KOSMOFIC Index du Forum KOSMOFIC
Science Fiction
 

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres
GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


L043

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kr
Redacteur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2014
Messages: 130

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 14:00 (2017)    Sujet du message: L043 Répondre en citant

07/07/2711 Le système solaire était entouré par
une immense distorsion dimensionnelle en passe
de l’engloutir, s’agissait-il d’un trou noir ?

D’un trou de ver ?

D’autre chose ?

Personne sur Terre ne pouvait le dire, la
planète, après bien des épisodes plus ou moins
critiques remontant aux siècles précédents comportait
un milliard d’habitants, plusieurs centaines de millions
de gens avaient, durant les derniers mois, quitté le
système avec des vaisseaux spatiaux, les personnes
restées sur place étaient celles qui disposaient de peu
de moyens ou qui avaient réagi trop tardivement, il
restait bien quelques dizaines de vaisseaux en état de
marche, mais depuis les 15 derniers jours, il leur était
impossible de décoller, l’absorption du soleil et de ses
planètes était imminente, question de minutes.

Une panique indescriptible régnait sur toute la surface
du globe, le ciel était devenu noir, mais le soleil et la
lune apparaissaient encore, d’une couleur rouge, aucune
autre étoile n’était visible, des vagues d’énergies circulaient
par zones, d’une manière chaotique, et devenaient de plus
en plus intenses.

Puis d’immenses éclairs prirent le relai, soulevant les eaux
des océans, détruisant des villes et des forêts, était-ce la fin ?

Quelque part sur Mars, dans un laboratoire situé à 200
mètres en profondeur, dix personnages des plus importants  
assistaient au spectacle.

Il s’agissait du Président de la Terre, un certain Wataru
Fujiwara, de Chen Yi Quan, Ministre des Sciences, Nikolaï
Gorchkov, Savant, Niels Sorensen, autre Savant, Gérard
Tardieu, Assistant de Nikolaï, Adolfo Di Marco, Assistant
de Niels,  Bianca Sagarzazu,  Général des Forces
Spatiales,  Fritz Weber, Colonel des Forces
Spatiales,  Malcolm Sparks ,  Expert en Stratégie, et
Ronald Copeland, Ingénieur.

Wataru: « Là, nous sommes devant les faits, pensez-vous
qu’il y aura une suite ? »

Nikolaï: «Je le pense, Monsieur le Président, le gouffre, ou
maelström, d’après nos études avec Niels, devrait nous
mener quelque part, mais où ?

Ca, nous ne le savons pas encore. »

Wataru: « Vous ne pensez donc pas qu’il s’agisse d’un
trou noir ? »

Niels: « Non, Monsieur, d’après ce que nous avons pu
constater lors de nos différents déplacements dans
l’espace, un trou noir n’a pas ce type de réactions, un
trou de ver non plus d’ailleurs, là, c’est une dépression
dimensionnelle, nous aurions préféré un trou de ver, qui
nous aurait transféré dans un autre univers, ou vers
d’autres galaxies, là, c’est dans une autre dimension
que nous allons passer. »

Bianca: « Je ne vois pas trop où est la différence, que nous
soyons morts, ou à l’autre bout de l’univers, ou encore
dans une autre dimension, nous ne reverrons jamais
notre galaxie. »

Malcolm: « Cela dépend, Général. »

A ce moment là, ils subirent une immense secousse qui
dura plusieurs minutes, puis l’accalmie revint, tout le
monde était par terre, mais vivant.

Wataru: « Personne de blessé ? »

Fritz: « J’ai dû heurter quelque chose, car j’ai la tête en
compote, mais je vais m’en remettre. »

Ronald: « Dito, c’est dur. »

Wataru: « Bon, nous allons nous faire examiner par nos
androïdes, qui vérifieront également l’état du
matériel, ce que vous avez dit en dernier
m’intrigue, Malcolm, expliquez-vous. »

Malcolm: « Oui, Monsieur le Président, je pensai aux
Transmetteurs fictifs, dans notre galaxie, je crois savoir
que nous en avions découverts près de la zone de
Magellan, si nous en trouvons là où nous allons, peut-être
que… »

Niels: « Holà, doucement Malcolm, ce que vous avez dit
pour Magellan est exact, mais les transmetteurs
agissent, en quelque sorte, comme des trous de vers, si
nous avons changé de dimension, c’est une toute autre
histoire, mais il sera important de savoir au plus vite où
nous nous trouvons. »

Nikolaï: « Pas évident, Niels, si nous n’avons plus de
points de repère, bien malin qui pourrait dire où nous
sommes, et de là à trouver des transmetteurs
dimensionnels… »

Wataru: « Pour le moment, le plus urgent est de:

- Faire vérifier notre état.

- Vérifier celui du matériel.

- Voir si la Terre, et tout le système ont été transférés
comme nous, au même endroit, et si tel est le cas, prendre
contact avec la Terre. »

Ronald: « Je m’occupe de prendre contact avec la
Terre, Monsieur le Président. » 

Bianca: « Fritz et moi, allons voir si tout est en ordre pour
le matériel. »

Quelques heures plus tard.

Wataru: « Bon, pour nous, tout va bien ou à peu près, le
matériel est intact dans sa totalité, que nous révèlent les
détecteurs externes, s’ils sont encore en bon état ? »

Adolfo: « Ils le sont, Monsieur le Président, Si Gérard est
d’accord avec moi, je peux dire que c’est tout le système
qui a été transféré, le Soleil, toutes les planètes, la
ceinture principale ainsi que celle de Kuiper, ce qui
amène à penser qu’ici, nous aurons la même protection
que dans la Voie Lactée. »

Gérard: «Je confirme, les instruments décèlent même un
tas de comètes du système Oort, peut-être pas toutes, on
voit également des étoiles, mais je n’en reconnais aucune. »

Wataru: «Bien, c’est déjà ça, et vous, Ronald ? »

« Pas pu établir de contact avec la Terre, ni avec nos
habitants en surface de Mars, mais c’est peut-être un
peu tôt, les gens doivent être paniqués, espérons qu’ils
ne soient pas morts, je poursuis les tentatives. »

Le lendemain matin:

« Ici zx235B, Est-ce que quelqu’un m’entend ?

Je répète, ici zx235B, Est-ce que quelqu’un m’entend ? »

Dans le laboratoire, Ronald:

« Ici Lsk222A, je vous entends, attendez que je reprenne
le cahier des codes. »

……………

« Ah oui, vous êtes à la surface de Mars, c’est ça ? »

« Exact, je suis le Lieutenant Faber, des Forces Spatiales, qui
êtes- vous, et où êtes-vous ? »

Wataru: « Laissez, Ronald, je vais répondre. »

« Ici le Président Fujiwara, peu importe où nous
sommes, donnez moi la situation en surface, Lieutenant ! »

« Heu, mes respects, Monsieur le Président, ici, dans notre
bunker, tout le monde va bien, nous sommes 30
personnes, mais nous avons subi une importante
détérioration dans le matériel, je ne sais pas si on pourra
tout réparer, nous avons pu communiquer cette nuit avec
les deux autres postes, l’un d’eux nous a précisé que des
civils étaient également vivants, mais sur les 2000
habitants, nous ne savons pas encore combien. »

« Bon, c’est déjà une bonne nouvelle Lieutenant, tenez moi
au courant sur la fréquence 444, et donnez moi également
l’état des 26 vaisseaux spatiaux, c’est important, quelles
sont les conditions extérieures? »

« Elle sont redevenues à peu près habituelles, Monsieur le
Président, pour les vaisseaux spatiaux, nous allons
procéder au vérifications, je vous rappelle dès que possible. »        
 
