kallougine: « On ne saurait dire
mieux, j’approuve, certains jeunes s’ennuient ?

Qu’ils s’occupent de leurs études d’abord, puis
de jeux vidéos pour se détendre, et tout se
remettra dans l’ordre.

Stolz: « Le sport n’intéresse pas tout le
monde, mais les jeux vidéos pourraient pallier
en partie aux problèmes que rencontrent certain
jeunes, je crois que c’est autre chose qui devrait
nous préoccuper, le fait que si certains jeunes
se sentent pas bien, c’est qu’ils ont la sensation
de manquer de liberté, j’ai entendu dire que des
personnes, même adultes et généralement
parents de ces jeunes, souhaiteraient des lieux
de réunion .

Sommerset: « Je ne peux que vous approuver
sur les salles de jeu, le problème est donc
réglé, nous n’en créerons pas, quant aux salles
de réunion, c’est finalement un peu la même
chose, que feraient les jeunes dans une salle
de réunion, vouloir refaire le monde ?

Contester le bien fondé de notre société?

La liberté absolue coûte cher et donne rarement
de bons résultats, dans toute société, un
minimum de contraintes est nécessaire, autant
nous sommes désireux de créer une société
dont les membres disposent d’un confort
maximal, d’une possibilité de s’exprimer, de
créer, de se réaliser, d’être assistés le cas
échéant, tout autant il n’est pas question de
voir des gens devenir mous, sans caractère, aller
au gré du vent, manquer de personnalité, que
sais-je encore ? »

Kallougine: « Absolument, je confirme, des
salles de réunion pour les jeunes ne seraient
pas plus souhaitables que des salles de jeu. »

Linderberg et Stolz: « Entièrement d’accord. »

Sommerset: « Bien, alors tout est résolu pour le
moment, la séance est close. »

D’autres années passèrent, les antarctes
savaient parfaitement ce qui se passait à la
surface, et comment les choses évoluaient, des
ingénieurs avaient réussi le miracle de
ponctionner des informations sur des
satellites, sans pour autant qu’il soit possible
pour les gens vivant sur les hémisphères, de les
identifier, là encore, les meilleurs éléments
d’antan faisaient leurs preuves.

Mais des jeunes naissaient constamment, au
cours du temps, et de plus en plus d’adolescents
du moment, commençaient à éprouver les
mêmes crises, et autre passages difficiles que
ceux d’un passé déjà lointain, qu’il n’avaient pas
connu, ils ressentaient un manque cruel de
liberté, avaient l’impression de vivre dans une
société pasteurisée, voire artificielle, tout
semblait trop simple pour eux, trop répétitif, la
nature, les grands espaces, les voyages, les
nouvelles têtes et choses à voir, tout cela, ils
savaient qu’ils pourraient le trouver en
surface, sur les hémisphères, ils voulaient partir
d’ici, antarctes ?

Ils s’en foutaient, cela ne signifiait rien pour
eux, des germes de citoyens du monde coulaient
dans leurs veines, et pour la toute première
fois, les membres du gouvernement, qui avaient
tous été réélus compte tenu des bons résultats
et de la satisfaction quasi-générale, se trouvaient
devant un sérieux problème à résoudre, beaucoup
plus compliqué que les précédents.

Au cours d’une réunion extraordinaire:

Sommerset: « Bien, nous sommes désormais
en face d’un problème sans
précédent, 300, peut-être 400 jeunes de notre
communauté veulent nous quitter pour la
surface, et il y en aura d’autres, ils estiment
notre société trop confortable, trop
uniforme, sans surprise, et ne s’y sentent pas
bien, ils passent par des crises d’identité que
nous avons tous connus dans un lointain
passé, nous avons manqué de jugeote en
croyant qu’enfants de personnes faisant partie
du dessus du panier, ils en seraient
exempts, en fait, nous avions carrément oublié
cette éventualité qui nous revient en pleine
face, je ne sais même pas s’il existe une
solution acceptable à cette nouvelle
situation, car si nous laissons partir ces
jeunes, quitte à les aider à regagner un
continent autre que l’Antarctique, non
seulement notre société vieillira et s’éteindra
si tous ou l’immense majorité ont la même
idée, mais notre identité sera dévoilée au
grand jour, et ce ne sera pas mieux, dans tous
les cas, ce sera la fin de notre communauté, les
sous-sols deviendront une sorte de musée pour
toute la planète. Des suggestions ? »

Stolz:« Nous avons aussi la possibilité théorique
de faire clairement comprendre à ces
jeunes, avec l’aide d’adultes, notamment celle
de leurs parents et de leurs professeurs que:

- La crise qu’ils traversent n’est que
momentanée, elle dure généralement 3 ou 4
ans, puis tout rentre à nouveau dans l’ordre
lorsqu’ils sont adultes.

- Les antarctes ne sont reconnus nulle part
ailleurs.

- Ils risquent un fort mauvais accueil de la part
des gens des hémisphères, du genre « Ah !
Vous êtes des descendants de planqués, de
privilégiés aux parachutes dorés, qui vivaient
bien pendant que nous subissions des
catastrophes, et qui se sont lâchement réfugiés
ailleurs, dans un endroit bien confortable, qui
n’ont pas fait leur devoir, tiens, nous allons leur
rendre une petite visite, à ces fumiers, quant
à vous… » 

- Donc, dans le meilleur des cas, ils seront exclus
de partout, et dans le pire, ils se feront exécuter.

- Ils perdront le bénéfice de notre
civilisation, très probablement plus avancée dans
bien des domaines que celles des
hémisphères, par exemple notre durée de vie
moyenne  est de 110 ans, alors que la leur
reste à 70 ou 80, nous avons l’avantage de ne
subir aucune de leurs variations climatiques, sans
parler des tempêtes, des tornades ou des
ouragans.

- Voir la nature, c’est certes très beau, mais la
voir de loin est encore mieux, descendants de
gens supérieurs, en restant ici, ils bénéficieront
eux-mêmes des connaissances de pointe, les
chiens ne font pas des chats, ils ont eux-mêmes
les graines du hors norme, il faut qu’ils en
prennent conscience.

Il doit exister d’autres arguments, mais rien
que ceux-là, s’ils le comprennent, devraient
les amener à revenir dans le rang, qu’en
pensez-vous ? »

Chan Sing-Lung: « les données du problème sont
très claires, la seule solution possible est celle que
tu viens d’évoquer, Kurt, il n’est pas question
des ces jeunes quittent notre
communauté, autrement, nous sommes tous
morts, et eux aussi, il faut leur faire comprendre
cela à tout prix, quitte à faire exécuter les plus
récalcitrants si nécessaire, je sais, notre société
est censée être libérale, et tolérante, mais
ça, c’est impossible à tolérer. »

Kallougine: « Cette solution pourrait normalement
aboutir, même en souplesse, c’est à dire sans avoir
le besoin d’exécuter qui que ce soit, mais le
problème se complique dans le sens que certains
adultes et notamment des enseignants, sont
atteints de cette maladie du dehors, et nous ne les
connaissons probablement pas tous, à mon avis, il
faudrait, en un premier temps,  faire établir un
vote, comme pour une élection, dans le but de
savoir qui est victime de cette crise et qui ne l’est
pas, et en un second temps, une fois que nous
savons qui veut quoi, de guérir celles et ceux qui
ont des crises, notamment avec tes
arguments, Kurt, je pense que pour nombre
d’entre eux, cela devrait suffire, pour les cas les
plus sérieux, les exécuter, Wan ?

Peut-être pas, nous avons des psychiatres et
des médecins spécialisés qui disposent de moyens
de convaincre, voyez ce que je veux dire, ce n’est
certes pas très élégant, mais l’essentiel est que ce
soit efficace, nous n’avons pas droit à l’erreur, en
cas d’échec sur un certain nombre, la solution
extrême de Wan reste une sauvegarde. »

Linderberg: « La proposition de Piotr est
excellente, j’aurais un peu vu les choses comme
Wan, mais les deux possibilités se complètent, si
l’une ne donne pas les résultats
escomptés, l’autre le fera, il faut impérativement
que les gens comprennent l’enjeu, pas question
que qui que ce soit, aille à l’extérieur. »

Sommerset: « Nous venons de circonscrire le
problème, plus facilement d’ailleurs que je ne le
pensais, et nous disposons des moyens nécessaires
pour le résoudre, dès demain, nous organiserons les
votes, notre porte-parole, James Carter s’en
chargera, fin de la séance. »

Les politiciens, avec leur soixantaine, étaient en
pleine forme, et à à peine plus qu’à moitié de leur
vie théorique, qui risquait fort de se compléter
d’allongements dont-ils seraient les premiers
bénéficiaires, ils vivaient comme des rois, avec
de bien jolies personnes à leur
service, généralement pas surchargés de
travail, disposant chacun de leur propre
restaurant, on pouvait comprendre qu’eux
aussi, avaient intérêt à ce que tout se passe
bien, mais il avaient le mérite de prendre des
bonnes décisions pour la communauté.

Ils décidèrent de faire créer des bulletins de vote
nominaux comportant également le prénom, mais
le nom et le prénom ne pourraient être lus
qu’avec l’aide d’un appareil spécial, autrement
dit, ils seraient invisibles pour les votants. 

Les antarctes étaient maintenant plus de
3000, d’autres extensions de sous-sols avaient
été aménagées en conséquence, la médecine
progressait, les recherches aussi, les productions
suivaient facilement le rythme, tout le monde
disposait de ce dont chacun avait besoin.

Puis les votes eurent lieu, James
Carter, porte-parole du gouvernement:

« Mesdames, Messieurs, et les jeunes, comme
vous le savez, notre communauté vit dans des
conditions aussi sûres que confortables, et cela
satisfait la plus part d’entre vous, toutefois, il y
aurait parmi l’électorat un certain nombre de
personnes, généralement assez jeunes et d’un
esprit plutôt aventurier qui souhaiterait connaître
le monde, c’est-à-dire aller en surface, sur
d’autres continents, notre gouvernement, en la
présence de notre honoré Président et de
Messieurs les Ministres, a décidé de prendre ce
souhait en considération, c’est-à-dire de savoir
combien de personnes auraient ce désir, pas
pour les sanctionner, vous vous en doutez
bien, mais au contraire, pour voir ce qu’ils
peuvent faire vis-à-vis de cette légitime
demande.

Pour ce vote exceptionnel, l’âge minimal requis
est de 14 ans, ce qui veut dire que parmi la
totalité de la communauté ici présente, nous
allons remettre aux membres dont l’âge est
supérieur ou égal à 14 ans, deux bulletins, un
bleu et un jaune.

Le dépôt d’un bulletin bleu dans la machine
grise que vous connaissez signifie:
Je reste ici, dans la communauté.

Le Jaune signifie: Je souhaiterais continuer mon
expérience à l’extérieur, près des humains de
la surface.

Douze préposés passeront dans les rangs pour
recueillir les bulletins qui ont fait l’objet de
votre choix, comme aux dernières
élections, auxquelles vous avez presque tous
assistés, vous verrez que les bulletins seront
placés dans la machine, qui en fera le décompte
en quelques secondes, un nombre de bulletins
bleus et un autre de bulletins jaunes apparaîtront
sur la machine que tout le monde pourra venir
consulter durant les 48 heures à suivre, comme
d’habitude, aucun truquage possible.

Puis les votes eurent lieu, les bulletins remis à la
machine par les douze préposés, elle procéda au
dépouillement:

Carter: « Nous demandons à une personne de
venir lire les résultats indiqués par la machine ».

Quelques secondes d’hésitation, puis une femme
monta sur l’estrade pour venir lire les
résultats, sur un signe de James Carter, elle dit:

« Bulletins bleus    : 1784
   Bulletins jaunes  :   593

Carter: « Bien, cela veut dire que 2377 personnes
ont fait leur devoir, elles ont voté, 593 aventuriers
ou aventurières ?

Je ne pensais pas qu’il y en eut autant, ce chiffre
mérite une forte prise en considération de la part
de notre gouvernement, ce qu’il fera, n’en doutez
pas un instant, Madame, merci de votre
coopération, passez une excellente journée ».

Chacun repartit à son travail, les enfants, vers les
écoles, il ne restait sur les lieux que les membres
du gouvernement:

Sommerset: « Bien, nous allons débattre de cela
sans perdre de temps, Carter, vous venez
avec nous. »

Dans le grand palais:

Sommerset: « Un bon whisky ne nous fera pas
de mal avant de commencer, qu’en
pensez-vous, Carter ? »

« Eh bien, Monsieur le Président, c’est assez
surprenant, comme je l’ai dit, je ne pensai pas
qu’il y en eut autant, mais je crois savoir que vous
disposez d’une solution, cette idée des bulletins
nominaux invisibles est géniale ».

« Merci, Carter, effectivement, cela nous donne
de suite l’identité des contestataires, ce qui nous
permettra de les traiter sans plus
attendre, Madame Rodin, et Madame Pratt vont
prendre le contenu de la machine pour le remettre
au centre de traitement de qui nous obtiendrons
dans deux ou trois heures, un état statistique
reprenant les coordonnées complètes de chaque
auteur de bulletin jaune.

Nous aurons toutes les données en main, car
notre solution, comme vous le dites si
bien, comporte plusieurs moyens d’application. »

« Je m’en doutais, Monsieur le Président, il
m’apparaît évident que personne ne doit aller
à la surface, ce serait notre perte. »

« Tout juste, Carter, et vous autres, des idées ? »

Kallougine: « Pas vraiment pour le
moment, Gerald, nous devons attendre l’état
statistique qui nous donnera pas mal d’indications
sur la politique à mener. »
 
Linderberg: « Rien d’autre à dire, attendons
tranquillement. »

Carter fût invité au déjeuner de midi, comme cela
arrivait parfois lorsque son intervention était
requise, le fameux état statistique leur fût remis
en six exemplaires, chacun avait le sien, peu après
le dessert.

Sommerset: « Près de 600 coordonnées à
compulser, cela nous prendrait toute
l’après-midi, le mieux serait que nous en prenions
100 chacun, une colonne blanche à droite a été
laissée vierge à dessein, nous pourrons annoter, en
regard de chaque coordonnée, les chiffres 1, 2 ou
3 selon le cas, pour votre gouverne, Carter, nous
vous en avions déjà parlé, mais un rappel n’est
jamais inutile, le chiffre 1 correspond à la personne
que nous pouvons convaincre par la
compréhension, le chiffre 2, par les moyens
médicaux, et le 3, eh bien vous voyez, mais nous
ne connaissons pas suffisamment les gens pour
pouvoir l’apposer dès le départ , un point
d’interrogation sera indiqué en cas
d’incertitude, nous risquons d’en mettre un
certain nombre, vous, Carter vous êtes plus
près des gens que nous, il vous sera donc plus
facile de répondre, et peut-être avec moins
d’interrogation. »

« Je l’espère, Monsieur le Président. »

Une heure plus tard, Sommerset remit les 6 états
à une ravissante personne qui venait de leur servir
un whisky:

« Merci, Christina, remettez donc ceci à Madame
Rodin, elle connait la suite à donner. »

Madame Rodin, femme d’un célèbre ingénieur
physicien, avait rang de sous-secrétaire d’Etat, elle
avait deux enfants qui avaient voté « bleu », un
fils également ingénieur, et une fille, qui faisait
partie de son personnel.

Elle lut avec attention tous les états:

« 212 points d’interrogation sur 593, il va y avoir
du travail, heureusement que nous avons placé
Korotchenko et son équipe près de l’accès, on ne
sait jamais »pensa-t-elle.

Une dizaine de militaires armés, commandés par
l’ancien colonel se trouvaient effectivement
devant la porte d’un immense ascenseur qui
permettait d’atteindre la surface, à condition
de disposer du code permettant de manœuvrer
la plaque de sécurité, mais avec certains pirates
de l’informatique, essentiellement des jeunes
pouvant figurer parmi les bulletins jaunes, on
n’était jamais trop prudent.

Durant les jours suivants, les 593 bulletins
jaunes avaient été convoqués dans deux centres
spéciaux, un pour ceux que l’on pouvait convaincre
sans dommages, et l’autre, dotés d’appareils
particuliers et d’experts, dans lesquels on plaça
également les points d’interrogation.

573 furent retournés, il n’y avait plus rien à
craindre de leur part, ils avaient bien compris
l’enjeu, une quarantaine d’entre eux ont été
aidés par un léger lavage de cerveau, mais les
résultats étaient là, et définitifs.

Mais il restait 20 réfractaires, qui avaient résisté
à tous les traitements et n’avaient pas changé
d’avis pour autant, fallait-il les faire exécuter ?

L’un d’entre eux était le fils de Jeff Reeves, un
autre, Jeff Reeves lui-même.