Wataru raccrocha et:

« Bien, Madame et Messieurs, si nous allions prendre notre
petit déjeuner ? »

Bianca: « Bonne idée, Monsieur le Président, je suppose
que vous avez demandé l’état des vaisseaux pour que nous
allions voir ce qui se passe sur Terre ? »

« Exactement, Madame la Général, sommes-nous loin du
bunker de Faber ? »

Bianca: « Fritz va pouvoir nous répondre, Monsieur le
Président, Fritz ! Comment sont répartis vos hommes par
rapport au labo, lesquels peut-on atteindre facilement ? »

Fritz: « Le bunker du Capitaine Logan est presque à
l’aplomb de ce laboratoire, mon Général, avec les tenues
adéquates, nous pouvons facilement y accéder, de
plus, ils stockent 10 vaisseaux sur les 26, et d’après ce que
j’ai compris, les trois bunkers peuvent correspondre, alors
dès que nous aurons la réponse de Faber sur leur état… »

Wataru: « Bien, alors attendons, combien d’hommes pour
l’équipage d’un vaisseau ? »

Fritz: « Il faudrait une quarantaine d’hommes, Monsieur
le Président, Logan peut, à lui seul, nous en fournir
20, Faber, une bonne quinzaine, peut-être même 20, ce
serait mieux, car le bunker du Lieutenant Spanoudakis, qui
dispose d’une trentaine d’hommes, est le plus éloigné. »

Plus tard:

« Ici Faber, Monsieur le Président, chez les civils, il y a une
centaine de blessés, qui sont en traitement, mis à part trois
ou quatre cas, rien de grave, pour les vaisseaux, ceux du
Capitaine Logan sont ok, chez Spanoudakis, il y en a deux
en révision, chez moi, trois, mais d’après ce que l’on m’a
dit, pas de problème pour les réparations. »

« Excellent Faber, continuez vos réparations, faites au
mieux, et par la suite, communiquez nous les pièces à faire
remplacer. »

« A vos ordres, Monsieur le Président. »

Wataru: « Bon, alors tout semble aller à peu près
bien, voilà le programme:

- Nous allons laisser la boutique à Cheng, avec nos
savants, leurs assistants, ainsi que Ronald, les autres
viennent avec moi, on passe chez Logan, pour quérir un
vaisseau et un équipage.

- Nous nous dirigeons vers la Terre pour voir ce qu’il s’y
passe, j’ignore si mon Palais à Takasaki  a été bien
gardé, si tel est le cas, vous pourrez revenir sans moi, car
j’aurai beaucoup à faire, à commencer par remettre de
l’ordre, il a dû y avoir pas mal de pagaille.

- Si tout se passe bien, vous pourrez me renvoyer Cheng. »

Dans le bunker de Logan.

« Mes respects, Monsieur le Président, je me suis mis en
rapport avec Faber qui m’envoie 20 hommes, tous
appartenant au Forces Spatiales et aptes à naviguer, ils
viennent avec leurs spatiandres et seront là dans à peu
près une demie heure, pour former une équipe complète
avec les miens, nous mettons le ’’Kraft01’’ à votre
disposition, c’est le meilleur vaisseau de la ligne des
vaisseaux galactiques de 250 mètres, équipé de canons
transformateurs et d’un écran Khâ.  »

« Bien, alors nous attendons. »

Un peu plus tard, le Kraft01 était prêt à décoller, dans la
salle centrale.

« Lieutenant Herrlich, à vos ordres. »

Bianca: « Bien, Lieutenant Herrlich, vous serez notre officier
en second, tout le monde est en place ? »

« Affirmatif, mon Général. »

« Alors, direction la Terre, que nous survolerons à basse
altitude, comment sont vos moyens de détection ? »

« Ils fonctionnent parfaitement, mon Général. »

« Alors vous savez ce que vous aurez à faire. »

La distance entre Mars et la Terre étant trop faible pour un
vol en sub-espace, le vaisseau se borna à une vitesse de
100.000 kilomètres/seconde pour arriver en orbite de la
Terre en moins de 20 minutes, après un certain nombre
de révolutions, et l’utilisation d’appareils sophistiqués de
détection, le Président:

« Bon, Bianca ou Fritz, allez donc dire à Herrlich de
tourner encore un peu pendant que nous allons tenir une
petite conférence, venez, Malcolm ! »

Confortablement installés dans une vaste salle, autour
d’une grande table comportant des boissons, Wataru:

« La vie sur Terre existe, nous ignorons s’il y a eu beaucoup
de morts, mais dans quelques minutes, Kerson le radio
devrait pouvoir nous en dire plus, s’il n’y a pas de
conflits, c’est-à-dire si les gens se sont disciplinés, je
prévois un atterrissage près de mon Palais à Takasaki. »

Malcolm: «Pour s’assurer que tout soit en ordre, Monsieur le
Président, il vous faudra prendre contact avec votre garde
afin de disposer de toutes les informations nécessaires. »

« Tout à fait, Malcolm, si c’est la cas, alors vous resterez
avec moi, car j’aurai besoin de vos compétences, Bianca et
Fritz resteront également sur Terre pour reprendre l’armée
en mains. »

Quelques minutes plus tard, Kerson:

« Monsieur le Président, nous sommes passés plusieurs fois
sur tous les continents, nous avons eu accès à tous les
médias, les nouvelles sont plutôt bonnes, après une période
de panique, et des dégradations dues à la distorsion
dimensionnelle, l’immense majorité des gens a repris leur
travail, et tout semble se passer à peu près comme avant la
catastrophe, bien sûr, des dégâts conséquents vont
occuper pas mal de monde pendant un certain temps, mais
les médias indiquent tous clairement que tout repart bien. »

« Merci Kerson, vous pouvez retourner à votre poste, dites
à Herrlich de prévoir un atterrissage devant mon Palais. »

Peu de temps après:

« Allô, ici le Commandant Fora de l’armée
spatiale, identifiez-vous ! »

Le Kraft01 était entouré de trois corvettes, une fois
encore, c’est Wataru en personne qui se plaça
devant l’écran.

« Bonjour Commandant Fora, me reconnaissez-vous ? »

« Mes hauts respects, Monsieur le Président, nous nous
sommes longuement demandés si vous étiez encore
vivant, visiblement, c’est le cas, alors, à vos ordres ! »

« Bien Fora, alors dites-moi comment ça se passe sur Terre. »

« Eh bien, Monsieur, tout va à peu près bien, c’est vrai que
le trou qui nous a aspirés a fait pas mal de casse, il y a eu
quelques dizaines de milliers de morts et autant de blessés
plus ou moins graves, mais on aurait pu craindre pire…

Il n’y a pas de conflits, les gens sont plutôt choqués et
mettront un certain temps à s‘en remettre, mais dans
l’ensemble, la planète est sûre. »

« Bien, alors accompagnez nous à Takasaki, j’ai du travail. »

« A vos ordres, Monsieur. »

Le Kraft atterrit devant le Palais, plusieurs Ministres et
quelques haut-gradés se trouvaient devant l’immense
entrée principale.

« Bon, Bianca et Fritz, je vous laisse le soin de reprendre
votre armée en mains, Malcolm, vous venez avec moi, j’ai
de quoi vous loger, où habitez-vous déjà ?

Ah oui, à Washington ? »

« Oui, Monsieur le Président, vous savez que j’ai une femme
et deux enfants, je souhaiterais savoir s’ils vont bien. »

« Bien sûr, cher ami, vous pourrez les contacter, nous
veillerons à ce qu’ils ne manquent de rien.»