Au palais:

Sommerset: « Qu’allons nous faire de ces
réfractaires, pour le moment ils sont isolés
dans la zone des TO, mais ce n’est pas une
solution à long terme. »
  
Chan Sing-Lung: «Je reste sur ma position, il
faut les exécuter, leurs parents et/ou leurs proches
qui ont voté bleu comprendront qu’ils
représentent un danger que nous ne pouvons
pas accepter, une perte de 20 personnes sur plus
de 3200, cela fait partie des quantités
acceptables, et n’engage rien pour l’avenir, au
contraire, cela nous l’assure. »

Stolz: « Oui, mais il faut penser à notre cote de
popularité, qui pourrait en prendre un sérieux
coup, il faudrait pas que nous soyons perçus comme
des bouchers ou des assassins, c’est plutôt délicat. »

Linderberg: « Entre notre cote de popularité, qui
peut d’ailleurs tout aussi bien monter ou se
maintenir, que descendre, nous avons affaire à
une population intelligente, qui comprendra, et
un danger qui peut nous conduire à notre perte à
tous, pour moi, il n’y a pas d’hésitation, je
rejoins Wan ».

 Kallougine: « Il se pourrait qu’on soit obligé
d’appliquer cette solution, mais je crois savoir que
les tests faits sur le deuxième échantillon, et
notamment sur les réfractaires, n’ont pas été
poussés au maximum, à commencer par un
lavage de cerveau complet, les procédés sur
les douleurs ne sont pas fiables, même si l’on
porte les coefficients au maximum, car des
résultats obtenus par contrainte peuvent
varier, et nous donner mauvaise presse, mais si
l’on obtient rien par un lavage complet, ce qui
m’étonnerait, je pense qu’au moins les trois
quarts seront pliés, pour le reste, une petite
opération sur les jambes pour faire en sorte
qu’ils ne puissent plus marcher, un fauteuil
roulant qui ne peut pas les sortir de la zone des
TO, ils seraient bien assistés, cela pourrait faire
l’affaire ? »

Chan Sing-Lung: «Je ne le pense pas, d’accord
pour un lavage complet de cerveau, ceux qui
sont pliés ne reviendront pas, mais pour ceux
qui y résistent, ce qui pourrait être notamment
le cas des Reeves père et fils, deux calamités
dans notre société, ces deux là, leur disparition 
n’occasionnerait aucun regret de quiconque, ils
ne risquent pas de changer notre cote de
popularité, par contre, pour d’autres, cela
dépend qui, le danger, c’est que si on ne les
tue pas, même s’ils sont maintenus en TO, ils
auront des contacts, et pourront en influencer
d’autres, non, pour moi, c’est clair, vous avez
remarqué qu’il n’y a aucune fille, que des garçons
dans les réfractaires, d’ailleurs  celles qui avaient
fait partie des groupes 1 et 2, étaient des filles
dont le petit copain était dans le coup, donc
influencées par amour, je dirais, ceux qui
restent, d’accord pour les passer au lavage
complet, mais ceux qui résisteront, peu importe
le fils de qui ils sont, il faut les abattre, pour
moi, c’est sans appel. »

Sommerset: « Avec une certaine tristesse, je
pense que Wan a raison, nous allons donc
procéder de cette manière, on passe les 20
réfractaires à un lavage complet de
cerveau, ceux qui y résisteront, on sera obligés
de les supprimer, les autres, on pourra leur
prévoir une réadaptation progressive afin de
les réintégrer dans la communauté, leur
moyens mentaux ayant obligatoirement
diminués, on leur assignera à des
tâches subalternes d’entretien, ils pourront
encore obéir aux ordres, fin de la séance. »

Tous burent un whisky, Sommerset fit appeler
Madame Rodin pour la suite à donner.

Le lendemain après-midi:

« Monsieur le Président, voici les résultats des
traitements, les sujets sont maintenant dans le
Centre jusqu’à nouvel ordre. »

« Merci, Madame Rodin, voyons voir, mais c’est
excellent ! Je vous passe la feuille. »

Le document circula dans les mains des quatre
Ministres, et de celles de James Carter qui était
présent au cas où…

Ce dernier: « Ah oui, difficile de faire mieux, un
seul réfractaire, c’est le père Reeves, même son
fils a été plié, pour l’exécution, je suggère un
petit accident, dont peu de monde ou personne
n’entendrait parler? »

Sommerset:«Hm ! Non, Carter, il faut procéder
correctement, et au vu de tout de monde, cela
évitera peut-être à d’autres, d’avoir de mauvaises
idées, d’autre part, nous allons inscrire cela dans
les Lois, vouloir quitter Antarcta sera considéré
comme un acte de haute trahison ressortant d’un
jugement par un Tribunal qui sanctionnera par
une peine capitale, nous aurions dû penser à cela
plus tôt. »

Chan Sing-Lung: «Alors là, entièrement d’accord. »

Kallougine: « Moi aussi. »

Un autre problème fût résolu, du moins pour le
moment, à tel point que le Président et les
Ministres firent la fête, sans Carter, à chacun sa
place, il n’était que sous secrétaire
d’Etat, porte-parole du gouvernement, poste
important, certes, mais il ne faisait pas partie
du quintette.

Deux jours plus tard, le Président déjeunait avec
ses Ministres, son portable se mit à sonner, il put
y lire le nom de la personne qui appelait, Pratt.

« Oui, Madame Pratt, un problème ? »

Virginia Pratt était le Chef de Cabinet de Madame
Claire Rodin, donc quelqu’un de suffisamment
important pour que Sommerset lui réponde.

« Cela se pourrait, Monsieur le Président, j’ai près
de moi Monsieur Simon Wright qui souhaiterait
vous entretenir d’une préoccupation qu’il qualifie
d‘urgente, compte tenu de ce qu’il représente, il
m’a semblé nécessaire de vous appeler, quitte à
vous déranger au cours de votre déjeuner. »

« Vous avez bien fait, Madame Pratt, faites le
donc patienter quelques instants, proposez lui
une boisson, je le recevrai dans une demie heure. »

« Bien, Monsieur le Président ».

Sommerset: « Heureusement que nous finissons
notre repas, nous allons recevoir Wright, comme
vous le savez, c’est un Ingénieur en Chef, patron
du Département Informatique, je ne sais pas encore
ce qu’il veut, mais cela doit être important.»

Linderberg: « fff ! Oui, c’est sûr, ce n’est pas un
plaisantin. »

Dès que la table fût dûment débarrassée et nettoyée:

« Faites le entrer, Madame Pratt. »

« Bonjour, Monsieur Wright, asseyez vous, que
pouvons-nous faire pour vous ? »

Wright: « Bonjour, Monsieur le
Président, bonjour, Messieurs les Ministres, le
problème dont je vais vous entretenir est
inquiétant, et je n’ai, pour le moment, pas de
solution de rechange.

Comme vous le savez, Messieurs, nous avons
constitué, depuis des années, un réseau
intranet, à partir d’un satellite, et si, jusqu’à
présent, il a parfaitement fonctionné, je l‘ai fait
couper, et pour autant de temps que nécessaire
à trouver une autre solution, pourquoi ?
 
Tout simplement parce que nous risquions d’être
identifiés par les gens de la surface, l’hémisphère
nord a pratiquement retrouvé tous ses moyens
d’antan, et même avec une population infime, ils
ont des cadors en informatique, depuis 12
heures, les flux de notre réseau avaient
baissés, vous avez peut être remarqué que les
transmissions étaient plus lentes, cela veut dire
qu’ils utilisent également les satellites
maintenant, et que si nous avions maintenu
notre réseau, ils n’auraient pas tardé à s’en
apercevoir, connaissant parfaitement les capacités
des satellites, ils auraient rapidement constaté un
parasitage dans la prise des flux, 12 heures est un
court délai qui ne leur a pas laissé un temps
suffisant pour réagir, un peu l’histoire des 3
minutes d’antan, nécessaires à un repérage
téléphonique, mais qui n’aurait pas abouti du fait
que la personne aurait raccroché avant, là, c’est
la même chose, puisqu’il n’y a plus de
parasitage, ils doivent penser qu’il faut faire une
vérification des satellites, mais même s’ils pensent
à une ponction, ils ne pourront plus la situer, et
supposeront que c’est le fait d’un hacker, quelque
part sur la planète, j’ai donc, en quelque
sorte, sauvé les meubles, mais il n’y a plus
d’intranet pour le moment, nous recherchons une
autre possibilité. »

Sommerset: « Vous avez très bien fait, Monsieur
Wright, Messieurs Kallougine et Stolz ici
présents, m’ont effectivement dit que ce
matin, la connexion avait tendance à ramer un
peu, bon, nous allons en informer tous les citoyens
de la communauté, ils devront prendre leur mal en
patience jusqu’à ce que, et j’en suis sûr, vous
trouviez une solution, et je vous fais
confiance, heureusement que le problème ne s’est
pas étendu à la télévision, là, nous serions mal. »

Wright: « La télévision est quelque chose
d’autre, et à ma connaissance, ne court aucun
risque pour le moment, mais…
 
J’y pense, le circuit tv a été, si je me souviens
bien, constitué à partir d’un matériau trouvé
ici, en Antarctique, et qui n’existe nulle part
ailleurs, peut-être serait-il possible de reconstituer
un intranet sur cette base, je vais examiner cette
possibilité avec Igor Stepanoff, qui dirige le
Centre de recherches appliquées, comme vous le
savez, c’était un physicien hors norme, et c’est lui
et son équipe qui, à l’époque, avait procédé aux
analyses des échantillons découverts, je ne vous 
garantis rien pour le moment, mais je m’en
occupe, et vous tiendrai au courant, Monsieur le
Président. »

« Voilà quelque chose de déjà plus
constructif, Monsieur Wright, alors faites
donc, mais restez ici pour le moment, un
whisky ? »

Quelques jours plus tard, un matin:

« Un appel pour vous, Monsieur le Président, il
s’agit de Monsieur Wright. »

« Parfait, Madame Rodin, passez le moi…

Alors, Wright, des nouvelles ?»

« Plutôt bonnes, pour ne pas dire
excellentes, Monsieur le Président, nous avons
passé le week end, avec mon ami Stepanoff à
refaire une analyse complète de deux des six
éléments découverts ici, l’un d’eux, le
« Thanadium » dispose à l’état naturel, de tous
les éléments nécessaires dont le satellite était
composé pour permettre la constitution d’un
intranet, et, compte tenu de sa proximité, le
nouveau circuit fonctionnera encore mieux et
plus vite que le précédent, c’est maintenant une
question de minutes, quelques touches finales, et
vous aurez une bonne surprise sur votre ordi, ainsi
que tous les autres citoyens, et bien sûr, ce circuit
ne sera pas détectable de l’extérieur. »

« Parfait, Monsieur Wright, je savais que je pouvais
compter sur vous, toutes mes félicitations, j’attends
ces minutes en question avec impatience, voilà un
fait de plus qui confirme qu’à Antarcta, nous
sommes les meilleurs, il me reste à vous souhaiter
une excellente journée, au revoir, Monsieur Wright. »

Quelques minutes plus tard, le réseau fonctionnait
de nouveau, avec toutes les données transférées
qui s’ajoutaient aux nouvelles images, plus
rapide, plus sûr, une victoire de plus pour la
collectivité antarcte.

Quelques kilomètres plus loin, sous terre:

« Il se pourrait que tu perdes ton pari, Nekktra, ces
primitifs sont ce qu’ils sont, mais pas des idiots. »

« Tu as raison, Kazbun, mais cela ne retirera pas mon
plaisir de suivre leur aventure, un spectacle qui me
change de la surveillance du système solaire, dans
lequel, depuis quelques temps, il ne se passe
rien, d’ailleurs, toi aussi, tu les suis, je trouve ce
Président très amusant. »

« Un petit malin, tu veux dire, c’est vrai qu’il joue
bien son rôle, et que ces primitifs sont intéressants
à suivre, je m’absente pour ma cure de méthane, à
mon retour, tu pourras prendre le relai. »

Sur la surface, près de Cape Town.

« Salut Eithan, je viens aux nouvelles, quoi de
neuf ? »

« Salut Dolf, rien de spécial depuis hier, ah si !
Je viens d’avoir Pablo qui m’a dit que dans
l’hémisphère nord, aux dernières nouvelles, un
peu plus de 30.000.000 d’habitants seraient
recensés, les activités battent leur plein là bas, tout
le monde bosse dur, quelques nordiques viennent
jusqu’ici, mais pas grand monde encore, des
touristes m’ont dit qu’il y a quelques jours, un satellite
les avait préoccupés, mais qu’il fonctionnait
normalement de nouveau, à mon avis, c’est une
histoire de hacker, faut faire gaffe d’ailleurs, cette
catégorie d’enfoirés reprend du poil, heureusement
que les mises à jour et les antivirus suivent. »

« Ouais, heureusement, avant-hier, j’ai passé
plusieurs heures à décrasser mon ordi, mais dis
donc, pendant que j’y pense, dans six mois je serai
à la retraite, toi non plus, tu n’es pas loin ».

« Nous n’en avons pas parlé, trop préoccupés à
nous communiquer des infos, mais moi, je l’ai
eue le mois dernier, c’est cool. »

« Pour moi aussi, ce sera cool, Pablo lui, doit
encore attendre un peu, c’est un jeunot, il ne
l’aura que dans 4 ou 5 ans.

Chez lui, pas de touristes venant du nord et chez
moi non plus, si comme tu le dis, ces gens là
bossent comme des dingues, ce sont des privilégiés
que tu rencontres.

J‘ai vu, comme toi probablement, sur le net qu‘ils
chiffraient l‘autre hémisphère à 31
millions, pratiquement le chiffre énoncé par
Pablo, c‘est pour ça que le commerce marche
encore un peu au ralenti, ils font de sacrés
progrès, il est vrai que toutes les inventions
viennent du nord, mais pour avoir du matos un
peu sophistiqué, d‘abord c‘est pas donné, puis
l‘attente…»

« A qui le dis tu, pour mon réseau, il me manque
encore deux ou trois éléments, j’ai fait
récemment le tour de Townsville, mais rien de
disponible encore, il faut s’armer de
patience, tiens, tout à l’heure, je vais faire un peu
de surf, ça me changera les idées. »

« Alors amuse toi bien, ici, il fait encore
nuit, j’appellerai Pablo plus tard. »   
 
Trente ans passèrent, le règne de plus d’un demi
siècle de Sommerset et de ses copains touchait à
sa fin, de nouvelles élections allaient avoir lieu, la
communauté d’Antarcta approchait les 10.000
habitants, James Carter aussi, était toujours là, il
n’aurait manqué son dernier commentaire pour
rien au monde.

Dans le palais, le quintette s’était réuni, toujours
autour de la grande table, avec, un verre à portée
de main, deux bouteilles de Chivas de 20 ans
d’âge, et des glaçons.

Sommerset: « Eh bien voilà, les amis, il y a une fin
à tout, nous ne sommes malheureusement pas
immortels, mais qu’allons nous faire maintenant
de nos 92 ou 95 balais ?

Il va falloir continuer à nous serrer les coudes
pour passer le mieux possible, le peu de temps
qui nous reste. »

Kallougine: « Oui, Gerald, il faut qu’on reste
groupés,  depuis ces dernières années, nous
n’avons plus tant d’amis que cela, et nous ne
serons pas réélus, tout change dans la
communauté, les jeunes poussent les vieux, et
ainsi de suite, pour nous, au niveau de notre
domicile et de nos serviteurs, rien ne changera
jusqu’à notre mort, mais pour toi, être obligé
de quitter ce somptueux palais, ça va te faire
tout drôle. »

Sommerset: « Bah ! Peut-être pas tant que
cela, j’hériterai d’un domicile analogue aux
vôtres, et d’une petite armée de serviteurs, privilège
d’ancien Président, ma fin de parcours ne sera
pas si mal, non, ce que je regrette, c’est que
maintenant, nos moyens diminuent, que nos
scientifiques n’ont pas trouvé de nouvelles
possibilités pour allonger la vie, parmi d’autres
choses, la communauté perd de son dynamisme, la
solidarité s’amenuise, l’égoïsme gagne du
terrain, tout ce que nous avons voulu éviter, ce
contre quoi nous nous sommes battus durant bien
des années  est en train de réapparaître, comme
dans les sociétés d’antan, en un sens, notre
communauté vit comme nous, elle vieillit en
quelque sorte, et un jour, elle va mourir, voilà ce
qui me préoccupe, nous avions fait en sorte que
les citoyens, tout en ayant une certaine
familiarité, les uns envers les autres, se
respectent, s’estiment, cela aussi, tend à
disparaître, et puis les gens ne s’intéressent plus à
grand-chose, ils vont à leur boulot, ça oui, mais
pour le reste…
Ils sont d’une tristesse. »

Chan Sing-Lung: «Ah ! ca oui, et s’il n’y avait que
cela, on pourrait encore continuer à lutter, mais à
partir du moment où:

- Les scientifiques, qui sont des jeunots
maintenant, sont désabusés et vont faire leur job
comme un employé de bureau, sans vraiment faire
de recherches.