Plusieurs mois passèrent, le bâtiment, les ponts et
chaussées, les divers services logistiques, tous travaillaient
à plein, tout se réorganisait, du côté des services de
recherches scientifiques et astronomiques, on ne chômait
pas non plus, on baptisait des étoiles, situait leurs
distances, créait une nouvelle nomenclature, de nouvelles
connaissances s’avéraient nécessaires, et exigeaient du
temps, les découvertes n’étaient pas en reste, et le
Président menait une forte activité, au cours d’une
réunion à laquelle participaient Cheng Yi Quan revenu
de Mars, Igor  Mouratov  Ministre de la construction et
du Logement, Lauren Henderson  Ministre des Affaires
Sociales, Alexander Ross  Ministre de l’Intérieur et de
la Défense, Eduardo Sanchez Ministre de
l’Industrialisation, Dewei Zhang Ministre de la
Télécommunication, et l’indispensable Malcolm
Sparks, Expert en Stratégie, le Président demanda à
chacun d’eux de lui communiquer où ils en étaient, il
avait bien lu tous les rapports, mais deux précautions
valant mieux qu’une, c’est Eduardo Sanchez qui prit le
premier la parole:

« Dans mon domaine, la Production Industrielle, Monsieur
le Président, tout se passe à peu près bien, j’estime que
nous sommes à 90% de nos capacités, et je fais en sorte
d’augmenter le chiffre. »

Igor: « Je n’ai pas la réussite de mon collègue, tout n’est
pas encore réparé, et disons 1 million de personnes
manquent de logement, bien que ce chiffre soit de l’ordre
de 2%, j’ai encore beaucoup à faire et m’y emploie
fortement, vous connaissez ma politique, Monsieur le
Président, fortement calquée sur la vôtre, je pense qu’il
me faudra encore six mois pour atteindre des
résultats satisfaisants. » 

Dewei: « En ce qui me concerne, Monsieur le Président, mon
activité ayant un lien avec celle de plusieurs de mes
confrères, je m’efforce d’améliorer tout ce qui concerne
la communication, tant du point de vue scientifique
qu’humain, ma satisfaction tourne autour de 85%, je peux
encore progresser. » 

Lauren: « Mes activités sont liées à celles de ma collègue, et
aussi à celles d’Igor, du côté des personnes ayant un
logement et pouvant communiquer sans problème, c’est
acquis, tout va bien, peut-être peut-on encore simplifier
quelques procédures, et j’y travaille, pour la suite, tout
comme Igor, je prévois une nette amélioration dans
six mois. »    

Alexander: « Pour moi, tout est ok, j’ai le privilège de
disposer d’excellents collaborateurs, il n’y a pas de
problème de sécurité. »

Cheng: « Dans le domaine scientifique, la partie est plus
délicate compte tenu du nouvel univers dans lequel nous
nous trouvons, indépendamment du fait que l’on peut
encore améliorer nos vaisseaux spatiaux, il reste le
fameux problème des transmetteurs qui nous
permettraient de retrouver notre place dans la voie
lactée, la dépression dimensionnelle doit être très loin
maintenant, et certains de mes collaborateurs m’ont fait
savoir qu’un retour ne présenterait aucun risque. »

Wataru: « Que pensez-vous de tout cela, Malcolm ? » 

« D’après ce que je viens d’entendre, Monsieur le
Président, sachant qu’il n’y a pas de chômeurs, et que
l’ensemble de la population dispose d’un bon niveau de
vie, il y a lieu de penser que lorsque tout sera
reconstruit, les résultats seront encore meilleurs, la
partie scientifique de Monsieur Cheng m’intrigue un
peu plus, à supposer qu’un jour, il nous soit possible de
revenir reprendre notre place dans la Voie
Lactée, est-ce souhaitable ?

D’après ce que l’on peut constater ici, les conditions sont
pratiquement les mêmes, sinon meilleures,  nous
connaissons un peu moins bien cet univers?

Mais, d’une part, cela viendra, et d’autre part, c’est le
cadet des soucis du péquin lambda, dans le passé, nous
avons eu affaire à trois civilisations qui ne nous voulaient
pas du bien, nous nous en sommes effectivement sortis
à notre avantage, mais ici ?

Avons-nous des concurrents proches, ou d’autres êtres
vivants qui ne souhaiteraient pas notre présence ?

Peut-être faut-il laisser passer un peu de temps avant de
reconsidérer la question ? »

Wataru: « Eh bien je crois que Malcolm a eu le mot de la
fin, si nous allions déjeuner? »

Plusieurs siècles s’écoulèrent pendant lesquels tout se
passait bien dans le système solaire, l’humanité
progressait dans tous les domaines, le nouvel univers
devenait aussi connu que l’ancien, la Terre comportait
désormais près de 10 milliards d’habitants, bénéficiant
d’un excellent niveau de vie, les voyages d’une galaxie
à une autre étaient devenus monnaie courante, les gens
qui vivaient près de 180 ans du temps de Wataru
Fujiwara atteignaient maintenant une durée de vie de
près de 5 siècles, ce qui impliquait quelques petites
contraintes du genre de celle de la limitation des
naissances, même si nombre d’humains peuplaient
d’autres planètes appartenant à des systèmes
proches, des transmetteurs fictifs avaient même été
découverts à une centaine d’années/lumière de la
Terre mais personne ne s’y était encore risqué, ignorant
si les transmetteurs opéraient dans les deux sens ou
procédaient par un aller simple.

La capitale planétaire était New-York, et la nouvelle
équipe gouvernementale du moment était constituée de:

Bryan Jackson           Président de la Terre.

Boris Tchoubarov      Ministre des Sciences

Dexter Wright            Ministre de la construction et du
                                     Logement

Lauren Henderson     Ministre des Affaires Sociales

Ivan Stroganov          Ministre de l’Intérieur et de la Défense

Theda Roprecht          Ministre de l’Industrialisation

Ru Wang Meng           Ministre de la Télécommunication.

L’évènement extraordinaire de Juillet 2711, faisait partie
de l’histoire ancienne, et l’humanité se croyait la seule à
habiter la galaxie, jusqu’au Mercredi 21/03/3432.

Dans la matinée, un puissant message fût adressé sur
toute la planète et les observateurs purent apercevoir
une centaine d’astronefs qui venaient soudainement
d’apparaître près de la Lune.

« Ici Kar-Sten: Commandant des Forces  Larkaniennes qui
vous parle, nous vous observons depuis plusieurs
décennies, vous vous étendez depuis à l’intérieur
de notre galaxie, et cela, nous ne pouvons le
permettre, Noktra nous appartient depuis des millions
d’années, et nous sommes bien plus avancés que vous
dans tous les domaines, nous connaissons votre
histoire, mais contre nous, vous n’avez aucune
chance, nous vous laissons 5 ans pour quitter Noktra.

Fin de message. »

Ru Wang Meng, le Ministre des Télécommunications se
trouvait près d’un récepteur et décida d’intervenir:

« Commandant Kar-Sten, je suis la Ministre des
télécommunications, je vous propose de nous laisser le
temps de nous réunir avec notre Président, et de vous
rappeler, est-ce possible ? »

« Je sais qui vous êtes, et connais toute votre équipe, vous
pouvez vous réunir, c’est moi qui vous rappellerai
demain, à la même heure. »

Dans les minutes qui suivirent, l’équipe gouvernementale
s’était réunie dans un luxueux building de
New-York, disposant de tous les moyens nécessaires et
autres outils dernier cri.