- Les productions, pareil.

- Les médecins et autres spécialistes médicaux qui
regardent un peu trop souvent leur montre et
attendent l’heure de fin de service.

- Les commerçants, devenus beaucoup moins
aimables, et qui considèrent leur activité comme
une corvée.

- Les enseignants qui deviennent des perroquets
par un singulier manque de pédagogie.

Ne parlons pas du reste, tout cela signifie
clairement que ce que nous avons tenté de faire
se solde par un échec, nous avons bénéficié de
victoires, surtout au début, mais finalement, nous
avons perdu la guerre. »

Linderberg: « Absolument vrai, Wan, maintenant, tout
se dégrade, lentement, mais sûrement, notre œuvre
ne nous survivra pas, regardons l’exemple sur les
préoccupations des gens, les malades de l’extérieur
se sont reconstitués, et ils sont plus nombreux que
jamais, vous pouvez être sûrs que les nouveaux élus
vont abroger notre Loi, des gens ne vont pas tarder
à tenter leur chance à l’extérieur, non seulement
notre communauté va mourir, mais elle va se faire
exécuter, tout cela à cause de fous.

Au fait, en parlant des élections, qui voyez-vous
comme Président et comme Ministres ? »

Stolz: « Non, Aaron, je pense que quels que soient
les élus, ils maintiendront notre Loi sur
l’extérieur, eux non plus, n’auront pas intérêt
à tout sacrifier bêtement, comme Président?

J’hésite entre Kowacs et Stavros.

Chez les Ministres, je donnerais Chen Li, Da
Silva, Kalensky, Lundqvist, peut-être aussi Grant. »

Kallougine: «  Lundqvist, je le vois plutôt
Président, ainsi que Da Silva, pas très stylé, mais
efficace.

Dans les Ministres, Kurt en a cité pas mal, j’y
ajouterai peut-être Stanfield.

Linderberg: « Ouais, pour moi, Kowacs ou
Lundqvist, ça colle.

Les Ministres ?

Je verrai bien Grant, aussi Chen-Li, Stanfield et
Da Silva.

Chan Sing-Lung: «Comme President, sûr que
j’aimerais bien Chen Li qui est très
volontaire, Stanfield serait pas mal, mais
Stavros est bien dans la course.

Pour les  Ministres, tous les autres noms ont été
cités, c’est au choix, et toi, Gerald, ton pronostic ? »

Sommerset: Président, Kowacs ou
malheureusement Stavros.

Dans les Ministres, Chen Li, Stanfield, Grant, et
Da Silva.

Et les élections eurent lieu, plus de votes avec des
papiers ou des boitiers, mais chez soi, devant
l’ordinateur.

Sur l’écran, James Carter, pour la dernière
fois, procédait aux présentations:

« Mesdames et Messieurs, êtes-vous bien assis ?

Confortables devant vos écrans ?

Chez vous, bien au chaud ?

Aujourd’hui, vous êtes toutes et tous en
congé, c’est plutôt sympa, non ?

Alors permettez moi de vous saluer avant de vous
présenter les candidats aux élections, les
présidentielles, nous avons huit candidats, vous
les avez également sur votre écran, sur une liste
comportant des cases à cocher, il faut, bien
sûr, n’en cocher qu’une, celle de votre
choix, regardez, s’il vous plait, avec attention, la
liste va apparaître: »

CHEN LI         Tao
DA SILVA       Manuel
GRANT           Chase
KALENSKY     Jan
KOWACS        Tibor
LUNDQVIST   Gunnar
STANFIELD    Harold
STAVROS       Kostas

« Ne cochez qu’une seule case, s’il vous
plait, autrement, votre bulletin serait enregistré
comme non valable, si vous ne cochez aucune
case, ce qui voudrait dire que vous avez voté
blanc, il sera également tenu compte de ces
votes, vous pouvez procéder. »


« Tous les votes ont été enregistrés, il y en
a eu 7375, voici les résultats. »

CHEN LI         Tao                     858
DA SILVA       Manuel               877
GRANT           Chase                 946
KALENSKY     Jan                      658
KOWACS        Tibor                  1061
LUNDQVIST   Gunnar                697
STANFIELD    Harold                 742
STAVROS       Kostas                1536

« Il en résulte que notre nouveau Président est:
 Monsieur Kostas STAVROS.

Toutes nos félicitations, Monsieur le Président,  le
destin de notre communauté est désormais entre
vos mains, il y a lieu de supposer que vous n’allez
pas tarder à constituer votre équipe? »

« En effet, Monsieur Carter, je crois savoir que
vous allez prendre votre retraite ?

Alors je vous la souhaite heureuse.

Je remercie la communauté de m’avoir fait
confiance en m’élisant, je m’efforcerai d’être
digne de mon remarquable prédécesseur, Monsieur
le Président Sommerset, qui a accompli une œuvre
immense pour le bien de tous, mon admiration
allant aussi à ses Ministres.

Mon équipe de quatre Ministres sera constituée
dans les 48 heures, il n’est pas question de perdre
du temps, car l’œuvre colossale dont je parlais
nécessite une attention constante, je ferai tout
ce qui est en mon pouvoir pour le bien de la
communauté. »

Chan Sing-Lung: «Et bla, bla, bla, et bla, bla, bla.

Parle toujours, tu m’intéresse. »

Sommerset: « Visiblement, Wan, tu n’aimes pas
Stavros. »

Chan Sing-Lung: «En effet, je le sens aussi vrai
qu’une copie de tableau de maître. »

Linderberg: « Moi aussi, je le sens pas bien, ce
type, de là à ce qu’il nous conduise en galère, il
n’y a pas des kilomètres. »

Kallougine: «  D’accord avec vous, c’est un beau
parleur qui n’est pas très franc du collier, il t’a
fait un compliment, Gerald, mais je suis sûr qu’il
n’en pense pas un mot. »

Stolz: « Il s’est fait une sacrée pub pour parvenir
à ses fins, c’est pour ça que je l’ai cité, j’aurai
préféré Kowacs, Stavros me fait penser à un
certain Talleyrand. »

48 heures plus tard, sur les ondes:

« Bonjour Mesdames, bonjour Messieurs, mon
équipe est désormais constituée, elle se compose
comme suit:

Monsieur Grant Chase: Premier Ministre.
Monsieur Kalensky Jan: Ministre de la Défense
Monsieur Ginger David: Ministre des Affaires
Sociales
Et enfin, Monsieur Rohstocker Adar: Ministre
de la Justice.

Chacun des trois Ministres constituera sa propre
équipe, sans oublier le nouveau porte-parole du
présent gouvernement, qui, nous l’espérons, saura
se rendre digne de son prédécesseur dont la
retraite est hautement méritée.

Dans trois jours, nous vous le promettons, tant
pour les Secrétaires d’Etat que pour les Chefs de
Cabinet et leurs subalternes, toutes et tous seront
prêts à se mettre à la disposition de notre
brillante communauté. »

Voilà qui était nouveau, deux noms qui n’étaient
pas dans la liste des candidats à la Présidence, Ginger
et Rochstocker étaient assez connus, mais la plus
part des gens ne les voyaient pas dans la
politique, et l’ancienne équipe gouvernementale
non plus, Ginger était Sous Directeur dans une
unité de production, mais ami de Stavros et
Rohstocker, un Procureur brillant, également
proche de Stavros et de Grant, quant à
Kalensky, il n’y avait peut-être rien à lui
reprocher, c’était un militaire de haut rang, au
grade de Colonel, il se pourrait que Stavros ait vu
en lui quelqu’un qui puisse asseoir son autorité.