Jackson: « Bon, tout se passait trop bien, maintenant, nous
sommes dans une vilaine situation, Ru ! Vous qui
connaissez bien Tanak Nakamaro, faites-le venir ! »

Ru: « Je l’appelle, Monsieur le Président. »

Ru Wang Meng était une superbe femme de six pieds de
haut, qui avait pour époux le fameux Tanak Nakamaro, un
colosse encore plus grand qui avait débuté par des études
en psychologie, puis passé quelques années dans les
forces spéciales de l’armée de l’espace, dans laquelle ses
talents lui permirent d’acquérir rapidement un grade de
Commandant, avant de devenir Expert en Stratégie.

Une demie heure plus tard, l’intéressé était présent à
la réunion.

Jackson: « Alors  Tanak, je suppose que vous avez vu le
message, qu’en pensez-vous? »

« Effectivement, Monsieur le Président, j’ai suivi la
diffusion, Si vraiment ces larkaniens sont plus avancés
que nous, ce qui reste à démontrer, nos jours ici
sont comptés, mais plusieurs impressions se
dégagent de ce Commandant Kar-Sten, ses yeux violets et
sa peau verte, ainsi que ses longs cheveux couleur or, en
font un individu plutôt attrayant, il doit être grand et
costaud, mais c’est un humain, je pense que si c’est lui
qui dirigeait la galaxie, nous n’aurions pas eu
d’ultimatum, ce qui me permet de supposer que cette
galaxie est gouvernée par quelqu’un qui n’admet pas
d’autres présences que celle des larkaniens qu’il estime
supérieurs à tout, autrement dit, Noktra, comme ils
l’appellent, est gouvernée par un tyran, et… »

Stroganov: «Un instant, Tanak, sur quoi vous basez-vous
pour qualifier cet envahisseur d’humain ? »

« Sur certaines de ses mimiques et autres attitudes, vous
savez qu’en psychologie avancée, on étudie pas mal de
choses, y compris tout ce qui se rapporte aux expressions
des visages, ce militaire m’a donné l’impression de vouloir
maintenir un ton et une attitude fermes, mais j’ai senti
qu’il exécutait sa mission à contre-cœur, autrement
dit, on doit pouvoir parler avec lui, en savoir plus, on ne
s’en fera peut-être pas un ami, mais il devrait pouvoir
nous aider, voilà comment je vois la situation:

- Lorsqu’il nous recontactera demain, qu’il nous démontre
que les larkaniens sont plus avancés que nous.

- Si tel est le cas, dans cinq ans, nous serons rayés de la
carte, alors il y a peut-être un arrangement possible, je
pense aux transmetteurs, nous ne pouvons pas encore
déplacer notre système près du transmetteur afin qu’il
puisse être pris en charge, mais peut-être que les larkaniens
pourraient le faire à notre place, nous serons, bien
sûr, transférés dans une zone inconnue, mais peut-être
sans dommages, car les transmetteurs se contentent de
déplacer des objets et des êtres vivants sans rien
détériorer, contrairement aux dépressions
dimensionnelles, nous aurions alors 5 ans pour nous
préparer à un changement d’espace, tout en conservant
notre système. »    

Stroganov: « Proposition intéressante, mais pas sans risques. »

Tchoubarov: « Rien n’est sans risque, Ivan, j’ai confiance
dans les perceptions de Tanak, il a déjà plusieurs fois fait
ses preuves, je suis pour l’idée d’envisager une discussion
avec ce Kar-Sten. »

Jackson: « Cela me semble constructif, vous autres, qu’en
pensez-vous ? »

Roprecht: « Ce larkanien m’a également fait l’impression de
quelqu’un d’intelligent, alors de deux choses l’une, ou bien
ils sont vraiment plus avancés que nous, auquel cas, le point
de vue de Tanak se défend, ou bien, ils bluffent, et là, nous
n’aurons pas d’autre possibilité que celle de les combattre. »

Jackson: « Bon, Ivan, afin d’éviter la panique
générale, préparez vos troupes pour maintenir l’ordre et
éviter les pillages et autres dégradations, nous allons passer
des messages rassurants sur tout le globe, sur la Lune et
sur Mars, faire en sorte que les gens restent dignes, nous
ne sommes pas encore morts. »

Wright: « Nous avons 300 millions des nôtres répartis sur
d’autres planètes, il va falloir aussi les prévenir, Monsieur
le Président. »

« Pas de soucis, Dexter, on ne les oublie pas. »

Aucun avis supplémentaire n’ayant été émis, Jackson clôtura
la séance, il ne restait qu’à attendre le lendemain.

Le lendemain matin, vers 10 heures:

« Ici Kar-Sten, j’ai suivi votre entrevue d’hier, félicitations à
celui que vous appelez Tanak Nakamaro, votre Expert en
Stratégie qui mérite bien sa place, voilà comment nous
allons procéder:

- Pour la démonstration de puissance, après-demain, envoyez
trois ou quatre de vos astronefs dans le secteur A8bx de la
ceinture principale, ils assisteront à quelque chose qui vous
sera retransmis, et que vous ne serez pas près d’oublier.

- En ce qui concerne d’autres domaines, la médecine, par
exemple, il y a quelques dizaines de milliers d’années, nous
en étions à votre stade actuel, et personnellement, je n’ai
rien contre vous qui êtes des humains comme nous, mais
ce n’est pas moi qui commande, nous pouvons vivre durant
plus de 2000 de vos années.

- Votre idée d’utiliser le Transmetteur Nofake  pour
transférer votre système solaire ailleurs est excellente, et
nous pourrions le faire, mais la décision appartient à
Zok-Gan, Commandant suprême de la galaxie, il me
faudra obtenir son accord. 

- Je vous recontacterai donc après demain en début
d’après midi, lorsque notre démonstration aura été faite.

Fin de communication. »

Jackson: « Chapeau Tanak, une fois de plus, vous avez vu
juste, je me demande quelle sorte de démonstration ils
vont faire … »

Tanak: « Merci, Monsieur le Président, à mon avis, ils vont
détruire un certain nombre de météorites d’une manière
impressionnante. »

Tchoubarov: « C’est aussi ce que je pensais. »

Deux jours plus tard, dans la matinée, ils virent, par
transmission directe de leurs astronefs sur place, un
vaisseau larkanien qui utilisa une sorte d’arme émettant un
rayon blanc à large bande, plusieurs milliers d’astéroïdes
de diverses tailles entourés par ce rayon, disparurent, les
plus petits, dans la seconde qui suivit, les plus grands, de
plusieurs centaines de kilomètres, en moins de 30
secondes, le spectacle était édifiant, le vaisseau larkanien
repartit en direction de la Lune.

En début d’après-midi:

« Ici Kar-Sten, vous avez assisté au spectacle, je crois, la
disparition de quelques milliers d’astéroïdes n’a aucune
incidence sur l’équilibre de la ceinture principale qui en a
des millions, une planète comme la vôtre disparaîtrait en
moins d’une minute, cela vous donne une idée des armes
dont nous disposons, car ce n’est pas la
seule, maintenant, nous allons regagner notre
planète, Larkann, je dois m’entretenir avec Zok-Gan sur
votre idée de transfert par le transmetteur. »

Jackson: « A quelle distance d’ici, se situe votre planète ? »

« 200.000 années/lumière, un parcours qui vous prendrait
plusieurs mois alors que nous y serons dans moins de
deux heures.

Fin de transmission. »

Jackson: « Alors Messieurs Dames, qu’en pensez-vous ? »

Tchoubarov: « Détruire des milliers d’astéroïdes avec un
simple rayon !

Là, effectivement, nous ne faisons pas le poids.
 
200.000 années/lumière en moins de deux heures !

Ffff, chapeau, là aussi, on est loin de compte.

Ils ont atteint un sacré degré d’avancement, je suis étonné
qu’ils ne soient pas encore immortels. »

Roprecht: « Peut-être ne le veulent-ils pas, mais nous
avons toujours une épée de Damoclès au dessus de la
tête, car nous dépendons de la décision de ce Zok-Gan, s’il
dit non, que pouvons-nous faire ? »

Tanak: « J’ai une petite idée, mais je vous en parlerai
après la réponse de Kar-Sten. »

Le lendemain, au cours d’une entrevue sur Larkann, entre
Zok-Gan et Kar-Sten:

« Ces terriens voudraient qu’on les amène à Nofake afin de
les transférer dans un autre espace ?

Je dois réfléchir, Kar-Sten, revenez demain, vous aurez
ma décision. »

Malheureusement, bien que plus avancés que les
terriens, les larkaniens avaient à peu près les mêmes
défauts, notamment celui de boire trop, et le tyran
n’échappait pas à la règle, le soir même, il fit bombance
et but beaucoup trop de telle sorte que le lendemain, il
n’était pas particulièrement en forme, et lorsque Kar-Sten
revint le voir pour la décision, il lui répondit:

« Pour Nofake, il n’en est pas question, je dis non, à eux
d’utiliser les cinq années qui leur restent à vivre pour
quitter Noktra ou mourir. »

« A vos ordres, Suprême Zok-Gan. »

Kar-Sten quitta le Palais du tyran, et se mit à réfléchir.

« Ces humains, qui me sont plutôt sympathiques, n’ont
pas assez de connaissances pour pouvoir se transférer
eux-mêmes, alors ils doivent être détruits uniquement
par le fait que Zok-Gan a trop bu hier soir ?

Ce tyran a encore plus de mille ans à vivre, et il est
implacable, personne ne peut lutter contre lui à cause de
sa police secrète, les humains de la Terre sont bien plus
heureux que nous, devons-nous les tuer pour autant ?

Je ne suis pas d’accord, qu’ils soient transférés ou
détruits, leur système solaire n’existera plus dans les
deux cas à Noktra, qui pourrait faire la différence ?

Mais malheureusement, Zok-Gan dispose d’espions à bord
de nos vaisseaux, il faudrait pouvoir trouver un
subterfuge, mais lequel ?

Sar-Kin, est un ami, un savant qui travaille dans un labo
secret que même Zok-Gan ne peut contrôler, il faut que je
passe le voir, il aura peut-être une solution. »

Kar-Sten était un colosse de 2.20 mètres qui n’aimait pas
l’injustice, militaire aguerri mais humain, il savait qu’il ne
plaisait pas à Zok-Gan, qui pourrait bien le faire exécuter
un jour, mais jusqu’à présent, il avait toujours obéi à ses
ordres, alors… »

Disposant d’une semaine de congés en bonne et due forme
avant de retourner vers la Terre et porter la mauvaise
nouvelle, il décida de ne rien dire pour le moment à ses
hommes, et à passer au labo de Sar-Kin, il était un des seuls
à pouvoir y accéder, et ne perdit pas de temps.

Heureusement pour lui, Zok-Gan, qui avait d’autres chats à
fouetter, ne le surveillait pas particulièrement, convaincu
par ailleurs qu’il exécuterait sa mission, il ne pouvait pas
concevoir qu’un larkanien, militaire de haut rang, pourrait
désobéir au profit de ceux qu’il appelait des primitifs.

« Bonjour mon ami, content de te voir, Tu bois quelque chose ? »

« Volontiers Sar-Kin, un bon zlak me ferait du bien. »

« Oh toi, Kar-Sten, tu as un problème, assieds-toi et
racontes moi. »

Ce dernier lui expliqua tout, son entrevue avec le
tyran, et la mission qui lui avait été confiée, pour
terminer par:

« Je ne suis pas d’accord, ils ne méritent par une telle fin. »

« Hm, si je t’ai bien compris, tu aurais besoin d’un
subterfuge pour les transférer par Nofake en toute
tranquillité, alors que tes vaisseaux sont truffés
d’espions, c’est bien ça ? »

« Absolument, avec une centaine de vaisseaux, il me serait
possible de tracter le système solaire jusqu’à Nofake. »

« Il y a un autre sérieux problème, 500 hommes par
vaisseau, soit une escadre de 50.000 hommes, je pense
qu’un certain nombre d’entre eux seraient d’accords avec
toi, mais pas tous, et tant s’en faut, il y a parmi eux des
tas de fayots qui ne pensent qu’à monter en grade et
veulent se faire bien voir de Zok-Gan, là aussi, comment
comptes-tu faire ? »

« Tu es un grand savant, Sar-Kin, probablement le plus
grand de l’époque actuelle, y aurait-il un moyen de prévoir
une sorte de contrôle mental de telle sorte que tous les
hommes sans exception seraient convaincus d’avoir détruit
le système solaire ? »  

Sar-Kin se mit à sourire, et:

« Il se trouve que j’ai inventé quelque chose d’efficace de
ce point de vue, un aliénateur mental qui peut agir durant
quelques heures, par la suite, tes hommes conserveront le
souvenir de la destruction, et ne jureront que par lui, je
n’aime pas plus Zok-Gan que toi, mais pour les espions
électronique des vaisseaux, c’est plus compliqué, il me
faut du temps. »

« Tu as cinq ans, entretemps, je vais me rapprocher des
terriens. »

« Sois prudent, nombre de tes hommes ne comprendront
pas que tu puisses les voir seul. »

« J’ai deux possibilités, la première, me composer un
équipage d’hommes qui seraient de mon avis, et la
seconde, de dire qu’en tant que porteur de mauvaise
nouvelle, il est préférable que j’y aille seul. »

« Hm, je ne suis pas convaincu, d’abord connais-tu
vraiment 500 hommes dont tu puisses ne pas douter, et
ensuite, je doute que Zok-Gan te laissera aller vers le
système solaire qu’avec un seul vaisseau, il te faudrait
aller les voir avec un glisseur qui ne soit pas truffé de
mouchards, ton histoire me plaît, mais elle n’est
pas évidente. »

« Pour le glisseur, c’est une idée, certains ont une
autonomie d’un million d’années/lumière, je dois pouvoir
m’arranger car j’ai quelques amis sur Zirgon, tu sais que
je m’y déplace assez souvent pour ma collection
d’objets rares. »

« C’est vrai, mais fais bien attention, sois sûr, de mon
côté, je vais voir ce que je peux faire pour tes espions
électroniques. »

Le surlendemain, Kar-Sten se rendit sur Zirgon avec
son glisseur personnel, qui bien sûr était truffé de
mouchards, mais il était réputé y aller régulièrement pour
sa collection, bien que la planète ne soit qu’à quelques
jours/lumière de Larkann, un certain nombre de domiciles
n’était pas, comme sur la planète du tyran, soumis à des
mouchards, seuls ceux habités par des gens travaillant dans
les sciences, les techniques ou la médecine, l’étaient, un
ami de Kar-Sten qui s’appelait Ver-Dann, était un artiste
disposant de pas mal de relations, il accompagnait souvent
Kar-Sten dans sa recherche d’objets rares, ce dernier lui
exposa son problème de glisseur.