L’ancienne équipe gouvernementale, réunis chez
Kallougine, devant un écran géant, un Chivas et
quelques amuse-gueule:

Sommerset: « Sympa chez toi, Piotr, je suis déjà
venu ici, mais il y a longtemps, tu as fait des
progrès dans l’aménagement, c’est presque un
palais, maintenant. »

Kallougine: « Pas encore comme ton ex, mais je
m’y sens bien, si nous échangions nos impressions
sur ce que l’on voit ? »

Chan Sing-Lung: «Piotr a raison, Gerald, il est bon
que nous en discutions, , pour moi, la communauté
vient de signer son arrêt de mort. »

Sommerset: « D’accord, parlons-en, tel que je
connais Stavros, et ce n’est certainement pas
Grant qui va arranger les choses, voilà
comment, selon moi, l’avenir de la communauté
va se profiler:

- Ils vont s’évertuer à démolir tout ce que nous
avons construit.

- Ils vont abolir notre Loi sur l’extérieur, mais je
sais que Stavros ne tient pas plus que nous à ce
que qui que ce soit puisse quitter la
communauté, ceux qui voudront partir, il ne s‘y
opposera pas ouvertement, mais les fera exécuter
une fois en surface, ce qui est finalement pire.

- Ils vont refaire de la monnaie, la vieille histoire
de la planche à billets, de beaux Dollars tout neufs.

- Avec l’argent, ils vont tout corrompre, ramener
la communauté à l’époque des années 2000, le
Dieu fric sera de nouveau d’actualité, et… »

Stolz: « Excuse-moi de t’interrompre, Gerald,  mais
si certains parviennent à s’échapper en
surface, c’est notre arrêt de mort. »

Sommerset: « Pas nécessairement, Kurt, et ceci
pour plusieurs raisons:

- nous avons deux grands avions, mais plus
personne pour pouvoir les piloter.

- Nous avons aussi des voitures, mais elles ne
traversent pas les océans, ni ne peuvent aller
loin dehors compte tenu des températures et de
la nature du terrain.

- La moindre zone habitée n’est pas à moins de
1000 kilomètres.

- Et Stavros sait parfaitement tout cela, si vous
pensez qu’il va chercher à communiquer avec les
gens des autres continents, détrompez vous, il
voudra être le seul maître à bord, sans ingérence
étrangère.

- Ceux qui voudront partir en espérant quitter
l’Antarctique, il sera trop content de s’en
débarrasser, ils n‘ont aucune chance.

Notre communauté est isolée des autres
continents, et le restera. »

Kallougine: « Oui, vu sous cet angle, ça se
tient, C’est toi, Gerald, qui connait le mieux
Stavros, et tu le décris comme un tyran, si tu
as raison, nous risquons même de voir une
guerre civile avant de mourir. »

Sommerset: « Cela se pourrait, en effet, mais
nous ne pouvons pas refaire les élections sur
des présomptions, et il y en a pour dix ans, à
moins que Stavros modifie cela aussi dans la
Constitution en se déclarant Président à
vie, avec lui, nous ne sommes pas au bout de
nos surprises. »

Dans les années qui suivirent, Stavros fit
exactement ce que Sommerset craignait, il
procéda tout doucement, progressivement afin
de ne pas éveiller trop de mécontentements, il
ne manqua pas de préciser à l’ancienne équipe
gouvernementale que c’est lui qui avait le
Pouvoir, qu’ils n’avaient pas intérêt à lui
mettre, directement ou indirectement, des bâtons
dans les roues, s’ils voulaient garder leurs
privilèges et terminer leur vie tranquillement.

Stavros avait pris la même habitude que
Sommerset, celles de réunir ses Ministres dans
son palais, devant la grande table, il n’y avait
plus de whisky, les goûts étaient différents, pour
Stavros du champagne, pour Grant, du gin, pour
Ginger une forte bière brune, pour Rohstocker un
jus de fruit, il ne buvait pas d’alcool, et pour
Kalensky, de la Vodka.

Les relations étaient également différentes, plus
de tutoiement, on en revenait au formel, tous
appelaient Stavros, Monsieur le Président, mais
lui, pour préciser qu’il restait le maître, appelait
ses Ministres par leur nom.

En ce qui concerne le service, rien n’avait
changé, sinon les personnes au cours du
temps, les repas et les boissons étaient toujours
apportées par de ravissantes personnes, les
hommes restaient des hommes.

Un autre palais avait été construit, un peu plus
petit que celui du Président, pas très loin, une
esplanade les séparait, c’est là que logeaient
les 4 Ministres, appelé le petit palais, il était
pratiquement aussi confortable que le
grand, avec toutefois un peu moins de place
pour chaque Ministre qui néanmoins, disposait
d’un service correspondant à son
rang, c’est-à-dire quelques auxiliaires
précieux, et de fort jolies femmes pour les
tâches plus courantes.

Au cours d’une réunion dans son grand palais:

Stavros: « Bon, Messieurs, nous arrivons enfin
au bout de nos peines, tant pour les corvées
telles que la classification des emplois en
fonction du salaire, le fameux code du
travail, que nous avons uniformisé pour
toutes les professions, toujours pas de chômeurs
ni de retraite, un bon point pour Sommerset, nous
avons établi des impôts que nous prenons à la
source, comme ça, pas de surprise, nous avons
créé des banques, un département
financier, directement contrôlé par Grant, nous
avons établi des Lois contre les pirates de
l’intranet, à la TO d’office avec durée selon le
délit, 12000 péquins dans la communauté, nous
en avons fichu plus d’un millier dehors, ceux qui
voulaient partir et seraient devenus inutiles, les
autres ont compris, on a renforcé les effectifs
de police et militaires, on a rendu aux gens le
goût de l’argent et du travail, on a maintenant
des commerçants et des lieux de production
motivés, les enseignants ont été mis au pas et
enseignent selon nos règles, les médecins font
à peu près leur boulot, on les a motivés avec le
fric, on a fait des salles de jeu pour les
gosses, avec de bons effectifs de surveillance, des
bars pour les adultes, mais une forte amende
pour ceux qui seraient ivres, bref, nous sommes
en passe de constituer une société encore
meilleure que celle de Sommerset, il faut
continuer à serrer les boulons, toujours tout
doucement, selon ma méthode, tout va
pratiquement comme sur des roulettes, à une
exception près, qui ne me plaît pas, les domaines
scientifiques et de recherche, ils ne font pas de
progrès, ils ne sont pas assez motivés, on a
récemment augmenté le salaire de certains et de
certaines, mais sans résultat tangible, il va falloir
faire quelque chose d’efficace, je n’admets pas
plus les points faibles que les erreurs, tiens !

Pendant que nous parlons de salaire, nos
résultats obtenus méritent une petite
augmentation, pour moi, pas de problème, je me
sers directement, selon mes besoins, mais pour
vous autres, voilà ce que j’ai décidé:

Grant             passe de 300.000 à 400.000 Dollars
par mois
Rohstocker   passe de 230.000 à 300.000 Dollars
par mois
Ginger           passe de  200.000 à 270.000 Dollars
par mois
Kalensky       passe de  180.000 à 270.000 Dollars
par mois

Vous conviendrez avec moi que maintenant, vous
êtes plus qu’à l’aise, mais vous le
méritez, n’oublions pas que le plus haut salaire
après vous est celui d’un artiste, à 120.000 Dollars
par mois, mais il a vraiment du talent, et est
quand même ponctionné à 50%, ce qui lui fait
60.000 Dollars/mois net, alors que vous
autres, ne payez pas d’impôts, mais ça, nos
citoyens n’ont pas à le savoir.

Si je vous ai accordé une augmentation
importante, Kalensky, c’est parce que je compte
sur votre autorité, de Colonel, je vous passe au
grade de Général, mais en contrepartie d’une
charge supplémentaire, votre gestion des
militaires et de la police, a été jusqu’à présent
parfaite, et un militaire comme vous, de haut
rang, est plus ou moins un scientifique, qui voit
les choses objectivement et sait obtenir des
résultats, les domaines scientifiques et de
recherches n’avaient, jusqu’à maintenant, pas
d’attribution, ils étaient en quelque sorte
autonomes, ce qui était une erreur, vous allez
prendre ces domaines en charge, cela sera
annoncé officiellement, bien sûr, et je compte
sur vous pour obtenir des résultats, qu’en
pensez vous ? »

Kalensky: « Vous pouvez compter sur
moi, Monsieur le Président, je vais les réveiller
et les motiver, ces scientifiques, d’abord, si
vous êtes d’accord, je vais faire creuser des
extensions des sous-sols, de  nouvelles zones
qui seront également creusées en
profondeur, l’objectif étant de découvrir d’autres
compositions, métalloîdes ou autres, n’existant
pas ailleurs, et qui nous permettront de
progresser dans bien des domaines tels que
l’électronique, le technique, l’industriel, le
médical, et très probablement bien
d’autres, voilà comment je vois la chose en
un premier temps. »

Stavros: « Bien sûr, que je suis d’accord, faites
creuser, faites creuser, voilà comment j’aime
entendre parler, vous avez parfaitement compris
le problème, il ne vous reste qu’à le
résoudre, nous aussi, nous aimerions bien
allonger nos vies, tous les cinq, bien sûr, et
éventuellement quelques personnes
particulièrement utiles, qui vont dans notre
sens, nous servent bien, mais ne vendons pas
la peau de l’ours avant de l’avoir tué, comme
les anciens disaient, nous devons d’abord
obtenir des résultats, car en toute chose, seul
le résultat compte.

Pendant que nous y sommes, d’autres suggestions ? »

Grant: « Pas pour moi, Monsieur le Président, tout
me semble parfaitement planifié. »

Ginger et Rohstocker: « A nous aussi, Monsieur le
Président. »

« Et vous, Kalensky ? »

« Non, Monsieur le Président, je suis impatient
d’exécuter vos ordres et d’obtenir des résultats. »

 «  Parfait ! Alors je ne vais pas vous retenir
davantage, vous pouvez disposer. »

Trois mois plus tard, au cours d’une autre
réunion de l’équipe du gouvernement dans le
palais de Stavros.

« Alors Messieurs, quelles sont les nouvelles ?

Remarquez c’est une façon de parler car pour
trois d’entre vous, je connais déjà les
réponses, mais j’aime entendre que tout se
passe bien, en fait, c’est surtout Kalensky que
j’aimerais écouter. »

Kalensky: « Je pense avoir de bonnes
nouvelles, Monsieur le Président, comme
prévu, nous avons fait creuser dans les
extensions, et avons trouvé deux nouvelles
matières inconnues auparavant, la
première, le Kortrax, aura une application
directe dans la médecine, plus de cancer
d’aucune sorte, peut-être, à poursuivre, plus
de maladie du tout, Bordan pense qu’il peut
rallonger la durée de vie d’au moins 30 ans, d’après
lui, le processus de vieillissement existera
toujours, mais il sera considérablement ralenti.

Un autre corps a été découvert, l’Antaram, celui-ci
a pour propriété de modifier les vibrations  de
toutes sortes, d’après Cafiero, il rendrait les
objets, et peut être même la matière
animée, carrément invisible et indécelable.

Il y a encore à faire, bien sûr, mais Tsuniki et
Dumont, du Département scientifique, sont en
train de s’en occuper, ils évaluent les premières
applications possibles à moins de six mois, avec
80% de certitude.

Les noms que je viens de citer seront peut-être
nouveaux pour vous, mais il s’agit de gens
efficaces et dynamiques, ils en veulent, j’ai fait
procéder à quelques modifications dans les
organigrammes des sciences et des
recherches, dans ces dernières, j’ai viré
Stepanoff, qui commence à être vieux, il m’a
fait l’effet de patiner dans la choucroute par
moments, oh, c’est un puit de connaissances qui
a encore son utilité, mais je l’ai relégué au poste
de Consultant, qu’il ne se plaigne pas, j’ai fait
maintenir son salaire, et j’ai confié la Direction
des recherches à Borden et à Cafiero, plus jeunes
et plus dynamiques, ils sont mordants, ces deux là.

Dans le Département scientifique, c’est la même
chose, j’ai viré Khan pour le remplacer par un
binôme, Tsuruki et Dumont, deux autres jeunes
et brillants qui en veulent, et
maintenant, Monsieur Le Président, les services
tournent beaucoup mieux, je ne peux pas encore
dire que ce soit parfait, mais j’évalue la
progression de 3/10 à 8/10, nette
amélioration, que je n’ai pas fini de suivre de près.

Enfin, j’ai remarqué que même les subalternes, dans
ces départements gagnaient en motivation et
dynamisme, pilotés par des binômes de
champions, il y allaient, j’ignore si je peux
atteindre le 10/10, mais je resterai implacable
jusqu’au 9/10.

« Ffff ! Alors là, chapeau, Kalensky, c’est de la
dynamite, j‘étais sûr de pouvoir compter sur
votre autorité, mais là, vous avez fait fort, je
connais Borden et Tsuruki, un peu moins les
deux autres, mais du moment que ça
fonctionne, parfait.

80% de promesses de résultats et d’applications
dans moins de 6 mois ?

Ca me paraît correct, j’attends la suite avec
impatience, et particulièrement pour ce qui
peut concerner l’invisibilité, pour moi, et
dites moi si je me trompe, la durée de vie, c’est
gagné, ce qui n’empêchera pas de poursuivre les
recherches, mais il va falloir creuser du côté des
applications pour votre fameux  Antaram, là, nous
risquons d’aller loin, et notre communauté va
devenir bien supérieure à ceux de la surface.

Bon, je crois qu’on peut fêter ça, on va boire un
bon coup, et même plusieurs. »

« Vous ne vous trompez pas, Monsieur le
Président, la durée de vie, c’est pour dans moins
de 3 mois, avec 95%  de certitude. »

« Parfait, Kalensky, alors à la nôtre, à tous, vivre 
jusqu’à 150 ans, en conservant pratiquement tous
nos moyens, l’ex équipe de Sommerset sera une
rigolade à côté de nous.  »

Une demie heure plus tard, alors que les Ministres
avaient quitté le Palais du Président, sauf Chase
Grant:

« Alors Chase, que penses-tu de Kalensky ? »

« Rien de particulier, Kostas, seulement que c’est
un bon militaire, bien carré, bien discipliné, qui
obéit aux ordres et ne nous trahira pas, en
plus, il a de la poigne, et sait obtenir des résultats. »

Le Président et le Premier Ministre étaient des
amis de longue date, lorsqu’ils n’étaient que tous
les deux, le formel disparaissait:

« Tu as raison, j’ai eu le nez creux en le choisissant
pour faire partie de l’équipe, un Ministre de
l’exécutif, il était tout désigné, j’en pense
moi-même beaucoup de bien, et c’est loin d’être
un ***.

Comment il se comporte au niveau économique ? ».

« Alors là, Kostas, tu vas rire, il ne dépense
pratiquement rien, comme si le fric ne
l’intéressait pas, le seul domaine dans lequel il
claque un peu est celui des armes, je suis d’ailleurs
déjà allé chez lui, je ne te dis pas la collection
d’armes qu’il a, c’est quelque chose
d’énorme, depuis les plus anciennes jusqu’à celles
de dernier cri, il vit avec. »

« Ouais, le vrai militaire, quoi.

Encore un gin, Chase ? »

« Bien sûr, te souviens tu du moment où nous
nous sommes Connus?

Nous avons fait du chemin depuis. »

« Ah ! ah, tu m’étonnes, les cours d’Abraham
Kaplan il y a 25 ans ?
 
Quand, entre autres, il nous enseignait les méthodes
de Sommerset ?
 
Oh oui, que je m’en souviens, on s’est compris tout
de suite tous les deux, t’as été le premier à lever
la main pour lui poser une question
embarrassante, je lui en ai posé une autre
après, dès cet instant, je savais que toi et moi, on
ferait du chemin.

Je pense que tu seras d’accord avec moi lorsque
je dis qu’on œuvre pour le bien de la
collectivité, et que les gens ne le comprennent
pas, bien sûr, on se sert nous-mêmes au
passage, Charité bien ordonnée… Etc. mais
franchement, que feraient-ils à notre Place?
 
Je parle des gens qui ne sont pas trop stupides. »

« Tiens ! C’est marrant, j’ai récemment réfléchi
à ça, je suis carrément remonté dans l’histoire, en
2036, à l’époque, il fallait quelqu’un comme
Sommerset pour démarrer, nous, nous n’aurions
peut-être pas eu la bonne méthode, je
m’explique:

Les gens venaient de subir quelque chose
d’énorme, le météorite, la perte d’un tas de
membres de leur famille, ils étaient
privilégiés, et à ce titre protégés?

Certes, mais il fallait repartir, tout ou presque était
à faire, et surtout, ça les occupait, il fallait qu’ils
oublient, ou que cela devienne secondaire, il y
avait une société à reconstituer, chacun devait
prendre sa part, Sommerset les avait pris dans le
sens du poil, un peu de respect, un peu
d’estime, pas de fric, du travail pour tous, sensation
d’égalité, il faisait en sorte que chacun se sente
quelqu’un, ait une raison de vivre.