« Là, Kar-Sten, il va falloir me laisser un peu de temps, disons
trois ou quatre semaines, à ce moment là, tu seras très
probablement de retour de ta malheureuse mission, on
pourra résoudre, je pense à Parr-Rad, un ingénieur qui
partage notre avis sur notre tyran, on se réunira dans mon
appartement qui n’a pas d’espions, il participe à la
fabrication des glisseurs, et est assez malin pour retirer
discrètement quelques mouchards, par contre, demain, je
peux te conduire à Zor-Nad, un sémanticien capable de
constituer des messages ayant plusieurs significations, pour
ta mission, ce sera utile si les terriens peuvent comprendre. »

« Il y en a au moins un qui saura. »

Le lendemain, Kar-Sten exposa au sémanticien la nature
du message qu’il voulait faire passer, à double
signification, non décelable par quelqu’un de non
averti, Zor-Nad lui répondit que cela ne posait aucun
problème, et fit le nécessaire, nanti de son
message, Kar-Sten regagna Larkann, le lendemain, il fût
convoqué par Zok-Gan.

« Bon Kar-Sten, il est temps de donner ma réponse aux
terriens, vous partez dans l’heure avec vos cents vaisseaux. »

« A vos ordres, votre Grandeur. »

Dans l’après midi, l’escadre, arrivée dans le système, se plaça
de nouveau en orbite autour de la Lune, Kar-Sten
reprit contact:

« Ici Kar-Sten, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous, notre
Commandeur Suprême a dit non à votre demande de
transfert, voici une copie du message.

Fin de transmission.»

Et l’escadre disparut, dans le building présidentiel:

Jackson: « Ru, appelez  Tanak. »

Ce dernier arriva au bout d’une demie heure, et prit
connaissance de la projection, il demanda à la regarder
plusieurs fois.

Jackson: « Le message est pourtant simple et
clair, malheureusement, pourquoi le regardez-vous avec tant
d’insistance ? »

Tanak: « Attendons quelques minutes, je crois que tout n’est
pas perdu. »

Stroganov: « Vraiment, pourtant, comme Monsieur le
Président l’a dit, tout n’est que par trop clair. »

Tanak:« Attendez, dans ma jeunesse, je me suis passionné
pendant quelques temps sur un vieux mode d’écriture qui
s’appelait la sténo, et là je reconnais un symbole de sténo
qui veut dire ‘’effacement’’, soyons patients. »

Quatre minutes plus tard, les caractères du message
s’effacèrent pour laisser place à un autre, laconique mais
précis, une représentation de la lune, avec des
coordonnées en latitude et longitude, matérialisés par
un point.

« Voilà, c’est maintenant que c’est clair, à cet endroit de
la Lune, un autre message nous attend. »

Jackson: « Bien, alors Ivan, faites envoyer quelqu’un sur
les lieux !

Discrétion d’usage, bien entendu. »

Le message, rapporté deux heures plus tard contenait:

« Moi Kar-Sten, Commandant des Forces Spatiales, ne suis
pas d’accord avec la décision du Suprême, à savoir, exterminer
les terriens en détruisant leur système solaire dans 5
ans, aussi, ais-je décidé de trouver des moyens adéquats pour
pouvoir transférer le système solaire, tout en faisant croire
qu’il a été détruit, je repasserai vous voir seul, dans un
glisseur, dans quelques semaines pour vous tenir au
courant. »

Jackson: « Là, nous avons un ami, mais que pourra-t-il faire ? »

Stroganov: « Oui, parce qu’avec un tyran qui gouverne une
galaxie, c’est-à-dire des centaines de milliards
d’individus, qui doit avoir une méchante armée de sbires et
des espions partout, y compris chez les gens, je ne vois pas
trop comment un homme seul pourrait contrarier ses plans. »

Tanak: « Je ne suis pas aussi pessimiste que vous, il est très
intelligent et sait ce qu’il fait, en plus, un Commandant
d’escadre, ce n’est pas rien, il doit avoir du monde dans sa
manche, nous sommes sur une balance, d’un côté, il y a les
fidèles du tyran, de l’autre, ceux qui ne l’approuvent pas, on
voit qu’il n’a jamais pu parler librement, cela veut dire que
parmi ses hommes, certains recherchent du galon, ceux là
seront du côté du tyran, en plus, il doit y avoir des
mouchards dans les vaisseaux, d’un autre côté, il doit
disposer de gens de haute volée parmi ses amis ou ses
relations, des savants, des ingénieurs, des gens susceptibles
de fabriquer des leurres pour tromper le tyran, à mon
avis, il est en train d’articuler tout ça. »

Tchoubarov: « Là, Tanak, vous me semblez pour le moins
optimiste, j’espère sincèrement que vous avez raison. »

Roprecht: « oui, c’est sur une lame de couteau tranchant
que nous sommes, a-t-il vraiment les relations dont parle
Tanak ?

Et s’il se fait prendre ?

Avec un tel tyran qui ne laisse rien passer, je ne me sens
pas optimiste du tout. »

Ru Wang: « Avez-vous déjà vu mon mari se tromper ? »
 
Wright: « Non, je reconnais qu’il est très fort, mais il y a un
début à tout, et personne n’est infaillible, et puis, qui
prouve que le dernier message n’est pas destiné à
nous endormir ? »

Jackson: « Là, je n’en vois pas l’intérêt. »

Henderson: « Moi si, Monsieur le Président, peut-être que
cela ferait plaisir au tyran. »

Tanak: « De savoir que l’on panique?

Oui, très probablement, ne lui donnons pas ce
plaisir, attendons calmement la suite. »

Roprecht: « Comme des moutons devant l’abattoir ?

Mais comment donc ! »

Tanak: « Madame la Ministre, sauf votre respect, si nous
n’avions pas attendu que le message se décompose pour
nous en livrer un second, nos moutons seraient déjà en
train de paniquer devant un abattoir fictif. »

Jackson: « Bon, pour le moment, restons-en là, jusqu’à
présent, c’est Tanak qui ne s’est pas trompé, alors comme
il l’a dit, attendons la suite.

Je clôture la séance. »

Deux mois passèrent, puis un matin.

« Allô, la Présidence, ici Kar-Sten, puis-je atterrir sur le toit
de votre building ? »

Ru Wang: « Bonjour, Monsieur ou dois-je dire
Commandant Kar-Sten ?

Je vais chercher le Président et mon mari, on va réunir
toute l’équipe, pouvez-vous patienter deux ou trois minutes ? »

« Sans problème. »

L’équipe gouvernementale se réunit rapidement, et quelques
minutes plus tard:

Jackson: «  Bonjour Commandant Kar-Sten, ravi de vous voir
parmi nous, soyez le bienvenu, peut-on vous offrir quelque
chose à boire ? »

Kar-Sten: « J’ai vu que certains d’entre vous prenaient un
liquide jaune avec des glaçons que vous appelez whisky ou
Bourbon, je serais curieux d’en connaître le goût. »

Jackson: « Alors prenez place, un Bourbon ?

C’est une bonne idée. »

Toute l’équipe, y compris l’expert en stratégie, prit place, et
Tanak vint lui serrer la main:

« Content de rencontrer un véritable ami, Commandant
Kar-Sten. »

« Monsieur sera suffisant, je suppose que c’est
vous, Tanak, qui avez compris mon dernier message ? »

Jackson: « Décidément, les grands esprits se
rencontrent, c’est effectivement lui qui a compris votre
message, vous êtes un sacré gaillard, est-ce que tous les
larkaniens sont comme vous ? »

« Plus ou moins, Monsieur le Président, mais mon aspect
physique n’est pas le plus important, je suis venu vous
donner des nouvelles de mes démarches, et on
avance, voilà la situation:

Hmm ! Il est fameux, votre Bourbon, c’est bien supérieur
au zlak, à la vôtre, comme vous devez vous en douter, j’ai
des amis qui m’aident dans mon entreprise qui, bien
sûr, n’est pas sans risque, mais je ne peux admettre que
des gens intelligents, des humains comme nous, puissent
être sacrifiés selon l’humeur d’un fou.