Au cours du temps, les choses changent, surtout
en 70 ans, les pionniers ont vieilli, la plus part
d’entre eux sont morts maintenant, nous sommes
une toute autre génération, on avait réuni les
grosses têtes et autres gens extraordinaires à
l’époque, mais ils n’étaient pas immortels, ils
vieillissaient comme tout le monde, leurs
descendants sont nés dans un milieu
clos, qui, bien que sûr, ne donne pas toutes les
possibilités de l’extérieur, tu as dû
constater, comme moi, que même les pionniers
commençaient à en avoir marre, ils perdaient de
leur dynamisme, ils espéraient vaguement que
leur descendants resteraient l’élite et auraient
un meilleur avenir, mais pour eux, l’horizon
se bouclait.

Les descendants? Eh bien d’une part, ce ne sont
pas tous des cadors, on disait que les chiens ne
font pas des chats, d’accord, peut-être, mais en
attendant, les descendants ne valaient pas leurs
parents ou grands parents, d’autre part, ils
adoptaient la facilité, à commencer par en faire
le moins possible, finis les sentiments de
solidarité, bonjour le je m’en foutisme, la
collectivité, ça ne devenait qu’un mot, les gens
dormaient de plus en plus, l’ancienne équipe
gouvernementale aussi d’ailleurs, et c’est là
qu’il était nécessaire d’intervenir, que nous
avons notre utilité, il fallait rétablir le fric pour
réveiller et motiver les gens, donner un sens à
leur vie, si certains ne le comprennent pas, ils
ne sont pas dignes de leurs ancêtres qui
eux, avaient lutté pour parvenir à ce qu’ils sont
devenus, on n’a rien pour rien, si on veut
quelque chose, il faut aller le chercher, nous
motivons les gens, nous les aidons, comme tu l’as
dit, Kostas, nous formons désormais une
collectivité encore supérieure à celle du
départ, en fait, nous sommes devenus
indispensables, voilà ce que les gens doivent
comprendre, bien sûr, nous non plus, ne
sommes pas éternels, mais je crois que ceux
qui nous suivront, nous ressembleront car
maintenant, pour maintenir une collectivité
comme celle-ci, tu as trouvé la seule méthode
valable, Kostas, la Loi des Compensations, je
ne suis pas un scientifique, mais je sais que
non seulement elle existe, mais est obligatoire
dans tous les domaines. »

« Ah ! là là. Mon ami, quelle belle tirade, tu
m’as donné soif, mais tout ce que tu as dit
est parfaitement juste, il fallait l’historique.

Finalement Sommerset a bien joué son rôle, et
c’est à nous de continuer à bien jouer le
nôtre, la Loi des compensations?

Oui, je connais, cela seul suffit à nous
justifier, nous agissons conformément aux Lois
qui existent partout dans l’Univers, nous
sommes à notre place. »

« Tu rebois un coup Chase ? Moi, oui, le
champagne, c’est divin, oh, mais je connais
ce regard, tu es en train de penser à quelque
chose de compliqué, là, je me trompe ? »

« Non, Kostas, tu me connais trop pour te
tromper, moi aussi, je vais reprendre un
gin, je songe à ce que Kalensky nous a
dit, pour la durée de vie, c’est tout
benef, ok , pour l’invisibilité, c’est une autre
histoire, je… »

« Attends, tu parles de l’invisibilité ?

C’est fantastique, En quoi ça nous poserait
un problème ? »

« Justement, j’allais te l’expliquer, tu as
raison lorsque tu dis que c’est
unique, extraordinaire, tout ce que tu
veux, supposons que Kalensky réussisse
son pari, celui d’obtenir des scientifiques que
l’on puisse rendre les objets, et même les
gens invisibles, bravo pour la réussite, mais
regarde où nous sommes, dans un lieu à
part, qui n’a plus rien à voir avec
l’extérieur, notre civilisation, les antarctes, n’a
plus rien à voir non plus avec les gens de
l’extérieur, nous ne les connaissons même
pas, toi et moi sommes nés ici, nous n’avons
jamais vu l’extérieur en vrai, seulement sur des
ordis, comme s’il s’agissait d’un autre
monde, ce qui est le cas, nous ne connaissons
qu’ici, Antarcta, des kilomètres carrés de
sous sols desquels il n’est pas question de
sortir si nous voulons maintenir notre
collectivité, l’invisibilité nous serait utile si
nous allions sur les autres continents, mais
qu’irions nous y faire?

Nous ne pouvons même pas y aller, poussons
l’hypothèse à l’extrême, Kalensky fait également
bosser les scientifiques sur des véhicules aériens
légers, mais solides, faciles à piloter, et
suffisamment autonomes pour atteindre  ne
serait-ce que l’Amérique du Sud, quel en serait
l’intérêt ?

Rien que les conditions climatiques auxquelles
nous ne sommes pas habitués seraient des
inconvénients pour nous, je ne parle pas des
gens et du reste, admettons que non seulement
invisibles, nous soyons également
indétectables, mais qu’est-ce que ça nous
donnerait de plus ?

Et puis attention, l’invisibilité, il faudrait la
garder secrète, ce n’est pas le genre de truc
à communiquer au péquin lambda, il y aurait
de sévères risques de mauvais usage qui
pourraient se retourner contre nous, il y a
toujours des pirates en herbe ici, suffisamment
doués pour devenir des hackers, qui pirateraient
les ordis scientifiques et comprendraient
rapidement de quoi il retourne, non, à mon
avis, ce n’est pas ça qu’il faut creuser, trouver
d’autres propriétés à l’antaram, oui, la durée de
vie, oui, pas aux autres, bien sûr, mais
l’invisibilité ici ?

Même si nous étions les seuls à en profiter, ça
servirait à quoi ? »

Après plusieurs minutes de silence, Stavros:

« Bon sang, heureusement que tu réfléchis, et
dans le passé, tes raisonnements nous ont
souvent sortis des galoches, tu as tout à fait
raison, ici, l’invisibilité ne sert à rien, il n’est
pas question d’aller à l’extérieur, nous fondons
une nouvelle civilisation, plus avancée que les
autres, et lorsqu’elle deviendra encore plus
importante, eh bien on fera creuser d’autres
sous-sols, on fera faire d’autres
constructions, et tout le toutim, et puis, après
nous le déluge, nos suivants feront comme bon
leur semblera, ce ne sera plus notre
problème, chapeau, Chase, on va convoquer
notre équipe, tout le monde comprendra, y
compris Kalensky qui devra rectifier le
tir, il demandera aux scientifiques et aux
chercheurs de stopper tout développement sur
l’invisibilité, et de rechercher autre chose, je ne
sais pas encore quoi, mais on trouvera, ils iront
plus vite sur la prolongation de vie, faudra même
encore qu’ils améliorent, on veut
régner, longtemps, très longtemps. »

« D’accord avec toi, Kostas, je les appelle ».

« Ouais, qu’ils rappliquent dare-dare, parce que
nous, qu’est-ce qui nous intéresse ?

Pourquoi nous vivons ?

Nous vivons pour être bien, confortables, pour
éviter les complications quand on peut faire
simple, pour avoir ce que l’on veut, tout ce dont
on a besoin, le décor et le reste, on s’en fout, si
un jour, un de nos successeurs veut aller en
surface, ou même dans l’espace, ça sera à lui
de se constituer les bons moyens, ce n’est pas
notre problème, pas celui de la communauté
non plus, personne n’a jamais parlé de
l’espace, la surface non plus n’intéresse pas
nos citoyens, c’est finalement ici qu’on est
le mieux. »

« Que penses tu de cela, Nekktra ? »

« Qu’ils n’ont peut-être pas tort, ils raisonnent
à leur niveau, leur durée de vie est très
courte, 150 ans, c’est presque un flash, il est
normal que l’espace ne les intéresse pas. »

« Crois-tu que l’humanité évoluera un jour ? »

« Théoriquement, c’est possible, Kazbun, mais
leur évolution potentielle suit une spirale dont
les boucles sont longues, très longues, il
faudrait qu’ils puissent vivre durant des
dizaines de milliers de leurs années pour
s’intéresser à l’espace, qui n’est pas sans
risques, pour le moment, ils sont fort loin
d’être prêts, s’ils parviennent par la suite à
se développer, comme certaines de nos
civilisations, il leur manque encore un
certain nombre de millions d’années. »


------***------
 
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Oct - 12:32 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com