Avec Sar-Kin, qui est notre plus grand savant, et un
ami, nous sommes en train d’étudier un moyen sûr de
faire passer votre transfert pour une exécution aux yeux
de Zok-Gan, je vous ai apporté des vidéos des plus
significatives qui vous aideront à comprendre les difficultés
devant lesquelles nous nous trouvons pour mener à bien
notre plan, éliminer ce tyran vous permettrait de rester
à Noktra sans problème, mais c’est plus que difficile, comme
vous le verrez, il dispose d’une police spéciale et
puissante, des mouchards partout, lui permettant de tout
surveiller, et il a encore au moins 1000 ans à vivre, tant
qu’il sera là….

Nous avons résolu la moitié du problème, celui de faire
croire à tous les navigants que le système solaire serait
détruit, mais tous les vaisseaux sont dotés de mouchards
électroniques, et pour ceux-là, Sar-Kin est en bonne voie
pour une solution, mais ne la tient pas encore, je suis
surtout venu vous dire de ne pas vous décourager, de
continuer à vivre comme vous avez l’habitude de le
faire, nous parviendrons à nos fins, ayez confiance… »

Roprecht:« Excusez-moi de vous interrompre, Monsieur, mais
ne pensez-vous pas que ce Zok-Gan se doute de quelque
chose de ce genre, peut-être avez-vous été suivi ? »

« En aucun cas, Madame, ceci pour deux bonnes raisons:

La première, c’est qu’un fou comme Zok-Gan qui croit
fermement à la supériorité des larkaniens n’aurait pas l’idée
de penser que l‘un d‘entre nous, officier militaire de surcroit, le
trahirait pour des gens qu’il considère comme des
primitifs, des sauvages auxquels il n’accorde aucune
valeur, il n’y a pas de mouchard dans ma tête, il ne sait pas
ce que je pense, jusqu’à présent, j’ai toujours obéi à ses
ordres, et il le sait.

La seconde, c’est que je suis venu avec un glisseur non
marqué, et pas de Larkann, mais d’une autre planète moins
surveillée, avec personne pour me trahir, pendant une
période de congés, car les vacances existent aussi chez
nous, lorsque je vais sur d’autres planètes, c’est
effectivement avec des glisseurs marqués, mais je suis
connu comme collectionneur d’objets rares, cela, depuis
des siècles, alors la surveillance est assez relâchée en
ce qui me concerne.

Soyez sans crainte à ce sujet. »
 
Henderson: « Commandant d’escadre, est-ce important
chez les larkaniens ? »

« Je suis au neuvième rang de l’Empire de Larkann
qui concerne environ 100 milliards d’individus, au
dessus de moi il y a:

- Le fou qui se Baptise ‘’autorité suprême‘’.

- Ses trois sbires qu’il a baptisés ’’hautes autorités’’.

- Chaque sbire ayant des sortes d’adjoints, une demi
douzaine chacun, qui ont titre ‘’d’autorités prometteuses‘’.

- Le Principal de Police baptisé’’ Supérieur 1’’.

- Six adjoints baptisés ’’Supérieurs 2’’.

- Le Principal navigant baptisé ‘’Supérieur 3’’.

- Dix adjoints baptisés ’’Supérieurs 4’’

- 20 ‘’Auxiliaires navigants’’ baptisés ’’Supérieurs 5’’, l’un
d’entre eux étant mon chef direct.

- Enfin nous, les Commandants d’escadres, au nombre de
50, pompeusement baptisés ’’d’Auxiliaires prometteurs’’.

Autrement dit, je dois normalement rendre des comptes à
une soixantaine de personnes, mais dans plus de la moitié
des cas, mes ordres viennent directement du fou lui-même.

Les grands savants, dont mon ami, sont de rang 12, les
ingénieurs de rang 15, alors qu’ils sont probablement
beaucoup plus utiles que moi, mais privilège est donné à
ce que vous appelleriez le pouvoir exécutif.

Dans Noktra, une galaxie comparable à celle que vous avez
connue sous le nom d’Andromède, il y avait à l’origine trois
peuples, mais le fou, qui gouverne depuis près de 800 ans, a
rayé des cartes les deux autres, nombre d’entre nous
seraient contents de vous avoir comme voisins, mais….

Enfin, voilà la situation actuelle, dès que possible, je
viendrai vous tenir informés de nos
avancées, heureusement, il y a encore un peu de temps. »

Jackson: « Vous reprendrez bien un petit Bourbon, Monsieur ! »

« Pas de refus, il est tellement bon, mais c’est le dernier, car
je pilote moi-même, et même nous, qui disposons d’une
forte carrure, ne sommes pas insensibles aux effets de l’alcool. »

Peu de temps après, Kar-Sten repartit pour Zirgon, mais
sur Terre, l’équipe gouvernementale resta en place.

Jackson: « Alors ? Quelles sont vos impressions ? »

Henderson: « Là, je dois reconnaître que j’ai changé
d’avis, il est vraiment sincère. »

Et en elle-même:

« Il est super beau, un vrai canon ce mec, Wouaah !
Dommage qu‘il parte si vite.»

Roprecht: « Moi non plus, je ne doute pas de sa
sincérité, mais cela ne diminue pas les risques pour autant. »

Wright: « Nous avons des vidéos qu’il sera intéressant de
regarder, il a dit avoir la moitié de la solution, c’est déjà
une avancée, il me fait plutôt bonne impression, peut-être
qu’il y a de l’espoir. »

Stroganov: « Il s’est très clairement exprimé, comme le dit
Tanak, attendons la suite. »

Jackson: « D’autre avis ?

Non ?

Alors allons déjeuner, cet après-midi, nous regarderons de plus
près ces vidéos. »

Tchoubarov: « Il y en a un paquet, si c’est de la forte
densité, on en a pour un moment. »

Ru Wang: « Rien ne saurait être trop long lorsqu’il s’agit de
sauver notre vie et celle de nos citoyens. »

Jackson: « Décidément le mot de la fin, c’est de famille
chez vous. »

Et tous de rire, l’atmosphère s’était singulièrement détendue.

Dans les mois qui suivirent, les principaux membres du
gouvernement de la Terre se réunissaient tous les quinze
jours, Kar-Sten faisait couramment parti des sujets à l’ordre
du jour, au cours de l’une des réunions, Jackson:

« Cela fait cinq mois que nous n’avons plus de nouvelles de
Kar-Sten, est-ce inquiétant ou pas ? »

Roprecht: « C’est plus qu’inquiétant, et cela semble confirmer
ce que je craignais, le tyran, ce Zok-Gan a dû être au courant
de ses plans et l’a fait exécuter, pour nous, il n’y a plus
d’espoir. »

Henderson: « Je suis du même avis, il a dû se faire prendre
ainsi que son ami Sar-Kin, en toute logique, qu’est-ce qu’une
poignée d’hommes, même brillants, pouvait faire contre un
tyran hyper protégé ?

Et qui règne sur 100 milliards d’individus depuis des années ?

Pour nous, à moins d’un miracle, c’est la fin. »   

Tanak: « Ce n’est pas un miracle qui modifiera notre situation
mais une bonne préparation, je m’explique:

Je ne pense pas que Kar-Sten ni Sar-Kin aient été pris, à mon
avis, ils sont en train de préparer un sacré coup dont il se
pourrait que Zog-Gan ne se remette pas, n’oublions pas que
Sar-Kin est un super savant qui ne doit pas manquer de
ressources, et que Kar-Sten semble avoir pas mal de
relations, nous ne connaissons pas les autres principaux
acteurs, mais ils doivent aussi être bons, et le tyran doit avoir
des milliards d’ennemis qui souhaitent sa fin, parmi ceux-là
aussi, il doit y en avoir des compétents qui savent rester
discrets et efficaces.

Une telle préparation ou autrement dit un coup d’état ne se
fait pas en une semaine ou un mois, surtout à cette
échelle, et avec un tel client, il faut prendre le temps
nécessaire afin que tout soit au point, car l’erreur n’est
pas permise, voilà ce qui me vient à l’esprit, ils sont en
train de fabriquer les filets pour neutraliser le requin. »
   
Wright: « Je ne partage pas cet optimisme, pour moi, le
fait de ne plus entendre parler de lui n’est pas bon signe. »

Ru Wang: «Eh bien moi, je le partage, il peut se passer encore
des mois avant que Kar-Sten ne repasse nous voir, mais
comme Tanak le pense, lorsqu’il reviendra, cela sera une
très bonne nouvelle. »

Stroganoff: « Quel optimisme…

Cela défie toute logique, que Kar-Sten soit pris ou pas, peu
importe, il n’a pas les mains libres, il ne peut rien faire. »

Jackson: «Bon, d’après ce que je vois, c’est comme
d’habitude, la famille Nakamaro d’un côté, et les autres, de
l’autre…

Mais jusqu’à présent, c’est la famille qui a toujours eu
raison, alors il me reste à nous souhaiter que cela arrive
une fois de plus.

Fin de séance, allons déjeuner. »

Au même moment, à Larkannia, capitale de la planète
Larkann, Kar-Sten et Sar-Kin  étaient en grande conversation
dans le laboratoire de ce dernier qui précisait:

« Comme tu peux le voir, j’avance lentement mais
sûrement, le zeppnak est presque au point, j’ai encore des
petites difficultés sur deux ou trois atomes de la matière
noire dont il se compose, question de temps, mais je vais y
arriver.          

Tu repends un zlak ? »

Kar-Sten: « Volontiers, mon ami, mais permets moi de te
rappeler que le temps, c’est-ce qui nous manque si l’on
veut sauver les terriens.

Quand penses tu pouvoir le mettre au point ? »

« Je ne peux donner de délai, demain, dans six mois ou
dans six ans ?

C’est le facteur chance qui le décidera, les éléments que
je ne contrôle pas encore sont coriaces.

Et toi ? Où en es-tu de tes préparations ? »
 
« Avec Ver-Dann, Ker-Namm , Parr Rad , Zor-Nad et
quelques autres, j’avance aussi, nous disposons de cent
vaisseaux non marqués, qui sont en lieu sûr, mais les
équipages restent à constituer, là aussi, il faut ne pas
se tromper. »

« En effet, un seul traître sur 50.000 hommes suffirait
à transformer notre projet en catastrophe, ta partie est
au moins aussi difficile que la mienne. »

Kar-Sten: « Peut-être pas, tu connais Kred-Xik ? »

« De réputation, mais il est activement recherché par
les sbires de Zok-Gan depuis des années, non ? »

« Il est aussi en lieu sûr, ainsi que tous ceux à qui il
fait passer des tests, grâce à son système et à ses
facultés, un traître ne peut passer au travers, et
malheureusement pour eux, ceux qui se présentent
sont exécutés, on ne peut faire autrement pour garder
le projet secret.

Mais les tests prennent du temps, je ne dispose que
d’un peu plus de 20.000 hommes fiables et compétents
en navigation, il me faut encore près de 30.000
hommes, c’est une affaire d’au moins six mois.

Pour en revenir à ton zeppnak, tu m’as dit comment
l’utiliser, mais quelles sont ses caractéristiques ? »

« Tes cents vaisseaux, sont-ils dotés du diffuseur
spécial que j’ai conçu ? »

« Pas tous encore, peut-être 70 l’ont, mais pour les
autres, c’est une affaire de quelques jours. »

« Bon, alors si je parviens à le rendre stable, c’est un
rayon à large diffusion qu’aucun obstacle ne pourra
arrêter, tu disposeras de plans reprenant les précautions
à prendre, l’intelligence de tout individu atteint par ce
rayon disparaîtra pendant un mois, autrement
dit, lorsque Zok-Gan et ses sbires seront atteints par le
zeppnak, ils seront transformés en zombis durant un
mois, ce qui laisse largement le temps de les mettre hors
d’état de nuire, une diffusion sur toutes les zones
stratégiques et le tour sera joué, as-tu prévu un
remplaçant ? »

« Oui, je pense à Ker-Namm. »

« Je l’ai bien connu, c’est un bon choix, avec lui, tes
terriens n’auront plus de problèmes.

Tu restes avec moi pour déjeuner ? »

« Oui, mais après, je retourne à Zirgon. »

« Voir tes amis et continuer tes préparatifs ? »

« Exactement, tu me préviendras lorsque que le zeppnak
sera prêt ? »

Sur le visage de Sar-Kin apparut un étrange sourire.

« Ne t’en fais pas, un jour ou l’autre, je l’aurai. »

Deux ans passèrent encore, année 3436, il ne restait qu’un
an pour savoir si l’humanité allait survivre, mais il n’y
avait toujours pas de nouvelles de Kar-Sten, et cela
commençait fortement à inquiéter l’équipe gouvernementale
et même certains éléments bien informés de la population.

Puis un matin, Boris Tchoubarov appela le Président:

« Monsieur le Président, près de la Lune, il y a à nouveau
une centaine de vaisseaux ! »

Jackson: « Bien, venez, je fais réunir l’équipe. »

Quelques minutes plus tard, tous les partenaires habituels
étaient présents, nerveux, en position d’attente, une
communication fit apparaître l’image de Kar-Sten sur l’écran.

« Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, ici
Kar-Sten Haute Autorité n°1 , ex Commandant de la Flotte
Spatiale, si je me permets de vous donner mon titre
pompeux, c’est que j’ai une bonne nouvelle à vous
annoncer.

Vous êtes désormais libres de rester à Noktra,  nous avons
un nouveau Gouverneur sur Larkannia, c’est un pacifiste
grand défenseur de l’être humain en général, il s’appelle
Ker-Namm, Zok-Gan, et la quasi-totalité de ses sbires ont
été mis en prison pour le reste de leurs jours, d’autres se
sont enfuis dans ou hors de la galaxie, nous ne sommes
pas près de les revoir, Larkann a subi un changement
radical, Ker-Namm risque fort de vous inviter dans son
Palais un de ces quatre, histoire de faire
connaissance, surtout, ne vous faites plus aucun
soucis, vous serez les bienvenus. »

Henderson: « Wow, vous êtes monté en grade, ça vous
donne quel rang maintenant ? »

« Disons que je suis le n°2 de la galaxie, juste après
Ker-Namm, mais peu importe, j’ai tenu à venir
personnellement pour vous annoncer la nouvelle, car
le temps d’attente a dû être difficile pour vous. »

Jackson: « En effet, on pensait ne pas vous revoir.

Pour fêter cela, on pourrait peut-être vous inviter
à quelques Bourbons et un bon déjeuner, qu’en
pensez-vous ? »

« Ce serait avec plaisir, mais j’ai une autre mission à
terminer, nous aurons l’occasion d’en reparler dans
quelques jours, avec trois de mes adjoints qui sont
également des hommes biens.

Fin de transmission. »

L’équipe gouvernementale vit d’immenses feux d’artifice
dans l’orbite de la Lune, puis l’escadre disparaître, tous
songeaient sereinement aux nouvelles relations
qui allaient s’établir.


-----***-----
 
 
_________________
Cicéron c'est Poincaré.

Bébert


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Oct - 14:00 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    KOSMOFIC Index du Forum -> GENERAL -> SFICTION Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com